13 septembre 2007

La solitude de l'expert

L'expert judiciaire exerce ces missions la plupart du temps seul. Il arrive parfois qu'il se sente bien seul...

Il m'est arrivé, il y a quelques années, d'avoir à remplir une mission inhabituelle (pour moi): un tribunal de commerce m'avait demandé de récupérer des données clients sur un serveur dans une entreprise en faillite et de faire l'inventaire du parc informatique pour faciliter le travail du commissaire priseur.

J'ai d'ailleurs appris à mes dépens à cette occasion qu'il y a un certain nombre de points à vérifier avant de se déplacer pour une telle expertise. Je raconte ici la suite des évènements.

Quand un expert se déplace pour effectuer une mission, il est rarement mis au courant des détails très techniques qu'il va rencontrer. Dans cette affaire, et malgré mes nombreuses questions auprès de mes différents interlocuteurs, il m'était impossible d'avoir la moindre information technique intéressante: combien de PC, quel système d'exploitation (windows, VMS, GCOS, Debian, AIX, Irix, Mac OS, NetBSD...), type des disques (SCSI, IDE...), leur capacité (1 Go, 10 Go, 100 Go, 1 To...). Bon, par contre, tout le monde pouvait me donner le mot de passe du serveur (c'est déjà ça).

Pour préparer mes affaires, je procède donc exactement comme pour une expédition lointaine dans un pays dont on ne connait ni la géographie ni le climat. Je mets dans une valise tous les éléments techniques qui pourraient m'être utile: graveur externe, disques IDE et SCSI, bloqueur d'écriture, nappes de fils, alimentations, tournevis, lampe électrique, unité centrale, écran, PC portable, DVD et cédéroms vierges, papier, crayons, câbles et cartes réseaux, switch, clef USB, disquettes...

Me voici donc, de bon matin, à deux cents kms de chez moi, seul dans cette entreprise fermée depuis plus d'un an. L'entreprise est installée dans un grand appartement de six pièces. Il flotte dans l'air comme une odeur de renfermé. J'ouvre les volets.

Je repère très vite le serveur (installé dans la cuisine aménagée pour l'occasion en salle serveur). L'électricité ayant été remise la veille, j'appuie sur le bouton de démarrage après avoir vérifié l'état général des connexions électriques. Le serveur s'allume dans un bruit d'enfer qui semble normal.

Assis devant l'écran, je fais mes premières constations: bios, nombre et type de disques, OS, messages d'alerte... jusqu'à la fenêtre de demande d'identification. J'entre le mot de passe indiqué dans les documents qui m'ont été fournis: sésame ouvre toi, ça marche! Je récupère les données sur mon disque externe USB reconnu par l'OS (Windows 2000). C'est un coup de chance car aucune de mes nappes ne correspondent au système SCSI du serveur. Cela fait une heure que je suis là et la première partie des missions est déjà accomplie. Je suis content.

Là où cela s'est un peu corsé, c'est quand j'ai voulu remettre en état le réseau en place. En effet, de nombreuses données sont présentes sur les disques durs des différents PC et tous ne disposent pas de port USB, alors qu'ils sont tous connectés en réseau. Rien ne fonctionne, aucune machine ne voit le serveur. Petite inspection à quatre pattes en salle serveur: le réseau a été "saboté". Il s'agit en effet d'un réseau éthernet avec des câbles et connecteurs de type BNC qui doit se terminer par un bouchon de 50 ohms sur un raccord en "T". Or le câble arrivant sur le serveur est directement raccordé à la carte réseau. Ça ne peut pas fonctionner. Le sabotage est intentionnel. Déjà à cette époque, l'utilisation de câbles réseaux BNC commençait à se faire rare. Et nul bouchon à l'horizon: ni sur le câble, ni dans l'appartement, ni dans ma valise. Début des ennuis.

Je referme bien l'appartement à clef, puis commence à chercher un magasin d'informatique ou d'électronique. Je n'ai pas de carte détaillé de la ville, pas d'accès internet, nous sommes samedi midi, la ville est déserte. Je demande aux commerçants qui sont incapables de me renseigner. Je prends mon véhicule et commence mes recherches. 2h plus tard, après avoir écumé les zones industrielles, les centres commerciaux, je tombe sur un petit magasin de maquettes qui vend aussi un peu d'électronique. Dans le capharnaüm du magasin, nous trouvons le vendeur et moi quelque chose qui ressemble à une paire de résistances terminales BNC... Victoire et retour dans l'entreprise.

