20 septembre 2018

25 ans dans une startup - billet n.29

Introduction - billet n.28

Je suis allé voir le Directeur Général, et je lui ai proposé de prendre la tête du service technique, en plus du service informatique. Beaucoup d'outils techniques allaient converger vers le numérique, et beaucoup d'interdépendances existaient déjà, avec quelques points de crispations. J'avais envie de progresser en management, je m'entendais bien avec les techniciens, dont je respectais depuis longtemps le savoir faire.

D'enseignant-chercheur, j'étais passé de l'autre côté de la barrière, celle des services supports, en devenant responsable informatique. Le Directeur Général était un peu surpris que je me propose pour prendre la responsabilité du service technique... Surpris, mais intéressé. Il a dit oui. Je suis devenu responsable informatique ET technique de la startup.

C'est ainsi que j'ai découvert un univers totalement différent de l'univers informatique, et dont j'ai un peu parlé dans le billet "Jargon technologique" en référence à ma formation initiale. J'ai du faire mes preuves, non pas en organisation ou en gestion de projet, mais en électricité, en chariot élévateur, en nacelle, en EPI, en SST, en SSI, en entretien des espaces verts, en sécurité des personnes, en entretien des bâtiments, en extincteurs, en climatisation, en ventilation, en réglementation des établissements recevant du public, en commission de sécurité...

Tout un nouvel univers de problèmes et de solutions s'offrait à moi. Avec deux équipes de techniciens expérimentés à encadrer, j'allais apprendre à courir partout dans la startup : avec 12 000 m2 de bâtiments, 800 personnes présentes chaque jour dans les locaux, un site distant à gérer, 300 ordinateurs fixes, une téléphonie vieillissante, du BYOD omniprésent, la tâche s'avérait passionnante.

Et effectivement, les problèmes allaient pleuvoir comme à Gravelotte...

A suivre...

--------------

Ce récit est basé sur des faits réels, les noms et certains lieux ont été changés.

Extrait de http://salemoment.tumblr.com/
avec l'aimable autorisation de l'auteur Olivier Ka

18 septembre 2018

25 ans dans une startup - billet n.28

Introduction - billet n.27

J'adore mon métier. Je fais tout pour être heureux le matin en allant travailler, pour aimer le lundi matin plus que les autres matins. Enfin, j'essaye... J'ai vite appris à faire confiance dans les capacités des personnes de mon entourage professionnel, et à travailler en équipe avec les différents services de la startup.

Comme dans beaucoup d'entreprises, le service informatique gère un périmètre qui relève de toute évidence de sa compétence : le réseau informatique, les ordinateurs, les serveurs, l'accès internet et les imprimantes. Mais avec les années, de plus en plus d’interactions ont lieu avec un autre service de la startup : le service technique. A lui la gestion de l'électricité et des onduleurs, des climatisations, de la téléphonie, des gros photocopieurs, des télévisions, des vidéoprojecteurs, du contrôle d'accès, du système de gestion technique du bâtiment, du chauffage, et de pleins d'autres choses...

Il y a des interactions évidentes : les climatisations de la salle serveurs, l'électricité de secours... Mais beaucoup des autres équipements commencent eux aussi leurs évolutions vers le numérique : les photocopieurs multifonctions sont reliés au réseau informatique et se transforment en imprimante/scanner avec une télémaintenance associée (par ligne téléphonique analogique !), les vidéoprojecteurs se connectent au réseau informatique, le contrôle d'accès et sa base de données aussi. Bref, beaucoup des appareils gérés par le service technique s'informatisent.

Et en cette année 2007, le responsable du service technique décide de quitter la startup. C'est la surprise qui m'attendait au retour de mission en terre africaine.

Le service technique se retrouve alors sans personne à sa tête et la Direction de la startup se met à la recherche d'une solution en commençant à réfléchir au meilleur recrutement possible.

C'est là que j'ai eu une idée curieuse, qui a surpris tout le monde...

Billet n.29

--------------

Ce récit est basé sur des faits réels, les noms et certains lieux ont été changés.


16 septembre 2018

Mise en conformité du blog concernant le RGPD

J'ai légèrement modifié les mentions légales du blog et procédé à une analyse des informations que je collecte sur ce blog.

En effet, je suis le responsable du traitement des données personnelles collectées ici, et en tant que tel, je m'engage à respecter le cadre des dispositions légales en vigueur (et c'est bien normal).

Je suis un simple blogueur, qui tient un journal extime pour son plaisir, éventuellement pour celui de ses lecteurs, et, en particulier, je ne cherche pas à commercialiser vos données personnelles qui sont uniquement utilisées à des fins statistiques et d'analyses.

J'utilise Google Analytics pour établir les statistiques de consultation de ce blog, en plus des outils intégrés à la plateforme Blogger. Les options de monétisation du blog ne sont pas activées, et je recommande à tous les internautes d'installer un bloqueur de publicités (par exemple uBlock Origin), même si je crois qu'il n'y en a pas trop qui s'affichent par ici.

Par ailleurs, depuis septembre 2012, j'utilise les services de Feedburner pour proposer aux internautes qui le souhaitent, l'envoi par email des billets de ce blog. Je trouve cela pratique et il y a plus d'une centaine de personnes qui ont fait ce choix.

Mais cela me pose un problème : il s'agit d'une collecte de données personnelles. Or, en tant que délégué à la protection des données de ce blog, je m'engage à prendre toutes les précautions nécessaires afin de préserver la sécurité des informations et notamment qu’elles ne soient pas communiquées à des personnes non autorisées.

Malheureusement, je ne souhaite pas endosser cette responsabilité, dans la mesure où je ne vais pas pouvoir surveiller les conditions d'utilisation de vos données personnelles par Feedburner, ni leurs évolutions. J'ai également déjà fait l'objet d'un piratage ciblé de ce blog (lire ce billet) dont j'assume parfaitement les conséquences pour moi-même, mais pas pour les autres.

J'ai donc décidé de supprimer ce widget et de résilier les abonnements aux envois par email des billets du blog pris volontairement par la centaine d'internautes qui avaient souhaité profiter de cette facilité. Une fois que ce billet sera dans leur boite aux lettres, je supprimerai définitivement toutes les données personnelles que j'ai en ma possession (ie leurs emails). Je leur présente mes excuses les plus sincères pour l'arrêt de cette fonctionnalité. Je leur recommande l'utilisation d'un agrégateur de flux RSS et de s'abonner au blog par ce biais.

Il me restera ensuite à franchir le dernier pas, celui de l'auto-hébergement, pour essayer de me sortir de la googlisation de mon environnement de blogueur fainéant. Pour cela, j'attends avec impatience d'être relié à la fibre, ce qui est normalement prévu dans les mois qui viennent. Je mettrai alors en place un serveur web chez moi, avec toute l'administration informatique qui va avec... J'en profiterai aussi pour héberger enfin un nœud Tor un peu plus sérieux que celui que je fais tourner aujourd'hui.

Attendez-vous à quelques changements sur ce blog, qui reste pour moi un lieu d'expression formidable, mais qui est aussi un champ d'expérimentation technique. Je suis en train de tester Cloudflare, WordPress, et d'autres joyeusetés.

Mais si vous connaissez un hébergeur européen qui accepterait de prendre en charge gratuitement mon blog, complètement et sans publicité, je suis preneur !

A bientôt ;-)


13 septembre 2018

25 ans dans une startup - billet n.27

Introduction - billet n.26

Je reprends ici une partie du billet que j'ai écrit sur ce blog à l'époque.

Chronologiquement, l'installation s'est déroulée comme suit :
1) Installation d'Internet:
Plus exactement, remplacement du modem USB fourni par Maroc Telecom par un modem routeur Netgear autonome (ie : qui n'a pas besoin d'un PC pour fonctionner).

2) Installation du réseau:
J'étais venu avec cinq kilos de câbles de toutes longueurs que j'ai installés dans les goulottes présentes dans les bureaux (avec un joyeux mélange courants forts/courants faibles). J'ai même du percer un trou à travers une cloison... A quatre pattes en costard, comme quoi l'informatique mène à tout.
Les actifs du réseau sont constitués du Netgear (qui fait switch quatre ports) secondé par deux petits switchs EUSSO huit ports. J'avais amené un beau switch 24 ports, mais il fait réellement trop de bruit. Finalement, c'est le secours qui est en production, et le "gros" switch qui servira de secours...

