29 août 2008

Les Experts


Pour un billet du vendredi, je ne suis pas allé chercher trop loin: j'ai trouvé un excellent blog, avec un billet consacré aux experts: à savourer ici.

Et en plus, les liens fournis m'ont permis d'envisager d'intégrer le XXIe siècle en matière de scellés. Parce moi, c'est plutôt encore ça...

Allez, pour bien démarrer le week-end, je vous mets une photo qui m'a bien fait rire. Genoux sensibles s'abstenir :)

27 août 2008

Souvenirs, souvenirs

De retour de vacances, vous voici à la tête d'un bon paquet de photographies numériques. Voici les conseils de tonton Zythom...

Tout d'abord, je suis NUL en photographie. Comme beaucoup de personnes, je prends plein de photos avec un petit appareil photo numérique standard (enfin il était standard au moment de son achat, il est ringard un an après, et aujourd'hui qu'il a trois ans...) d'1.3 mégapixels.

Quand je dis NUL, c'est que je me contente du mode AUTO de prise de vue, car je sais à peine changer de mode et surtout pas faire les réglages moi-même (NUL je vous dis).

Mais je m'en sors relativement bien, car je récupère les photos des autres sur mon ordinateur.

De retour des USA, je me suis donc retrouvé à la tête de 2500 photos issues de cinq appareils photos numériques différents. Quand j'écris "différents", je pense bien sur aux modèles, mais aussi aux dates et heures respectives de chaque appareil... qu'il va bien falloir synchroniser si on veut pouvoir faire un rangement quelconque. L'un des appareils était en 2005 (probablement la date usine), un autre à l'heure californienne (mais pas à l'heure d'été), etc...

Etape 1: sauvegarde.
Gravure sur DVD de l'ensemble des photos, vérification du DVD sur un autre lecteur, copie des photos sur l'ordinateur de travail avec conservation des photos sur le portable. Ceinture, bretelles et sourire de la crémière comme toujours en informatique... Logiciel préféré: CDBurnerXP (gratuit).

Etape 2: synchronisation horaire.
Dans ce cas là (et dans bien d'autres, mais pas toujours) "google is my friend" (blogspot also indeed): j'ai trouvé un petit utilitaire bien pratique: JpgTime. Vous placez les photos de chaque appareil photo dans un répertoire séparé (un appareil, un répertoire) et vous trouvez une photo commune par couple d'appareils photos (un coucher de soleil, un gâteau d'anniversaire, etc). Et hop, le logiciel vous corrige les dates, heures, minutes et secondes des 500 photos du répertoire en ajoutant l'intervalle de temps nécessaire (il faut juste ne pas avoir modifié la date pendant le séjour).

Etape 3: mélange.
Ensuite, il ne reste plus qu'à utiliser l'excellent IrfanView pour modifier les noms de fichiers des 2500 photos. Pour ma part, j'ai choisi de nommer chaque photo ANNEEMOISJOURHEUREMINUTESECONDEANCIENNOM.jpg à partir des informations EXIF extraites automatiquement par IrfanView (et qui viennent d'être corrigées par JpgTime si vous suivez correctement).
Je mélange ensuite l'ensemble des photos des cinq appareils dans des répertoires ANNEEMOISJOURs.

Etape 4: première élimination.
Il est enfin possible de parcourir les 2500 photos. Si vous mettez 5 secondes par photo, vous allez en avoir pour 3 plombes (3h28'20"). Il faut donc faire défiler très rapidement (et à la main) les 2500 photos pour éliminer sans pitié les photos floues, noires. Bref, toutes celles manifestement ratées. J'en profite au passage pour tourner de 90° les photos qui en ont besoin, corriger les yeux rouges et les sous exposées. Mon outil préféré pour cela: Picasa. Simple, rapide avec sauvegarde des originaux.

