30 septembre 2009

Etroiture

Cela fait 20 jours que nous explorons une zone d'environ 80 km2 autour de notre camp de base. Nous sommes huit, nous sommes jeunes, nous sommes en Crête.

On devient un jour spéléologue, mais on le reste toute sa vie.

L'expédition de spéléologie est prévue pour durer un mois, ayant obtenu les autorisations nécessaires auprès de la fédération spéléologique de Grèce relativement facilement car cela fait maintenant plusieurs années que mon club vient dans ce coin de Crête.

Nous sommes en pleine montagne, loin, très loin des plages surpeuplées de touristes. Un berger nous a prêté sa bergerie de montagne située près d'un point d'eau. C'est un luxe pour nous de pouvoir dormir au chaud car les nuits sont fraiches à cette altitude.

Depuis le début de notre expédition, nous avons découvert et exploré deux ou trois nouveaux gouffres chaque jour, à des profondeurs comprises entre 10m et 100m. L'entrée de chaque gouffre est répertoriée sur nos cartes qui commencent à ressembler à un beau ciel étoilé.

Deux ans auparavant j'avais participé à la découverte du plus grand gouffre de Grèce de l'époque[1] en effectuant ma 1ère grande première. L'année suivante avait été consacrée à son exploration jusqu'à un siphon que nous avons exploré sur 10m (à 473m sous la surface).

Cette année, nous cherchons à contourner ce siphon pour poursuivre l'exploration.

Et depuis le début de l'expédition, nous tombons sur des impasses. Mais à chaque exploration, nos cœurs battent pendant des heures avec l'espoir de tomber sur une grosse galerie souterraine qui nous emmènerait tel le métro de la Pierre Saint Martin à des centaines de mètres sous terre... Nous cherchons dans le gouffre principal, mais aussi à l'extérieur dans un rayon de 5km.

Ce 20e jour, avec un camarade, nous trouvons à 3h de marche du camp une petite ouverture de 30 cm entre deux rochers qui semble prometteuse. Avec une torche improvisée, je regarde à travers le passage et aperçois une salle obscure.

Nous nous équipons fébrilement en troquant nos chaussures de marche et nos shorts contre des bottes et des combinaisons chaudes par 35°C à l'ombre...

Nous nous faufilons dans la fissure et explorons la salle. Celle-ci fait 20m sur 5m avec un plafond culminant à 4m. Très proche de la surface, elle est sèche et chaude. Mais au fond, l'eau a creusé une petite fissure à la verticale d'un puits que je sonde à la louche en lançant une pierre: plutôt profond!

Problème: la fissure est plutôt franchement étroite.

Pendant une heure, mon ami et moi allons taper avec nos marteaux pour tenter d'élargir un bout de la fissure, tout en étant attaché solidement pour éviter de tomber dans le puits si par hasard un bloc se détachait brutalement.

Finalement, au bout d'une heure, nous pouvons passer la tête à travers la fissure. Et selon l'adage bien connu des spéléologues, si la tête passe, on peut faire passer le corps!

Ayant gagné à la courte paille, j'ai l'honneur de passer le premier. Il me faut un bon quart d'heure pour forcer le passage et me retrouver suspendu dans le vide sur une corde de 30m épaisse comme mon index.

Je commence à descendre tout doucement, en expliquant ce que je vois à mon camarade:
- "c'est beau"...
- "ça brille beaucoup"...
- "il y a un filet d'eau qui court sur la paroi"...
- "le puits s'élargit maintenant sur plus de cinq mètres"...
- "je ne vois toujours pas le fond"...
- "ça y est. Je suis sur le noeud de fin de corde! Toujours pas de fond!"
- "je ne peux pas m'approcher d'une paroi. Je raboute la corde suivante!"

Je n'aime pas trop cet exercice qui consiste à attacher une corde supplémentaire à la corde sur laquelle je me trouve. Il faut en effet réaliser un nœud particulier que mon descendeur ne pourra pas franchir. Il me faudra donc exécuter "un passage de noeud" en plein puits. Toujours sans voir le fond!

- "je suis sur la 2e corde! Je continue!"
- "je suis au fond! Le puits doit faire 60m!!"
- "ça continue!"
- "il y a une galerie de 10m qui donne sur un autre puits!!!"
- "ça souffle fort!!"

Je sonde le puits avec ma frontale électrique: profondeur estimée=20m. Je suis seul, pas question de continuer sans mon équipier. Je remonte.

Sachant que la tête du premier puits est difficile à franchir, je crie à mon équipier que je souhaite d'abord vérifier que je peux ressortir avant qu'il ne me rejoigne.

Je remonte donc le puits de 60m avec mes poignées-bloqueurs et mon bloqueur de pied. Le passage de nœud est plus facile à la remontée.

Arrivé en haut du puits, je regarde la fissure que je dois refranchir à la verticale.

Je vais tout tenter pendant une heure!
Pendant une heure, je vais torturer mon corps pour qu'il repasse cette fissure que j'ai franchie à l'aller! Pendant une heure, je vais sentir la panique monter en moi par vagues successives. Impossible de repasser!

La pesanteur qui m'avait aidé à l'aller me gêne au retour. Le vide de 60m sous moi me sert les tripes et les parois sont trop loin pour que j'y prenne appui. Je suis coincé au plafond du puits!

La gorge serrée par la peur, je demande à mon camarade d'aller chercher du secours.

Avant cela, il me propose une solution alternative: redescendre le puits pour me mettre à l'abri pour qu'il puisse essayer d'élargir la fissure à coups de marteau.

