17 avril 2008

Alloooo, je suis dans le train

Je suis sur que vous vivez comme moi cette scène à chaque fois que vous prenez le train: quelqu'un prend son téléphone portable et appelle pour annoncer invariablement qu'il est dans le train.

Comme beaucoup, je subis les conversations oiseuses de mes contemporains, dans le train ou ailleurs. Personnellement, quand on m'appelle sur mon portable, je ne décroche pas, ou alors je m'éloigne discrètement dans un lieu où je pense ne déranger personne. Question de politesse.

J'étais donc dans le train, de mauvaise humeur, entouré de personnes parlant assez peu discrètement au téléphone, qui de leur journée de travail, qui des potins du jour. Une personne bêtifiait même avec son enfant à grand coup de gazou-gazou arheu-arheu.

Et je pensais aux jours d'avant où personne n'avait à sa disposition ce maudit téléphone portable...

Et j'ai eu une révélation!

Je me suis souvenu de ces jours anciens où un grand silence régnait dans les wagons, rompu de temps en temps par quelques éclats d'enfants, ou par les messages incompréhensibles du contrôleur dans les haut-parleurs.

Mais je me suis souvenu aussi de tous les problèmes liés au manque de communication. Problèmes de couples, problèmes d'ados, problèmes professionnels...

Et aujourd'hui tout le monde peut s'appeler à tout moment. On peut montrer à quelqu'un qu'on pense à lui en l'appelant pour lui dire des choses insignifiantes, à tout moment. On peut appeler son enfant avant qu'il ne se couche pour lui gazouiller des gazou-gazou arheu-arheu avant qu'il ne s'endorme. On peut clavarder, bloguer, discuter sur des forums.

A mon avis, JAMAIS autant de gens n'ont communiqué de par le monde.
Et cela, c'est extraordinaire.

A être trop poli, on rate des instants magiques de communication.
A trop râler sur le langage SMS, on oublie que les jeunes ne se sont jamais autant écrit.

Alors si vous voyez quelqu'un sourire lorsqu'un téléphone se met à sonner dans votre wagon, ou même au cinéma, ou si quelqu'un vous regarde avec un air béat quand vous parlez de la pluie ou du beau temps avec votre mère/père/conjoint/amant/enfant/patron/avocat, je soyez pas surpris, c'est peut-être moi...

Et quand vous lisez ce blog, pensez à moi qui écrit de l'autre côté.

Dans tous les cas, bonne communication.

4 commentaires:

  1. Il faut croire que je n'en suis pas encore au stade de la révélation. Voilà bien résumé mon état d'esprit :
    http://raphvdd.free.fr/laroute/laroute.php?p=15

    Je trouve ça tout bonnement insupportable (surtout quand des panneaux indiquent de téléphone tranquillement sur les passerelles entre rames). En degré d'insupportabilité, je classe ça juste avant les étudiants (enfin pas n'importe lesquels, surtout les miens) qui communiquent via MSN pendant mes cours.

    Alors le règne de la communication ? Encore faudrait-il qu'elle ait un sens...

    Amicalement,
    Mathieu.

    RépondreSupprimer
  2. "Ce n'est pas faux !"

    J'ai tendance comme vous à essayer d'être le plus discret possible pour éviter de déranger, mais aujourd'hui, on communique énormément. C'est bien d'un côté, on est plus épanouis, mais de l'autre, on accélère aussi le rythme de la vie, déjà bien épuisant.

    Tout est à double tranchant, de toute façon : autant profiter des avantages que de se lamenter sur les inconvénients !

    RépondreSupprimer
  3. @jack
    "Ce n'est pas faux !"

    Vous écrivez ça parce que vous n'avez pas compris la question... ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Depuis que j'ai découvert l'idTGV ZEN, je revis lorsque je prends le train.

    Ensuite, pour dire que les jeunes n'ont jamais écrits... Je pense que nous avons tous dans nos cartons des lettres de nos premières petites copines... Des lettres d'une ou deux pages. Certes le contenu n'était pas plus littéraire que ceux des SMS d'aujourd'hui (qui ne se souvient pas de "J'aimerais être une larme pour naître dans tes yeux,. vivre sur ta joue et mourir sur tes lèvres.." ?) mais la forme était présente. Alors si je dois choisir entre une lettre de deux pages par semaine ou 120 SMS avec aucun mot de plus de 4 lettres, mon choix est tout fait.

    RépondreSupprimer

Lectrice, admiratrice, avocate, magistrate, programmeuse, dessinatrice, chère consœur, femmes de tous les pays, lecteur, j'ai toute confiance en vous pour prendre bien soin de vérifier que votre prose est compatible avec les normes orthographiques et grammaticales en vigueur. Et si vous pouviez éviter les propos insultants ou haineux, je vous en serais reconnaissant.
N'hésitez pas à respecter ces quelques règles qui peuvent même s'appliquer en dehors de ce blog.

Les commentaires sur ce blog sont modérés. Votre message apparaîtra sur le blog dès que le modérateur l'aura approuvé. Merci de votre patience.