12 mars 2007

Un kilo plus lourd

Question à deux euros: pourquoi mon disque dur de 400 giga-octets ne vaut-il que 372 giga après formatage?

Les informaticiens aiment les puissances de deux.
Ainsi, les préfixes du système international kilo, méga, giga etc. ont été légèrement modifiés en informatique: les puissances de dix ont été remplacées par les puissances de deux les plus proches. Par exemple, un kilo octet (Ko) vaut 1024 octets (2 puissance 10) au lieu de 1000 octets. Un méga octet vaut 1024 Ko, etc.

Alors? Un kilo informatique est plus lourd qu'un kilo de ce que vous voudrez...

Les organismes de normalisation étant faits pour normaliser, en 1998, les choses se sont clarifiées avec l'apparition des kibi, mébi et gibi... Sauf que personne ne s'en sert et que les informaticiens continuent à utiliser kilo, méga et giga avec leur propre sens.

Il faut dire que parler de kibibit au lieu de kilobit n'est pas chose aisée...

Les fabricants de disques durs sont revenus aux préfixes du système international. Ainsi, lorsque vous lisez l'étiquette d'un disque dur, la capacité indiquée est donnée en puissance de dix. Par exemple: 400 Go signifie 400 milliards d'octets.
Pas un de moins.

400 Go
= 400 000 Mo
= 400 000 000 Ko
= 400 000 000 000 octets.

Si l'on convertit cette quantité en unités "puissances de deux", on trouvera:
400 000 000 000 octets
= 390 625 000 Kibioctets (1 Kio = 2 puissance 10 octets soit 1024 octets)
= 381 470 Mébioctets (1 Mio = 2 puissance 20 octets soit 1024 Kio)
= 372 Gibioctets (1 Gio = 2 puissance 30 octets soit 1024 Mio)

Mais les systèmes d'exploitation continuent eux de parler comme les informaticiens. Et donc utilisent les anciennes abréviations (Ko, Mo et Go).
C'est pourquoi votre disque dur de 400 Go est donné pour 372 Go (il faudrait en fait lire 372 Gio).

Personne ne vous a volé un millibit!

1 commentaire:

  1. Bonjour,

    pour les heureux possesseurs de Linux un man 7 units pour plus d'infos

    RépondreSupprimer

Lectrice, admiratrice, avocate, magistrate, programmeuse, dessinatrice, chère consœur, femmes de tous les pays, lecteur, j'ai toute confiance en vous pour prendre bien soin de vérifier que votre prose est compatible avec les normes orthographiques et grammaticales en vigueur. Et si vous pouviez éviter les propos insultants ou haineux, je vous en serais reconnaissant.
N'hésitez pas à respecter ces quelques règles qui peuvent même s'appliquer en dehors de ce blog.

Les commentaires sur ce blog sont modérés. Votre message apparaîtra sur le blog dès que le modérateur l'aura approuvé. Merci de votre patience.