Je redescends et me mets à l'abri dans la galerie. Je baisse la luminosité de la flamme de mon casque à acétylène. Je vérifie que ma lampe de secours électrique fonctionne. Je m'assois sur mon sac pour éviter l'hypothermie car je crains que l'attente ne soit longue.

Je commence à entendre les coups de marteau de mon collègue.
Je commence à entendre le bruit des pierres qui ricochent sur le fond du puits.
Je commence à me calmer.
J'en profite pour topographier les lieux au topofil (mesureur à fil perdu) et au compas/clinomètre Sunnto.

Après une demi-heure de martelage, mon camarade me crie qu'il pense avoir élargi la fissure. Je me déshabille au maximum et me retrouve en sous-combinaison. Je laisse toutes mes affaires dans mon sac accroché en bout de corde.

Je remonte.

Arrivé à la fissure, je me précipite dans le passage. Je me contorsionne pendant quelques minutes. Mon baudrier se coince. Impossible de le débloquer, mes bras sont déjà passés et ma tête aussi. Mon camarade se faufile jusqu'à moi et arrive à me décrocher de l'aspérité. Un dernier effort et me voilà passé. Je suis livide. Lui aussi.

Je remonte la corde avec mon sac au bout. Je le vide à travers l'étroiture car il est trop gros pour passer.

Nous sortons dehors. Il fait nuit. Les autres s'inquiètent mais la consigne est de ne donner l'alerte que le lendemain midi. Nous rentrons à la lueur de nos lampes. Je suis exténué.

Deux jours plus tard, nous repartons à cinq pour explorer la suite du gouffre. Nous n'avons jamais réussi à en retrouver l'entrée.

Heureusement que mon copain n'était pas allé chercher les secours!

Mes mesures topographiques montreront après calculs que j'avais atteint la côte de -80m avec arrêt sur un puits estimé à 20m.

J'ai toujours pensé depuis que la suite de ce gouffre nous aurait conduit vers la rivière souterraine que nous cherchions.

On ne l'a jamais trouvée.

----------------------
[1] Les spéléos du groupe Catamaran de Montbéliard ont atteint depuis la profondeur de -1208 mètres au gouffre Gorgothakas, offrant ainsi à la Grèce son premier "moins mille". Bien au delà des possibilités de mon club d'étudiants.

Crédit image Erdé

28 septembre 2009

Le petit monde des experts judiciaires

Je viens de lire ce billet intitulé "Expert judiciaire, vous avez dit “indépendant”?" consacré à une décision de la Cour de cassation confirmant la non réinscription d'un médecin sur la liste des experts judiciaires en raison d'un nombre trop élevé d'expertises privées.

Un passage du billet m'a fait tiquer:
"Disons le d’emblée. Le monde des experts est un petit monde lucratif où on se connaît, on se côtoie, et où on sait distinguer les confrères compétents des autres."

Il se trouve que cette affirmation revient souvent dans les conversations que je peux avoir sur le sujet des expertises judiciaires. Je pense que les gens regardent trop la télévision.

Car la réalité est toute différente, et les lecteurs habitués de ce blog le savent bien. Je ne nie pas qu'il puisse y avoir quelques experts judiciaires aventureux et j'aime citer Madame Marie-Claude MARTIN, vice-présidente du TGI de Paris, qui a publié dans la revue "Experts" (numéro 73 de décembre 2006), un excellent article intitulé "la personnalité de l'expert". Dans le paragraphe consacré à la désignation de l'expert, elle écrit:
[...] plusieurs comportements sont susceptibles d'être observés:
- "L'expert sans problème": Je lis la mission, elle rentre parfaitement dans mes attributions, je l'accepte.
- "L'expert aventureux, ou téméraire, ou intéressé": La mission ne paraît pas relever de ma compétence, mais elle m'intéresse ; je prendrai un sapiteur ultérieurement [...]
- "L'expert optimiste qui dit toujours oui": Je suis surchargé, je prends quand même cette mission, je me ferai aider au besoin par l'équipe qui m'entoure [...].
- "L'expert stressé qui ne sait pas dire non": Je suis surchargé, mais si je dis non, je ne serai plus désigné et je vais rapidement me trouver sans mission.


Comme elle, je ne peux pas affirmer que tous les experts sont parfaits. Mais ils sont nombreux ceux qui font consciencieusement leur travail.

Un expert judiciaire s'enrichit-il en exerçant cette activité? Il va gagner de l'argent, mais sans commune mesure avec l'idée que peut s'en faire le grand public, toujours prompt à classer l'expert dans la catégorie des notables. Je vous rappelle que "expert judiciaire", ce n'est pas une profession (bien que je propose que cela le devienne), et je vous ai déjà présenté comment j'établis ma note de frais et honoraires ou les difficultés que je rencontre dans l'établissement d'un devis.

On ne devient pas riche en choisissant d'exercer l'activité d'expert judiciaire.

Le monde des experts judiciaires est-il un petit monde où tout le monde se connait et se côtoie? Là aussi, je voudrais atténuer le trait. Il y a dans ma cour d'appel, plusieurs experts judiciaire dans ma spécialité, et je n'en connais aucun. J'ai du en croiser un ou deux lors d'une conférence, et s'il est possible que nous ayons échangé des propos, c'était sans savoir que nous étions voisins de travail. Nulle confrérie, ni groupe occulte derrière tout cela. Ou en tout cas, je n'en fais pas partie. Et il n'y a pas de concurrence entre nous. Par ailleurs, j'ai déjà expliqué plusieurs fois sur ce blog que je ne goutais guère les réunions corporatistes, leur préférant des réunions d'échanges techniques et de retours d'expérience.