Etape 5: panoramas.
Je vous l'ai déjà dit en début de billet: je suis NUL en photographie. Mais face à certains paysages, j'ai vraiment envie de les emporter chez moi en poster. Donc, j'achète des posters (plus précisément, des calendriers). Mais je veux aussi pouvoir agrandir mes propres photographies... et avec un 1.3 mégapixels on ne va pas très loin. Sauf si on prend plusieurs photos que l'on assemble ensuite! C'est tout l'intérêt des photos numériques. A l'aide de l'excellent Hugin et un peu de chance, j'ai pu obtenir quelques belles photos comme celle-ci (issue d'un assemblage de sept photos):
Taille originale avant transfert sur le blog: 10792 x 1875

Etape 6: gravure et envois.
L'étape précédente (qui en pratique a duré plusieurs jours) avait pour objectif de retirer les photos ratées, sans trop faire de choix sur les photos. En effet, chaque famille ayant ses propres critères de sélection, j'envoie à chaque propriétaire d'appareil photo un DVD à ce stade et les moutons seront bien gardés. Gardez un exemplaire de DVD pour vous, c'est toujours une sauvegarde de plusieurs jours de travail. Il reste 2300 photos.

Etape 7: sélection finale.
Objectif: conserver 30% des photos prises et les faire développer sur papier photo. Il faut faire ce travail seul et avoir un mental d'acier. A chacun sa technique. Personnellement, je procrastine.

Etape 8: développement.
Il faut absolument s'obliger à développer ses photos pour les transmettre aux générations suivantes. Je vous laisse choisir le meilleur site de développement photos.

Etape 9: évaluation.
Il ne reste plus qu'à faire évaluer vos albums par vos amis et enfants. S'ils s'endorment au delà de la 10e page, c'est que vos vacances n'intéressent que vous.

Et c'est souvent le cas :)

22 août 2008

Deep sand

La voiture qui me précède s'arrête et ses occupants me font des signes d'appel au secours. Je suis bien en peine de leur porter secours: je suis moi-même en difficulté.

Nous sommes à Death Valley (la vallée de la mort), il est 18h, le soleil va bientôt passer derrière les montagnes. La température est encore de 35°C malgré le ciel nuageux. Cela fait deux heures que nous roulons sur de la "dirty road" (piste non goudronnée) sans rencontrer âme qui vive.

Nos deux voitures viennent de s'ensabler.

Mais revenons en début de journée.

Nous partons de Yosemite National Park où nous venons de passer plusieurs jours. Comme chaque fois, les huit enfants des deux familles se répartissent dans les deux voitures pendant que les quatre adultes font le point sur le trajet. Cela fait deux semaines que nous sommes en camping sous tente et ce soir nous couchons à l'hôtel, près de Death Valley. A nous les bonnes douches...

Le point sur le trajet se passe de la manière suivante: l'équipage n°2 (c'est nous) entre dans le GPS le point d'arrivée visé et, muni des informations de Tommy, propose un trajet. L'équipage n°1, adepte des cartes routières papiers, étudie ce trajet et propose des modifications, des détours, des points de ravitaillement possibles, etc.

Les chambres d'hôtel étant réservées, nous avons le temps de prendre le chemin des écoliers. Nous décidons donc de quitter l'autoroute à "Big Pine" (cela ne s'invente pas) et de pénétrer dans le parc de Death Valley par le nord en empruntant des pistes non goudronnées.

L'un des objectifs est d'aller voir les dunes Eureka. Quelques miles sur les pistes américaines, c'est un peu l'aventure pour nos gros vans 7 places de 2 tonnes...

Ce que nous ignorions, c'est que la piste pour "voitures normales" s'arrête là. Après, vers l'Est, c'est réservé aux 4x4...

Inconscients de nous engouffrer dans une impasse pour nos véhicules, nous poursuivons. La conduite est un peu sportive, les voitures "flottent" un peu sur le sable dans certains passages... jusqu'à l'enlisement.

Nous venons d'arriver à un endroit appelé "Deep sand" (sable profond).


