26 septembre 2006

J'aime la science-fiction

Jusqu'à l'âge de 20 ans, je n'étais pas particulièrement attiré par la lecture. J'avais lu toutes les œuvres obligatoires de mon parcours scolaire (quelques pièces de Molière, Candide de Voltaire, Critique de la raison pure de Kant, etc.), j'avais lu et dévoré Agatha Christie.

Mais l'épaisseur (physique) d'un livre restait malgré tout pour moi un critère important dans mes choix de lecture.

Puis un jour, je suis tombé sur "Dune" de Franck Herbert. Une édition de luxe, grande taille, grosse épaisseur, poids lourd... Par simple curiosité, j'ai ouvert le livre au milieu et là... Impossible de refermer le livre! J'ai lu le livre d'une traite jusqu'à une heure avancée de la nuit. Le lendemain, je recommençais la lecture par le bon bout et dévorais de nouveau le livre, cette fois ci du début à la fin.

Une révélation!

Depuis, j'ai accumulé suffisamment de livres (de poche) sur la science-fiction pour couvrir un mur entier de mon bureau. J'aime la science-fiction scientifique (anticipation ou scientifiction): Isaac Asimov, Arthur C. Clarke, Robert Heinlein, Alfred E. Van Vogt. Je suis assez peu friand de "Fantaisy" malgré le grand succès du "Seigneur des anneaux" ou des différents Harry Potter.

Mes lectures favorites:
Je reste bien sur fan de Franck Herbert avec sa série sur "Dune", mais j'adore des titres comme "Plus X" de Eric Frank Russel, "Dinosaure plage" de Keith LAUMER ou "La guerre éternelle" de Joe Haldeman. J'ai du lire ces livres une bonne dizaine de fois chacun.

Ceux qui ne connaissent pas la science-fiction et qui pensent qu'il s'agit d'histoires de petits bonhommes verts, peuvent commencer par "Des fleurs pour Algernon" de Daniel Keyes.

Pour ceux qui pensent qu'il n'y a pas en science-fiction d'histoires intéressantes sur les petits bonhommes verts, il leur faut lire "Martiens go home" de Fredric Brown.

Bonne lecture à tous :)

25 septembre 2006

Sauvegardes vers un serveur SAMBA

Pour effectuer les opérations de sauvegardes familiales, je souhaitais mettre en place des copies croisées de PC à PC de type P2P.
Las, après moultes tests, je n'ai pas trouvé satisfaction parmi les quelques logiciels OpenSource ou freeware du marché.
Je me suis donc résolu à mettre en place un serveur de fichiers.

Matériel: un "vieux" PC avec une carte mère capable de recevoir les disques de grandes capacités d'aujourd'hui. Quelques barrettes de RAM pour monter la mémoire le plus haut possible (c'est toujours cela de pris). Dans mon cas, 256 Mo.

Après avoir retiré le lecteur de cédéroms, je place quatre disques IDE de grosses capacités (un de 250 Go et trois de 160 Go). Je débranche le ventilateur du processeur pour que le serveur fasse le moins de bruit possible et je règle le BIOS sur la fréquence la plus basse possible pour que le processeur chauffe le moins possible (cela fait trois fois le mot « possible », où est mon dictionnaire des synonymes!).

Je choisis d'installer un linux sous Debian: après avoir créé mes deux disquettes (il m'a fallu retrouver deux disquettes en état pour être formatées!) BOOT et ROOT, je procède à l'installation minimaliste de Debian, avec mes disques en LVM (soit 730 Go!!) et la sélection de l’ensemble de paquets "serveur de fichiers".

Après redémarrage, je modifie le fichier "/etc/samba/smb.conf" pour autoriser l'écriture dans les répertoires de home ("writable = yes").
Puis les commandes:
# /etc/init.d/samba restart
# smbpasswd -a "le nom du compte utilisateur"

Et enfin sur les machines Windows XP de la maison, dans l'explorateur:
\\IP_du_serveur\le_nom_du_compte_utilisateur

Comme par magie, tout a fonctionné, me permettant de disposer de 730 Go en ligne pour faire les sauvegardes (photos, films, musiques, etc.) des différentes données personnelles des ordinateurs du réseau familial.

