06 novembre 2008

Commission de sécurité

Lorsque j'ai fait le choix d'ajouter sur ma tête la casquette de responsable technique, je savais qu'il allait falloir que j'acquière rapidement des connaissances qu'un simple responsable informatique ne possède pas nécessairement.

La gestion d'un bâtiment ERP2 en fait partie.

ERP = Etablissement Recevant du Public, et non pas Progiciel de Gestion Intégré comme je l'ai pensé la première fois que l'on m'en a parlé.

Un ERP possède au moins un type et entre dans une catégorie: dans le cas de mes bâtiments, il s'agit d'un ERP de type R (Etablissements d'enseignement) de catégorie 2 (701 à 1500 personnes). La gestion technique d'un tel ensemble de bâtiments nécessite de respecter des règles de sécurité afin de prévenir les accidents.

Par chance, mon prédécesseur m'a laissé un (volumineux) dossier contenant la règlementation à suivre et une pile de dossiers à jour concernant la sécurité. Il faisait ainsi mentir l'adage "Mon prédécesseur, cet incapable; mon successeur, cet ambitieux". Et pour faire mentir cet adage à mon tour (vis à vis de mon futur successeur), je me suis plongé dans les abimes règlementaires des ERP2...

Ma première décision a été de faire venir un pompier pour qu'il inspecte rapidement les lieux. La présence d'un homme en uniforme a également permis de faire passer plus en douceur la décision n°2 issue de cette inspection: supprimer toutes les tables, présentoirs, chaises et autres mobiliers qui s'étaient gentiment invités dans les couloirs et les escaliers de l'établissement... Les axes de circulation ne sont pas des zones de stockage, et ces objets représentent un risque pour l'évacuation en cas d'incendie ET pour la progression des pompiers. Seuls les photocopieurs d'étage semblent tolérés.

Pour le reste, RAS: tous les éléments de sécurité (extincteurs, trappes de désenfumage, centrale du système de sécurité incendie, détecteurs, etc.) ou les éléments dangereux (charriot élévateur, palans, ascenseurs, etc.) sont opérationnels et font l'objet de contrôles réguliers par des sociétés agréées.

Il n'empêche.
Tout ceci doit faire l'objet d'un contrôle ultime, une fois tous les trois ans: LA visite de la commission de sécurité.

Sous son intitulé complet, la commission consultative départementale de sécurisé et d'accessibilité est l'organisme compétent, à l'échelon du département, pour donner un avis concernant la poursuite d'activité de l'établissement à l'autorité investie du pouvoir de police administrative.

Et il y a quelques jours, c'était la première visite que j'avais à gérer...

Je me suis donc retrouvé face à cinq personnes: un représentant du préfet, de la mairie, de la police, de la DDE et des pompiers. Cela m'a rappelé les oraux des concours d'entrée aux grandes écoles! Et pendant deux heures, ils ont épluchés les documents que je leur présentais à la demande: consignes de sécurité, bilans des exercices d'évacuation, registre de sécurité, PV de vérifications des installations électriques, des chaudières, du gaz, des extincteurs, jusqu'aux contrats d'entretien des portes coulissantes de l'entrée principale de l'établissement.

Puis a eu lieu la visite des bâtiments. Nous nous sommes promenés dans tous les laboratoires, toutes les salles de TP, de TD, dans les amphithéâtres... RAS.

Enfin est venue la visite du sous-sol: archives et locaux de stockage du mobilier. Le pompier me désigne la porte d'un local en me demandant de l'ouvrir. Et là, stupeur: enchevêtrement de câbles, de rallonges, de chaises, de tabourets, d'enceintes, d'amplis, de batteries, de moquettes, de caisses, de cartons, de jeux de lumières... Il s'agit du local de répétition des différents groupes de musique de l'école.

Un silence plane sur le groupe agglutiné à l'entrée de cette pièce à l'aspect improbable.

Le pompier me regarde et m'interroge: Monsieur le responsable technique, quels sont les problèmes que vous relevez dans cette pièce?

Moi, déconfit: Et bien... les appareils électriques sont branchés sur des rallonges multiprises cascadées (jusqu'à quatre multiprises!), la pièce est remplis d'objets encombrants et inflammables visiblement stockés là sur une longue durée (zone de stockage) alors qu'il s'agit d'une pièce de vie, le désordre ambiant devient un piège mortel en cas d'incendie, pour les occupants qui cherchent à sortir, comme pour les sauveteurs qui cherchent à entrer. Bref, un piège mortel.

Lui: Et que comptez-vous faire?

Moi: Fermeture immédiate de ce local et dès demain, nettoyage avec les étudiants puis mis en place d'une installation électrique correspondant à leurs besoins.

Lui: Bien.

Résultat: avis favorable.

PS: Le pompier est revenu quinze jours après pour une visite impromptue. Tout avait été fait. Je n'ai qu'une parole.

3 commentaires:

  1. Impressionnant, vous faites visiblement partie des gens avec lesquels travailler est un plaisir!

    RépondreSupprimer
  2. @Jok: C'est gentil! J'espère que c'est ce que pensent mes sept techniciens :)

    RépondreSupprimer
  3. Un ERP2 c'est vaste. Il y a bien un placard à balais au contenu improbable qui est resté inexploré, un lieu inconnu où la main de l'homme responsable technique n'a encore jamais mis les pieds.
    Restez vigilant Zythom, même avec un avis favorable, c'est une règle d'or.

    RépondreSupprimer

Lectrice, admiratrice, avocate, magistrate, programmeuse, dessinatrice, chère consœur, femmes de tous les pays, lecteur, j'ai toute confiance en vous pour prendre bien soin de vérifier que votre prose est compatible avec les normes orthographiques et grammaticales en vigueur. Et si vous pouviez éviter les propos insultants ou haineux, je vous en serais reconnaissant.
N'hésitez pas à respecter ces quelques règles qui peuvent même s'appliquer en dehors de ce blog.

Les commentaires sur ce blog sont modérés. Votre message apparaîtra sur le blog dès que le modérateur l'aura approuvé. Merci de votre patience.