23 août 2007

Le sens caché des choses

Il est 16h et j'attends avec impatience l'arrivée des OPJ qui doivent m'apporter mon premier scellé. Ah, ça y est, ils arrivent! Deux policiers descendent de leur voiture et viennent sonner à la porte. Les voisins soulèvent leurs voilages. J'ai déjà ouvert la porte et je discute avec les deux officiers. Ils me confirment ma mission principale: la recherche d'images pédopornographiques. Ils me remettent un PC dans un grand sac noir qui ressemble à un sac poubelle sauf que celui-ci est cacheté (c'est en fait bien un sac poubelle). Je serre la main des policiers, autant par politesse que pour les voisins...

Me voici dans mon bureau. J'ouvre le scellé. Je démonte le PC et en extrait le disque dur. Je tremble un peu. C'est ma première analyse.

Je n'ai pas encore de bloqueur de lecture, mais par chance, ce modèle de disque dur possède un cavalier permettant d'empêcher l'écriture (et donc de modifier le contenu du disque dur). Je procède à la prise d'empreinte numérique, replace le disque d'origine dans le scellé et place sa copie dans mon ordinateur de travail. L'analyse peut commencer.

Je ne dispose pas (encore) de logiciel spécialisé dans l'analyse de disque et la recherche de preuve. Je débute en informatique légale et je suis seul. Aucune aide à attendre de l'extérieur: je ne connais aucun autre expert judiciaire, ni en informatique ni dans une autre spécialité. J'ai pour seul bagage mes connaissances, des livres et internet. Il faut que j'y arrive.

J'explore le disque dur d'une façon informelle, à l'aide de l'explorateur de fichiers. Rien ne semble anormal.
J'entreprends l'exploration complète et systématique de l'arborescence de fichiers. Rien. Le contenu du disque est parfaitement banal.

Je dégote sur internet un programme de récupération des fichiers effacés. Je le teste sur mon poste avant de l'employer sur le disque cible. Bingo, sur le disque cible se trouvent un petit millier de fichiers effacés dont plusieurs images à caractère pornographiques.

Je continue la recherche en dressant la liste de tous les programmes installés. Certains me sont inconnus. Internet n'étant accessible qu'au travail (nous sommes à la fin du 20e siècle, à une période où le web n'existe pas encore, internet est en mode texte et est réservé aux seuls chercheurs), j'emmène cette liste au travail et en discute avec mon équipe technique. Après identification de la plupart des programmes, il en reste deux qui sont inconnus au bataillon.

Après une rapide recherche de deux heures sur les sites gopher, je découvre qu'il s'agit de deux programmes de stéganographie.

Le mot même me fait peur, nous sommes en pleine période Jurassic Park.

Je me rappelle alors que lors de mon analyse informelle préalable, j'avais aperçu de nombreuses images haute définition (pour l'époque) de type "fond d'écran pour station de travail" (certains se rappelleront d'une image de guépard à couper le souffle).

Il se trouve que j'avais dans ma propre collection de fonds d'écran certaines des images en question. Je procède alors à une comparaison des tailles de fichiers, puis des contenus binaires. Bingo.

Le logiciel demandait un mot de passe pour chaque image. L'imagination humaine étant ce qu'elle est, je tentais tous les mots de passe "habituels". Niet. J'essaye alors une adaptation du logiciel "crack", père des logiciels de cassage moderne. Et là, quelques heures plus tard, LE mot de passe.

Sésame ouvre toi, et toutes les images "fond d'écran" se sont avérées être réceptacles d'images cachées par stéganographie. D'images abominables bien entendu... C'est une des raisons du fond noir de ce blog.

J'ai appris beaucoup de choses sur la technique ce jour là, mais aussi beaucoup sur l'espèce humaine. Et à plusieurs niveaux, sur le sens caché des choses.

3 commentaires:

  1. Très interessant. Bravo pour votre blog que je parcours pour la 1ère fois.
    Petite question : comment trouver un bloqueur de lecture pour disque dur ?

    RépondreSupprimer
  2. Joli, le coup de la stéganographie dans des images "classiques"... Mais de nos jours, avec les appareils photo numériques et les scanners, chacun peut produire à volonté des images haute définition, pareil pour le son!

    Je m'étonne que les mots de passe sortent avec un programme type "crack" ("crack", si je me rappelle bien, énumérait des mots de passe avant de les comparer aux hash dans /etc/passwd)...

    RépondreSupprimer

Lectrice, admiratrice, avocate, magistrate, programmeuse, dessinatrice, chère consœur, femmes de tous les pays, lecteur, j'ai toute confiance en vous pour prendre bien soin de vérifier que votre prose est compatible avec les normes orthographiques et grammaticales en vigueur. Et si vous pouviez éviter les propos insultants ou haineux, je vous en serais reconnaissant.
N'hésitez pas à respecter ces quelques règles qui peuvent même s'appliquer en dehors de ce blog.

Les commentaires sur ce blog sont modérés. Votre message apparaîtra sur le blog dès que le modérateur l'aura approuvé. Merci de votre patience.