3) Installation du serveur:
Un superbe serveur Dell tout neuf qui m'a fait une belle frayeur car l'installation de Debian Sarge s'arrêtait sur le beau message "aucun disque dur n'a été trouvé". En effet, le net-install Debian ne connaît pas les nouveaux disques SAS de Dell...
Heureusement, j'ai pu trouver un site web proposant des images "customisées" de net-install Debian Sarge mis à niveau avec les drivers ad hoc.
Après une petite heure de transpiration, l'installation de base du serveur était achevée. J'aurais eu l'air fin si la mission s'était arrêtée là !
L'installation de samba s'est limitée aux commandes:
# aptitude update
# aptitude install samba
# aptitude install winbind
# aptitude install swat
puis au lancement d'un navigateur sur mon portable pour configurer Samba via swat et le réseau fraîchement installé...

Configuration du serveur en contrôleur de domaine principal.
Création des comptes, des répertoires partagés...
Mise en place du DNS et du DHCP par mon équipe technique depuis la France à travers le routeur, pour me faire gagner du temps.
Vérification du bon fonctionnement de l'onduleur.

Fin de la première journée.

4) Installation de l'électricité:
C'est le plus gros problème qui a failli faire capoter cette mission, et c'est le charme des missions hors France que de ne pas savoir complètement à l'avance les problèmes qu'il va falloir surmonter : deux prises électriques pour alimenter une salle de 10 ordinateurs. Et bien sûr, aucune rallonge...
Achat de 12 rallonges "trois prises" sans interrupteur, une demi-journée de perdue...

5) Installation des logiciels sur un poste master:
Vu la quantité de logiciels à installer, cette étape me prendra le reste de la journée.

Fin de la deuxième journée.

6) Déploiement de l'image du poste master vers les autres postes:
Finalement, j'ai opté pour un boot sur le cédérom UBCD qui contient le clone de Ghost qui s'appelle "partition saving". Attention, il faut compter deux heures pour cloner trois postes à la fois. Je découvrirai Clonezilla et son mode multicast plus tard, et enfin, encore plus tard le merveilleux projet FOG.

Je profite du clonage des derniers postes pour tester la qualité de l'image et personnaliser chaque poste.

Fin de la troisième journée.

7) Installation des serveurs de licences et tests finaux:
Tout est dans le titre. Certains logiciels nécessitent des licences gérées par serveur (LUM et FlexLM). Je n'ai vraiment réalisé que le challenge était gagné que lorsque j'ai vu fonctionner tous les logiciels lors de la mini formation que j'ai réalisée en fin de journée auprès des enseignants vacataires.

Je déballe le NAS pour le brancher sur le réseau et l'onduleur, et procéder aux configurations minimales. Les processus de sauvegardes seront installés à distance, sur les postes et sur le serveur.

Fin du séjour.

Mon séjour au Maroc s'est très bien passé, sauf que je n'ai rien vu du Maroc...
Logé dans un hôtel Ibis où je prenais mes repas, j'ai passé 13 heures chaque jour enfermé sur mon lieu de travail que je rejoignais à pied.

De retour en France, une surprise m'attendait.

Billet n.28

--------------

Ce récit est basé sur des faits réels, les noms et certains lieux ont été changés.


11 septembre 2018

25 ans dans une startup - billet n.26

Introduction - billet n.25

Exporter notre modèle de formation dans un pays en pleine croissance, le Maroc, cela signifie surtout pour moi de repasser en mode "startup". Et j'aime beaucoup ça :-)

Cette fois, le problème que j'ai à résoudre est le suivant : créer une salle de TP informatique pour dix personnes en leur donnant accès à internet.

Contraintes : un administratif non informaticien sur place, coût adapté au démarrage d'une startup, installation de la salle dans une villa en location. Les ordinateurs de la salle doivent disposer des principaux logiciels suivants : Catia (CAO), la suite MS-Office+MS Project et quelques autres logiciels spécialisés comme MatLab.

Je décompose le problème en trois parties : l'infrastructure, les ordinateurs et les logiciels. Et j'étudie ensuite chacune des parties selon trois points de vue : celui de l'utilisateur (les besoins sont-ils couverts ?), celui de l'administrateur (interventions a minima, effectuées à distance) et celui de la sécurité (sauvegardes, piratage...). Le tout pour un coût minimal. Je retiens donc une solution qui pourrait tout aussi bien être déployée chez un particulier :

1) Infrastructure.
Après avoir regardé les différents FAI et les solutions proposées pour un accès internet, je retiens l'accès par ADSL. En regardant les modems proposés, je choisis d'en acheter un moi-même, avec des fonctions de routage plus évolués que ceux proposés par les FAI locaux. Le boîtier ADSL fera également point d'accès Wifi. Je le configure pour pouvoir en prendre le contrôle à distance, depuis mon bureau. Le boîtier ADSL sera relié à un switch 24 ports qui fera office de cœur de réseau à partir duquel partiront tous les câbles vers les périphériques.

2) Les ordinateurs.
10 PC + 1 portable + 1 serveur + 1 NAS + 1 imprimante.
Je demande des devis à des fournisseurs locaux. Je relance. Je passe commande. Je m'assure que tout le matériel est réceptionné et en sécurité en attente de ma venue.

3) Les logiciels.
Windows XP Pro pour les postes clients. Je prévois l'installation de tous les logiciels (via les cédéroms d'installation) sur un poste, puis son clonage et la distribution de l'image sur les autres postes via le serveur.
Le serveur sera sous GNU/Linux Debian avec Samba comme gestionnaire de partage et comme contrôleur de domaine.
L'accès distant aux applications métiers (paie, compta...) se fera via un serveur SSL-Explorer en attendant mieux (ce projet est arrêté aujourd'hui, mais faisait des miracles à l'époque...).

Par sécurité, je prends quelques petits switchs de secours et des câbles dans ma valise, et me voici parti pour l'Afrique !

Rien n'allait se passer comme prévu...

Billet n.27

--------------

Ce récit est basé sur des faits réels, les noms et certains lieux ont été changés.

Source image : Flickr Gonzalo Iza

06 septembre 2018

25 ans dans une startup - billet n.25

Introduction - billet n.24

En 2006, cela fait déjà 7 ans que je suis expert judiciaire en informatique. Je suis donc sollicité par les magistrats de ma région lorsqu'ils le souhaitent, dans des dossiers où l'informatique intervient directement ou indirectement.

Les enquêteurs de la Police Nationale ou de la Gendarmerie commencent eux-aussi a être doucement équipés d'ordinateurs, mais ils sont encore nombreux à taper sur de vieilles machines à écrire, ou à utiliser leur matériel personnel. Mais surtout, les OPJ formés à l'analyse des scellés informatiques sont encore peu nombreux. Le gendarme N'Tech de mon département est débordé de demandes et les délais sont longs.

Les magistrats me sollicitent donc beaucoup. Surtout dans des dossiers de recherche d'images et de vidéos pédopornographiques.

Le problème est que je me retrouve confronté à ces images et ces films, alors que je n'y suis pas du tout préparé. Je suis papa, en plus, de trois jeunes enfants. De voir des enfants torturés et exhibés me remue profondément.

J'ai donc ouvert ce blog, en écrivant le premier billet intitulé "Pourquoi un blog ?". Mais dans les billets de 2006, se trouve la vraie raison d'ouverture de ce blog. Dans le billet "L'horreur de la pédophilie", la fin est la suivante :
Un dossier pédophile, c'est un expert judiciaire qui pleure tout seul dans son atelier.
On n'en parle pas autour d'une table, on n'en parle pas à la TV, on n'en parle pas sur les blogs. On travaille en silence, consciencieusement, et avec nous les gendarmes, la police, les greffiers, les magistrats, et d'autres, qui luttent contre ce fléau.

Ce billet est une thérapie personnelle.
Je commence à m'intéresser de plus près à la société dans laquelle je vis : le fonctionnement de la justice, les lois, ceux qui les écrivent, etc. J'assiste à mon premier conseil municipal dans le public. Ma conscience politique s'éveille.

Tout doucement, je m'ouvre au monde. Je commence à discuter avec des inconnus à travers ce formidable outil qu'est internet, d'autres choses que d'informatique. Je rencontre des blogueurs et des lecteurs IRL. Je mûris un peu.

Pendant ce temps, la startup grandit et nous décidons d'exporter notre modèle de formation dans un pays en pleine croissance : le Maroc.

