28 octobre 2009

L'avenir de l'expertise judiciaire

L'activité d'expert judiciaire reste recherchée, si j'en crois les informations qui me parviennent de différents interlocuteurs.

Je pense, mais ce n'est qu'une intuition, que cela tient au fait que les magistrats désignent sur les listes d'experts plutôt des personnes d'expérience, ayant déjà fait leurs preuves avec une carrière exemplaire. Ils désignent donc des personnes ayant une grande partie de leur carrière derrière eux à laquelle vient s'ajouter cette reconnaissance de leurs compétences.

Dans mon cas, ayant été nommé expert judiciaire à 35 ans, et exerçant depuis 11 ans, je considère n'avoir pas démérité et avoir jusqu'à présent été à la hauteur, même si la tenue de ce blog en a irrité plus d'un (et j'aime les euphémismes).

Pour autant, plus je vieillis, et plus j'ai le sentiment de bonifier. Jean Rostand n'écrivait-il pas "Quand j'étais jeune, je plaignais les vieux. Maintenant que je suis vieux, ce sont les jeunes que je plains".

Mais voilà qu'approche la date de ma demande de réinscription quinquennale, et avec elle ma possible radiation de la liste des experts judiciaires, au bon vouloir de la commission associant les représentants des juridictions et des experts, et de l’assemblée générale des magistrats du siège.

Je fais donc un bilan personnel de mon activité d'expert judiciaire. Et parallèlement, j'imagine ce que pourrait-être de mon point de vue l'organisation idéale de cette activité.

[Attention: ce qui suit n'est que l'expression d'une opinion personnelle qui ne saurait prétendre atteindre le niveau de sagesse de mes pairs regroupés en association 1901 reconnues d'utilité publique et seuls habilités à faire pression exprimer auprès des pouvoirs publics une position officielle représentant l'ensemble des experts judiciaires de justice.]
Je ne suis qu'un petit scarabée.

Mon point de vue ne concerne que ce que je peux connaître, c'est-à-dire seulement une partie du domaine des expertises judiciaires en informatique.

Quels sont les problèmes revenant le plus souvent à mes antennes:
- le cout trop élevé d'une expertise
- sa durée trop longue
- la solitude de l'expert face aux parties
- le cout trop élevé des logiciels et matériels d'investigation
- des lois complexes en permanente évolution
- le travail pour l'honneur et pour la patrie.

A tous ces problèmes, je vois une solution séduisante: le regroupement des experts judiciaires au sein de laboratoires agréés et leur professionnalisation.

Reprenons les problèmes un à un:

1) Le cout des expertises judiciaires informatiques.
Pour ma part, les dépenses que j'effectue se répartissent comme suit:
- le temps passé sur l'expertise proprement dite
- les achats de matériels (ordinateurs, bloqueurs, disques durs, cordons...)
- les achats de logiciels inforensiques (tout ne peut pas être effectué avec les logiciels gratuits)
- les charges normales (URSSAF, CANCRAS et CARBALAS...)
- les charges spécifiques (assurances, cotisations, formations...)
- le temps passé en formation
- le temps passé en taches administratives.

Chaque expert effectue ses propres dépenses dans son coin. Il est évident qu'un regroupement ferait baisser ses couts, qui sont répercutés sur les notes de frais et honoraires.

2) La durée trop longue.
Dès lors qu'un expert judiciaire exerce un métier par ailleurs, il est parfaitement compréhensible que l'activité d'expertise passe après. Si ce fonctionnement permet d'avoir comme experts des professionnels "naturellement" aguerris (puisque formés à la technique par leurs activités professionnelles), le temps de cerveau disponible doit être trouvé dans les périodes de congé, les soirs ou les week-ends. Or, certaines expertises demandent beaucoup de temps. Un expert professionnel pourra consacrer toutes ses forces et tout son temps à son expertise. Et comme le temps, c'est aussi de l'argent, la durée des expertises fondra comme neige au soleil.