Source: Death Valley National Park

Il est 18h, le soleil va bientôt passer derrière les montagnes. La température est encore de 35°C malgré le ciel nuageux. Cela fait deux heures que nous roulons sur la piste sans rencontrer âme qui vive.

Tout le monde descend des voitures.

Le "truc" dans ces cas là pour éviter que grands et petits ne prennent peur, c'est de plaisanter et de montrer une belle assurance: "ça, c'est de l'Aventure! Encore quelque chose d'extraordinaire à raconter à l'école!". Je fais le fier et le blasé, mais j'ai un peu peur. Nous avons de l'eau, des tentes, le plein d'essence, de la nourriture; personne n'est blessé, nous savons où nous sommes, nous ne manquons pas de matériel. Mais c'est ma première expérience d'ensablement.

Comme je ne peux plus avancer puisque la voiture n°1 bloque le passage, je passe naturellement la marche arrière, je débranche l'ESP et commence à "godiller" avec le volant. Par chance, je découvre à ce moment là que nos deux voitures sont des tractions et non des propulsions. Après quelques minutes d'efforts, je sors du sable et arrive à reculer d'une centaine de mètres.

La voiture n°1 est, quant à elle, posée sur le sable, roues avant complètement ensablées. Comme "vu à la télé", nous creusons et plaçons des pierres derrière les roues. Mais quand le conducteur accélère, les roues tournent un peu puis se bloquent: le système ESP détecte un glissement qu'il juge anormal et ordonne aux freins de bloquer les roues avant. Et sur cette voiture, il ne peut pas être désactivé...

Et Paf le chien!

C'est alors qu'il faut imager douze personnes ayant envie d'une bonne douche chaude mues par l'énergie du désespoir: tout le monde se bouscule pour trouver une place, qui derrière, qui sur les côtés, pour pousser la voiture. Il ne manquait que Taillefer pour entonner la Chanson de Roland pour galvaniser les troupes.

Et ainsi, mue par onze chevaux-sueurs, la traction de deux tonnes s'est trouvée propulsée sur plusieurs mètres. Inutile de dire que son conducteur a écrasé le champignon pour faire demi-tour et rejoindre le véhicule n°2 sur le sable dur.

Tout le monde remonte en voiture. Nous fonçons jusqu'à la piste "en dur". Nous refaisons toute la piste en sens inverse. Nous prenons la route normale jusqu'à l'hôtel où nous arrivons la nuit à 23h. Les douches sont sublimes.

Le lendemain, avec un ciel sans nuage, la température montera jusqu'à 48°C à l'ombre.

19 août 2008

Le silence des hargneux

Cette communication (y compris les pieces jointes) est reservee a l'usage exclusif du destinataire (des destinataires) et peut contenir des informations privilegiees, confidentielles, exemptees de divulgation selon la loi ou protegees par les droits d'auteur. Si vous n'etes pas un destinataire, toute utilisation, divulgation, distribution, reproduction, examen ou copie (totale ou partielle) est non-autorisee et peut etre illegale. Tout message electronique est susceptible d'alteration et son integrite ne peut etre assuree. [Société Y] decline toute responsabilite au titre de ce message s'il a ete modifie ou falsifie. Si vous n'etes pas destinataire de ce message, merci de le detruire immediatement et d'avertir l'expediteur de l'erreur de distribution et de la destruction du message. Merci.

This transmission (including any attachments) is intended solely for the use of the addressee(s) and may contain confidential information including trade secrets which are privileged, confidential, exempt from disclosure under applicable law and/or subject to copyright. If you are not an intended recipient, any use, disclosure, distribution, reproduction, review or copying (either whole or partial) is unauthorized and may be unlawful. E-mails are susceptible to alteration and their integrity cannot be guaranteed. [Société Y] shall not be liable for this e-mail if modified or falsified. If you are not the intended recipient of this e-mail, please delete it immediately from your system and notify the sender of the wrong delivery and the mail deletion. Thank you.