Billet n.26

--------------

Ce récit est basé sur des faits réels, les noms et certains lieux ont été changés.


04 septembre 2018

25 ans dans une startup - billet n.24

Introduction - billet n.23

2002, c'est aussi l'époque de l'explosion des ordinateurs portables, avec un besoin pressant d'accès à internet. C'est l'époque des TIC, puis des NTIC. Ce sont aussi les prémisses du web 2.0.

Concrètement pour moi, il s'agit de consolider les serveurs LAMP de l'entreprise, de régler correctement les DNS primaires et secondaires, tout en accélérant les accès internet (10 Mb/s symétrique à l'époque) avec un serveur mandataire (proxy) muni d'un cache efficace Squid. Le réseau interne est séparé du réseau externe par ce serveur mandataire (qui nous représente sur internet, d'où son nom), lui-même protégé par un parefeu basé sur des règles ipfwadm (qui seront remplacées ensuite par des règles ipchains, puis iptables). Les règles du parefeu sont établies à la main, à partir de tutoriels trouvés sur internet. NetMeeting me donnera des maux de tête...

Notre messagerie est basée sur un webmail Squirrelmail et un client Pegasus Mail rescapé de notre longue période Novell Netware, et bientôt remplacé par Microsoft Outlook, plus conforme aux standards industriels. Tout ceci interroge un magnifique serveur Sendmail dont je me souviens avec délice du fichier de configuration pantagruélique. Je le remplacerai ensuite sans trop de regret par un beau et léger Postfix. La lutte contre les SPAM bat son plein, avec la mise en place du tout nouveau SpamAssassin associé à un astucieux greylisting. La lutte contre les virus/malware utilise ClamAV. Le tout est mené à la baguette par Amavis. J'apprends à faire la différence entre MUA, MTA et MDA...

Les pédagogues testent Claroline et Moodle. Je découvre l'administration de ces plateformes, en version test, pré-prod et prod, avec les joies des plugins rendus obsolètes par les montées de version.

Nous faisons développer un extranet basé sur le prometteur SPIP. Je découvre l'animation de contributeurs à des espaces collaboratifs...

Les étudiants nous demandent s'ils peuvent bénéficier d'un accès Wifi. Pour les encourager vers ce qui s'appellera bientôt le BYOD, nous installons une grosse borne Wifi Cisco 802.11a/b. Je découvre les joies du paramétrage Wifi, et l'entrée de matériels exotiques non contrôlés sur mon réseau. Beaucoup d'étudiants n'ont pas d'antivirus...

Les nouveaux ordinateurs arrivent équipés d'une interface curieuse qui s'appelle USB. Difficile visuellement de savoir dans quel sens mettre le connecteur. Bah, aucun avenir...

Les appareils photos commencent à être numériques. Je reçois mon premier, livré en bundle avec un switch HP.

Les enseignants découvrent avec méfiance les vidéoprojecteurs tri-tubes (et leur corollaire PowerPoint). Je teste un écran transparent, relié à un ordinateur, que l'on pose sur un rétroprojecteur pour le transformer en vidéoprojecteur-moins-cher (bof). La définition des écrans est 800x600. Le connecteur VGA règne en maître. 

2002, c'est aussi la naissance de mon troisième enfant. Je sais maintenant doser un biberon les yeux fermés, changer une couche d'une seule main et préparer sans rien faire brûler ma spécialité purée/Knacki au beurre salé. Je range mon caméscope pour faire des petits films avec mon appareil photo numérique.

C'est aussi une année record d'expertises judiciaires réalisées le soir, les week-ends et pendant mes congés.

Les années passent, riches en évolutions technologiques. J'ai le regard tourné vers l'avenir. J'essaye d'avoir toujours un coup d'avance, de faire les bons choix, de tenir compte des erreurs, de faire progresser ma roue de Deming. Je cours partout et j'aime ça.

Mais j'ai un point sensible que je vais découvrir assez brutalement.

Billet n.25

--------------

Ce récit est basé sur des faits réels, les noms et certains lieux ont été changés.

La clairvoyance (1936) de René Magritte

30 août 2018

25 ans dans une startup - billet n.23

Introduction - billet n.22

En 2002, je commençais à avoir un système informatique qui ressemblait à quelque chose de sérieux : le câblage réseau était neuf, les actifs réseaux aussi, nos serveurs Novell Netware tournaient comme des horloges et offraient d'excellents services d'impression et de stockage de fichiers.

Mais tous les éditeurs de logiciels abandonnaient progressivement leurs développements sur ce système d'exploitation réseau. A chaque réunion avec les prestataires ou avec les commerciaux des différentes solutions de paie, de gestion RH, de sauvegardes ou même d'impression, j'avais droit au même regard étonné : "Ah bon, vous utilisez encore Novell ?"...

J'ai un avis très personnel sur ce qu'est un bon système d'exploitation réseau, et Novell Netware était pour moi une excellente solution. Nous en maîtrisions tous les aspects techniques et nous avions consciencieusement suivi toutes les évolutions du produit Netware, en particulier sa version 6.0. Le choix initial de Novell Netware ne m'appartenait pas, puisqu'il avait été fait par mon prédécesseur. Mais il m'appartenait de décider de persister dans cette voie, ou de renverser la table. C'est le genre de décision qui peut faire sauter un responsable informatique... Donc l'avis professionnel doit passer avant l'avis personnel.

Après la crise de gouvernance du début de siècle, la startup se développait bien, et n'avait plus rien à voir avec les débuts que j'avais connus. Le nom même de "startup" n'a d'ailleurs plus de sens en 2002 tant l'entreprise était arrivée à s'ancrer dans le paysage de son secteur d'activité. Par commodité de langage et d'écriture, et parce que le service informatique allait longtemps rester bloqué dans ce mode, je conserverai dans ce récit l'appellation "startup".

Mais j'ai maintenant, en 2002, affaire à 500 utilisateurs quotidiens, sur 200 ordinateurs répartis dans une dizaine de salles et une vingtaine de bureaux. Le système d'exploitation est majoritairement Windows 98 avec un client Netware, les salles de CAO sont sous Windows NT 4 qui est venu remplacer les stations de travail HPUX, les serveurs sont sous Novell Netware 6.0 ou sous Red Hat Linux qui a remplacé notre distribution Yggdrasil Linux/GNU/X.

Chaque migration nous demande de découvrir de nouveaux outils et de nouvelles pratiques. Nous sommes toujours trois, mes deux techniciens et moi, à assurer le support auprès des utilisateurs, l'administration réseau, l'administration des serveurs et des postes de travail, les achats informatiques et la stratégie d'évolution.

Je décide de faire le grand saut, et à l'occasion du remplacement du hardware de nos vieux serveurs, nous passons sur des serveurs racks, dans une nouvelle baie de serveurs, sur lesquels nous installons des Windows 2000 server pour héberger nos fichiers, nos services d'impression et un active directory tout neuf.

Les sauvegardes sont assurées par ARCserve vers un robot de bandes DAT au format DDS.

Les postes clients passent progressivement sous Windows XP fraîchement sorti.

L'accès internet, son parefeu, les règles de NAT, l'hébergement web et le serveur webmail SquirrelMail restent sous GNU/Linux.

Nous découvrons l'administration Windows, et ses écrans bleus de la mort...

Billet n.24

--------------

Ce récit est basé sur des faits réels, les noms et certains lieux ont été changés.

Image générée avec http://atom.smasher.org/error/

28 août 2018

25 ans dans une startup - billet n.22

Introduction - billet n.21

Gérer la croissance d'une startup n'est pas chose aisée pour un dirigeant. Il faut créer les bons postes, recruter les bonnes personnes, les manager, les faire grandir, répondre à leurs aspirations, faire des choix stratégiques, etc.

Il faudrait bien plus qu'un simple billet de blog pour analyser les raisons de la crise qui s'est produite au virage du 21e siècle, mais celle-ci résulte sans doute du mélange de plusieurs causes : déceptions humaines, choix financiers compliqués, marché tendu, stratégie de développement hasardeuse...

Pour faire simple et factuel, le directeur général est parti, un nouveau directeur général est arrivé, et avec lui une nouvelle manière de travailler.