3) la solitude de l'expert face aux parties.
Une expertise demande des compétences techniques, mais également des compétences juridiques, diplomatiques et psychologiques. La mise en commun de toutes ces expériences, le tutorat naturel des jeunes experts par leurs anciens sous la forme par exemple d'experts juniors/séniors comme dans les SSII permettrait d'améliorer la qualité des expertises judiciaires.

La présence éventuelle d'un avocat attaché au laboratoire agréé permettrait de soulager l'expert d'une grande partie des aspects juridiques. Après tout, l'avocat n'est-il pas "expert en droit"?

4) le cout trop élevé des logiciels et matériels d'investigation.
Un logiciel d'investigation commercial coute environ 5000 euros. Cela représente beaucoup d'argent pour une personne seule. Regroupés dans un laboratoire agréé, les experts pourraient utiliser des logiciels achetés en commun. Si la licence d'utilisation l'autorise bien entendu.

Pour ma part, et les lecteurs de ce blog le savent bien, je suis un fan du modèle économique induit par l'opensource. Il existe des logiciels d'analyses inforensiques opensources qui peuvent être utilisés tels quels pour mener à bien des expertises judiciaires. Et ces logiciels peuvent être améliorés ou adaptés.

Je crains que les pouvoirs publiques n'aient pas compris l'importance stratégique des logiciels opensources. La France a une grande tradition des grands projets informatiques où sont englouties d'importantes sommes d'argent. Imaginez le cout minime d'une équipe de développeurs travaillant au développement d'un projet tel que Sleuth kit/Autopsy. Tous les experts du monde pourraient alors profiter des avancées françaises.

Et une telle lucidité, une telle vision bénéficierait évidemment au politique qui l'aurait mise en place!

5) des lois complexes en permanente évolution.
Un tel laboratoire agréé travaillerait bien évidemment de façon étroite avec un ou plusieurs avocats qui lui seraient attachés. Cela permettrait aux experts de consacrer leur temps de formation aux évolutions techniques et non aux évolutions législatives.

J'avais eu l'embryon de cette idée dans ma proposition n°4 aux candidats à la présidence de la République lors des élections de 2007.

6) le travail pour l'honneur et pour la patrie.
Le système actuel où l'expert judiciaire mène de front deux activités en parallèle: son activité professionnelle et son activité d'expert judiciaire me fait m'interroger sur la réelle maitrise de tout le spectre technologique auquel l'expert en informatique a affaire. A moins d'être à la retraite et de consacrer toutes ses forces à ses expertises, j'ai le sentiment que le système entraine bénévolat et amateurisme.

Ce ne serait pas le cas avec la professionnalisation, et l'inscription du laboratoire agréé et de ses experts sur les listes de plusieurs cours d'appel et listes nationales, "agrément" accordé pour cinq ans renouvelable après audit selon des règles normatives.

Bien entendu, la professionnalisation permettrait aux juridictions de disposer de devis concurrentiels selon des procédures publiques.

Bien entendu, le système ne pourrait être fiable que si l'Etat s'engage auprès des laboratoires agréés à des paiements à 30 jours sur facture.


Il se trouve qu'une partie des idées présentées dans ce billet est déjà expérimentée avec succès en France: le LERTI est un laboratoire créé en 2004 par cinq experts judiciaires inscrits dans les cours d'appel de Chambéry, Lyon et Grenoble. Ce laboratoire a prêté serment en tant que personne morale (j'en avais parlé ici en février 2007).

Je citerai cette page de leur site web concernant les qualification et expérience: "Les experts du LERTI ont réalisé plus de 600 missions pour le compte d'entreprises, d'administrations ou de particuliers.
Ces missions recouvrent un éventail à peu près complet de tous les usages abusifs ou illicites de l'informatique ainsi que ses emplois délictueux ou criminels.
Elles ont permis de mettre en œuvre un très large spectre de pratiques et techniques informatiques spécialisées.
Cette expérience a conduit à la rédaction de nombreuses procédures d'investigation internes qui permettent un traitement exhaustif, efficace et rapide des missions confiées au LERTI.
Les experts du LERTI sont tous membres d'associations professionnelles de haut niveau pour lesquelles ils dispensent des formations avancées sur les techniques d'investigation."