Génial et merci à Debian/Samba.

Pour le logiciel de sauvegarde, j'utilise SyncBackSE que vous trouverez sur le génial site gratilog.net.

18 septembre 2006

Mission impossible

Je sors d'une réunion-bilan regroupant les responsables informatiques de 47 écoles d'ingénieurs françaises.

Il fallait créer un site web mutualisant le recrutement de ces 47 écoles, sachant que:
- les 47 écoles sont concurrentes
- le nombre de candidats global est en baisse
- certaines écoles jouent leur survie à chaque rentrée
- les dates de recrutement sont toutes différentes
- les modes de recrutement sont différents (concours, dossiers, oraux...)
- les organisations sont différentes (écoles multi-sites, concours communs, parfois concours communs mais coefficients des épreuves différents...)
- les systèmes d'information sont différents
- certaines écoles disposent d'extranets existants pour le recrutement et veulent les conserver
- certaines écoles n'ont pas de service informatique
- le projet a démarré en octobre pour une mise en production en janvier
- aucune gestion de projet n'était prévue et n'a été mise en œuvre.

Et bien vous savez quoi, on y est arrivé !

Expert Judiciaire en Informatique

J'exerce sur mon temps libre l'activité d'expert judiciaire en informatique.

C'est une activité passionnante, mais exténuante.

Il faut connaître des domaines de l'informatique dont on ne soupçonne parfois pas l'existence (comment faire parler la mémoire d'une imprimante pour savoir quels ont été les derniers documents imprimés?).
Il faut connaître les procédures juridiques.
Il faut connaître les risques que l'on prend à titre personnel en termes de responsabilités.
Il faut se blinder mentalement (10000 images pédophiles à regarder et imprimer).
Il faut garder le sourire quand on se fait rembourser ses frais (et payer ses honoraires) avec un retard d'un an.

De plus en plus d'experts ne demandent plus leur renouvellement sur les listes des Cours d'Appel.
De plus en plus de magistrats désignent des "experts" en dehors de ces listes, pour faire des économies, sans se rendre compte de leur manque de compétences dans domaines cités ci-dessus.

Tous les experts sont mis dans le même sac: l'expert psychologue qui mène deux cents dossiers par an sur une base forfaitaire et l'expert informatique qui mène les débats dans une réunion d'expertise au commerce face à trois parties assistées de leurs propres experts et Avocats, soit quinze personnes...

Les missions d'expertises informatiques sont passionnantes, surtout en matière criminelle, mais où est la reconnaissance de la qualité des experts?

Pchhhiiiitttt.

16 septembre 2006

Recrutement de tueur à gage sur Internet

France-Japon, le choc des cultures...

France:
En avril 2005, un homme est mis en examen à Nancy pour offre de commettre un assassinat. Il aurait cherché à faire éliminer le concubin de sa maîtresse par un tueur à gages en faisant maquiller l'élimination du rival en accident.

Japon:
Une femme porte plainte contre un homme qu'elle avait engagé sur Internet comme tueur à gages pour éliminer la femme de son amant et qui n'avait pas "exécuté" son contrat. Il est condamné pour escroquerie volontaire en décembre 2005.

Dans un cas, c'est le commanditaire qui est condamné, dans l'autre c'est le tueur car il n'a pas rempli son contrat...

Étonnant non ?

Source: CLUSIF "Panorama de la Cyber-criminalité - Année 2005"
http://www.clusif.asso.fr

Vol d'objet virtuel

Chine : un homme de 41 ans a poignardé un de ses compagnons de jeu. Il n'a pas supporté que celui-ci revende le sable virtuel gagné dans un jeu multi-joueurs en ligne, sabre qu'il lui avait prêté. Selon les médias qui rapportent cette affaire, l'homme était d'abord allé se plaindre auprès de la police du vol de son arme virtuelle. La loi étant muette sur le cas de la propriété d'objets virtuels, sa plainte n'aurait pas abouti et furieux, l'homme en serait venu à tuer son compagnon de jeu.
Il a été condamné à mort avec sursis à exécution, peine qui peut être commuée en peine de prison à vie.