L'une des premières choses que le nouveau DG a expliquée à l'équipe de direction que j'avais fraîchement rejointe est la suivante : "je ne vous connais pas, je ne sais pas si vous avez fait de bonnes ou mauvaises choses dans le passé, si vous êtes moteur dans cette entreprise, ou si vous ramez à contresens. Les compteurs sont remis à zéro. Montrez moi vos compétences, et que vous êtes capables de travailler ensemble pour le collectif."

Après quelques mois d'observation, quelques têtes sont tombées. Je n'en faisais pas partie.

Le projet de déploiement du nouvel ERP a démarré et a duré 24 mois. Tout le monde a pleinement contribué à son succès. La startup disposait enfin d'un outil centralisant toutes les données utiles à son fonctionnement et leurs traitements.

Billet n.23

--------------

Ce récit est basé sur des faits réels, les noms et certains lieux ont été changés.


23 août 2018

25 ans dans une startup - billet n.21

Introduction - billet n.20

Avant de parler de la crise qui allait frapper la startup, je ne peux pas éviter de parler d'un événement mondial majeur qui a fait écrire à Alexandre Adler ce titre terrible : "J'ai vu finir le monde ancien". Littéralement.

J'assurais l'un de mes derniers TP d'informatique. Les sujets étaient distribués, les étudiants commençaient à travailler et à faire des recherches sur internet. En me déplaçant dans la salle de TP, je constate que sur plusieurs écrans d'ordinateur défilent les mêmes curieuses vidéos, sans rapport avec le sujet de TP. Les mêmes vidéos en même temps. Petit à petit, tous les étudiants et moi-même regardons ces images terribles diffusées en temps réel sur internet par les télévisions américaines.

Nous sommes le 11 septembre 2001, les images des tours jumelles du World Trade Center de New-York tournent en boucle partout dans le monde.

Je n'ai pas pris conscience immédiatement de l'immensité du changement de monde que j'observais à ce moment-là avec mes étudiants. J'ai demandé d'éteindre les haut-parleurs des ordinateurs, pour ne pas diffuser les commentaires médusés des témoins directs des attentats. J'ai demandé aux étudiants de se concentrer sur le sujet de TP. Celui-ci était pourtant loin de nos préoccupations, et un lourd silence régnait dans la salle.

Dès la fin de la séance, tout le monde est parti. Je suis rentré chez moi pour regarder les informations. Ma femme et moi avons réussi à protéger nos enfants de ces images terribles pendant quelques heures. Mais l'événement était trop fort, trop universel, trop historique, pour y échapper.

Ces quelques heures terribles ont modifié durablement notre mode de vie. Je ressens encore parfois l'effroi qui s'est emparé de moi à la vue de ces images. En particulier lorsque je les retrouve en version non censurée sur les scellés que je dois analyser, lorsque l'on me confie une mission d'expertise judiciaire et que le scellé appartient à un collectionneur d'images fortes. Le bruit des corps qui s'écrasent aux pieds des tours m'a longtemps empêché de dormir...

Et pourtant, aussi incroyable que cela puisse paraître parfois, la vie continue et avec elle, la série des succès et des échecs.

Billet n.22

--------------

Ce récit est basé sur des faits réels, les noms et certains lieux ont été changés.


21 août 2018

25 ans dans une startup - billet n.20

Introduction - billet n.19

Grandir dans une startup n'est pas une chose aussi aisée qu'on peut l'imaginer. Il faut travailler dur et faire les bonnes propositions au bon moment. En 2001, j'étais lessivé par mes activités multitâches, et je constatais que les attentes du personnel auprès du système d'information étaient de plus en plus grandes. J'ai donc proposé au Directeur Général de quitter mon poste d'enseignant-chercheur et de me consacrer pleinement à mon poste de Responsable Informatique. Après quelques jours de réflexion, il acceptait ma proposition, et me proposait en plus d'intégrer le comité de direction (Codir)...

Quand j'ai rejoins la startup, elle avait déjà trois ans. En 2001, elle avait onze ans, et le comité de direction était devenu le lieu des décisions importantes. En devenir membre permanent était à l'évidence une promotion. Quitter mes fonctions d'enseignant était un virage important pour moi : c'était faire le deuil de l'enseignement et de la recherche, pour revenir à mes premières amours, à l'objet de ma formation initiale, être un ingénieur.

Les défis techniques étaient importants : équiper la startup d'un système d'information digne de ce nom passait alors par le déploiement d'un ERP. En effet, après quelques années à essayer de développer nous même une gestion sur mesure de nos données autour d'une base de données dédiée (j'ai même passé une certification DBA Oracle !), il fallait bien faire le constat que nos développements prenaient un temps incompatible avec la vitesse de croissance de la startup. Je passais donc en mode projet pour faire l'acquisition sur l'étagère d'un progiciel de gestion intégré.

J'enseignais la gestion de projet, et c'était ici l'occasion de passer à la pratique dans ma propre structure. A tous mes jeunes confrères qui lisent ce billet, je profite de cette série pour vous proposer la liste des 10 erreurs à ne pas faire et qui sont les causes traditionnelles d'échec d'un projet :
  1. Absence de responsable projet désigné comme tel
  2. Absence d'équipe projet pluridisciplinaire, allouée partiellement ou totalement sur le projet
  3. Absence d'objectifs clairs
  4. Absence de culture projet concentrée sur le franchissement des jalons
  5. Absence de procédure formelle pour le franchissement des jalons
  6. Manque de formation des équipes projet
  7. Absence de revue de projet
  8. Coordination inadaptée entre les fonctions
  9. Absence de budget alloué au projet
  10. Manque d'intégration des fournisseurs dans les phases clés du projet
Je m'applique alors à éviter chaque écueil. Mais une crise couvait et allait éclater.

Billet n.21

--------------

Ce récit est basé sur des faits réels, les noms et certains lieux ont été changés.


16 août 2018

25 ans dans une startup - billet n.19

Introduction - billet n.18

Tout le monde travaillait dur. De mon côté, la coupe était pleine : je ne pouvais plus assurer correctement tous les cours, les faire évoluer au mieux des intérêts des étudiants, manager l'équipe d'enseignants vacataires, tout en assumant le développement quasi-exponentiel de l'informatique pédagogique, de l'informatique centrale, de l'architecture du système d'information, de sa sécurité, et de son maintien en condition opérationnelle... Tout reposait sur mes épaules et sur celles de mes deux techniciens.

Les tensions grandissaient dans la startup car tout le monde souffrait de la surcharge d'activité. L'informatisation de l'activité était une des solutions, mais si celle-ci était mal faite, tout risquait de s'écrouler.

Mes deux techniciens bossaient durs et demandaient de plus en plus la reconnaissance de leur travail. La startup était encore trop petite pour leur permettre d'avoir des postes plus importants et mieux payés. L'horizon était bouché pour eux : s'ils voulaient évoluer et mettre en valeur tout ce qu'ils avaient appris, ils devaient partir. Ce qu'ils ont fait, à mon grand désespoir, mais avec ma bénédiction et mes encouragements.

Il a fallu que je recrute rapidement deux nouveaux techniciens, que je les forme aux outils techniques et aux méthodes que j'avais mis en place. Entre temps, le personnel exigeait toujours plus de l'informatique. Outre les demandes d'intervention techniques, nous devions également répondre aux demandes angoissées concernant Excel, Word et tous les nouveaux outils débarquant dans l'univers de chacun...

Les premières grosses pannes ont commencé à arriver. Un serveur important a lâché, les sauvegardes étaient "presque" fonctionnelles. Un mauvais point pour le PCA... La climatisation de la salle serveurs est tombée en panne un week-end : la température est montée à 45 degrés, entraînant l'arrêt d'une grande partie des processeurs des machines (heureusement sans panne matérielle)...

Bref, les responsabilités grandissaient sur mes épaules, j'apprenais vite et beaucoup, mais j'étais arrivé à un stade où je ne pouvais plus uniquement traiter les problèmes par ordre d'urgence.

Il me fallait demander une ré-organisation de mes missions. Voici ce que j'ai proposé.

Billet n.20

--------------

Ce récit est basé sur des faits réels, les noms et certains lieux ont été changés.

Extrait de http://salemoment.tumblr.com/
avec l'aimable autorisation de l'auteur Olivier Ka


14 août 2018

25 ans dans une startup - billet n.18

Introduction - billet n.17

1999... Ceux qui ont moins de 40 ans aujourd'hui n'ont pas du tellement se sentir concernés, même si les média de l'époque en ont fait des tonnes : LE BUG de l'an 2000 ! Mais pour les informaticiens en place à l'époque, c'était un truc sérieux.