J'ai pu discuter avec quelques uns de ces experts judiciaires et je peux vous dire que je me sens tout petit face à eux, en particulier dans le domaine de la téléphonie.

La création du LERTI semble ne pas avoir fait du tout plaisir à certains experts judiciaires. Je crois même savoir que ces personnes ont cru que Zythom était le pseudonyme d'un des membres du LERTI, ce qui m'aurait valu cette gentille procédure. N'ayant pas eu le droit d'avoir accès au dossier, ni au nom de mon accusateur, je ne le saurai jamais.

Je ne sais pas si l'avenir de l'expertise prendra la voie décrite dans ce billet, mais je pense que l'artisanat de l'expertise, tel que je le pratique, est voué à disparaitre.

Pour un cout minime d'adaptation côté législatif, mais au prix d'une révolution du côté des experts.

----------------------
Crédit image: Les bédéastes imageurs.

26 octobre 2009

Ouvrez les portes

J'ai passé trois années parmi les plus belles de ma jeunesse à souffrir sur les bancs des classes préparatoires aux grandes écoles (Math Sup et Math Spé). Je ne savais pas à l'époque qu'il existait des grandes écoles qui délivraient également le diplôme d'ingénieurs en cinq ans, sans passer par le laminoir intellectuel des classes prépas (je tiens à préciser qu'il existe même des écoles d'ingénieurs en cinq ans sans classes préparatoires intégrées, où les études s'effectuent à un rythme normal sur cinq ans, je le sais parce que j'y travaille!).

Les conditions de travail étaient classiques, avec comme avantage non négligeable sur les parisiens d'avoir un lycée situé au cœur d'un parc arboré de plusieurs hectares.

J'avais choisi d'être interne, pour pouvoir profiter des conditions de travail et de l'émulation du travail en équipe, avec cette solidarité que l'on ne trouve que lorsque l'on vit en groupe sous pression.

L'internat des 1ère années était un grand bâtiment de trois étages, assez vétuste. Au rez-de-chaussée se trouvaient les espaces collectifs (foyers et salle TV), le 1er étage comportait deux salles de 48 lits chacune (soit 96 garçons plus le surveillant), le 2e étage des salles de travail et le 3e étage était réservés aux redoublants de 2e année (surnommés "cubes" ou "5/2").

Un deuxième bâtiment, neuf celui-là, était réservé aux 2e années et comportaient une centaine de chambre individuelle lit+bureau+lavabo.

J'ai des centaines d'anecdotes d'internat, toutes plus dérisoires ou pathétiques mais intenses. Ces années terribles furent aussi des années d'amitiés très fortes qui perdurent encore aujourd'hui.

L'internat était mixte, mais bien entendu à l'époque, les filles étaient logées dans un bâtiment séparé. Malheureusement pour elles, ce bâtiment unique était particulièrement ancien et ne disposait pas d'espaces communs, et en particulier pas de salle de télévision.

Je vous parle d'une époque où internet n'existait pas pour le grand public et où posséder un ordinateur nécessitait de sacrifier un mois de salaire pour une machine de 16Ko de RAM (avec extension à 48Ko en sacrifiant un mois de salaire supplémentaire).

Grands seigneurs, nous acceptions que les filles viennent regarder la télévision dans notre salle commune et leur présence réchauffait nos ardeurs cœurs.

Oui, mais voilà, à 22h, l'internat des filles était fermé à clef! Pas question de laisser les portes ouvertes à je ne sais quelle pression hormonale... Si une fille n'était pas rentrée dans son bâtiment à 22h, elle devait passer la nuit dehors, et s'expliquer avec la surveillante le lendemain.

Alors la résistance s'était organisée: un garçon de confiance proposait aux filles sa chambre individuelle, avec matelas au sol et garantie que personne ne vienne les embêter. La plupart des films se terminaient après 22h, ce qui servait d'excuse pour justifier d'être restée "hors bâtiment des filles" après 22h. Une fille externe qui disposait d'un logement en ville fournissait un alibi en béton pour servir d'accueil virtuel auprès de la surveillante de l'internat des filles (accueil virtuel car trop loin du lycée).

