15 novembre 2007

Les erreurs du passé

En fouillant dans mes vieux livres, je suis tombé sur un ouvrage remarquable intitulé "Les erreurs judiciaires et leurs causes" de Maurice Lailler et Henri Vonoven.
Cet ouvrage date de 1897.

Après l'avoir dévoré, ce livre m'a décidé de créer sur ce blog une rubrique consacrée aux erreurs judiciaires des siècles passés (hors 20e et 21e siècles). Je vais commencer par de larges extraits de cet ouvrage.

Il ne s'agit pas ici de dénigrer mes confrères d'antan, je n'ai pas oublié la notion de respect confraternel, même à travers les âges, mais plutôt de m'adresser aux (futurs) jeunes experts. L'historien qui relève les fautes des gouvernements passés ne rend-il pas service aux gouvernants du jour? Plus que les autres, ceux-ci ne doivent-ils pas bénéficier des critiques et puiser des enseignements dans les faits?

Ainsi les experts qui parcourront cette rubrique trouveront, dans ce martyrologe, des avis et des exemples. Et si jamais, au moment de signer un rapport dont leur conscience s'inquiète, le souvenir d'un de ces billets traverse leurs hésitations, leur fait poser la plume et leur évite - qui sait? - une involontaire injustice, peut-être devront-ils à l'auteur de ce blog quelque reconnaissance.

Il est fascinant de constater qu'en matière archéologique, l'exhumation des corps anciens ne choque personne. Elle nous apprend tant sur la nature humaine. Etudier les mœurs anciennes nous amène fatalement à réfléchir sur nous même.

Il y a beaucoup d'intervenants dans un procès: les magistrats, les avocats, les experts, les greffiers, les témoins, la foule, le public, les journalistes, l'opinion... Dans les affaires que j'ai dénichées dans mes fouilles archéologiques, vous verrez tous ces intervenants à un moment ou à un autre. C'est parfois surprenant, souvent désastreux, toujours catastrophique pour l'innocent.

Dans toute affaire terminée par une condamnation erronée, l'un des acteurs, à un moment quelconque, a enfreint une règle essentielle de sa délicate mission. Et directement ou non, l'erreur est née de cette faute. Par penchant, plus souvent par imprudence, langueur d'esprit, désir d'arriver à un résultat ou crainte de laisser un crime impuni, quelqu'un a pris parti contre le prévenu. Dès lors, il l'a tenu coupable. Il n'a pas conçu la possibilité de son innocence, et, pour découvrir la vérité, il a cru qu'il suffisait de chercher des preuves de culpabilité. Les meilleurs s'y laissent aller. Ils croient bien faire, et préparent "des condamnations plus crimineuses que le crime" [Montaigne, Essais, livre III, chap.XII].

Et cela, parce qu'une qualité leur manque, une qualité qui peut devenir un défaut chez d'autres hommes, mais qui devrait être la vertu maîtresse de tous les acteurs du procès: l'inquiétude d'esprit, qui fait qu'après avoir trouvé le vrai, on le cherche encore.

Vous verrez également que les siècles se suivent et parfois se ressemblent.

A suivre.

2 commentaires:

  1. Le philosophe et psychothérapeute Viktor Frankl (1905-1997), confrère de Sigmund Freud, fondateur de la "logothérapie" (science de psychothérie qui prend en compte le besoin de «sens» et la dimension spirituelle de la personne) a dit un jour :

    "L'évolution de l'individu autant que celle du genre humain est faite d'une suite d'erreurs surmontées. Toute l'histoire intellectuelle de l'homme consiste à se tromper pour finalement trouver la réponse juste". VF

    Gageons que "l'erreur judiciaire" permette de s'approcher de "la réponse judiciaire juste".

    RépondreSupprimer

Lectrice, admiratrice, avocate, magistrate, programmeuse, dessinatrice, chère consœur, femmes de tous les pays, lecteur, j'ai toute confiance en vous pour prendre bien soin de vérifier que votre prose est compatible avec les normes orthographiques et grammaticales en vigueur. Et si vous pouviez éviter les propos insultants ou haineux, je vous en serais reconnaissant.
N'hésitez pas à respecter ces quelques règles qui peuvent même s'appliquer en dehors de ce blog.

Les commentaires sur ce blog sont modérés. Votre message apparaîtra sur le blog dès que le modérateur l'aura approuvé. Merci de votre patience.