Qui de nos jours prête attention à ce type de phrase ajoutée en fin d'email?
Et pourtant, ce qui est arrivé à ce chef d'entreprise pourrait tout aussi bien vous arriver à vous tous:

Mr Bowman commence tous les matins son travail par la lecture de ses emails. Il reçoit un coup de téléphone d'un de ses salariés, Mr Poole, qui demande un entretien d'urgence avec lui. Lorsque Mr Poole entre dans le bureau de son PDG, il est passablement énervé. Une discussion ombrageuse commence entre les deux hommes où il est question entre autres choses de manques de considération, de duperies, de démission et de prudhommes.

Mr Poole exhibe une feuille de papier sur laquelle est imprimé un email qui lui est adressé et envoyé par Mr Bowman (adresse email, entêtes, signature, etc). Dans cet email, le PDG informe son salarié qu'il est incompétent, que le dossier HAL9000 aurait du être traité d'une façon plus énergique et qu'il envisage de le changer de bureau en direction du sous-sol...

Mr Bowman affirme alors n'avoir jamais envoyé un tel email.

Les deux hommes étudient attentivement le message: il semble authentique. Mr Bowman regarde sur son ordinateur, dans sa liste d'emails envoyés: rien. Mr Bowman comprend aussi qu'il fait face à un problème de sécurité: qui a pu pirater son compte et écrire un tel email en se faisant passer pour lui? Il décide d'appeler une personne étrangère à l'entreprise: un expert judiciaire en informatique.

C'est là que j'entre en scène (tadam).
A peine contacté par téléphone, je me fais expliquer la situation, telle que perçue par les deux hommes. Rendez-vous est pris pour le soir même. Je demande simplement que Mr Bowman, Mr Poole et le responsable informatique de l'entreprise soient présents.

Une fois sur place (après le travail, je suis moi-même un salarié dévoué), je propose à Mr Bowman de changer de mot de passe avec l'aide de son informaticien, et demande à l'informaticien de me présenter le fonctionnement du système d'information de l'entreprise et en particulier la journalisation.

J'ai ensuite étudié avec attention les entêtes contenues dans le message incriminé, pour me rendre compte que l'email avait été écrit en dehors de l'entreprise. Les traces de la livraison de l'email sur le serveur de messagerie de l'entreprise nous ont permis de compléter et recouper l'ensemble des données pour confirmer un envoi effectué à partir d'une adresse internet externe. L'analyse des journaux de la passerelle d'accès à internet (propre à l'entreprise) a permis de montrer que cette adresse externe n'a pas été utilisée depuis un poste de l'entreprise.

Après les investigations vient le temps des explications et de la pédagogie (et de la diplomatie). Il m'a fallu expliquer à Mr Bowman qu'il est extrêmement simple pour un "script kiddie" d'envoyer un email sous une fausse identité, en général pour vendre des pilules bleus, mais parfois pour envoyer un fake.

Tout le monde prend alors conscience en silence des habitudes prises de lire et prendre pour argent comptant les différents emails reçus chaque jour.

En attendant un système plus fiable, universel et authentifié.
Et alors démarrera le vrai temps de Big Brother...

16 août 2008

Tiip-tiiptiip-tiiptiip

Aujourd'hui est un grand jour pour moi: c'est un jour anniversaire pour ce blog!!!
Cela fait 711 jours que ce blog a débuté :)

Ma fille ainée: "Pfff."
Ma fille cadette: "Ah bon?"
Mon fils benjamin: "Papa j'ai gagné une moto sur Mario Kart!"
Ma femme: "Qu'est-ce que tu viens faire encore ton intéressant sur internet"

Cela fait 1 an, 11 mois et 11 jours que ce blog existe.
Et il se trouve que cela m'amuse.

Merci à tous les lecteurs.

14 août 2008

La fin d'un rève

Dear Mr [Zythom],

On behalf of the European Space Agency, I wish to thank you for your application and interest in joining the European Astronaut Corps.

