02 juin 2008

Les travaux du marais de Blaye - 1698

Je m'amuse beaucoup à explorer (très partiellement je le crains) le contenu de Gallica, la bibliothèque numérique de la Bibliothèque Nationale de France.

La recherche par mot clef y est possible et ouvre l'accès à des documents fantastiques dont j'ai souvent fait l'écho ici même.

Aujourd'hui, je suis tombé sur un modeste document qui fait état de travaux dans le marais de Blaye. Il s'agit d'un procès verbal de nomination d'experts en date du 17 janvier 1698. Le texte est à mon avis un peu brouillon, mais vous y trouverez un zeste d'Europe, un peu de corporatisme, des problèmes de délais, des manœuvres dilatoires, un personnage célèbre, beaucoup de monde...

Le 23 août 1697, un arrêt du Conseil dans l'instance pendante entre messire Bernard Reboul, curé de Saint-Louis, en Blayais, et syndic des intéressés dans les marais de Saint-Simon, d'une part; messire Louis, duc de Saint-Simon[1], et Théophile Audebert, sieur de la Morinerie, syndic des entrepreneurs du dessèchement, d'autre part; avait ordonné qu'il serait fait par un peintre un plan des marais et une visite des lieux par des experts, pour constater si des travaux exécutés dans la vergne et dans le petit marais de Montelipan étaient utiles ou non au grand marais; en conséquence, messire Daniel Courtade, curé de Braud et nouveau syndic des intéressés aux marais de Saint-Simon, se présenta devant messire Louis Bazin, chevalier, seigneur de Bezons, intendant de Guyenne et commissaire désigné par l'arrêt du Conseil, alors à Périgueux, et demanda qu'il fût procédé à la nomination du peintre et des experts réclamés par l'arrêt du Conseil.
Le 22 novembre 1697, Joseph de Chatillon, mandataire de Théophile Audebert de La Morinerie, demanda à l'Intendant une assignation préalable pour M. le duc de Saint-Simon, comme principal intéressé et seul propriétaire du marais de Montelipan. Daniel Courtade prétendit que ce délai était demandé uniquement pour gagner du temps et empêcher l'expertise avant l'hiver, pendant lequel les marais étaient impraticables; cependant, Joseph de Chatillon s'étant borné à demander un délai de huit jours pour avoir une nouvelle procuration d'Audebert de La Morinerie, demeurant à plus de trente lieues, dans sa maison noble ed Romas, paroisse de Neuillax, ce délai fut accordé.
Le 27 nombre 1697, Guillaume Levasseur, abbé commandataire de l'abbaye de Notre-Dame-D'Aupierre, en Limousin, se présentant comme mandataire du duc de Saint-Simon et promettant d'apporter, dans quinze jours, une procuration spéciale du duc de Saint-Simon, l'Intendant, commissaire, ordonna que le lendemain les parties procéderaient à la nomination d'un peintre et des experts.
Le 28 novembre, les parties désignèrent, pour lever le plan des marais, le sieur Jean-Baptiste Augier, ingénieur du Roi; mais Joseph de Chatillon ayant demandé de payer, s'il le fallait, les honoraires dus aux quatre experts royaux de Blaye, dont l'un était aubergiste, l'autre droguiste et les deux autres marchands de vin, et qu'on acceptât pour seul expert le sieur Vanaker, entrepreneur de dessèchements des marais, les sieurs Courtade et Levasseur s'y opposèrent, notamment parce que ledit Vanaker était hollandais et nouvellement converti; néanmoins, il fut accepté, et Courtade choisit parmi les quatre experts royaux le sieur Labat, marchand de vin.
Le 2 décembre, le sieur Vanaker, avant de partir pour aller à Castillon, en Médoc, dessécher les marais de M. de Caupos, prêta serment avec ses collègues.
Le 13 décembre, l'abbé Levasseur présenta à l'Intendant une procuration du duc de Saint-Simon, signée à Paris le 2 décembre, et se plaignit de ce que le sieur Vanaker ne s'était pas encore rendu à Blaye.
Les 27 et 28 décembre, l'ingénieur et les experts déposèrent le plan et les rapports de la visite des lieux, et firent taxer leurs vacations. L'ingénieur Augier avait employé, avec ses agents, treize journées à trente livres, et reçut 390 livres. Les experts furent payées chacun pour dix journées à dix livres, et reçurent chacun 100 livres. Les conclusions des experts étant contraires, l'Intendant nomma pour tiers arbitre le sieur de Lavoye, ingénieur du Roi à Bayonne, qui prêta serment à Bordeaux le 9 janvier 1698 et le 17 janvier suivant, ayant remis son rapport, reçut, comme indemnité de son séjour et de ses voyages, le prix de quinze journées à trente livres chaque, montant à la somme de 450 livres.
M. Bazin de Bezons a signé chacun des actes rapportés dans ce procès-verbal.

--------------
[1]Louis de Rouvroy, duc de Saint-Simon, plus connu sous le nom de Saint-Simon, né à Paris le 16 janvier 1675 et mort le 2 mars 1755, est un écrivain français, célèbre pour ses Mémoires, racontant par le menu la vie à la Cour.

2 commentaires:

  1. Pour ma part, associé à Google Books (très bien également, sauf la conversion OCR qui est souvent une misère) et aux archives numérisées de mon département, c'est la genèse complète du chateau de Versailles et de la région, plans y compris, que j'ai pu remonter....
    Je suis devenu spécialiste des Gondis, Lullis et autres Francinis.
    C'est juste et seulement chronophage a donf... :)

    RépondreSupprimer
  2. - Les manoeuvres dilatoires,
    - Les délais,
    - La taxation,
    - Les honoraires,

    Les hommes passent mais les problèmes (récurrents) de l'expertise persistent et je m'aperçois que cela ne date pas d'aujourd'hui ni même d'hier.
    Sic transit gloria mundi.
    Cordialement,

    RépondreSupprimer

Lectrice, admiratrice, avocate, magistrate, programmeuse, dessinatrice, chère consœur, femmes de tous les pays, lecteur, j'ai toute confiance en vous pour prendre bien soin de vérifier que votre prose est compatible avec les normes orthographiques et grammaticales en vigueur. Et si vous pouviez éviter les propos insultants ou haineux, je vous en serais reconnaissant.
N'hésitez pas à respecter ces quelques règles qui peuvent même s'appliquer en dehors de ce blog.

Les commentaires sur ce blog sont modérés. Votre message apparaîtra sur le blog dès que le modérateur l'aura approuvé. Merci de votre patience.