Pour mes jeunes lecteurs, je résume rapidement : durant l'antiquité informatique, la mémoire de stockage longue durée (ie l'espace disque dur) coûtait chère, et donc, comme les informaticiens sont des gens économes, tous les programmes qui géraient des dates, les stockaient sur trois octets, par exemple 63/08/03 pour le 3 août 1963. Et pour comparer les dates, il suffisait de comparer les nombres entre eux. Par exemple, pour savoir si le 12 août 1981 est avant ou après le 3 août 1963, il suffit de comparer 810812 et 630803.

Sauf que, avec cette logique, lors du passage de l'année 1999 à l'année 2000, on allait passer de 99 à 00, et donc avoir un risque non nul de problèmes de calcul de dates... L'apocalypse guettait.

MAIS grâce au courage et au dévouement de tous les informaticiens du monde entier qui se sont donnés la main et la souris, des correctifs ont été écrits, des choix technologiques ont été faits (par exemple, la règle 2029 dans Excel), un label "compatible an 2000" a été créé, les avocats ont préparé leurs armes, et tout le monde a retenu son souffle le 31 décembre 1999 à 23h59.

Pour ma part, j'avais appliqué tous les patchs recommandés, et je m'étais auto imposé une astreinte en salle serveurs. Je suivais l'évolution des différents passages à l'an 2000 dans les différents fuseaux horaires, et s'il y avait des problèmes (il n'y en a pas eu). A 00h00, le 1er janvier 2000, dans ma tranche horaire, j'ai constaté qu'aucun problème ne se présentait, et pour plus de sécurité, j'ai redémarré tous les serveurs et tous les périphériques réseaux.

J'ai pu alors rentrer chez moi et entamer cette dernière année du 20e siècle en sablant le champagne avec mon épouse. Et attendre sereinement les prochains problèmes (pensez-y le 19 janvier 2038 ;-)

Ce que je ne savais pas, c'est que la startup entrait dans une zone de turbulences...

Billet n.19

--------------

Ce récit est basé sur des faits réels, les noms et certains lieux ont été changés.


09 août 2018

25 ans dans une startup - billet n.17

Introduction - billet n.16

La puissance d'un collectif, cela se mesure par la somme des forces de chacun de ses membres. En l'espèce, notre pouvoir de persuasion des financeurs publics régionaux d'avoir la vision du développement d'internet. En 1998, ce n'était pas franchement gagné. Pourtant, nous avons réussi à faire relier chaque établissement, y compris le plus paumé dans la pampa, à la prise régionale du jeune réseau national de télécommunications pour la technologie, l'enseignement et la recherche, de son petit nom RENATER, créé en 1993.

En 1999, je disposais ainsi d'une fibre optique, et de 254 adresses IP, c'est-à-dire d'un segment internet /24 (on disait encore "une classe C" à l'époque) à gérer moi-même. Et d'un nom de domaine.

J'ai du apprendre ce qui était un nouveau métier pour moi : administrateur réseau. Passerelles, zone démilitarisée (DMZ), parefeu, routage... autant de concepts que je n'avais pas étudiés à l'école et qui s'imposaient à moi.

Et nous avons installé une messagerie pour les étudiants, dans le prolongement de notre Sendmail, et un accès internet sur tous les ordinateurs de l'école. J'allais découvrir une autre facette de mon métier : l'analyse des logs et la surveillance du bon usage du réseau et de son accès internet. L'administrateur informatique est omnipotent et la jurisprudence concernant la cybersurveillance balbutiait (cf l'histoire des administrateurs informatiques de l'ESPCI). Comme beaucoup, j'ai commis des erreurs dans mon empressement à maîtriser la bonne utilisation des tuyaux. J'ai par exemple longtemps affiché dans la salle commune les statistiques nominatives d'usage de la messagerie... et le top 10 des sites internets consultés. Sachant qu'"internet is for porn"...

C'est à cette occasion que j'ai rédigé ma première charte informatique.

C'est aussi à ce moment que j'ai commencé à tester les failles de mon propre système : lire à ce sujet le billet "cracker les mots de passe"... Quel informaticien n'a pas un jour rêvé de se transformer en pirate en forçant les sécurités mises en place ? Surtout quand il s'agit de son propre système, avec sa propre autorisation \o/

Entre temps, mon épouse avait posé sa plaque d'avocate. Mes soirées étaient occupées à faire son secrétariat sur ordinateur en tapant son courrier ou ses conclusions. C'est en l'aidant sur ses dossiers qu'elle m'a encouragé à poser ma candidature pour devenir expert judiciaire. Je prêtais serment en janvier 1999, à 35 ans.

Le service communication de la startup ne s’intéressait pas encore à internet. La révolution était encore simplement numérique. J'ai ainsi pu créer assez librement avec mes étudiants le premier site web de l'établissement, en HTML, optimisé pour des écrans 800x600... J'avais demandé aux étudiants du projet de contacter tous les autres étudiants pour traduire les pages (statiques) dans le plus grand nombre de langues possibles. C'est ainsi que nous étions très fiers d'avoir une version en anglais, en allemand, en espagnol, en italien, mais aussi en chinois (les caractères au format image), en portugais, en polonais, en néerlandais, en roumain, en russe, en arabe, en gabonais, en mauritanien, en sénégalais, et même en créole martiniquais. Le site existe encore dans mon cœur et sur archive.org :-)

Mais un gros nuage informatique mondial s'annonçait : la fin de l'année 1999 et le passage à l'an 2000...

Billet n.18

--------------

Ce récit est basé sur des faits réels, les noms et certains lieux ont été changés.

Image obtenue avec oldweb.today

07 août 2018

25 ans dans une startup - billet n.16

Introduction - billet n.15

En 1998, cela fait 5 ans que j'ai rejoins cette startup qui a maintenant 8 ans, et bien sur, nous branchons sur notre nouveau réseau informatique tous les serveurs déjà en place, qui font le job, et que nous maîtrisons tant bien que mal : autour de trois serveurs Novell Netware 4.1 (administration, pédagogie et recherche), les utilisateurs disposent de services d'authentification, d'impressions et de stockage de fichiers qui fonctionnent plutôt bien.

Je prends une décision difficile : la suppression de notre réseau LocalTalk et son protocole AppleTalk, et donc RIP les trois Macintosh sur lesquels certains enseignants faisaient de la PAO vers la magnifique imprimante LaserWriter... Les coûts des différents logiciels et la nécessité de rationalisation m'obligeaient à passer tout le monde sous Windows 95. Avec les nouvelles salles informatiques déployées, et les machines entrant dans les bureaux, nous atteignons 100 ordinateurs. J'enseigne les couches du modèle OSI.

Mais il manque la messagerie et l'accès à internet. A vrai dire, à cette époque, ils me manquent surtout à moi : personne n'en veut, et à part quelques chercheurs intéressés, tout le monde nous regarde en haussant les épaules. Voire avec une certaine inquiétude : "mais si tu installes une messagerie, on va nous supprimer nos casiers, nos fiches navettes congés... Et tant qu'à faire, pourquoi pas les notes de service papier !?"

Mais avant de découvrir la résistance au changement, la peur de la nouveauté et les prémisses difficiles de la révolution numérique, j'avais un vrai problème technique à résoudre : comment mettre en place un accès internet pour 30 personnes ?

Fort de mon expérience parisienne où j'avais découvert le réseau de réseaux à la fin des années 80 (le web graphique n'existait pas encore ! Nous utilisions des lignes de commandes pour échanger des fichiers et envoyer des emails. Lire le billet "Votre plus vielle donnée"), me voici à investiguer depuis la maison avec mon PC et modem USRobotics perso sur les forums et les HOWTO... C'est l'époque de mes premiers sites persos sur Mygale.org et GeoCities et de mon FAI Worldnet puis Freesbee. J'enseigne le HTML.

Liberty Surf, Freesurf, World Online, Oreka, Fnac.net n'existent pas encore.
Le nouveau nom du portail "Pages Jaunes Multimédia", renommé "Wanadoo" en référence à l'expression argotique américaine "Wanna Do", a trois ans. Les français consultent leurs emails sur Minitel, et l'hésitation va durer.