Pendant une année, j'ai été le garçon de confiance qui a hébergé les quelques filles qui ne rentraient pas à 22h pour être enfermées. La grande majorité revenaient d'une séance de cinéma en ville, ou même d'un concert de l'opéra. Quelques unes finissaient de regarder le film télévisé que leur avait recommandé leurs professeurs de Khâgne. Parfois d'une soirée étudiante (que nous appelions un zinzin chez moi dans le Nord).

Pendant cette année, j'ai vu défiler une ou deux fois par semaine mes camarades féminines de combat d'étude. J'ai été à la fois leur Galahad et leur amoureux courtois...

Aujourd'hui, les années ont passé, ma jeunesse est partie, et je me dis que les choses ont du sensiblement s'améliorer, et que les filles d'aujourd'hui bénéficient des combats remportés par leurs ainées.

Las, en lisant ce billet de Maitre Veuve Tarquine, je me rends compte que bien des luttes restent à terminer.

Ouvrez aux filles les portes de tous les internats de France!

23 octobre 2009

Les aspects positifs de HADOPI 2

Comme je suis toujours à la recherche du bonheur de vivre, je suis enclin à chercher à voir les choses du bon côté:

Avantages de la décision HADOPI 2:
- elle va encourager les particuliers à sécuriser leurs ordinateurs,
- elle va enfin convaincre les particuliers à utiliser les solutions de chiffrement permettant de protéger leur vie privée,
- elle va faire baisser l'infâme trafic P2P au profit du streaming beaucoup plus efficace et confortable,
- les auteurs, compositeurs ou interprètes utilisant Internet pour se faire connaître vont enfin être beaucoup plus visibles, et donc connus, ce qui leur permettra de développer des modèles économiques directs,
- elle va faire découvrir aux jeunes générations les joies de l'enregistrement à faire soi-même sur sa radio numérique,
- la propagation des virus va chuter, plus personne n'osant cliquer sur un lien proposant la dernière vidéo à la mode,
- les sociétés de production qui se frottent les mains avec la chute du trafic P2P vont pouvoir se poser les vraies questions dès qu'elles découvriront que les courbes de vente continuent de dégringoler,
- le budget de la Justice va augmenter afin de permettre le traitement efficace des dossiers, tant par les magistrats que par les OPJ et experts judiciaires.

Mais, comme toute bonne loi, elle a quelques inconvénients:
- quelques particuliers peu avertis vont morfler, probablement les plus faibles,
- la traque des vrais criminels va être rendue plus difficile au milieu de tout ce chiffrement,
- elle tue les opérations de partage de connexion internet comme le Wifi gratuit dans les parcs, les bibliothèques ou les cafés,
- elle montre l'incompréhension et la déconnexion des dirigeants des préoccupations de la génération numérique.

Mais ces inconvénients sont mineurs.
Toute personne voyant les choses autrement serait de mauvaise foi.

-----------------------
Photo campagne publicitaire de la société Philips.
Attention, leur slogan a changé et est devenu maintenant "Du sens et de la simplicité" qui colle moins bien avec le contenu du billet. Je préférais "Let's make things better".
Billet non sponsorisé.

22 octobre 2009

Compétence

On me pose souvent la question des compétences nécessaires pour être un bon expert judiciaire en informatique. C'est une question délicate à laquelle je ne saurais prétendre donner une réponse globale. Je peux simplement essayer de donner ma réponse, c'est-à-dire ma vision.

Pour le public confronté à la justice, et dans le cas qui m'intéresse, à l'expertise judiciaire, l'expert est une personne nécessairement très compétente. Il a le Savoir et l'Expérience. Ce n'est pas complètement faux bien entendu.

Peut-on imaginer un malade qui irait voir un chirurgien s'entendre dire par ce dernier: "je ne suis pas très compétent, vous savez, je débute..."? Pourtant, tout le monde comprend qu'il faut bien un jour qu'un chirurgien débute, mène sa première opération en solo, prenne des décisions qui auront une importance vitale pour le patient.

