27 avril 2008

Bon anniversaire Stéphane

Stéphane a cinquante ans[1] aujourd'hui.
Il a fait ses études dans un IUT et devait effectuer un stage. Il m'avait demandé s'il pouvait travailler avec moi sur le thème des réseaux de neurones. Son stage a été un succès car il y avait mis du cœur et s'était impliqué sans compter les heures.

Nous passions des heures à discuter des problèmes informatiques liés à son sujet de stage et à mes travaux de recherche. Il a découvert dans mon laboratoire que l'informatique pouvait être pour lui un sujet passionnant. A la fin de son stage, nous avons fait un petit pot pour lui montrer que nous avions su apprécier sa gentillesse et son implication.

Je n'ai pas pu assister à sa soutenance de stage, car il s'était donné la mort.
De son suicide, il laissait à ses parents une lettre d'explication où il faisait part de son dégout de la vie. Ses parents m'ont contacté car un passage de cette lettre m'était adressé: il disait que les meilleurs moments de sa courte vie avait été son stage avec moi.

J'en ai encore des larmes aux yeux en écrivant ce billet à sa mémoire.
Bon anniversaire Stéphane, tu es toujours dans mon cœur et tu as toujours vingt ans.

--------------------
[1] Prénom et âge modifiés bien évidemment.

3 commentaires:

  1. Euh.. Sincère condoléance?
    Je suppose que c'est un peu tard.
    On ne sait jamais que dire, en dehors du fait qu'on ne sait pas quoi dire mais ça fait bizare à dire.

    Mais euh.. il y a quand même des bons cotés à votre métier? (en dehors de la passion?)
    Car pour quelqu'un qui n'a pas la passion et à vous lire, ça a l'air d'un calvère.

    RépondreSupprimer
  2. Il y a des blessures qui ne se referment jamais. Des plaies qui saignent à vie.

    Je suis certain que cette personne vous remercie de le garder un peu en vie, dans votre souvenir, même après tant d'années.

    RIP.

    RépondreSupprimer
  3. Je comprends a quel point c'est dur, il y a, a peine un mois, j'ai moi aussi perdu quelqu'un de la meme facon... Et faillis en perdre un autre mais celui la c'est une histoire qui finis bien (un coups de fil a la police pour le faire interner avant qu'il commettent l'irreparable ca aide).

    Le pire dans tout cela c'est que ce genre d'acte fais autant de degat sur vos proches que je me demmande si ce n'est plus qu'une expression de sadisme...

    Je comprends votre peine et vous dis qu'il ne faut pas vous en prendre a vous meme si jamais vous avez eu le meme sentiment que moi, de la culpabiliter de n'avoir rien remarquer et de n'avoir rien pu faire pour l'empecher de se nuir.

    RépondreSupprimer

Lectrice, admiratrice, avocate, magistrate, programmeuse, dessinatrice, chère consœur, femmes de tous les pays, lecteur, j'ai toute confiance en vous pour prendre bien soin de vérifier que votre prose est compatible avec les normes orthographiques et grammaticales en vigueur. Et si vous pouviez éviter les propos insultants ou haineux, je vous en serais reconnaissant.
N'hésitez pas à respecter ces quelques règles qui peuvent même s'appliquer en dehors de ce blog.

Les commentaires sur ce blog sont modérés. Votre message apparaîtra sur le blog dès que le modérateur l'aura approuvé. Merci de votre patience.