1998, c'est avant tout et surtout pour moi la naissance de ma deuxième fille. Mon épouse est avocate stagiaire, j'enseigne et je développe le système d'information de la startup, nos journées sont bien remplies, nos soirées et nos nuits aussi :-)

En quête d'aide pour mon problème d'accès à internet (l'ADSL est balbutiant), je me rapproche de l'université voisine qui mène la même réflexion, mais avec des moyens plus importants que les miens. Depuis 1996, elle me prêtait une machine NeXSTEP, un modem, et hébergeait mes quelques comptes emails provisoires. J'apprends à cette occasion l'existence d'un groupe de responsables informatiques réunis en association loi 1901 avec l'objectif de créer un réseau régional d'accès à internet pour les établissements d'enseignement supérieur de ma région. J'y adhère.

Je ne suis donc plus seul.
Petit, mais plus seul...

J'allais découvrir la force d'un collectif...

Billet n.17

--------------

Ce récit est basé sur des faits réels, les noms et certains lieux ont été changés.

Faire les bons choix...

02 août 2018

25 ans dans une startup - billet n.15

Introduction - billet n.14

Il n'y a pas de formation "responsable informatique dans une startup". Au départ, vous vous dites que vous allez faire de votre mieux et que tout le monde va vous féliciter. Après tout, vous êtes celui qui vient éteindre l'incendie, celui qui vient régler les problèmes en trouvant des solutions...

C'est vrai.

Au départ.

Puis, très vite, vient le temps où vous êtes perçu comme la cause des problèmes. Après tout, c'est vous qui êtes responsable de l'informatique (donc des problèmes qui viennent avec).

C'est vrai aussi.

Ma première idée a été de préserver mon équipe, en les protégeant le plus possible des reproches et des coups. Cela leur permet d'être concentrés sur le support 1 et 2, pendant que je lutte pour obtenir des moyens, des crédits, des ressources humaines, tout en essayant de réfléchir aussi aux solutions que je peux apporter à plus long terme : c'est l'objet du plan d'investissement, qui s'est vite transformé en schéma directeur, puis en SDSI. Et en même temps (marque déposée), j'apprends à être admin réseau, à gérer la sécurité informatique, à dépanner les ordinateurs, à gérer le stockage, les sauvegardes, les pannes...

Pour construire le nouveau réseau informatique, j'ai rédigé le cahier des charges, puis le CCAP et le CCTP en m'aidant de documents similaires trouvés sur internet. Je suis allé voir les responsables informatiques des entreprises locales et des universités de la région. J'ai fait une synthèse de tout cela, je suis allé voir le directeur général qui a obtenu le soutien des financeurs. J'ai ensuite passé un appel d'offre, animé la commission d'ouverture des plis et de sélection des soumissionnaires. Le chantier a démarré, avec sa cohorte de problèmes et de micro-décisions. Avec au bout un nouveau réseau flambant neuf : un mélange de câbles catégorie 5e+ (la catégorie 6 allait sortir bientôt) certifiés gigabit, avec des jarretières RJ45, et de fibres optiques certifiées, elles, 10 gigabits.

Pour l'époque (1998), c'était avant-gardiste. Tellement d'ailleurs, que le budget et la raison m'ont conseillé de ne prendre en actifs réseaux que des switchs 100 Mb/s et un cœur de réseau gigabit (soit 10x moins que le maximum possible). Je préparais ainsi le coup suivant et pensais à mon "moi de dans dix ans"...

La base de l'informatique, c'est le réseau. Il faut que celui-ci soit fiable et performant. Une fois celui-ci construit, il ne reste plus qu'à le maintenir en état et appuyer dessus les ordinateurs et les logiciels adéquats, pour pouvoir atteindre et franchir cette mythique année Y2K sans voir se déclencher mon siège éjectable. Le maintenir en état dans la durée, cela veut dire de protéger les prises des branchements sauvages, d'interdire les ajouts de "bout de réseau" non certifiés (tirage de câbles par des amateurs...), de surveiller son fonctionnement avec des sondes logicielles... Un vrai métier.

Oui, mais pour le reste : quels serveurs brancher sur ce réseau et quels logiciels installer dessus, pour quels services ?

Billet n.16

--------------

Ce récit est basé sur des faits réels, les noms et certains lieux ont été changés.

Source Wikipedia

31 juillet 2018

25 ans dans une startup - billet n.14

Introduction - billet n.13

Le réseau informatique s'agrandit, jusqu'au jour où la première catastrophe est arrivée : une panne complète du réseau. Avec le recul, je me dis aujourd'hui qu'une telle situation était inéluctable.

A cette époque lointaine, le câblage n'était pas dédié à l'informatique. Dans un élan de modernité, les concepteurs des bâtiments avaient mis en place un câblage universel pour la téléphonie, la vidéo et l'informatique. Toutes les baies de brassage étaient étiquetées pour que l'attribution d'une prise terminale soit clairement effectuée : une prise pouvait donc être affectée, soit au réseau informatique (exemple: un ordinateur pour le relier aux serveurs), soit au réseau téléphonique (ex: un téléphone pour le relier au PABX), soit au réseau vidéo (ex: un téléviseur pour le relier à la régie vidéo).

Avec plus de 850 prises dans les bâtiments, ce qui devait arriver arriva : les trois réseaux supposément étanches commençaient à avoir de plus en plus d'anomalies de branchements, de boucles, de défauts, d'interférences... Et le plus sensible dans l'histoire, était le réseau informatique avec ses HUB 10Mb/s, ses tempêtes de diffusion, etc. Nous en étions arrivés au point où régulièrement, nous devions appuyer les mains à plat sur les câbles des baies de brassage pour rétablir les points de contact dans les modules IBCS infraplus...

Il fallait trouver une solution. J'ai eu beau tourner le problème dans tous les sens, je n'en voyais qu'une : faire poser un nouveau câblage, dédié à l'informatique, en faisant cette fois les bons choix technologiques.

Je découvrais alors le fondement même du métier de responsable informatique, ce qui fait sa force ou sa faiblesse : devoir faire les bons choix pour préparer l'avenir, dans un domaine aussi évolutif que l'informatique :
- GNU/Linux, BSD, Novell, Solaris, NeXSTEP, Système 7, OS/2, VMS, HP-UX ou Windows  ?
- HUB ou switchs, câblage de catégorie 5 ou 5e, fibres optiques monomodes ou multimodes ?
- Serveurs tours ou en rack, 1U ou 2U, processeurs RISC ou CISC ?
- Fortran, Prolog, LISP, langage C ou SmallTalk ?
- Ajouter des trucs au système en le touchant le moins possible, ou remettre tout à plat ?

Tels étaient quelques uns des choix qui s'offraient à moi à l'époque. Et, bien que la startup commença à avoir quelques années au compteur, pas question d'avoir une assistance à maîtrise d'ouvrage, ni un conseil de qui que ce soit.

Comme beaucoup de mes (jeunes) homologues, j'étais seul...

Billet n.15

--------------

Ce récit est basé sur des faits réels, les noms et certains lieux ont été changés.

Source darkroastedblend.com

26 juillet 2018

25 ans dans une startup - billet n.13

Introduction - billet n.12

Le lendemain de l'annonce de ma prise de fonction, toutes les personnes rencontrant des problèmes informatiques m'appellent pour que je les résolve immédiatement... Impression, mise en page, formule dans un tableur, bourrage papier, fichier effacé, etc.

Je réponds aux demandes comme je peux, mais j'essaye de donner de l'autonomie aux personnes pour qu'elles puissent s'en sortir seules la prochaine fois. J'utilise tout mon sens de la pédagogie pour former mes collègues. Hélas, le sujet est plus complexe que je ne l'imaginais et l'envie d'apprendre assez différente de celle des étudiants. Je découvre la résistance au changement...

Très vite, au bout de quelques mois, je comprends que je ne m'en sortirai pas comme ça. On ne peut pas carillonner et être à la procession, on ne peut être à la fois au four et au moulin. Je propose le recrutement d'un jeune technicien info pour m'aider sur la fonction support.

Puis, à deux, nous commençons l'amélioration des outils informatiques :
- structuration des données du serveur de fichiers
- mise en place d'un accès à internet par modem (nous sommes en 1996, la plupart des établissements d'enseignement supérieur sont déjà reliés à internet depuis au moins 10 ans !)
- installation d'IP sur les postes de travail, en cohabitation avec IPX
- mise en place d'un nom de domaine au nom de la startup
- création d'un serveur de messagerie Sendmail et d'une première passerelle, basés sur la distribution Yggdrasil Linux
- installation d'un outil de messagerie (Pegasus Mail)
- passage à Windows 95 et Windows NT
- abandon des Mac et des stations HP-UX au profit d'une uniformisation des logiciels.