Source: CLUSIF "Panorama de la Cyber-criminalité - Année 2005"
http://www.clusif.asso.fr

10 septembre 2006

Le téléphone sonne

Je fais quelques interventions en amphithéâtre devant les étudiants de l'école d'ingénieurs où je travaille.
J'aime cela, j'aime les étudiants et je crois que les étudiants m'aiment bien aussi.
Peut-être simplement est-ce parce que mes cours, bien qu'obligatoires, ne sont pas sanctionnés par une note finale...

Me voilà donc face à eux en ces jours de rentrée. 150 têtes et autant de paires d'oreilles m'écoutent attentivement (ce sont de nouveaux étudiants, ils n'ont pas eu le temps d'apprendre à parler entre eux en amphi) quand tout à coup un téléphone sonne dans l'amphi. Je vois aussitôt un étudiant plonger dans son sac pour éteindre son portable. Agacé, mais surtout pour marquer le coup pour la suite de l'année, je demande à l'étudiant fautif de se lever. Grand silence dans l'amphi, l'étudiant se lève. Cruel jusqu'au bout, je désigne l'étudiant, clame haut et fort mon indignation et demande à tous les étudiants de l'applaudir pour l'encourager à éteindre son téléphone portable avant d'entrer en amphi la prochaine fois.

L'amphi applaudit à tout rompre, l'étudiant fautif est rouge de confusion, je lui demande de s'asseoir en lui accordant mon pardon, magnanime.

Le cours continue, je vois quelques étudiants sortir discrètement leur portable pour l'éteindre. Mon portable est posé sur le bureau, bien éteint, je vérifie moi aussi tout aussi discrètement.

Un quart d'heure passe quand soudain mon téléphone DECT de ceinture sonne. Je le coupe d'un geste machinal, comme si j'étais en réunion. C'était sans compter sur les étudiants de l'amphithéâtre qui se sont tous mis à applaudir...

Je les aime bien mes étudiants, car ils sont intelligents. Ce n'est pas le cas de tous leurs profs...

08 septembre 2006

SNCF c'est possible

Je ne résiste pas à l'envie de vous narrer une petite mésaventure qui m'est arrivé il y a quelques temps.

Décor: je dois me déplacer pour raison professionnelle. Je regarde les horaires possibles sur le site de la SNCF. Je décide d'acheter en ligne moi même mon billet (au lieu de passer par la personne ad hoc de l'entreprise).
C'est vrai quoi, c'est super pratique, et puis comme ça au lieu de payer moi-même et de me faire rembourser, c'est la boite qui paiera directement.

Erreur fatale.

Réservation des billets en ligne (tiens, il faut aller les chercher à la gare)
Il faut fournir un numéro de CB: je fournis celui de la CB de l'entreprise que j'utilise pour mes commandes en ligne [Je précise ici qu'il s'agit d'une CB attribuée à la personne en charge des achats autres qu'informatique. Par souci d'économie et de simplicité, j'ai estimé inutile de disposer moi même d'une CB pour mes achats internet (il ne faut pas engraisser les banques plus que nécessaire). J'ai donc en ma possession, pour mon usage professionnel, les différentes informations nécessaires à un achat en ligne, mais pas la CB elle même]

En quittant le travail, je passe à la gare pour récupérer les billets (chouette je pars plus tôt)

Au choix: la queue ou les machines automatiques. Les machines nécessitant la carte bancaire (que je n'ai pas puisqu'il s'agit de celle de l'entreprise), je choisis la queue (finalement pourquoi ai-je commandé par internet? A oui, pour réserver mes places)