I regret to inform you that after very careful consideration, it has been decided not to retain your application for the post of Astronaut. However, should you not object, we would like to keep your file on record for other career opportunities at ESA and contact you if a post which matches your profile should emerge.
[...]
On behalf of the European Space Agency, I wish you all the best for your further career.

Yours sincerely,

F.C. Danesy
Head, ESOC Human Resources Division

-----------------------------------------------
Suite aux commentaires, je mets ici la traduction (google, j'aime assez F.C.=Football Club):

Monsieur [Zythom],

Au nom de l'Agence spatiale européenne, je tiens à vous remercier pour votre application et de se joindre au Corps des astronautes européens.

J'ai le regret de vous informer que, après un examen très attentif, il a été décidé de ne pas retenir votre candidature au poste d'astronaute. Toutefois, si vous pas d'objection, nous tenons à garder votre dossier sur dossier pour d'autres possibilités de carrière à l'ESA et de vous contacter si un poste correspondant à votre profil doit apparaître.
[...]
Au nom de l'Agence spatiale européenne, je vous souhaite à tous le meilleur pour votre carrière.

Je vous prie d'agréer,

Football Club Danesy
Chef, ESOC Division des Ressources humaines

-----------------------------------------------
Ma réponse:

Cher Mr Danesy,

Je vous remercie de m'avoir fait rêver pendant ces dernières semaines en me permettant, ainsi qu'à tant d'autres, de postuler pour un poste d'astronaute à l'ESA.

Je suis déçu de ne pas pouvoir passer à l'étape suivante de la sélection, mais je peux vous assurer que je continuerai à regarder avec passion depuis la Terre les aventures des heureux élus qui poursuivront la conquête spatiale.

Et qui sait, verrai-je peut-être un être humain fouler le sol de Mars? Et en explorer ses gouffres...

Cordialement,
Zythom

13 août 2008

JFIN 2008

Les 3, 4 et 5 septembre auront lieu les JFIN 2008 (journées francophones de l'investigation numérique), rassemblant des policiers, gendarmes, magistrats, experts... à Vandœuvre-lès-Nancy.

Le programme est ICI et semble fort intéressant.

Je ne connais pas l'AFSIN, mais la qualité des intervenants est de bon augure. Les inscriptions se font ICI.

Dommage que cela soit en pleine semaine de rentrée de mon école d'ingénieurs...

12 août 2008

Back in the U.S.A.

Et me voici de retour, San Francisco - Détroit - Paris - La Maison, 24h de voyage, 9h de décalage horaire, 19 sacs de voyage récupérés, femmes hommes et enfants on board...

Les trois semaines de vacances aux USA ont été extraordinairement dépaysantes. Nous sommes partis à 4 adultes et 8 enfants pour faire exclusivement des randonnées et du camping sous tentes dans des parcs américains à l'exception de l'hôtel de San Francisco (arrivée et départ), et de celui de Death Valley. Jugez un peu:

- San Francisco
- Humboldt Redwood State Park
- Redwood National Park
- Crater Lake National Park (Oregon)
- Lava Beds National Monument
- Lassen Volcanic National Park
- Yosemite National Park
- Death Valley National Park
- Sequoia National Monument
- Kings Canyon National Park
- San Francisco

Soit 3000 miles (plus de 4800 kms) en voiture, des randonnées de 3 à 16 kms chaque jour (vous savez faire marcher huit enfants de 6 à 16 ans pendant 16 kms? Nous, oui), des températures comprises entre 3°C et 48°C, des paysages magnifiques, des animaux sauvages en pagaille et des randonneurs et/ou campeurs très amicaux.

Seuls problèmes: pas d'internet, pas de wifi, pas de GSM, pas d'électricité.

J'ai quand même visité l'Apple Center de San Francisco...

J'ai fait le plein d'aventures et d'anecdotes.
A suivre (dans la rubrique Youessai)...