17 juillet 2009

Servir après

J'aime me promener dans les cimetières et lire les inscriptions sur les tombes: dates anciennes, messages d'amour, tombes oubliées, caveaux importants et prétentieux... Les cimetières sont à l'image de nos anciens. Le temps y est arrêté et personne ne s'y bouscule en courant après un stress mérité. Il y a des fleurs, assez peu d'ordinateurs et aucune inscription du type "à ma liaison ADSL défunte", ou "A notre expert chéri, ses clients adorés". Cela permet de relativiser.

Pourtant, je ne veux pas finir dans un cimetière. Je ne veux ni tombe ni d'urne. Je veux que mon corps finisse en servant à quelque chose. Tous les bouts qui peuvent y être prélevés pour une greffe ou pour une étude quelconque.

Ensuite, je veux être incinéré et dispersé (en toute discrétion) dans une forêt domaniale quelconque pour servir d'engrais à quelques arbres et champignons.

Cela évitera d'encombrer les cimetières avec des monuments inutiles et onéreux.

Je préfèrerais que pour chaque mort soit planté un arbre, dans un endroit que l'on appellerait - disons - une forêt commune. Tout le monde s'appliquerait à entretenir les arbres familiaux et respecteraient ceux des autres.

A bien y réfléchir, je ne vois que des avantages à cette solution.

14 commentaires:

  1. Des inconvénients? Et la pollution?!
    http://fr.ekopedia.org/Cr%C3%A9mation

    Rien de simple, dans ce bas monde...

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour

    Je suis effectivement du meme avis. Servir, autant que possible, c'est bien et utile.

    C'est vrai aussi que je n'avais jamais pensé aux "restes", mais l'idée de planter un arbre et de répandre les cendres dans une forêt est une bonne idée.

    BobCaTT

    RépondreSupprimer
  3. [Mode sale bête] tout dépend du choix des essences à planter, de leur diversité, de l'environnement de plantation, etc. On a déjà foutu en l'air des écosystèmes locaux en pensant bien faire
    [/Mode sale bête]

    Mais c'est une idée tout à fait pertinente et intéressante, bien plus utile que le culte d'une dépouille qui parfois a déjà disparu. Et puis un peu de naturel pour survivre au naturel, quoi de plus naturel?

    RépondreSupprimer
  4. Tiens, strictement même idée pour moi..... Etonnament, les gens ont du mal à parler de leur choix à la fin de leur vie. Tabou ? Peur ?

    RépondreSupprimer
  5. Il me semblait qu'il n'était pas possible en France de répandre les cendres des défunts dans la nature. Par acquis de conscience, j'ai fais une petite recherche sur Google. Il semble que la loi ait changée en décembre 2008, puisque l'article L. 2223-18-2 du "Code Général des Collectivités Territoriales" le permet désormais.

    J'ai l'impression que Zythom lit soigneusement chaque numéro du JO. Je n'ai pas ce courage.

    Par contre toujours pas moyen de se faire transformer en diamant après sa mort... non pas que cela serve à quoi que ce soit, mais ce serait juste "rigolo" (-:

    RépondreSupprimer
  6. S'il y avait un incendie dans cette forêt, les gens seraient morts deux fois !
    Je me demande si un incinérateur pollue beaucoup...
    Enfin bref pour l'instant je pense à la vie :)

    RépondreSupprimer
  7. Malheureusement, une telle solution est désormais interdite par la loi : la dispersion des cendres doit se faire uniquement sur une "pelouse du souvenir" dans l'enceinte d'un cimetière.
    De même, il est interdit d'être enterré sur un terrain privé pour y planter un arbre par dessus (sauf dérogation municipale).
    Par contre, je ne sais pas si l'on peut planter un arbre en lieu et place d'une pierre tombale...

    RépondreSupprimer
  8. Et on plante l'arbre directement sur le corps ! Comme ça, l'arbre pousse en se nourrissant (un peu) du corps, et on suit une certaine logique !
    Et en plus, moins de CO2 pour la planète !

    Mouais, pourquoi pas. Mais on fait comment si un arbre meurt ? Ou si d'autres arbres poussent au milieu de cette forêt-cimetière ?
    En tout cas, l'idée peut être charmante, ou glauque, au choix.

    Je crois que je préfère quand même les cimetières classiques. Au moins on sait où sont les gens qu'on cherche :)

    RépondreSupprimer
  9. @Guillaume: Je suis en train de progressivement me faire remplacer les plombages "à l'ancienne", et faire bruler du bois ne contribue pas à l'effet de serre puisque le bilan carbone est nul. J'aurais préféré être inhumé en pleine terre dans un simple linceul, mais c'est interdit.

    @BobCaTT et ook?ook!: +1

    @ITI: Les choses sont en train de changer, et il faut en parler avec ses enfants et ses parents.

