15 juillet 2007

LA première fois...

Pour une fois, dans la rubrique "Anecdotes expertises", un souvenir datant d'avant ma prestation de serment comme expert judiciaire.
Il s'agit d'un souvenir de jeunesse.

Parisien d'adoption pendant mes années d'études, il m'arrivait souvent de trainer sur le boulevard St Michel à la recherche de livres d'occasion pour compléter ma bibliothèque de science-fiction.

Ayant dépensé une somme assez rondelette en Asimov, Heinlein et Clarck, je décide de pousser plus avant vers la bibliothèque (gratuite) du centre Georges Pompidou. Il me faut pour cela traverser l'Ile de la Cité via le boulevard du Palais. J'ai plusieurs heures à tuer, il fait beau, autant sortir un peu des sentiers battus: je décide de faire le tour de l'île par le Quai des Orfèvres. A peine ai-je marché quelques mètres, j'aperçois une grande porte ouverte par laquelle entrent des personnes. Une idée saugrenue me vint alors: "Et si j'entrais moi aussi?".

C'était une époque ante-vigipirate. L'entrée dans le Palais de Justice de Paris pouvait se faire par les côtés, sans forcément faire la queue par l'entrée de la Sainte Chapelle, ni montrer patte blanche.

Pour la première fois, j'entrais dans un Palais de Justice.
Intimidé comme les gens qui vont voter, je suis entré dans la première salle que j'ai trouvée. Je me demande encore comment j'ai eu le courage de passer devant le garde en faction devant la salle.

Pour la première fois j'entrais dans un Tribunal.
Il s'agissait d'une chambre correctionnelle. La salle était vieillote patinée par les années, les micros en panne débranchés, aussi me glissais-je jusqu'au deuxième rang. En face de moi sur la droite se tenaient les accusés, encadrés par les forces de l'ordre. Parmi eux se tenait un jeune homme dans un beau costume, l'air hagard, la tête baissée.

Pour la première fois, je suivais une affaire.
Mr XXX a été pris après avoir volé un blouson de cuir. Les faits se sont produits il y a peu de temps (la veille?). Toute l'histoire est racontée, il suffit de fermer les yeux et les différentes scènes se déroulent comme si l'on y était. Je regarde autour de moi, des petits vieux sont là comme au spectacle et commentent entre eux à voix pas si basse "c'est pas dommage", "pourtant il a pas l'air de manquer". Devant moi se tiennent des personnes bien mises. Elles ont un air de famille avec le jeune accusé. Bingo, c'est sa famille. Papa et Maman sont là, bien raides sur les bancs en bois. Papa surtout, avec un air fermé et furieux. Papa est étranger d'un pays bordant le Nil et travaille à l'ambassade. Papa ne comprend pas comment son fils a pu commettre ce geste. Papa a condamné son fils à la peine de mort et le fusille du regard. Le jeune a honte d'être là. On dirait un petit garçon terrorisé. Le moins qu'on puisse dire est qu'il ne recommencera pas. Il sera broyé avant. Affaire suivante.

L'affaire suivante est une affaire de drogue. Je ne me souviens pas précisément des faits, mais je revois la réaction de l'accusé au moment du verdict en fin de journée: "... est condamné à DIX ans de prison". Je n'en revenais pas. Et lui non plus semble-t-il: raide comme un piquet, il est tombé en arrière de tout son long dans le box des accusés, faisant voler toutes les chaises. Les policiers l'ont récupéré et l'ont emmené. Dix ans! Les petits vieux semblaient apprécier le spectacle.

Pour information, le jeune a été relâché sans condamnation. Je suis sur qu'il ne recommencera jamais et que la leçon a porté.

Aujourd'hui j'entre avec un air blasé dans la 1er chambre de la Cour d'Appel de Paris pour y assister à une formation d'experts judiciaires, et je souris quand je vois un jeune confrère les yeux écarquillés prendre des photos de la salle.

A ma demande, il m'a d'ailleurs gentiment envoyé ses photos...
Mon grand âge a sa dignité.
Ah, ma jeunesse...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Lectrice, admiratrice, avocate, magistrate, programmeuse, dessinatrice, chère consœur, femmes de tous les pays, lecteur, j'ai toute confiance en vous pour prendre bien soin de vérifier que votre prose est compatible avec les normes orthographiques et grammaticales en vigueur. Et si vous pouviez éviter les propos insultants ou haineux, je vous en serais reconnaissant.
N'hésitez pas à respecter ces quelques règles qui peuvent même s'appliquer en dehors de ce blog.

Les commentaires sur ce blog sont modérés. Votre message apparaîtra sur le blog dès que le modérateur l'aura approuvé. Merci de votre patience.