En quelques années, toute l'organisation du travail va changer.

Les ordinateurs commencent à envahir très progressivement les bureaux, avec leur complexité technologique. Les dernières machines à écrire sont rangées, avec leurs duplicateurs carbones, mais sont prêtes à être sorties au moindre problème.

La startup grandit, le service informatique s'étoffe avec l'arrivée d'un deuxième technicien info.

Netscape Navigator règne sans partage et nous permet d'aller consulter les bases de données d'Altavista. La sécurité informatique commence à faire parler d'elle. Je donne sur le sujet une conférence à mes étudiants de 5eme année, basée sur l'ouvrage "Naissance d'un virus" de Mark Ludwig.

J'applique ce que j'enseigne et j'enseigne ce que j'applique. Attaques, défenses, contre-mesures, services (serveurs d'impression, serveurs de fichiers, authentification, sauvegardes...), MCO, plan d'investissement informatique.

Le réseau informatique s'agrandit, jusqu'au jour où...

Billet n.14

--------------
Ce récit est basé sur des faits réels, les noms et certains lieux ont été changés.


24 juillet 2018

25 ans dans une startup - billet n.12

Introduction - billet n.11

Après trois années dédiées pleinement à la pédagogie, avec beaucoup de choses à apprendre, beaucoup de progrès à faire, j'ai complètement arrêté la recherche, d'autant plus que la startup ne développe aucun axe de recherche en informatique, et que je n'ai pas vraiment l'étoffe pour proposer de créer ex nihilo un programme de recherche avec les financements qui vont avec.

Mais sans recherche, comment rester dans le coup, techniquement ?

Bien sûr, je fais de la veille sur tous les sujets qui le nécessitent, et j'ai déjà beaucoup à faire sur mon périmètre fonctionnel : suivi des étudiants, révision du cours, animation de l'équipe de vacataires, modification des sujets de TD et de ceux de TP, enseignements en amphis, TD et TP, mise en place de projets techniques, encadrement de stagiaires, évaluation des apprentissages, participation à la promotion de l'école dans les différents salons et forums post-bac...

Mais le départ du technicien informatique, n'est-ce pas là l'occasion de revenir à mes premières amours : mettre l'informatique au service des utilisateurs ? De remplacer l'activité de recherche et son dynamisme intellectuel par une activité similaire mais plus concrète et appliquée : la gestion de l'informatique d'une entreprise naissante ? D'utiliser ma double formation d'ingénieur et d'enseignant-chercheur ?

Après mûre réflexion, je suis allé voir le directeur général et je lui ai fait la proposition suivante : "Je vous propose de créer le poste de responsable informatique et de me mettre sur cette fonction à mi-temps. Une seule condition : un rattachement hiérarchique directement à vous-même, et non plus au directeur administratif et financier. L'informatique ne doit pas être vue uniquement comme un centre de coût, mais comme un outil transversal au service de tous, avec éventuellement des arbitrages à votre niveau."

Il m'a répondu "Ok, mais je vous préviens, vous serez à plein temps sur la fonction, en plus de votre fonction actuelle..."

J'ai signé.

Le lendemain, les problèmes tombaient comme à Gravelotte.

Billet n.13

--------------

Ce récit est basé sur des faits réels, les noms et certains lieux ont été changés.

19 juillet 2018

25 ans dans une startup - billet n.11

Introduction - billet n.10

Sur le sujet de la pédagogie : rien que cette matière mériterait une saga entière de plusieurs tomes ;-)

Pour faire cours court, voici mes quelques règles de base :
- Appel. On ne peut pas espérer transmettre un savoir sans un minimum de présentiel. Mon cours n'est pas un MOOC. Je commente beaucoup de choses en direct live. Je fais donc circuler une feuille d'émargement que je ne quitte pas des yeux pendant le premier quart d'heure. J'accepte tous les retardataires tant qu'ils ne dérangent pas le cours (lire cette anecdote à ce sujet). Comme je sais que certains signent pour d'autres, au bout de trois amphis, je compare les signatures et, au cours suivant, j'appelle à voix haute les suspects d’absentéisme récurrent. En général, personne ne répond : effet garanti, et l'amphi est ensuite plein jusqu'à la fin du module.

- Discipline. J'ai la chance d'avoir une voix de Stentor qui me permet de surmonter le brouhaha. Je me déplace tout autour des étudiants et reste parfois tout en haut de l'amphi. Cela les intrigue et remet le dernier rang dans la course. J'essaye de faire varier le cours entre répétitions, interactions et anecdotes pour maintenir l'attention.

- Pause. Je fais une pause au bout d'une heure de cours. Les étudiants sortent 5mn, on perd un quart d'heure, mais l'attention peut de nouveau être soutenue. Tout le monde y gagne.

- Structure du cours. Je fais souvent des retours arrière, qui agacent les bons élèves, mais qui permettent aux moins bons de rester dans la progression. Je demande aux étudiants de faire des autoévaluations entre deux cours pour les aider à apprendre. Je les encourage à poser des questions en TD et en TP.

- A quoi ça sert. Je donne beaucoup d'exemples, les plus concrets possibles. L'algorithmique ne sert pas qu'à faire de la programmation. C'est une méthode de résolution de problèmes, par décomposition en sous problèmes jusqu'à ce que chaque sous problème soit simple à résoudre. Un peu comme la rédaction d'une notice de montage de meuble en kit...

- Ludique. Apprendre à programmer un jeu de dames, non pas chacun de son côté, mais en travaillant en mode projet : un seul programme de jeu de dames, mais développé par 100 personnes, est un excellent moyen de mettre en pratique les méthodes de gestion de projet. Chacun a une tâche relativement simple à faire, les problèmes mis en valeur se retrouvent surtout dans la coordination.

- Personnaliser. Chaque étudiant est unique. Il faut trouver le juste équilibre pour permettre à chacun d'y arriver. Il y a ceux qui travaillent pour payer leurs études, ceux qui ont besoin de temps pour acquérir des connaissances, ceux qui ont un poil dans la main, ceux qui aiment la discipline, ceux qui la détestent... Il faut discuter avec les étudiants (cafétéria, pauses, activités périscolaires...), essayer de les connaître, laisser sa porte ouverte, convoquer ceux en difficulté avant que les difficultés ne deviennent insurmontables, etc. Il faut respecter chaque personnalité et la laisser s'exprimer sans la juger. Former sans déformer. Ni moule, ni moules.

- Évaluer pour former. Je fais très attention à ce que les différentes évaluations des connaissances des étudiants que je réalise ne deviennent pas une évaluation de mon manque de pédagogie. J'insiste lourdement sur les points importants : "si vous ne deviez retenir que peu de choses de ce cours, celle-ci en fait partie". Si je constate que la moyenne de la promotion à un devoir est très basse, c'est souvent que j'ai raté quelque chose : soit j'ai été nul dans mes explications, soit j'ai mal rédigé mon sujet d'examen, soit mon barème est mauvais. Dans tous les cas, je suis en faute. Soit j'annule l'épreuve, en expliquant pourquoi aux étudiants et je recommence si possible, soit je modifie mon barème.

Une première année passe, puis une deuxième, et alors que je consacrais toute mon énergie à essayer de devenir un bon enseignant former de bons ingénieurs, tout à coup, au bout de trois ans, le technicien responsable de l'informatique démissionne.

Sa décision allait changer ma vie...

Billet n.12

--------------

Ce récit est basé sur des faits réels, les noms et certains lieux ont été changés.



17 juillet 2018

25 ans dans une startup - billet n.10

Introduction - billet n.9

"La pédagogie désigne l'art de l'éducation. Le terme rassemble les méthodes et pratiques d'enseignement requises pour transmettre des compétences, c'est-à-dire un savoir (connaissances), un savoir-faire (capacités) ou un savoir-être (attitudes)." (source Wikipédia)

Je ne voudrais pas généraliser à partir de ma seule expérience, mais il me semble que les enseignants du supérieur sont quasiment tous lancés dans le grand bain sans une once de formation à la pédagogie. On appelle cela "l'enseignement par la recherche"... L'intervenant vient essayer de transmettre tant bien que mal son savoir, un peu de son savoir-faire, plus rarement de son savoir-être. Il n'a pas été formé à cela.