Quant à l'influence des compagnies d'experts, j'en ai déjà parlé ici.

Reste finalement à parler de l'indépendance de l'expert. Règle I-7 de déontologie de l'expert judiciaire: "L’expert doit conserver une indépendance absolue, ne cédant à aucune pression ou influence, de quelque nature qu’elle soit."

A cela s'ajoute le serment de l'expert judiciaire: "Je jure, d'apporter mon concours à la Justice, d'accomplir ma mission, de faire mon rapport, et de donner mon avis en mon honneur et en ma conscience."

Ajoutez y encore la surveillance des avocats lors du déroulement d'une expertise civile ou commerciale, l'obligation de déport lors d'intérêts croisés, et le fait que le magistrat n'est pas tenu de suivre l'avis de l'expert, et vous voyez que tout encourage à l'indépendance.

Tenez, une dernière preuve: alors que de nombreux avocats, poussés par leurs instances dirigeantes, tiennent des blogs avec talents, ainsi que le font plusieurs magistrats, le fait que je tienne ici un blog en tant qu'expert judiciaire, bientôt rejoint par une multitude de blogs d'experts judiciaires, ne prouve-t-il pas notre indépendance?

24 septembre 2009

Hommage aux Harkis

Je suis depuis plusieurs mois un blog que je vous recommande si vous voulez découvrir les coulisses d'un conseil municipal: elu-local.blogspot.com

C'est très bien écrit et riche d'enseignements sur "ce que tout citoyen devrait savoir, s'il en prenait la peine. Les anecdotes croustillantes, l'immanquable désillusion, les conflits..."

J'y ai découvert ce texte d'Hubert Falco, secrétaire d'État à la Défense
et aux Anciens combattants, que je reprends ici à l'occasion du 25 septembre 2009, journée nationale d'hommage aux Harkis et autres membres des formations supplétives.

-----------------------

Aujourd'hui, la République rend un hommage solennel aux Harkis et aux membres des formations supplétives qui ont servi la France tout au long de la guerre d'Algérie.

Nous nous inclinons avec respect devant la mémoire des morts. Leur souvenir ne s'efface pas et le nom de chacun d'entre eux est entré dans notre mémoire nationale. Leur histoire est notre histoire.

Nous exprimons, par cette journée nationale, la reconnaissance du pays tout entier envers les Harkis et tous ceux qui ont fait le choix de la France durant ces années terribles.

Leur sacrifice fut double.

De 1954 à 1962, ils ont combattu avec courage et vaillance dans des opérations militaires aux côtés de l'armée française ou simplement en défendant leurs villages. Tous sont restés indéfectiblement fidèles à la France, jusque dans l'adversité la plus tragique.

Mais la paix retrouvée n'a pas marqué la fin de leurs souffrances. Ils ont vécu la terrible épreuve de l'exil. Arrachés à leur terre natale, à leur famille et à leur culture, ils ont traversé la Méditerranée. Ils ont tout quitté et tout recommencé. Ils ont dû reconstruire leurs vies dans une Métropole qui ne les attendait pas.

Ces hommes et leurs familles ont vécu les pires drames. lis ont connu les pires difficultés. Mais ils sont restés, malgré tout, des hommes dignes, des hommes debout, fidèles aux valeurs de la République.

Regardons ce que fut leur vie: ils nous apprennent le courage et la volonté, l'honneur et la fidélité. Ils ont mérité le soutien de la communauté nationale.

Honneur aux Harkis et aux membres des formations supplétives qui ont combattu jusqu'au sacrifice suprême pour la France en Algérie.


-----------------------

Ce texte est très beau et émouvant. Moins, je trouve, que le film "Indigènes", mais émouvant quand même.

Il reste maintenant à la France à réparer l'injustice auprès des anciens combattants coloniaux encore vivants. Voici un extrait de l'appel pour l'égalité des droits entre les anciens combattants français et coloniaux:

1 Français «invalide de guerre» vaut 3 Sénégalais et 11 Marocains...
1 Français «ancien combattant pensionné» vaut 2,5 Sénégalais et 7,5 Marocains...
1 Français ayant été incorporé «90 jours dans une unité combattante» vaut 5,2 Maliens, 7,3 Algériens et 26 Cambodgiens...

Ce n'est pas une histoire du temps des colonies, c'est la situation actuelle des anciens combattants «INDIGÈNES», dans 25 pays de l’ancien empire colonial français… Un des plus grands scandales de notre République.

Cet appel demande simplement que l'on revienne à l'arithmétique républicaine et que cesse l'arithmétique coloniale: l’égalité de tous devant la loi, pour ceux qui étaient égaux dans les combats. Depuis 50 ans, les recours se succèdent, des spécialistes nous expliquent que les économies locales ne peuvent «digérer» une telle parité (83.000 personnes seulement sont concernées aujourd’hui — en dehors de ceux qui n’ont pu jusqu’alors faire valoir leurs droits — sur plusieurs centaines de millions d’habitants!), les condamnations internationales se cumulent et les débats juridiques et financiers continuent… alors, qu’entre temps, les anciens combattants coloniaux disparaissent sans avoir connu l’égalité de traitement. Le Président de la République a déclaré le 14 juillet 2006, qu’il fallait «poursuivre le mouvement» de décristallisation.

--------------------

Monsieur le Président de la République, je partage votre souhait, comme beaucoup de français. Il ne reste plus qu’à passer aux actes.

18 septembre 2009

Les experts peuvent se tromper

J'ai lu attentivement l'article de Jean-Marc Manach dans InternetActu qui s'intitule "Quand les experts se trompent", article repris par ailleurs dans Le Monde.fr.