Il y a donc des experts judiciaires qui débutent, et des experts judiciaires qui ont de la bouteille. On peut supposer que l'expérience augmente la compétence.

Mais est-ce bien sur?

Je discutais avec un expert en sécurité informatique qui m'expliquait que les quelques experts judiciaires qu'il avait pu rencontrer lui avaient fait très mauvaise impression: dépassés par les techniques actuelles de ce domaine, vision ancienne du monde de la sécurité informatique, etc. C'est un discours que je rencontre assez souvent avec tous les spécialistes d'une discipline informatique. J'ai pu vérifier ce phénomène auprès d'un pentester, d'un RSSI et d'un consultant sécurité. Tous m'ont plus ou moins diplomatiquement expliqué que les experts judiciaires qu'ils avaient côtoyés étaient incompétents.

Bigre. Faut-il en déduire que l'expert judiciaire est un "généraliste" méprisé par les "spécialistes"? Je ne sais pas.

Pour ma part, je cumule plusieurs défauts: je suis jeune (moins de 50 ans:), encore en exercice, salarié-donc-avec-un-patron, généraliste par ma formation initiale d'ingénieur, et spécialiste par mon doctorat sur les réseaux neuronaux d'un certain type appliqués à certains types de problèmes (cela surprendra-t-il quelqu'un si je vous informe n'avoir jamais été missionné sur ce sujet?).

Et en plus je tiens un blog.

Pire que tout, j'ai déjà onze années d'expérience comme expert judiciaire! Non seulement je suis un nain, mais en plus je suis un vieux nain sur les épaules de mes prédécesseurs...
"Nous sommes des nains juchés sur des épaules de géants. Nous voyons ainsi davantage et plus loin qu'eux, non parce que notre vue est plus aiguë ou notre taille plus haute, mais parce qu'ils nous portent en l'air et nous élèvent de toute leur hauteur gigantesque." (Bernard de Chartres, XIIe siècle)

Finalement, la question que je me pose ici est: "suis-je assez compétent?"

C'est une question à laquelle, en mon for intérieur, je n'ai pas peur de répondre non. Pour progresser. Et sans répondre à la question initiale de ce billet.

15 octobre 2009

Une fois pour toutes

Monsieur le Procureur, à la question "Mais pourquoi donc tenez vous ce blog?" je répondrais de la façon suivante:

Je raconte à mes amis et à ma famille, comme tout le monde, lors des repas par exemple, des anecdotes rigolotes sur ma vie, qu'elles soient privées ou professionnelles.

Mais cette mémoire qui est la mienne n'intéresse personne vraiment. C'est la solitude inhérente à la condition humaine.

A mes enfants en particulier, je ne raconte presque rien sur la réalité de mon travail, sur le détail de mes expertises judiciaires ou sur mes activités publiques de conseiller municipal.

Mais j'en écris une partie ici.

Ceci est un journal intime en ligne.
C'est un blog.
C'est un blog de bonne foi.
C'est un monoblog éclectique hétéroclite.
Ce n'est pas un blog sur l'expertise judiciaire.
C'est un blog d'un informaticien expert judiciaire.
Ce sera un jour un blog d'un informaticien ancien expert judiciaire.

Et le jour où je mourrai tragiquement, lorsque mes enfants chercheront à en savoir plus sur ce qu'était leur père, alors ils découvriront ma vie incroyable.

-----------------------------
Merci à Pfelelep pour cette image spéciale dédicace.

PS: Merci aux 12231 visiteurs des 30 derniers jours.

12 octobre 2009

Emballages et I/O

Dans le cadre de mes expertises judiciaires, je reçois régulièrement des scellés contenant les objets que j'ai à analyser. Cela peut être une unité centrale, une clef USB, un disque dur externe, un ordinateur portable, un paquet de cédérom, etc.

Dans tous les cas, l'objet est emballé, étiqueté et numéroté. L'étiquette est toujours du même type, un papier cartonné couleur "ancien". Elle comporte un cachet de cire scellant une ficelle hors d'âge qui ligote l'objet pour éviter de l'ouvrir sans casser le cachet ou la ficelle.