Arrivé devant le guichetier:
- Tiens vous avez commandé par internet ?
- (intrigué) Ben oui
- Vous payez comment?
- Ben par carte bancaire, mais j'ai déjà donné mon numéro sur le site
- (pas de réaction, regard fixe sur écran) Allez-y mettez votre carte
- Mais je n'ai pas la carte, j'ai utilisé celle de l'entreprise ! Mais j'ai déjà donné le numéro sur le site web !
- A oui, mais le site web est sécurisé (mais qu'est-ce qu'il me raconte) et moi il faut que vous mettiez une carte bancaire pour régler.
- Bon OK, je retourne au boulot chercher la carte bancaire.

Retour-boulot, j'explique à genoux à la personne achat (ouf elle est encore là) qu'il faut qu'elle me prête "sa" carte bancaire.

Retour-gare, refile d'attente, re-même guichetier:
- Bonjour, me revoilà avec la carte bancaire de l'entreprise
- (re-regard fixe sur l'écran) Votre numéro de dossier
- DJFNCH637873HDNNXH (vous avez remarqué la simplicité des dossiers de résa SNCF)
- Mettez votre CB dans l'appareil
- (un horrible doute m'assaille) Voilà
- (Ahhhhh quel con, ça va me demander le code secret) VEUILLEZ TAPER VOTRE CODE
- (AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH, merde j'ai pas le code, mais quel CON) Euh, l'appareil me demande mon code, mais je l'ai pas, c'est la CB de l'entreprise, qu'est-ce que je fais?
- (une lueur dans l'œil du guichetier) Vous DEVEZ entrer le code secret de la carte, c'est pour vous protéger, c'est à cause des vols, vous comprenez.

Et là, pour la première fois de ma vie, j'ai éclaté:
- MAIS QU'EST CE C'EST QUE CE SYSTEME D'ACHAT PAR INTERNET COMPLETEMENT NUL VOUS M'AVEZ DIT QU'IL FALLAIT LA CARTE MAIS VOUS M'AVEZ PAS DIT QU'IL FALLAIT LE CODE

Bref, une belle gueulante qui défoule. Toute la gare nous regarde (le guichetier et moi). Je quitte la gare, furieux mais défoulé.

Retour-boulot (pour rendre la CB: pas question de demander le code secret à la personne des achats à cause de son coeur fragile. De toute façon je ne me vois pas retourner au guichet).

Problème: il me faut les billets pour demain matin à l'aube.

Solution: achat sur une borne automatique avec ma CB perso. Pas d'autre gare à moins de 30 kms. Retour (discret) à la gare.

Retour-gare: les deux bornes sont en panne (meeeerde, t'a l'air de quoi maintenant).
Re-queue. Je choisis un autre guichetier.
- Bonjour, c'est vous qui avez fait scandale il y a une demi heure?
- Heu, ben en fait votre système d'achat en ligne n'est pas vraiment pratique, mais bon quoi, les ordinateurs, hein (mais quel faux cul)
- Bon mais mon collègue là bas qui nous regarde, et ben il est pas content du tout.
- (...)
- Bon vous payez comment?
- Par carte bancaire.
- Mettez votre carte dans l'appareil.
- Voilà.
- A tiens, ça recommence.
- (puce illisible, carte défectueuse, carte volée, carte terroriste, carte ayant humilié un agent d'une grande administration) Qu'est ce qui se passe?
- Le système de paiement par carte bancaire est en panne, c'est un problème de téléphone. Vous avez un autre moyen de paiement?
- (AAArgh mon chéquier) Heu, non.

Résigné, je suis sorti de la gare pour aller au distributeur de billet retirer du liquide, je suis revenu, j'ai refais la queue, le seul guichetier disponible était celui à qui j'avais fais esclandre...
- Tiens vous payez en liquide (regard fixe sur l'écran).
- Oui, c'est possible? (J'ai baissé la tête)

Le lendemain, à 5h30 du matin, ce guichetier était sur le quai de la gare en train de ranger des charriots. Persuadé qu'il me cherchait, je me suis faufilé jusqu'à ma place en espérant qu'il n'ait pas passé le mot au contrôleur.