Je dois dire que j'ai déjà écrit quelques mots timides sur le sujet dans ma rubrique "erreurs judiciaires", souvent sur des points de détails ou sur des affaires lointaines, afin d'éviter de trop attirer les foudres de mes confrères experts judiciaires, tout au moins ceux qui voient ce blog d'un mauvais œil.

Mais depuis "l'affaire Zythom", je dois dire également que je me sens plus libre d'exprimer ce que je pense, dès lors que je n'enfreins aucune loi de la République. Enfin, du fait que je n'appartiens activement à aucun réseau d'experts judiciaires, je dois rappeler que mes écrits ne reflètent que ma seule opinion, et non celle de l'ensemble des experts judiciaires.

Je peux donc dire que l'article est excellent et qu'il me sert d'excuse pour un petit rappel sur le sujet.

Les experts peuvent se tromper pour de multiples raisons.

Dans mon billet sur la femme sans visage, je relate une enquête policière détruite par des relevés ADN souillés dès l'usine de fabrication. Les affaires Fourré, Dupas, Martin, Bernard, Castro, Goujon sont là pour nous rappeler que les experts judiciaires n'ont pas toujours brillé par leur infaillibilité.

Même les meilleurs d'entre nous doivent se rappeler que la science évolue au cours du temps. L'expert judiciaire Tardieu ne s'était jamais trompé. Il a seulement subi les ignorances de la science.

En matière informatique, avec les formidables avancées techniques où tout semble possible, les erreurs potentielles sont nombreuses. Il suffit pour s'en convaincre de lire par exemple les débats sur la loi Hadopi (je n'en parle pas ici).

Moi-même, je suis passé pas loin d'une erreur judiciaire...

Les experts se trompent parfois, mais il y a plusieurs parades à cela. Contre expertise, collège d'experts et bien entendu les experts-conseils.

Je parle assez peu (pour l'instant) de mon activité d'expert-conseil sur ce blog et pour cause, je consacre actuellement toutes mes forces à l'expertise judiciaire classique. Mais il m'arrive d'être contacté par un avocat qui souhaite être conseillé sur un dossier par un expert technique. On parle alors d'expertise privée.

Je l'aide alors à analyser un pré-rapport d'expertise "du point de vue technique", à rédiger des dires techniques en pointant ce qui m'apparait comme des imprécisions techniques (ou des erreurs). Ou alors je l'assiste comme "expert privé" lors d'une procédure d'expertise menée par un expert judiciaire.

Et pour éviter toute suspicion d'entente avec un confrère, je n'accepte que des dossiers situés hors de ma Cour d'Appel.

Mais tout cela coûte de l'argent (malgré mes honoraires très bas - pub) et est difficilement supportable par le citoyen lambda. Encore moins par le budget de la justice. Même dans mon cas où je travaille uniquement à distance par échanges GPG pour éviter les frais et honoraires de déplacements.

Enfin, je voudrais rappeler que dans toute affaire terminée par une condamnation erronée, l'un des acteurs, à un moment quelconque, a enfreint une règle essentielle de sa délicate mission. Et directement ou non, l'erreur est née de cette faute. Par penchant, plus souvent par imprudence, langueur d'esprit, désir d'arriver à un résultat ou crainte de laisser un crime impuni, quelqu'un a pris parti contre le prévenu. Dès lors, il l'a tenu coupable. Il n'a pas conçu la possibilité de son innocence, et, pour découvrir la vérité, il a cru qu'il suffisait de chercher des preuves de culpabilité. Les meilleurs s'y laissent aller. Ils croient bien faire, et préparent "des condamnations plus crimineuses que le crime" [Montaigne, Essais, livre III, chap.XII].

C'est terrible à dire, mais la justice est humaine, et la science aussi.

------------------
Image réalisée par JM Ucciani.

14 septembre 2009

Un petit week-end


Elle est vêtue de vêtements chatoyants et court sur une route de terre. Plusieurs personnes courent avec elle. La vidéo n'est pas de très bonne qualité. On ne distingue pas bien ce que ces personnes tiennent à la main.

Le vidéaste zoome maladroitement.

Optiquement la femme s'approche de moi, simple téléspectateur sur mon écran d'ordinateur, et je constate que les personnes qui courent avec elle sont des hommes, munis de machettes, qui courent après elle.

L'un d'eux la rattrape et lui plante la machette dans le crane.

Les yeux de la femme sont exorbités alors qu'elle hurle en tombant. La vidéo n'a pas de son mais son cri me saute au yeux. L'homme itère son geste et lui fait éclater le crane.

Des morceaux de cervelle s'éparpillent sur la piste, alors que les derniers poursuivants arrivent à sa hauteur.

Ils rient.

Et moi, malgré mes dix années d'expérience comme expert judiciaire, je pleure.

Cette séquence, je viens de la subir en visionnant le contenu d'un disque dur mis sous scellé. Comme d'habitude, le magistrat m'a missionné pour analyser le disque dur à la recherche d'images et de films pédopornographiques. Et comme d'habitude, je visionne un nombre important d'images et de films, parmi lesquels se trouve un nombre important d'images et de films pornographiques, parmi lesquels peuvent se trouver cachés un certain nombre d'images et de films pédopornographiques... et ce film tourné probablement pendant les massacres du Rwanda.

Et je dois visionner chaque film pour remplir ma mission correctement.

Ceux qui pensent que la violence présente à la télévision ou au cinéma banalise la violence réelle se trompent. Je regarde avec frissons "Le silence des agneaux", "Hannibal", "Alien" ou tout autre slasher movie. Mais tout est faux. "C'est du cinéma". Même quand c'est tiré d'un fait réel, le spectateur sait qu'il assiste à une mise en scène.

