09 juillet 2007

La salle derrière au fond

Un jeune lecteur anonyme me gratifie d'un compliment additionné d'une petite critique: je n'ai pas écris d'anecdotes d'expertises depuis longtemps. S'il savait...

Il n'est pas facile d'écrire des anecdotes d'expertises car il faut prendre garde de ne rien révéler qui puisse trahir le secret dans lequel baigne tout expert dans son activité.

Respect du secret bien sur, mais rien n'empêche de travestir suffisamment la réalité et de ne garder que la partie anecdotique intéressante, surtout lorsque celle-ci se répète à l'envie sur de nombreuses expertises. Plusieurs des experts qui m'ont écrit se sont amusés de situations qu'ils avaient vécues et qu'ils voyaient dépeintes dans un billet de ce blog "comme si c'était leur histoire".

Lors d'une expertise, la première de mes missions était de venir prendre au Tribunal de Grande Instance deux ordinateurs mis sous scellés.
Une fois sur place, la greffière me dit: "Ah oui, mais le responsable des scellés est en vacances. Il va falloir que vous m'accompagniez pour aller les chercher. Et comme je ne sais pas trop ni où, ni comment ils sont rangés, cela peut nous demander un petit moment..."

J'avais fait 40 kms sur des routes de montagne pour arriver au tribunal, je n'allais pas faire la fine bouche et repartir les mains vides. Et puis, comme je suis plutôt galant...

Nous voici donc partis à travers le dédale du tribunal, passant de couloir en couloir, montant d'un étage pour en redescendre deux, pour finir enfin par sortir par l'arrière et nous retrouver face à une gigantesque porte en bois.

La greffière sort de son sac une clef comme on n'en voit que dans les films (vous savez, LA clef de la ville), la place dans la serrure et la tourne à deux mains. Nous entrons dans une salle sombre. Une fois les yeux habitués à la faible lumière issue de la seule lampe pendant du plafond, je regarde autour de moi: je venais d'entrer dans le saint des saints, Le Lieu Interdit Au Public. Je venais aussi de faire un bon d'un de deux siècles en arrière!

Des dizaines de fusils emballés dans des plastiques transparents tous évidemment munis de l'étiquette habituelle que l'on trouve sur tous les scellés (l'Etat doit avoir fabriqué au 19e siècle une quantité incroyable de ces étiquettes pour qu'elles aient toutes cet air suranné...)

Des couteaux, dont certains semblaient encore couverts de tâches sombres... Des épées, des cannes, des lampes, des manteaux, des postes de radio, des paquets, beaucoup de paquets ficelés (vous savez, cette ficelle grossière qui ressemble à de la paille)... Partout, du sol au plafond, serrés sur des étagères en bois d'un autre âge. J'avais l'impression d'être dans un Simenon. Je m'attendais à voir surgir le commissaire Maigret de derrière une étagère.

J'étais en train de vérifier si je ne détectais pas l'odeur de pipe quand la greffière me sortit de ma fascination: "Bon, Monsieur l'expert, il faut trouver dans ce bazar, deux ordinateurs sous scellés numéro XZ65... Je commence par la gauche et vous par la droite."

Mon rêve de gamin devenait réalité: fouiller la caverne d'Ali Baba!!!

Pendant une demi heure nous avons exploré (sans déranger) ce chaos ordonné, ce bazar étiqueté. J'ai touché du doigt des affaires criminelles terribles (terribles dans ma tête bien sur), des objets chargés d'histoires horribles. Des ombres terrifiantes régnaient sur ce lieu et visiblement je n'étais pas le bienvenu. J'ai encore l'odeur de poussière et de vieux papiers dans les narines.

C'est la greffière qui a trouvé les ordinateurs.
Ils faisaient un peu tâches dans ce lieu d'un autre âge.
J'aurais du les trouver tout de suite...

Depuis, je suis retourné souvent dans cette salle, mais jamais plus je n'ai retrouvé les sensations de cette première fois.

1 commentaire:

  1. L'essence même du blog de Zythom réapparait! ;-) merci!

    RépondreSupprimer

Lectrice, admiratrice, avocate, magistrate, programmeuse, dessinatrice, chère consœur, femmes de tous les pays, lecteur, j'ai toute confiance en vous pour prendre bien soin de vérifier que votre prose est compatible avec les normes orthographiques et grammaticales en vigueur. Et si vous pouviez éviter les propos insultants ou haineux, je vous en serais reconnaissant.
N'hésitez pas à respecter ces quelques règles qui peuvent même s'appliquer en dehors de ce blog.

Les commentaires sur ce blog sont modérés. Votre message apparaîtra sur le blog dès que le modérateur l'aura approuvé. Merci de votre patience.