Avec la SNCF, tout est possible.

1er conseil municipal

Et oui, il fallait bien commencer un jour. Pour la première fois, j'ai assisté à un conseil municipal. Exactement l'idée que je m'en faisais! Un maire qui anime les débats pour éviter qu'ils ne s'enlisent. Des conseillers ayant travaillé auparavant en commissions et qui rendent compte (parfois avec partialité de façon qui ne trompe personne).
Nous étions trois dans le public pour une ville de 5000 habitants.
Tous les sujets de la vie de la commune sont abordés: traitements des eaux, distribution et coût de l'eau, aménagement des rues, des lotissements, et même un débat très partagé sur les panneaux d'affichage à destination des associations.
Parfois ridicules, souvent instructifs, les échanges rendent compte de la vie de 5000 personnes, avec leurs travers, leurs incivilités, et leurs qualités.
Début des débats 20h30, fin à 23h15.
A refaire.

07 septembre 2006

Réparation progressive

Notre photocopieur/imprimante est tombé en panne: des trainées noires d'un 1/2 cm de large sont apparues sur le bord droit des feuilles.

Appel n°1 au magasin de vente (nous n'avons pas pris de contrat de maintenance): "Vous n'avez qu'à nous l'apporter pour que l'on voit ce qu'il a". A ma question du coût est répondu qu'un devis sera établi. Normal
Deux jours plus tard, le magasin nous appelle pour nous dire que le photocopieur est réparé (quoi, pas de devis, mais ça va couter combien?). Un simple nettoyage a suffi pour enlever les traces. Sceptique, car j'avais déjà entièrement démonté l'appareil pour le nettoyer, je reviens chercher la bête.
Une semaine plus tard, les traces réapparaissent...

Appel n°2 au magasin: "Je vous envoie un technicien". Génial.
Quelques jours plus tard, un technicien vient constater les dégâts, change une lame de nettoyage, constate que cela ne change rien et propose de nous envoyer un devis de réparation.
Une semaine plus tard, nous recevons bien un devis mais également deux factures couvrant les deux interventions (inutiles), avec les frais associés (déplacement, main d'œuvre, etc.) pour un montant de 232 euros TTC... Le devis de réparation est lui de 400 euros (en gros le prix du matériel). Cerise sur le gâteau, si l'on refuse le devis, celui devient payant à un prix forfaitaire de 45 euros !!!

Appel n°3 au magasin: "de qui se moque-t-on?" Réponse: nous procédons par petits pas afin de ne pas faire payer au client une réparation couteuse inutile. Nous réparons de façon progressive...

Par chance, cette entreprise est un de mes fournisseurs professionnels. J'appelle donc mon contact professionnel à qui j'explique mon problème personnel. Horrifié par la tournure des évènements, il intervient pour annuler toutes les factures (ouf) et m'explique ensuite qu'étant donné la faible marge qu'il fait avec les entreprises (dont la mienne), il est bien obligé de se rattraper sur le pec... particulier moyen.

Exeritur opere nequitia, non incipit (L'acte décèle la méchanceté, mais n'en est pas le principe. Google est mon ami)

06 septembre 2006

Citations

Les sites de citations me gonflent, et je déteste lire les choix de citations effectués par les autres, mais je ne résiste pas au plaisir de vous faire partager une sélection de celles que je trouve les meilleures:

"Ton christ est juif, ta pizza est italienne, ton café est brésilien, ta voiture est japonaise, ton écriture est latine, tes vacances sont turques, tes chiffres sont arabes et... tu reproches à ton voisin d'être étranger ! "
Julos Beaucarne qui , en plus , est belge !

Chaque problème a une solution, mais le gars qui la connait n'est pas forcément déjà né.

In a world without walls, who needs gates or windows ?