Mais quand on "sent" que c'est vrai, que les images sont réelles, c'est très différent. On assiste à la mort violente d'une personne et on n'y est pas préparé. Peut-on s'y préparer d'ailleurs? Même les 20 premières minutes de "Il faut sauver le soldat Ryan" ne m'ont pas préparé à ça. Et pourtant elles m'ont secoué.

J'ai survolé très rapidement le reste de la vidéo pour m'assurer qu'aucune scène pédopornographique n'avait été insérée au milieu de ces scènes de massacres. Il n'y en avait aucune. Je n'en ai pas trouvé d'ailleurs sur ce disque dur. Juste de la pornographie. Et cette vidéo de massacres dans un fichier portant un nom de film pornographique.

Mais cette scène restera gravée dans mon esprit.

La France ne peut accueillir toute la misère du monde, mais elle doit savoir en prendre fidèlement sa part. J'ai eu ma part pour ce week-end.

C'était juste un petit week-end pour un petit expert judiciaire de province.

10 septembre 2009

En vrac


Un OPJ m'a contacté pour prendre des nouvelles de son dossier déposé chez moi il y a trois semaines. Quand j'écris "prendre des nouvelles", je veux dire en fait "demander si c'est terminé". J'approche doucement du SEP et je crains que ceci n'entraine cela. Cela signifie clairement que ce dossier est urgent et que mes soirées et week-end à venir vont être plus dures.

----------------------------

J'ai mis à jour mes mentions légales suite à un échange d'emails avec un internaute fidèle lecteur qui m'a fait découvrir les mentions légales de Maitre Mô que j'ai aussitôt pillées tellement elles m'ont plu. Original à lire ici.

----------------------------

Je teste Windows 7 Pro Fr depuis quinze jours et je trouve cela pas mal. J'ai encore du mal avec quelques anciennes habitudes issues de XP, mais cela devrait se corriger avec le temps. Le mode "virtual windows XP" m'a permis d'installer toutes mes applications incompatibles. En tout cas, j'aurai échappé à Vista... J'ai donc sur mon bureau: un PC sous GNU/Linux (Debian), un PC sous Windows 7, un ultraportable sous Windows XP et un téléphone sous Windows Mobile 6.1 Pro. Cela fait encore 3 contre 1. Reste à effectuer des analyses inforensiques de Windows 7.

----------------------------

Malgré tous mes efforts, je ne suis toujours pas payé pour mes expertises depuis deux ans. Cela provient d'un seul tribunal. Pas de chance, c'est celui qui me désigne le plus souvent... Peut-être parce que je suis le seul qui accepte? Je suis sur que non, mais c'est silence radio de ma compagnie des experts. Je me sens un peu seul.

----------------------------

Je réfléchis de plus en plus à l'autoentreprenariat pour une activité de conseil technique auprès des avocats en matière d'expertises informatiques. Mon problème est que je ne goute guère aux délices des phrases telles que "régime micro-social (du régime micro-entreprise) avec prélèvement libératoire trimestriel ou mensuel (au choix) calculé sur le chiffre d'affaires". Et pourtant, il faudrait, car je ne suis pas sur d'être reconduit sur la liste des experts de ma Cour d'Appel.

----------------------------

Comme toujours, je teste après tout le monde Twitter. C'est assez difficile pour moi de ne pas sombrer dans le futile. Ce que j'aime, c'est surtout le côté "branchement en direct" sur les pensées des autres, mais j'ai du mal à comprendre ceux qui suivent plus de 100 personnes. Essayez twitter, et vous verrez beaucoup d'histoires de Trickster (j'ai toujours été mauvais en slogans). Et puis, c'est un excellent moteur de recherche...

----------------------------

Toujours dans la série, "je teste après tout le monde", j'ai reçu pour mon anniversaire le jeu "guitar Hero" pour console Wii. J'avais besoin de renouer avec mon enfant intérieur. C'est réussi, même si j'ai mal à la main gauche. J'ai ainsi pu découvrir l'excellent morceau StillBorn qui tourne en boucle sur mon PC au grand dam de mon entourage. Promis demain j'ai la barbe et les cheveux longs. Pour l'instant, je suis au niveau "facile" avec trois cordes et je bondis dans tous les sens dans la pièce. Que personne ne se moque!

----------------------------

C'est tout pour aujourd'hui. J'espère en tout cas ne pas encore trop souffrir du syndrome de l'imposteur et ne pas encore avoir atteint le seuil de Peter: ni papyrophobie, ni classophilie, ni rigor cartis, un peu de papyromanie...

En tout cas, j'y travaille.

09 septembre 2009

Savoir renoncer

S'il y a bien une chose que j'ai apprise en spéléologie, c'est de savoir faire demi-tour bien avant d'être fatigué (et de boire avant d'avoir soif).

L'une des missions principales du service informatique est de mettre à la disposition des utilisateurs des outils qui fonctionnent et les rendent satisfaits. Je simplifie à l'extrême pour vous éviter le cours de génie logiciel et je suppose que vous sauriez définir approximativement les termes "utilisateurs", "outils qui fonctionnent" et "utilisateurs satisfaits". Essayez, ce n'est pas si évident...

Le responsable du service doit également s'assurer que les missions sont réalisables, en regard de son budget et de ses ressources humaines (et de ses utilisateurs).

Dans une école d'ingénieurs, les logiciels sont très nombreux, variés, avec des exigences pédagogiques très fortes, des cycles de vie très différents, des intrications parfois contradictoires, etc.