Je voudrais citer ici un extrait du livre de Michel Serres "Petite Poucette" :
Jusqu'à ce matin compris, un enseignant, dans sa classe ou son amphi, délivrait un savoir qui, en partie, gisait déjà dans les livres. Il oralisait de l'écrit, une page-source. S'il invente, chose rare, il écrira demain une page-recueil. Sa chaire faisait entendre ce porte-voix. Pour cette émission orale, il demandait le silence. Il ne l'obtient plus.
Formé dès l'enfance, aux classes élémentaires et préparatoires, la vague de ce que l'on nomme le bavardage, levée en tsunami dans le secondaire, vient d'atteindre le supérieur où les amphis, débordés par lui, se remplissent, pour la première fois de l'histoire, d'un brouhaha permanent qui rend pénible toute écoute ou rend inaudible la vieille voix du livre. Voilà un phénomène assez général pour que l'on y prête attention. Petite Poucette ne lit ni ne désire ouïr l'écrit dit. Celui qu'une ancienne publicité dessinait comme un chien n'entend plus la voix de son maître. Réduits au silence depuis trois millénaires, Petite Poucette, ses sœurs et ses frères produisent en chœur, désormais, un bruit de fond qui assourdit le porte-voix de l'écriture.
Pourquoi bavarde-t-elle, parmi le brouhaha de ses bavards camarades ? Parce que, ce savoir annoncé, tout le monde l'a déjà. En entier. À disposition. Sous la main. Accessible par le Web, Wikipédia, portable, par n'importe quel portail. Expliqué, documenté, illustré, sans plus d'erreurs que dans les meilleures encyclopédies. Nul n'a plus besoin des porte-voix d'antan, sauf si l'un, original et rare, invente.
Fin de l'ère du savoir.
Me voilà donc à la fois en train de découvrir la pédagogie, mais aussi les effets de la révolution numérique : les étudiants n'écoutent plus aussi facilement.

Problème : ma hiérarchie me demande d'enseigner à l'ensemble de l'amphithéâtre... Pas uniquement aux deux premiers rangs occupés, mais à l'ensemble des étudiants de la promotion. Pas uniquement aux étudiants souhaitant assister à mon cours, mais faire en sorte que tous les étudiants soient présents, y compris ceux ayant pensant avoir mieux à faire ailleurs...

Il faut donc faire l'appel (en amphi!), rendre le cours intéressant, maintenir l'intérêt des étudiants pendant 2h de suite, faire en sorte qu'ils soient présents, attentifs, concentrés, prêts à écouter, comprendre, apprendre, retenir l'ensemble des informations que je vais leur transmettre...

Bref, il faut que j'essaye d'être un bon pédagogue, un bon policier, un bon juge, un bon animateur, un bon psychologue. Ferme mais juste.

Après moult essais et erreurs, voici ce que j'ai mis en place.

Billet n.11

--------------

Ce récit est basé sur des faits réels, les noms et certains lieux ont été changés.

12 juillet 2018

25 ans dans une startup - billet n.9

Introduction - billet n.8

Je n'ai jamais fait de cours avant. Mon poste précédent de Maître de conférences me cantonnait au suivi de travaux pratiques (TP) et à quelques cours de formation continue en effectif réduit.

Il s'agit cette fois d'assurer un cours dans un amphithéâtre, face à une promotion d'une centaine d'étudiants.

Ma seule expérience face à un auditoire aussi nombreux, je la devais à un colloque effectué à la suite de mon DEA, et que j'ai déjà racontée ici (lire le billet "tribun du troisième âge"). Autant dire que je n'en menais pas large.

Il n'y a pas si longtemps, j'étais assis à leurs places dans des amphithéâtres à regarder des professeurs inconnus démarrer leurs cours. En 10s ils étaient catalogués : prof pénible, prof inaudible, prof terne... 10s !

Mon cœur bat à 3Hz...

Me voici dans l'amphithéâtre, à regarder les étudiants s'installer. Eux-même me regardent avec curiosité. Quelques semaines auparavant, ils étaient en terminale dans une salle de classe. Ils sont intimidés par ce grand amphithéâtre.

J'attends que tout le monde soit assis. J'installe mon premier transparent sur le rétroprojecteur. Je regarde mes mains : elles tremblent un peu. Je les pose sur le rétroprojecteur en faisant face aux étudiants. Je m'éclaircis la voix.

"Bonjour à tous. Je vois que certains sont un peu intimidés. Sachez que c'est mon cas aussi, car, comme vous, il s'agit de mon premier cours en amphithéâtre."

Je vois quelques sourires sur les visages de certains étudiants qui regardent au-dessus de mon épaule. Je jette un œil derrière moi et je vois que le léger tremblement de mes mains posées sur le rétroprojecteur est amplifié sur l'immense écran derrière moi. Je retire mes mains, j'ajoute "comme vous pouvez le voir", je respire un grand coup et je me lance dans le grand bain.

2h plus tard, les étudiants sortent. J'en retrouve quelques uns dans le laboratoire informatique à déballer des cartons. Je leur demande si le cours s'est bien passé. Ils me rassurent, et me disent que si ma voix était un peu tremblante au début, ils ont aimé le "show".

Je venais de remporter la plus importante de toutes les auditions !

Il me reste maintenant à concrétiser.

Billet n.10

--------------

Ce récit est basé sur des faits réels, les noms et certains lieux ont été changés.

Source Pexels


10 juillet 2018

25 ans dans une startup - billet n.8

Introduction - billet n.7

Rentrée de septembre 1993. Me voici assis dans mon bureau, entouré d'inconnus, dans un lieu inconnu, avec des étudiants inconnus, et un programme pédagogique inconnu...

Le directeur des études me donne un mois pour mettre sur pied mes premiers cours. Je m’attelle à la tâche. Premièrement, prendre contact avec les enseignants vacataires ayant officié l'année précédente. Les rassurer et leur présenter la feuille de route que j'ai établie (établir la feuille de route). Prendre progressivement la mesure des responsabilités qui sont les miennes et les enjeux pour les étudiants. Établir les grandes lignes d'un cours d'initiation à l'algorithmique basé sur le langage Pascal, jeter les bases des TP associés. Faire de même avec le cours d'algorithmique avancé associé au langage C. Préparer deux conférences pour les 5e années.

L'avantage d'une embauche dans une startup, le seul en fait, est de participer au lancement de quelque chose. L'école a déjà 3 ans quand je la rejoins, et donc trois (petites) promotions d'étudiants aux profils d'aventuriers. Nous sommes une dizaine d'employés à les encadrer. En fait, tout le monde entraide tout le monde : l'équipement est à déballer dans les nouveaux bâtiments construits par le département, la pédagogie est à (co)construire.

Des étudiants enthousiastes aident le technicien informatique à ouvrir les cartons des nouveaux ordinateurs, et à installer les tables et les chaises. Bien entendu, je suis avec eux, à découvrir nos nouveaux jouets : des stations de calcul sous HP-UX et des ordinateurs "compatibles IBM PC" sous Windows 3.1. Nous branchons tout cela sur le réseau Novell Netware flambant neuf.

Les rôles entre le technicien informatique et moi sont clairs : il s'occupe de tout, je m'occupe de l'enseignement. Comme il ne m'est pas hiérarchiquement rattaché, je ne suis pas son chef, je ne lui donne pas d'ordre. Ok, ça me va, j'ai suffisamment à faire de mon côté. Je crois qu'il m'aime bien, parce qu'il voit bien que je le respecte, malgré tous mes diplômes. Et que je le laisse tranquille.

Non seulement je le respecte, mais j'apprends plein de chose avec lui. Le savoir-faire concernant le réseau Apollo Token-Ring (avec des contacts en or !) que j'avais mis en place dans mon travail précédent ne m'est pas d'une grande utilité : je découvre Ethernet 10BASE-T, l'administration réseau Novell, la gestion des comptes, le brassage des prises, l'assemblage de PC...

Dans cette effervescence, je rédige les premiers chapitres de mes cours. Et fatalement, arrive le premier cours en amphithéâtre.

Je n'ai jamais fait cours avant...

Billet n.9

--------------

Ce récit est basé sur des faits réels, les noms et certains lieux ont été changés.

Source YouTube