Slow and methodical testing like this will eventually get you to a point where you will either be able to spot the bug, or go quietly insane. Maybe both.
[Des tests lents et méthodiques vous conduiront éventuellement à un point où vous serez soit capable de pointer le bug, soit en train de devenir fou. Peut-être les deux.]
Documentation du logiciel Persistance of Vision 2.1

Les travaux d'écolier sont des épreuves pour le caractère et non point pour l'intelligence. Que ce soit orthographe, version ou calcul, il s'agit d'apprendre à vouloir.
Alain

Hacker vaillant, rien d'impossible (anonyme)

L'informatique, en tant que discipline, ne traite pas plus des ordinateurs que l'astronomie ne le fait des téléscopes.
E. W. Dijkstra

De même qu'un marteau pilon frappe plus fort que l'homme, les machines à penser penseront mieux que lui.
Aurel David

Les deux principales choses qui ont été inventées à BERKELEY sont le LSD et UNIX. Il est impossible que ceci soit une coïncidence.
Jeremy S. Anderson

Stop blathering, and answer the question.
The code on both sides of the #ifdef is the same.
WHY IS THE IFDEF THERE?
Don't bleat about standards and ATA-4/5/6. They won't make the code behave any other way. Why do you have a config option that doesn't do anything, except restate the exact same test in two different ways? Doing the same test in two different ways and making it look like two different tests is confusing. Your explanation seems to be that "the standards are confusing, the source code had better be confusing too". And quite frankly, that is not a very good reason.
Linus Torvalds

Le meilleur moyen de sauvegarder son travail est de le rendre disponible sur internet et d'attendre que le monde entier le copie.
Linus Torvalds

J’ai toujours rêvé d’un ordinateur qui soit aussi facile à utiliser qu’un téléphone. Mon rêve s’est réalisé : je ne sais plus comment utiliser mon téléphone.
Bjarne Stronstrup

Les forêts précèdent les peuples, les déserts les suivent.
Chateaubriand

Nous n'héritons pas la terre de nos ancêtres, nous l'empruntons à nos enfants.
Seattle ( chef indien )

L'age d'or, c'était lorsque l'or n'existait pas.
Voltaire

La hiérarchie est une échelle qui permet de lacher ses ordures sur ceux d'en dessous.

Brave devant l'ennemi, lâche devant la guerre, telle est la devise des vrais généraux.
Racine

Si les imbéciles volaient, il ferait nuit.
Fréderic Dard

La fidélité est l'art de pratiquer l'adultère seulement par la pensée.
Découly

Tout a été dit ; mais comme personne n'écoute, il faut toujours répéter.
André Gide

Il est difficile de juger de l'intelligence de quelqu'un qui a beaucoup lu, car la mémoire imite à merveille l'intelligence.
Alain

Dans la vie il faut faire ce que l'on aime. Ce n'est pas une garantie de réussite, mais au moins, c'est une garantie de non-frustration.
Pr Willy Rozenbaum ( chercheur contre le S.I.D.A. )

Celui qui n'entreprend rien, ne se trompe qu'une seule fois.

Ce qui est simple est faux ; ce qui est compliqué est inutilisable.
Paul Valéry

Le génie consiste à voir ce que tout le monde a vu et à penser ce que personne n'a pensé.

La paresse c'est se lever à six heures du matin, pour avoir plus de temps à ne rien faire.
Tristan Bernard

Mieux vaut mécontenter par cent refus que de manquer à une seule promesse.

Je fume, tu fumes, nous fûmes.

Les femmes sont prêtes à tout pour aimer, y compris à faire l'amour.
Les hommes sont prêts à tout pour faire l'amour, y compris à aimer.

L'homme raisonnable s'adapde au monde. L'homme déraisonnable essaye d'adapter le monde à lui-même. Par conséquent tout progrès dépend de l'homme qui n'est pas raisonnable.
Bernard Shaw

Enseigner, c'est apprendre deux fois.
Joseph Joubert

C'est dommage, tous les gens qui savent comment diriger le pays sont occupés à conduire les taxis ou à couper les cheveux.
George Burns

Gutta cavat lapidem non vi, sed saepe cadendo.
La goutte creuse la pierre non pas par la force, mais en tombant fréquemment.