Pour pouvoir résoudre tous les problèmes tout en continuant d'avance, il faut donc compter sur le monde extérieur.

1) Internet:
La première ressource extérieure utilisée quand un problème doit être réglé par le service informatique est bien entendu Internet (je mets une majuscule si je veux). Aussi bien pour trouver de la documentation technique, qu'un conseil sur un forum ou une astuce sur un blog. Je mets également dans cette catégorie "le réseau" d'amis que l'on peut se constituer et joindre rapidement par téléphone, emails ou twitter.

2) La Hotline (en français "Aide en ligne" d'après le JO du 28 juillet 2001):
Indispensable dès lors que le contrat de support est correctement réglé et que le personnel est disponible au téléphone et compétent.

3) La prestation d'un consultant:
En général considérée comme très chère par les TPE, l'intervention d'un expert technique pour effectuer une migration ponctuelle importante ou pour installer un nouvel équipement stratégique me semble indispensable. Il est inutile dans une petite équipe de chercher à acquérir ce type de compétence qui ne servira probablement qu'une fois.

4) L'externalisation partielle ou complète:
Déporter une activité à l'extérieure de l'entreprise est une décision douloureuse à prendre tant elle donne l'impression au service informatique et/ou à son responsable de perdre la main sur son outil. Les raisons invoquées pour l'éviter sont souvent du domaine de l'affect, cachées derrière des problématiques de sécurité ou d'enjeux stratégiques (à étudier évidemment).

Or, j'ai fait à deux reprises cette année le choix de l'externalisation. C'est donc un billet "retour d'expérience" que je vais tenter aujourd'hui.

1ère expérience: SAP
Lorsqu'un professeur de l'école est venu me voir avec un devis complet (et un budget que je devais valider) concernant son nouvel enseignement sur SAP, j'ai failli avoir une crise cardiaque... Avec tout ce que j'avais pu avoir comme retour sur ce logiciel, je pressentais comme qui dirait l'arrivée d'une énorme charge de travail liée à la nécessaire formation du service informatique et à l'administration du serveur dédié à cet enseignement...

Un professeur étant par définition supérieurement intelligent, il a parfaitement compris le (futur) problème et a travaillé avec moi à la recherche d'une solution permettant aux étudiants d'être formés à ce progiciel très présent en entreprise. Et la solution s'est imposée d'elle-même dès que l'on a découvert qu'une Université Suisse proposait une utilisation à distance de ce produit à un prix raisonnable.

Le rôle du service informatique est ainsi de s'assurer que la solution est accessible au bon moment et de fournir les indications demandées par le fournisseur (logins des étudiants pour la création de leurs comptes).

Le rôle du chef de service est de s'assurer que le contrat est correctement rempli, qu'il correspond à la prestation fournie et que celle-ci couvre les besoins des utilisateurs.

La solution fonctionne depuis trois ans sans difficulté. Un succès.
Finalement, SAP, c'est simple à gérer.

2e expérience: la messagerie
Depuis plusieurs années, nous avions mis en place un solide webmail basé sur l'excellent Squirrelmail.

Pendant des années, rien de particulier à dire: service stable, logiciel opensource pouvant être modifié pour améliorer certaines particularités ou bloquer des fonctions non souhaitées.

Las, le temps passant, le nombre de boites aux lettres augmentait et le bon fonctionnement de la messagerie devenait de plus en plus stratégique et important pour un grand nombre d'utilisateurs.

Les étudiants commençaient à s'étonner de ne disposer que d'un espace de stockage limité, de ne pas disposer d'agenda intégré et/ou partagé... Bref, les besoins des utilisateurs et les moyens du service informatique n'évoluaient pas à la même vitesse.

Le coup de grâce m'a été donné lorsque le serveur de messagerie est tombé en panne dès la première semaine de fermeture estivale de l'école (qui ferme trois semaines l'été) alors que j'étais en vadrouille dans un petit pays lointain, hors de portée d'emails ou de SMS...

Bien entendu, j'assume seul cette interruption de service qui a quand même duré trois jours et j'ai présenté mes excuses à tous les utilisateurs.

Mais comme le disait Akio Morita, physicien japonais, co-fondateur en 1946 de Sony avec Masaru Ibuka: "N'ayez pas peur de faire une erreur. Mais faites en sorte de ne pas faire la même erreur deux fois."

De retour de vacances, j'ai donc essayé de tirer les leçons de ce problème et surtout de réfléchir aux décisions à prendre pour éviter que cela ne se reproduise.

Et très vite trois philosophies se sont affrontées sur ma feuille de papier:
1) le renforcement des équipements de sécurité et de la redondance selon le principe du "on fait tout et on assure". Faut-il acheter un onduleur plus performant, mettre en place un cluster, etc. Mais comment lutter contre une panne de courant qui pourrait durer plusieurs jours... En mettant en place une astreinte pour l'un d'entre nous? Bof. En plus, le problème d'une coupure internet longue durée ne peut pas être exclu dans notre province profonde (mais belle;).

2) la location d'un serveur externe configuré et géré par nos soins. Le principe du "on fait ce que l'on sait bien faire (et sur mesure) et on fait faire le reste".
Pas mal. Un plan de continuité de service externalisé tout en gardant la main. Par contre, l'évolution du logiciel pour coller aux besoins des jeunes générations reste à notre charge. Le cout du stockage n'est pas négligeable si l'on veut proposer plusieurs gigaoctets par boite aux lettres. Plus le cout des sauvegardes.