J'ai déjà raconté dans ce billet comment j'utilise parfois un petit creuset en verre pour faire fondre de la cire pour réaliser un sceau de scellé (avec mon propre sceau!).

Mais ce petit jeu de cachetage m'a finalement lassé, et j'opère depuis différemment. Pour éviter d'avoir à réinventer l'eau chaude (voir illustration d'entête), j'utilise les emballages que je peux récupérer lors de mes achats. J'ai toute une collection de plastiques de toutes tailles que je conserve au grand dam de mon épouse qui désespère de voir mon bureau (et la maison) s'encombrer tous les jours un peu plus.

Car finalement, l'objectif du scellé est de permettre d'empêcher la modification de la preuve que constitue l'objet retiré à son propriétaire. Mais placer une simple ficelle d'emballage autour d'une unité centrale n'a jamais interdit de la brancher sur le secteur pour en effacer/modifier le disque dur...

Je recommande donc à tous les experts (ou OPJ) débutants qui me lisent de ne pas hésiter à placer les objets dans des sacs plastiques que vous fermerez hermétiquement avec du gros adhésif de déménagement. Ce que vous perdrez en esthétique (personnellement j'utilise des sacs poubelles transparents pour les unités centrales), vous le gagnerez en coûts et en fiabilité.

N'oubliez pas de signer sur l'emballage et sur l'adhésif, sinon n'importe qui pourra défaire et refaire votre paquet.

N'oubliez pas l'étiquette du scellé d'origine sur laquelle vous mentionnerez "scellé reconstitué par l'expert + date". Il n'y a pas de rubrique pour cela, alors écrivez petit sur l'étiquette. L'étiquette doit être accessible de l'extérieur pour permettre à chaque personne concernée par la procédure d'inscrire ce qu'il doit dessus. Personnellement, je fais un petit trou dans le sac pour laisser passer la ficelle d'origine que je fixe à l'objet.

Inscrivez sur votre rapport comment le scellé était constitué lorsqu'on vous l'a remis et comment vous l'avez reconstitué. A besoin, prendre une photo numérique que vous conservez dans votre dossier (avant/après).

Si vous devez analyser une deuxième fois un scellé (c'est rare, mais cela m'est déjà arrivé), notez impérativement dans votre rapport si votre emballage d'expert a été ouvert avant votre deuxième expertise.

Enfin, préparer un cahier de traçabilité des scellés me semble une sage précaution pour un expert judiciaire: vous y indiquerez la nature, le nombre des scellés, les dates de remise (entrée et sortie), ainsi que les nom/fonction des personnes qui vous les remettent et qui les récupèrent, et leurs signatures. Il n'est pas rare qu'une personne en dépanne une autre pour le transport d'un scellé et que celui-ci se retrouve dans la nature alors que pour le magistrat, vous en êtes toujours responsable. On n'a pas l'air très fin quand un juge d'instruction vous appelle pour vous demander où se trouve un scellé et que l'on ne sait pas répondre qui exactement est venu le reprendre...

Si d'autres experts ou OPJ procèdent différemment, indiquez le moi que je mette à jour ce billet (et que j'améliore ma propre pratique).

Finalement, les retours d'expérience, cela tient parfois à pas grand chose.

06 octobre 2009

Enigma SPAM



Apprenti expert judiciaire, une phrase est encodée dans le texte suivant, sauriez-vous trouver laquelle?

Vous avez deux minutes (on sait ou on sait pas!)

