26 janvier 2007

Une expertise au jour le jour (4)

Cela fait deux jours que je ne peux pas continuer mon expertise pour cause de surcharge professionnelle. On ne peut pas aller à Paris pour une journée de travail (levé 4h du matin, train à 5h, réunion de 10h à 18h, train retour à 22h, couché à 23h), mener une vie familiale normale (une femme et trois enfants à bichonner quand même) et trouver les heures de concentration nécessaires pour mener à bien un travail d'expertise de qualité.

Une expertise mal faite peut briser la vie de plusieurs personnes.

Dans le cadre des recherches de photos avec des enfants, j'ai également toujours l'angoisse de passer à côté d'une photo d'un enfant disparu recherché par sa famille.

Demain samedi, je dois exceptionnellement travailler toute la journée. Il va donc falloir bloquer encore tout le dimanche pour continuer l'expertise actuelle.

C'est aussi cela, le travail d'un expert.

4 commentaires:

  1. A propos justement de la pédophilie qu'en est il du téléchargement et de la diffusion.
    Apparemment Emule ne permet pas de désactiver le partage de fichiers, ainsi lorsque l'on télécharge, automatiquement l'on met également à disposition. Est-ce vrai ou certaines versions d'Emule permettent elles de séactiver le partage tout en continuant à télécharger ?
    Dans ce cas le juge considère t'il que le téléchargement de documents pédophiles par Emule et en même temps une mise à disposition ?

    Certains OPJ soutiennent ce fait. Mais je suis réservé sur le jugement final au TGI. J'ai l'impression que les Juges du siège ne comprenant pas vraiment la subtilité technique ne prend en compte la mise en disposition que si il y a une preuve réelle (images envoyées par email, mise à disposition sur un serveur web ou un serveur ftp) mais que les mises à dispositions implicites ne sont pas prises en compte.
    Quel est votre avis sur le sujet ?

    De même certains OPJ indiquent que la visualisation de documents pédophiles sur un site Web (que l'on peut retrouver dans le cache du navigateur) ne constitue pas un téléchargement et ne peut être poursuivi. Il aurait fallu que le prévenu clic bouton droit "enregistrer sous" et enregistre dans une autre partie de son disque dur pour que cela soit un téléchargement et soir punissable.
    Votre avis sur la question ?

    RépondreSupprimer
  2. De mon point de vue, un pédophile est un criminel - point.

    Mon avis ne compte pas en la matière. Seul l'avis du juge est important. Il peut être éclairé par mon avis dans les réponses que je lui fait aux questions qu'il me pose.

    Le P2P implique une mise à disposition technique lors du téléchargement. Mais une fois le téléchargement effectué, si le document reste en zone de partage, la mise à disposition est intentionnelle.

    Pour moi, consulter un site web consiste à télécharger les textes et images et à utiliser un logiciel spécialisé (que l'on appelle un navigateur) pour effectuer la mise en page.

    Enfin, ne prenez pas les juges pour des imbéciles. Ils sont tout à fait à même de comprendre des subtilités très pointues quand on leur explique. Encore faut-il que cela soit nécessaire.

    RépondreSupprimer
  3. Pour info pour les juges suprêmes consulter n'est pas détenir ni télécharger, donc acte !

    http://www.e-juristes.org/article.php3?id_article=783

    RépondreSupprimer
  4. Encore une fois, je ne suis pas juge, chaque affaire est différente, la jurisprudence évolue et on dit "dont acte".

    RépondreSupprimer

Lectrice, admiratrice, avocate, magistrate, programmeuse, dessinatrice, chère consœur, femmes de tous les pays, lecteur, j'ai toute confiance en vous pour prendre bien soin de vérifier que votre prose est compatible avec les normes orthographiques et grammaticales en vigueur. Et si vous pouviez éviter les propos insultants ou haineux, je vous en serais reconnaissant.
N'hésitez pas à respecter ces quelques règles qui peuvent même s'appliquer en dehors de ce blog.

Les commentaires sur ce blog sont modérés. Votre message apparaîtra sur le blog dès que le modérateur l'aura approuvé. Merci de votre patience.