3) l'externalisation complète. Le principe du "on ne fait plus rien et on fait tout faire". On renonce à tout ce savoir faire qui a permis de satisfaire les clients pendant toutes ces années. On renonce à gérer soit même un outil aussi important que la messagerie de l'entreprise. On confie les clefs à un prestataire extérieur...

Cette troisième solution ne m'attirait guère tant je l'associais à un renoncement.

Et puis, n'était-ce pas une grossière erreur stratégique?

Me voici donc à consulter Internet pour y apprendre qu'au moins une autre école avait franchi le pas.

Me voici donc à assister à des présentations sur le sujet au sein de mon réseau de contacts professionnels.

Me voici donc à discuter pied à pied avec mes amis informaticiens.

Me voici à inscrire ce projet sur ma "wish list" de l'année.

Me voici en train de tester la solution Live@edu de Microsoft et la solution Google Apps Education avec un groupe d'étudiants "béta-testeurs".

Me voici en discussion avec Google au téléphone...

Et finalement, cet été: plouf. Le saut dans le vide et le plongeon dans la mise en pratique. La décision du renoncement du contrôle (total?) de la messagerie de l'entreprise. La gestion de notre MX et de nos boites aux lettres par Google à travers son service Google Apps Education, solution retenue par les étudiants testeurs.

Résultats:
- le transfert des 2200 boites aux lettres s'est globalement très bien effectué avec la moulinette IMAP fournie par l'interface. Quelques boites ont posé problème (sans que l'on sache vraiment pourquoi) mais nous les avons retraitées individuellement.
- les étudiants sont ravis des 7Go de stockage et des possibilités de personnalisation de l'interface offertes par l'outil.
- plus de soucis de disponibilité à 99,999% (5,2mn par an). Enfin, un peu quand même...
- plus de soucis de sauvegardes.
- plus de soucis en vacances.

LE rêve.

En espérant avoir fait le bon choix.

Bon, puisque nous sommes le 09/09/09, je vais fêter cela avant d'avoir soif...

07 septembre 2009

Agir à son niveau

Je me demande parfois si, en matière d'écologie, les efforts individuels ne sont pas vains, surtout quand je fais cinquante mètres pour jeter un papier dans une poubelle alors que le sol est jonché de détritus.

La mode est à l'écologie depuis que le public découvre avec effroi les conséquences de deux siècles de production industrielle. Le milieu de l'enseignement supérieur n'y échappe pas et les écoles d'ingénieurs doivent intégrer cette prise de conscience.

L'intégrer, mais aussi la développer et l'encourager. Car, avec un peu d'idées et la volonté de faire avancer les choses, tout est possible.

Mes étudiants se plaignent souvent de ne pas avoir de places de parking disponibles pour leur voiture le matin quand ils arrivent à l'école (du coup ils se garent n'importe où). Après avoir étudié le problème dans tous les sens, je me suis rendu compte que la solution était ailleurs: encourager l'utilisation du vélo (90% des étudiants habitent à moins de 10mn de l'école).

Je suis donc arrivé un matin au travail avec l'idée suivante: et si on donnait gratuitement un vélo aux étudiants!

L'idée a paru tout d'abord saugrenue, mais mon directeur a tout de suite compris que l'idée était réalisable si l'on s'y mettait à plusieurs, et surtout que cette idée avait un sens: le sens de l'histoire.

Toute la direction s'y est attelée: la com', la recherche, la pédagogie et les finances. Ce travail d'équipe a permis de trouver des financements auprès des collectivités (qui, elles, ont compris depuis longtemps le problème et tentent toutes les solutions), de convaincre des sponsors, d'obtenir des réductions et pour finir, de faire réaliser 200 vélos tous neufs de très bonne qualité à proposer aux nouveaux étudiants.

Des mois d'efforts, de travail et de réunions pour arriver à boucler le projet.

Et enfin, à la rentrée, les vélos ont été distribués aux nouveaux étudiants contre l'engagement d'en prendre soin (les vélos ne leur appartiennent pas mais sont prêtés pour toute la durée de leurs études) et de les utiliser le plus possible. De plus, les étudiants disposent de 50% de réduction sur le forfait "transport public" annuel.

L'opération a tellement bien fonctionné qu'il m'a fallu construire des places de parking à vélos supplémentaires!

Pour le plus grand plaisir de tous.

Une idée simple, quelques bonnes volontés à convaincre, un gros travail d'équipe, des politiques qui suivent et soutiennent le projet, et hop, on change quelques mentalités, on éduque et on progresse.

Je sais, c'est mal, je ne devrais pas en parler sur ce blog, mais je suis très fier d'être à l'origine de ce projet et d'y avoir contribué un petit peu. Je suis très fier également d'appartenir à une équipe qui a su mener le projet à son terme.

Prochaine étape: tri sélectif et cellules photovoltaïques sur le toit. Yes we can.

01 septembre 2009

Léger rapport

J'ai lu beaucoup d'articles doctes sur le rapport Léger et la volonté du Président de la République actuel de réformer la procédure pénale avec en particulier comme mesure phare la suppression du Juge d'Instruction.

Je vous propose ici comme simple réflexion personnelle la vision d'un citoyen informaticien expert judiciaire.

Quand je regarde mes statistiques d'expertises, je constate que la grande majorité de mes dossiers sont ordonnés par le Parquet dans le cadre d'une enquête préliminaire, et une toute petite partie seulement par un juge d'instruction.

Le système actuel, qu'il était prévu de modifier en janvier prochain avec l'introduction de la collégialité suite à la commission d'enquête d'Outreau, fonctionne donc déjà (à mon niveau) essentiellement sur un pilotage initial par le Parquet.

Je suis donc particulièrement surpris de la décision de la suppression du juge d'instruction.

