27 février 2008

Affaire Fourré (1761)

Le texte qui suit est extrait de l'ouvrage "Les erreurs judiciaires et leurs causes" de Maurice Lailler et Henri Vonoven (1897), sur lequel je fonde cette rubrique consacrée aux erreurs judiciaires du passé. Le texte n'est bien évidemment plus d'actualité et il serait impensable qu'une telle erreur puisse arriver au XXIe siècle en France (et encore moins dans le Pas-de-Calais)...

En 1761, une bande de brigands dont le chef répondait au joli nom de Fleur d'Epine, désolait les environs de Rouen. Vols, incendies, assassinats se multipliaient dans la contrée où régnait une véritable terreur. Le 13 octobre dans la nuit, il senvahissaient la maison d'une vieille femme, la veuve Fourré, qui habitait seule avec sa servante, une fille Vasselin.

Suivant leur coutume, les compagnons de Fleur d'Epine pénétraient masqués chez la veuve Fourré, la ligotaient ainsi que sa domestique, les menaçant l'une et l'autre de mort au moindre appel, au moindre cri. Après avoir fouillé tous les meubles et s'être emparés de tout ce qui pouvait avoir la moindre valeur, ils s'enfuyaient, laissant la vie sauve à leurs victimes.

Le lendemain, la veuve Fourré porta plainte, et, après quelques hésitations, finit par dénoncer quatre de ses parents, un sieur Fourré et ses trois fils avec lesquels elle ne vivait pas en très bonne intelligence. Elle déclarait qu'elle croyait bien que c'étaient eux les auteurs du vol et de l'attentat. La servante, la fille Vasselin, fut plus affirmative que sa maîtresse. Elle n'avait pas que des soupçons, elle avait une certitude. Elle avait parfaitement reconnu les malfaiteurs à leurs voix, à leurs allures; c'étaient bien les Fourré.

Arrêtés, ceux-ci protestèrent contre l'accusation dont ils étaient l'objet; ils affirmèrent que dans la nuit du 13 octobre ils étaient restés chez eux; ils citaient des témoins. Personne ne les avait vus dehors ce soir là. Une perquisition opérée dans leur maison ne fit découvrir rien de suspect.

N'importe! Les témoignages des victimes étaient pour la justice des charges suffisantes, et les affirmations de la fille Vasselin étaient assez formelles pour ne laisser place à aucun doute. Fourré et ses trois fils furent mis en jugement. Malgré les efforts de Maître Hervieu, leur défenseur et de l'abbé Massif qui s'intéressa à leur sort, ils furent tous déclarés coupables.

Le plus jeune des enfants à cause de son âge ne fut frappé que de la peine du fouet. Le père Fourré et son second fils furent condamnés aux galères perpétuelles. Le fils aîné fut soumis à la question, après quoi on décida qu'il serait rompu vif et roué.

Ni le fouet, ni de longs mois d'emprisonnement, ni la torture ne leur arrachèrent d'aveux. Tous, jeunes et vieux, nièrent énergiquement et jusqu'au bout avoir commis le crime.

Le fils aîné fut exécuté; le père et le second fils attendaient en prison le jour du départ pour le bagne, lorsqu'un hasard vint sauver ces malheureux: le père Fourré se lamentait tout haut dans sa cellule, prononçant au milieu de ses sanglots le nom de son fils qui venait de mourir sur la roue, lorsque tout à coup du cachot voisin une voix lui répondit. Cette voix était celle d'un des hommes de la bande de Fleur d'Epine qui venait d'être capturée toute entière. Elle révélait au père désolé les noms des véritables auteurs du crime expié par les Fourré, et le brigand s'effarait à la pensée de l'horrible injustice commise.

Maître Hervieu qui n'avait point abandonné les Fourré après leur condamnation, porta le fait à la connaissance des juges et sut s'associer un magistrat, Monsieur Simon de Montigny, pour obtenir qu'on n'exécutât pas la sentence contre les deux condamnées aux galères. Un sursis fut accordé; on voulut bien ne point leur infliger la marque[1] et ne pas les expédier au bagne; mais bien que leur innocence ne fut plus contesté, il fallut encore quatre ans avant qu'elle fût judiciairement reconnue! En attendant cette reconnaissance, le père Fourré mourut dans son cachot.

Un arrêt en date du 4 novembre 1765 proclama enfin la réhabilitation des Fourré. La fille Vasselin convaincue de faux témoignage fut bannie de la province, condamnée à faire amende honorable et à payer cinquante livres destinées à faire dire des prières pour les âmes des Fourré père et fils.

---------------------------
[1] Les galériens condamnés à ramer sur la flotte royale de guerre étaient alors marqués au fer rouge avec les lettres G.A.L.

8 commentaires:

  1. Après avoir lue nombre de vos article sur ce livre j'aimerai savoir où vous en avez fait l'acquisition? après quelques recherches il semble que ce soit un livre assez rares...

    RépondreSupprimer
  2. Ce livre, comme tant d'autres issus de notre belle culture, est disponible gratuitement sur internet.
    Il suffit de savoir où chercher...

    Un indice: qui s'occupe en France du patrimoine livresque?

    RépondreSupprimer
  3. merci pour l'information ;)

    RépondreSupprimer
  4. Moi je sais !

    Google !

    Ok, je sors...

    RépondreSupprimer
  5. Heu... à part google bien sur :)

    RépondreSupprimer
  6. On peut remercier la numérisation réaliser par la bibliothèque nationale de France qui met la culture à la portée des internautes

    RépondreSupprimer
  7. La pauvre fille Vasselin !
    50 livres c'est énorme! surtout pour des messes qui ne servent à rien. Elle devrait être vraiment dégoûtée ...

    RépondreSupprimer
  8. Moins que Monsieur Fouré et ses trois fils...

    RépondreSupprimer

Lectrice, admiratrice, avocate, magistrate, programmeuse, dessinatrice, chère consœur, femmes de tous les pays, lecteur, j'ai toute confiance en vous pour prendre bien soin de vérifier que votre prose est compatible avec les normes orthographiques et grammaticales en vigueur. Et si vous pouviez éviter les propos insultants ou haineux, je vous en serais reconnaissant.
N'hésitez pas à respecter ces quelques règles qui peuvent même s'appliquer en dehors de ce blog.

Les commentaires sur ce blog sont modérés. Votre message apparaîtra sur le blog dès que le modérateur l'aura approuvé. Merci de votre patience.