    @Bruno: Je ne suis pas sur que cela soit autorisé (c'est pourquoi j'ai écrit "en toute discrétion"). J'ai hésité à écrire "en poudre à mettre dans un sablier pour continuer à être utile". Mais l'idée du diamant est excellente... Quoi qu'un peu onéreuse.

    @Dnucna: Un incendie de forêt, cela fait parti de la vie. Sur les cendres des arbres pousseront de nouveaux arbres qui se nourriront des anciens (et des anciennes cendres). Un éternel recommencement.

    @Bertrand Lemaire: C'est pourquoi j'ai indiqué "en toute discrétion". Il n'est pas interdit de se promener dans une forêt avec une urne funéraire et de se vautrer au pied d'un arbre. Par contre, il est interdit d'y placer une plaque commémorative, ce que je ne souhaite pas (car je ne veux pas faire rire les générations suivantes).

    @Pixel: Il n'est pas possible de se faire enterrer en pleine terre, sinon j'aurais choisi cette solution qui a le mérite de la logique et de la simplicité (à défaut de l'hygiène pour ceux qui boivent les eaux de ruissellement...)
    Les gens que vous cherchez sont morts. Seuls leurs restes sont dans le cimetière. Et pour ma part, cela ne représente plus rien. De mon passage ne resteront que les souvenirs qui seront dans la tête de mes familiers et de mes amis (et quelques histoires sur ce blog).

    RépondreSupprimer
  10. Il semble bien désormais possible qu'elles "soit dispersées en pleine nature, sauf sur les voies publiques", voir la loi promulguée sur http://textes.droit.org/JORF/2008/12/20/0296/0001/. Cependant je ne suis pas juriste, je ne sais donc pas si des décrets d'application sont ensuite nécessaire pour que la loi soit applicable. Il me semble que ce n'est pas nécessaire dans ce cas, mais je ne suis pas juriste.

    Il faut obtenir une autorisation préalable des autorités (maire ? préfet ?) pour pouvoir disperser les cendres.

    Par contre, un particulier ne peut plus conserver une urne funéraire chez lui. S'il obtient l'autorisation de disperser les cendres, je suppose qu'on lui laissera faire sa balade en forêt avec son urne, mais dans ce seul but.

    RépondreSupprimer
  11. J'ai pensé un peu à la même chose, et me demandais si le choix du lieu d'enterrement pouvait jouer: j'ai l'impression que dans les petits villages de ma région d'origine, il est possible de planter des arbres dans le cimetière.

    Je trouve l'idée très bonne. Coté pollution, les cendres doivent avoir un impact bactériologique moindre.

    Est-ce que la réglementation est la même partout en Europe?

    Sinon, il reste la solution de s'arranger pour mourir en mer: il me semble que l'immersion est toujours d'actualité.

    RépondreSupprimer
  12. « Vivant, j'étais un gland ; mort, je suis un chêne. »

    (Rien de personnel, c'est juste pour le gag.)

    RépondreSupprimer
  13. Il est désormais possible de laisser le corps du défunt dans un "jardin de mémoire" : une fois le corps incinéré, il est déposé sous un arbre, dans un terrain privé entretenu. C'est une solution que nous avons déjà eu à choisir.
    Je rajoute qu'une partie du corps du défunt a servi a en sauver d'autres. En dehors du fait que ça fait du bien pour ceux qui restent, ça semble tellement ... logique !

    RépondreSupprimer
  14. Sur le même sujet, voici une anecdote amusante que j'ai vécue récemment.
    Une de mes voisines est une vieille dame âgée de plus de 80 ans à laquelle je rend visite régulièrement pour vérifier qu'elle va bien et qu'elle n'a besoin de rien.
    Un jour je l'ai trouvée très préoccupée car elle venait de recevoir un coup de fil d'un membre de sa famille lui apprenant que la tombe de ses aïeux (grands parents) était fendue sur tout le dessus !
    Sa préoccupation était donc de se rendre sur place le plus rapidement (le cimetière était sité à l'autre bout de la France) pour réparer la fissure sur la tombe et elle me demandait si je pouvais l'aider dans cette tâche.
    Ses propos étaient les suivants : il faut faire vite car dessous avec l'humidité ça doit être dans un état !...

    RépondreSupprimer

Lectrice, admiratrice, avocate, magistrate, programmeuse, dessinatrice, chère consœur, femmes de tous les pays, lecteur, j'ai toute confiance en vous pour prendre bien soin de vérifier que votre prose est compatible avec les normes orthographiques et grammaticales en vigueur. Et si vous pouviez éviter les propos insultants ou haineux, je vous en serais reconnaissant.
N'hésitez pas à respecter ces quelques règles qui peuvent même s'appliquer en dehors de ce blog.

Les commentaires sur ce blog sont modérés. Votre message apparaîtra sur le blog dès que le modérateur l'aura approuvé. Merci de votre patience.