Si la théorie de l'évolution est vraie, comment se fait-il que les mères de famille n'ont toujours que deux mains ?
E. Dussault

Le savant n'est pas l'homme qui fournit les vraies réponses ; c'est celui qui pose les vraies questions.
Claude Lévi-Strauss

Les esprits d'élite discutent des idées, les esprits moyens discutent des événements, les esprits médiocres discutent des personnes.
Jules Romains

Le plus simple écolier sait maintenant des vérités pour lesquelles Archimède eût sacrifié sa vie.
Ernest Renan

On reconnaît un grand enseignant au nombre d'élèves qui l'ont dépassé.

Les hommes veulent toujours être le premier amour d'une femme. C'est là leur vanité maladroite. Les femmes ont un sens plus sûr des choses : ce qu'elles veulent, c'est être le dernier amour d'un homme.
Oscar Wilde

The Box Said : Requires Windows 98 or Better ...
So I have installed Linux !

We've all heard that a million monkeys banging on a million typewriters will eventually reproduce the works of Shakespeare. Now, thanks to the Internet, we know this is not true.
Arthur C. Clarke

Car il est de la nature de l'infini que ma nature, qui est finie et bornée, ne le puisse comprendre.
Descartes

Les optimistes pensent que nous vivons dans le meilleur des mondes possibles, les pessimistes en sont intimement persuadés.
Pierre Desproges

Si dieu existe, j'espère qu'il a une excuse valable.
Woody Allen

Si la nuit tu pleures de soleil, tes larmes t'empêcheront de voir les étoiles.

L'expérience est le nom que chacun donne à ses erreurs.
Oscar Wilde

Je hais les victimes, quand elles respectent leurs bourreaux.
Jean-Paul Sartre

Quand le soleil décline à l'horizon, le moindre caillou fait une grande ombre et se croit quelque chose.
Victor Hugo

Rien ni personne n'a tout à fait tort : même une horloge arrêtée a raison deux fois par jour.
John Steinbeck

AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAhhhhhhhhh que c'est bon.

Pourquoi un blog ?

Depuis plusieurs mois, je me demande pourquoi des personnes ont l'impudeur de vouloir étaler leurs états d'âme sur Internet. J'observe néanmoins avec curiosité le phénomène et j'apprends à répondre à cette interrogation. Je suis depuis tombé sur plusieurs blogs qui m'ont particulièrement intéressé, comme par exemple l'excellent Curiosity ou le Journal d'un Avocat. Tout cela m'a amené à envisager à m'essayer à cette impudeur.

Le clou a été quand ma fille de 12 ans m'a demandé un soir:
"Dit Papa, est-ce que je peux créer un blog?"
Réponse du papa attentif à respecter les besoins de ses enfants même s'il ne les comprend pas, conscient qu'il convient d'essayer de ne pas devenir un "vieux con", mais qu'il convient aussi de ne pas céder à toutes les demandes:
"Mais pour quoi faire?"
"Mais pour montrer à mes copines des photos de chevaux (c'est sa passion) et parce que tout le monde fait cela!"
Après avoir rappelé à ma fille que "une copine" n'est pas "tout le monde" j'ai dit "Non". Deux jours plus tard, sans que ma fille n'ait remis le sujet sur le tapis, et avoir vraiment réfléchi à cette question, j'ai annoncé à ma fille qu'il était impensable d'écrire en style SMS, d'afficher des photos de la famille, de faire des fautes d'orthographe et de croire que ses parents n'iraient pas jeter un œil de temps en temps à son blog, et j'ai dit "Oui".

Ma fille a eu son blog avant moi qui suis informaticien !!
Je vieillis.

05 septembre 2006

Pourquoi Zythom ?

Zythom est le dernier mot de mon dictionnaire. La signification m'importe peu et ça sonne bien.