J'y vois comme principale justification la volonté des politiques de faire rentrer dans le rang une justice jugée trop indépendante. Comment, tous les citoyens peuvent se retrouver devant un juge d'instruction, même les plus puissants!

Par ailleurs, j'aime assez la méthode d'investigation scientifique, avec son déroulement logique implacable à partir d'une série d'hypothèses de départ. Et si plusieurs cas de figure se présentent qui semblent s'accorder avec les faits, alors le rasoir d'Occam entre en jeu et nous laisse comme vérité la théorie la plus simple.

Hypothèse de départ (simple): les politiques souhaitent mettre la justice au pas.
Je vous laisse faire les vérifications suivantes:
- les grandes affaires financières ont fait beaucoup de tords aux politiques.
- quelques femmes et hommes seuls (juges d'instruction) ont réussi à faire plier des organisations liées aux partis politiques, avec la loi et des Officiers de Police Judiciaire.
- depuis des décennies, avec une accélération ces dernières années, la justice voit ses moyens diminuer ET sa charge augmenter (il ne s'agit pas de faire des économies comme dans les autres services publics).
- une affaire judiciaire terrible (Outreau) met en évidence un certain nombre de dysfonctionnement tout au long de la chaine hiérarchique. Une commission d'enquête parlementaire fait un important travail avec des suggestions clefs péniblement mises en œuvre. Que reste-t-il aujourd'hui? Une campagne de communication contre un seul homme, tiens, c'est un juge d'instruction. Et on se sert ensuite de cette mise en abime pour justifier une décision unilatérale du président de la République.

Qu'est ce qui justifie une telle décision alors que les réformes issues de la commission d'Outreau ne sont pas encore mise en œuvre?
Je ne sais pas. Mais je ne suis pas naïf.

Quelques rappels sur le rapport de la Commission d'Outreau:

Plan de la 1ère partie intitulée "la radiographie d'un désastre judiciaire":
- i... le signalement des maltraitances et des abus sexuels : une réaction tardive, conséquence de cloisonnements excessifs.
- ii.. la parole et le traitement des enfants : un défaut de prudence et de méthode.
- iii. une instruction univoque.
- iv.. une valorisation excessive du rôle des experts.
- v... l'exercice entravé des droits de la défense.
- vi.. les contrôles exercés par la chaîne judiciaire : une succession de défaillances.
- vii. une pression médiatique excessive.

Extrait choisi dans la rubrique iii.:
B2. Un parquet accusateur à tout prix
Défenseur de l'intérêt général, chargé d'exercer l'action publique et de requérir l'application de la loi, le ministère public obéit à une organisation hiérarchisée allant du garde des Sceaux, aux procureurs généraux et aux procureurs de la République.
Dans une telle configuration, les divergences d'analyse, si elles peuvent exister, ne devraient que fort rarement se traduire, sur une même espèce, par des réquisitions différentes entre le procureur et son supérieur hiérarchique, régulièrement avisé des développements de l'affaire. Par ailleurs, la défense de l'intérêt général doit également conduire à la mesure dans l'évaluation des charges afin de ne pas aboutir à une accusation excessive.


Le plan de la 2e partie intitulée "rétablir la confiance des français dans leur justice", est à lui tout seul un résumé des recommandations de la commission:
- i.... réformer le régime de la garde à vue.
- ii... rendre les enquêtes du parquet plus contradictoires.
- iii.. limiter la détention provisoire.
- iv... limiter l'exercice des fonctions judiciaires isolées.
- v.... créer la collégialité de l'instruction.
- vi... refonder la chambre de l'instruction.
- vii.. garantir l'accès au dossier.
- viii. améliorer la qualité des expertises.
- ix... mieux protéger les intérêts des enfants.
- x.... redéfinir les conditions du recueil des déclarations des enfants.
- xi... repenser la gestion des carrières des magistrats.
- xii.. responsabiliser les magistrats.
- xiii. responsabiliser les médias.
- xiv.. rendre compte de la politique pénale devant le parlement.
- xv... doter la justice de moyens dignes de sa mission.

Extrait choisi dans la rubrique iv.
A) Faut-il supprimer le juge d'instruction?
[...] il ressort de l'analyse du dossier d'Outreau que nombre des dysfonctionnements relevés tiennent à la solitude du juge, qu'il s'agisse du juge d'instruction ou du juge des libertés et de la détention, à cet isolement qui mène à la défaillance de la prise en considération de la contradiction dans le processus d'élaboration de la décision juridictionnelle.

C'est la raison pour laquelle, votre rapporteur est favorable, plus qu'à la suppression du juge d'instruction au nom d'une doctrine juridique, certes cohérente mais inapplicable dans notre pays, aux vertus de la collégialité et du contradictoire. Par voie de conséquence, si votre rapporteur souscrit à la suppression du juge unique qu'est le juge d'instruction, il n'est pas pour autant favorable à la suppression du principe de l'instruction, dès lors que cette dernière serait exercée collégialement.
[...]

De cette dernière phrase n'est restée que la première partie.
C'est, comment dire, instructif.

Quelles seront les suites du rapport Léger?
Ce rapport, dont la conclusion phare a été annoncée avant le début des travaux de la commission par le Président de la République, va servir de test dans la communication officielle de la présidence de la république. "Mon amie la Com'" que décrypte si bien Aliocha sur son blog. Si pas trop de remous parmi les électeurs, alors ça passe.

Et hop, adieu les gêneurs de Juges d'Instruction.

Alors qu'il était si simple d'avoir le courage d'appliquer les recommandations de la commission d'enquête de l'affaire d'Outreau.