Réseau fonctionnel, je commence à récupérer les données de chaque poste de travail (il y en a dix!). L'après midi bien entamé y passera. Le soir arrive, la pénombre aussi. Les yeux fatigués, je me lève pour allumer la lumière: rien. Tous les plafonniers ont été vidés de leurs néons et ampoules. J'allume tous les écrans et reprend le travail dans la lumière blafarde. Je sors ma lampe de poche et m'en sers pour me déplacer entre les meubles. Certains écrans grésillent. Je me sens seul.

A l'époque, je n'ai pas de téléphone portable, je ne peux donc pas prévenir mon épouse de ne pas s'inquiéter. Les ombres et les fantômes de l'entreprise suffisent déjà à me mettre mal à l'aise. Quelques craquements se produisent dans les pièces voisines. Le changement de température sans doute. Au fait, il n'y a pas de chauffage... Je mets mon manteau et bouge un peu les bras pour me réchauffer. Je note sur ma "check list" de penser à prendre des vêtements chauds la prochaine fois.

23h. Fini. Je ramasse tous mes équipements, toutes mes affaires et toutes mes notes. Je remets tout en état. J'éteins et ferme tout. Me voici dans le couloir avec ma lampe de poche et mon sac de sport rempli de matériel sur l'épaule. Je me rends compte soudain que je n'ai pas pensé à prévenir les voisins ni la police de ma présence. J'ai vraiment l'air d'un cambrioleur. Par chance, personne ne viendra m'inquiéter.

Sur le chemin du retour, il n'y a personne sur la route.
Je suis encore seul.

7 commentaires:

  1. Pour la prochaine fois: lecteur mp3, enceintes de poche et multiprise. Un peu de sa musique préférée, c'est comme ramener un morceau de chez soi, ça rend la solitude moins pesante je trouve.

    Testé et approuvé au fond d'une salle serveur ronflante... Pendant trois jours... Et je confirme pour le manteau :)

    RépondreSupprimer
  2. Tout à fait exact: j'avais passé la journée dans un silence pesant mauvais pour le moral.
    J'ai depuis accès au lecteur mp3 de ma fille que j'emmène partout (le lecteur, pas ma fille)...

    RépondreSupprimer
  3. un vrai film d'horreur cette histoire:
    "La malédiction du serveur hanté"

    Est-ce que la Warner a lu votre post? ;)

    RépondreSupprimer
  4. NT4 qui gère l'USB ... Il doit y avoir une petite erreur.

    Ce qui n'enlève rien à la qualité du sujet !

    RépondreSupprimer
  5. @michael: effectivement, une sacrée erreur! Il s'agissait bien sur d'un serveur sous W2k!
    Billet corrigé, merci.

    RépondreSupprimer
  6. Cette mission demandée par la "justice" est t'elle vraiment utile ?(si j'ai bien compris estimation de la valeur d'un parc).Car à moins qu'il s'agit d'un déplacement très ancien. Estimer la valeur d'un parc informatique qui est très vite obsolète, ca ne sert à rien surtout quand on imagine en plus le delai de revente du matériel après votre travail.
    mais bon ca fait des souvenirs !!!

    RépondreSupprimer
  7. L'évaluation du parc était une petite partie de la mission. La mission principale consistait à récupérer des données pour le compte des clients suite à la faillite de l'entreprise.
    Et croyez-moi, le prix des développements effectués valait largement l'opération de récupération.
    Pour information, le matériel a été vendu aux enchères par lot à des prix dérisoires.

    RépondreSupprimer

Lectrice, admiratrice, avocate, magistrate, programmeuse, dessinatrice, chère consœur, femmes de tous les pays, lecteur, j'ai toute confiance en vous pour prendre bien soin de vérifier que votre prose est compatible avec les normes orthographiques et grammaticales en vigueur. Et si vous pouviez éviter les propos insultants ou haineux, je vous en serais reconnaissant.
N'hésitez pas à respecter ces quelques règles qui peuvent même s'appliquer en dehors de ce blog.

Les commentaires sur ce blog sont modérés. Votre message apparaîtra sur le blog dès que le modérateur l'aura approuvé. Merci de votre patience.