----------------------
Dear Friend ; Especially for you - this amazing announcement
! If you are not interested in our publications and
wish to be removed from our lists, simply do NOT respond
and ignore this mail ! This mail is being sent in compliance
with Senate bill 2216 , Title 2 ; Section 306 ! THIS
IS NOT A GET RICH SCHEME . Why work for somebody else
when you can become rich as few as 96 WEEKS ! Have
you ever noticed nearly every commercial on television
has a .com on in it plus people will do almost anything
to avoid mailing their bills ! Well, now is your chance
to capitalize on this ! We will help you decrease perceived
waiting time by 130% and turn your business into an
E-BUSINESS . You are guaranteed to succeed because
we take all the risk . But don't believe us ! Ms Jones
who resides in Connecticut tried us and says "I've
been poor and I've been rich - rich is better" ! We
are a BBB member in good standing ! We IMPLORE you
- act now . Sign up a friend and you'll get a discount
of 80% . Cheers . Dear Decision maker , You made the
right decision when you signed up for our directory
! If you no longer wish to receive our publications
simply reply with a Subject: of "REMOVE" and you will
immediately be removed from our mailing list . This
mail is being sent in compliance with Senate bill 1623
, Title 5 , Section 303 . This is NOT unsolicited bulk
mail ! Why work for somebody else when you can become
rich within 10 weeks . Have you ever noticed how long
the line-ups are at bank machines and people are much
more likely to BUY with a credit card than cash . Well,
now is your chance to capitalize on this ! We will
help you turn your business into an E-BUSINESS plus
use credit cards on your website ! You are guaranteed
to succeed because we take all the risk . But don't
believe us . Mr Jones of Georgia tried us and says
"Now I'm rich many more things are possible" ! This
offer is 100% legal ! So make yourself rich now by
ordering immediately ! Sign up a friend and you'll
get a discount of 60% . Best regards !
----------------------

Un indice: c'est un faux Spam (une imitation, quoi).

Vous ne regarderez plus vos spams de la même façon...

05 octobre 2009

Enquête exclusive: les experts

Maitre Eolas m'ayant signalé l'émission de M6 "Enquête exclusive" consacrée aux experts, et lacqx m'ayant indiqué l'accès via m6replay, je viens de regarder cette émission lors de ma pause repas-saladette.

Je dois dire que je m'attendais au pire. Et bien non, le reportage est excellent et couvre toutes les difficultés rencontrées par les experts, depuis leur nomination jusqu'à leur radiation, en passant par leur réinscription.

Vous trouverez en particulier dans le reportage un expert plutôt compétent en accident de voiture et un expert géomètre en réunion tendue avec les parties.

Mais vous verrez aussi deux médecins experts dont l'indépendance semblent toute relative et les problèmes liés aux experts travaillant avec les compagnies d'assurance (en contradiction avec les règles de déontologie des experts judiciaires, voir paragraphe V-35). Si les faits décrits dans le reportage sont avérés, les deux médecins ne devraient plus être experts judiciaires, de mon point de vue. Je comprends mieux pourquoi il est recommandé de venir à une expertise médicale accompagné de son avocat.

Un point que le reportage n'aborde pas concerne la rémunération des experts par la justice, et c'est dommage, car cela aurait montré à quel point le budget de notre justice est catastrophique et expliqué pourquoi le système actuel devient dangereux, avec des personnes qui postulent pour devenir expert, non pas pour apporter leur savoir faire à la justice, mais pour la carte de visite qui ouvre des portes dans le privé.

Je regrette également que le reportage n'aborde pas les expertises judiciaires informatiques, mais elles sont peu télégéniques.

Un reportage à voir: Enquête exclusive - Indemnisations, accidents, procès: les experts sur la sellette. Le reportage sera rediffusé sur M6 le jeudi 8 octobre 2009 à 0h35. A vos magnétoscopes!

02 octobre 2009

L'affaire Zataz

Je n'ai pas souhaité m'exprimer plus tôt sur cette affaire (du point de vue technique) car je ne disposais comme éléments techniques que des informations publiées sur le site zataz.com (et bien entendu l'excellente vidéo d'un certain maitreeolas;), et il me semblait plus raisonnable d'attendre d'avoir plusieurs sons de cloches avant de me faire une opinion.

Maintenant que j'ai lu l'arrêt du 9 septembre 2009 de la Cour d'Appel de Paris sur le site legalis.net, je trouve l'affaire plus intéressante.

Je ne souhaite pas faire plus de commentaires, sinon
- vous inciter à aller lire l'arrêt pour y découvrir (un peu) le travail de deux experts judiciaires effectué dans le cadre d'expertises privées,
- et bien entendu saluer leur travail consciencieux.