26 juillet 2007

Conseils à un jeune expert

En nettoyant les anciens liens de mon navigateur, je suis tombé sur cette page des carnets de JLK reproduisant la version complète des "Conseils à un jeune écrivain" de Danilo Kis.

Autant les conseils originaux méritent d'être lus avec attention, autant je me suis amusé à les transformer en "conseils à un jeune expert":
  1. Cultive le doute à l’égard des idéologies régnantes et des princes.
  2. Veille à ne pas souiller ton langage du parler des idéologies.
  3. N’écris pas de reportages sur des pays où tu as séjourné en touriste ; n’écris pas de reportages du tout, tu n’es pas journaliste.
  4. Sois conscient du fait que l’imagination est sœur du mensonge, et par là-même dangereuse.
  5. Ne t’associe avec personne : l’expert est seul.
  6. Ne sois pas prophète, car le doute est ton arme.
  7. Sois mécontent de ton destin, car seuls les imbéciles sont contents.
  8. Ne sois pas mécontent de ton destin, car tu es un élu.
  9. Sois persuadé que la langue dans laquelle tu écris est la meilleure de toutes, car tu n’en as pas d’autres.
  10. Sois persuadé que la langue dans laquelle tu écris est la pire de toutes, bien que tu ne l’échangerais contre aucune autre.
  11. Aie en toute chose ton avis propre.
  12. Ne donne pas en toute chose ton avis.
  13. Si tu ne peux pas dire la vérité – tais-toi.
  14. Garde-toi des demi-vérités.
  15. Ne te laisse pas persuader que nous avons tous également raison, et que les goûts ne se discutent pas. « Etre deux à avoir tort ne veut pas dire qu’on soit deux à avoir raison » (Karl Popper )
  16. « Admettre que l’autre puisse avoir raison ne nous protège pas contre un autre danger : celui de croire que tout le monde a peut-être raison ». (Popper)
  17. N’aie pas de Mission.
  18. Garde-toi de ceux qui ont une Mission.
Qui habet aures audiendi, audiat
(que celui qui a des oreilles pour entendre entende)
Légionnaire romain dans "Le cadeau de César".
S'emploie pour avertir qu'on doit faire son profit de ce qui a été dit.

2 commentaires:

  1. Le commandement n°5 m'a fait penser à quelque chose.
    Quels sont les critères de choix d'un partenaire quand il y a nécessité d'un partenaire?
    Si par exemple un expert vétérinaire a besoin de faire des analyses sur une bestiole... doit-il demander l'autorisation de travailler avec le labo X sur le dossier où est ce que celà relève de son choix?

    RépondreSupprimer
  2. Sauf demande expresse du tribunal, un expert judiciaire ne peut pas travailler avec un autre expert judiciaire de la même spécialité.
    Par contre, l'expert judiciaire peut s'appuyer sur toutes les personnes qu'il estime nécessaire (sauf dans sa spécialité) dès lors que c'est lui qui supervise les opérations d'expertise.
    En cas de doute, il lui suffit de contacter le magistrat qui l'a désigné pour lui demander conseil, ce qui est en général préférable dès lors qu'il engage des frais importants.
    Dans certaines missions, le tribunal demande à l'expert de certifier par écrit qu'il a mené lui-même les opérations d'expertise (interdiction formelle de sous-traiter à un stagiaire!).

    RépondreSupprimer

Lectrice, admiratrice, avocate, magistrate, programmeuse, dessinatrice, chère consœur, femmes de tous les pays, lecteur, j'ai toute confiance en vous pour prendre bien soin de vérifier que votre prose est compatible avec les normes orthographiques et grammaticales en vigueur. Et si vous pouviez éviter les propos insultants ou haineux, je vous en serais reconnaissant.
N'hésitez pas à respecter ces quelques règles qui peuvent même s'appliquer en dehors de ce blog.

Les commentaires sur ce blog sont modérés. Votre message apparaîtra sur le blog dès que le modérateur l'aura approuvé. Merci de votre patience.