22 janvier 2010

Une expertise privée, combien ça coûte?

Il m'arrive de faire des expertises à la demande directe d'une partie. Ces expertises sont dites "privées". Elles permettent à la partie concernée de constituer un dossier avec l'aide d'un technicien a priori compétent.

La difficulté de ce type d'expertise est de faire comprendre à la partie que, bien qu'elle finance entièrement l'expertise, l'expert qui la réalise est et reste indépendant. Autrement dit, l'expert judiciaire réalisant une expertise privée n'a pas à rendre un rapport d'expertise forcément favorable à l'ordonnateur. Il n'instruit pas uniquement dans l'intérêt de son client. Il est tenu de donner son avis en toute liberté d'esprit et sans manquer à la probité ou à l'honneur.

Il est intéressant de noter qu'un expert judiciaire doit s'interdire d'accepter, sauf à titre tout à fait exceptionnel et hors toute notion de dépendance et de permanence, des missions de quelque nature que ce soit des organismes d'assurances agissant en tant qu'assureur.

Je suis donc contacté, en général par téléphone, et je demande assez rapidement des éléments techniques pour me permettre de savoir si je suis compétent pour réaliser le travail et également pour pouvoir établir un devis estimatif à mon interlocuteur.

La semaine dernière, après avoir discuté longuement du problème technique, lorsque j'ai abordé la question financière, la personne s'est étonné:
"A bon, je vais devoir payer quelque chose?"

Moi: "Heu... Pourquoi? Vous pensez que cela peut être pris en charge par un organisme quelconque?"

Elle: "Mais enfin, je ne comprends pas: ce n'est pas ma faute si quelqu'un a effacé ces données de mon ordinateur!!"

J'étais estomaqué... A force d'être pris en charge par le système, certaines personnes n'arrivent plus à comprendre comment il fonctionne, quels sont les services qu'il faut payer, ceux qui sont gratuits, pourquoi ils sont gratuits, etc.

Alors, pour faire le pendant de ce billet de Maître Eolas (sans son talent), je vais essayer d'expliquer pourquoi un expert judiciaire, cela coûte si cher.

J'exerce la fonction d'expert judiciaire parce que j'ai mis à la disposition de la justice mon savoir faire et que celle-ci a accepté de l'utiliser. J'ai un métier "normal" par ailleurs, avec un employeur puisque je suis salarié, des responsabilités qui me passionnent et qui me prennent tout mon temps de travail disponible. J'effectue donc mes expertises le soir, le week-end ou quand il le faut, lors d'un jour de congés posé pour l'occasion. Comme je suis marié avec trois enfants, cela signifie que ce temps est pris sur ma vie de famille.

Je travaille dans l'informatique, j'aime l'informatique, mais il est peu probable que, si je n'exerçais pas la fonction d'expert judiciaire, j'aurais fait l'acquisition de deux ordinateurs spécialement équipés pour cela. Sans compter le cout des licences logiciels inforensiques particulièrement élevé. Et tout cela vieillit rapidement et doit rester à jour avec l'apparition rapide de nouvelles technologies (les grappes de disques RAID5 ne s'étudient pas de la même manière qu'un disque unique).

J'ai la chance d'être propriétaire de mon bureau, mais j'y entasse, au grand dam de mon épouse, une énorme quantité de documentations diverses et variées, un nombre de hardware et de software qui impressionne toujours mes amis. Comment pensez-vous que je puisse répondre à un magistrat qui me demande si les prix pratiqués par un prestataire dans une affaire datant de 8 ans sont conformes à l'état du marché de l'époque? Comment pensez-vous que je puisse lire un disque dur SCSI Ultra2 Wide?

Si l'Etat payait ses experts judiciaires à 90 jours comme n'importe quelle autre entreprise, je pourrais fournir quelques heures de travail à un secrétariat distant. Comme ce n'est pas le cas, je dois effectuer moi-même tout le travail de secrétariat de mon activité (prise de rendez-vous, frappe des rapports, facturation, déclarations des charges, comptabilité, etc).

Si l'on m'amène un disque dur à analyser et qu'au moment de le brancher, celui-ci rend l'âme, pensez-vous que la victime de cette panne se dira "bah, ce n'est pas de sa faute, c'est un coup du sort"? J'ai donc l'obligation de prendre des assurances adaptées, et elles ne sont pas gratuites.

Le décret n°2004-1463 du 23 décembre 2004 relatif aux experts judiciaires, précise en son article 10: La demande [de réinscription] est assortie de tous documents permettant d'évaluer [...] la connaissance qu'il a acquise des principes directeurs du procès et des règles de procédure applicables aux mesures d'instruction confiées à un technicien ainsi que les formations qu'il a suivies dans ces domaines. Ces formations entrainent des couts non négligeables.

Il me semble donc normal pour toutes ces raisons que le travail d'un expert judiciaire donne lieu à rémunération.

La fourchette que je connais concernant les rémunérations des experts judiciaires en informatique dans ma cour d'appel semble être aujourd'hui entre 90 euros et 120 euros de l'heure. J'ai décidé pour ma part d'appliquer le tarif de 90 euros tant que je suis inscrit sur les listes d'experts judiciaires.

Alors bien sur, certains peuvent penser qu'il me suffit alors de "gonfler" les heures passées sur un dossier pour compenser, comme un garagiste malhonnête. C'est sans compter sur la libre concurrence à laquelle les différents experts sont soumis, de la même façon qu'il est possible d'appeler plusieurs avocats pour leur confier votre divorce. Par dessus tout, il est important d'établir une relation de confiance avec l'expert retenu. Par delà son activité, il est habitué à engager son honneur et sa confiance.

Et bien que je me sois un peu spécialisé dans l'aide technique auprès des avocats (rédaction de dires, analyse approfondie d'un rapport d'expertise informatique), je reçois de plus en plus de demandes de particuliers. Donc tout cela doit être expliqué et réexpliqué, car il n'y a pas d'aide juridique pour engager un expert judiciaire dans un travail privé non contradictoire.

Voici donc quelques ordres de grandeur (SGDZ):
- récupération de données: pour 3 heures de travail, 270 euros TTC
- analyse approfondie d'un rapport d'expertise informatique avec suggestions pour rédaction de dires: pour 5 heures de travail, 450 euros (avec l'avantage de travailler par emails chiffrés, donc sans frais de déplacement ni de réunions).

Attention aux bavards, je facture les communications téléphoniques au delà du premier quart d'heure!

A ces frais viennent s'ajouter les frais engagés dont j'ai déjà parlé dans ce billet de 2007 (les tarifs ont évolués).

J'en reprends d'ailleurs ici la conclusion:
"On dit que la plupart des hommes tombent en quelque sorte à genoux sur la seule mention de l'argent. Je n'ai vu rien de tel. Je vois bien que les hommes ont besoin d'argent et s'occupent premièrement à en gagner; cela veut dire seulement que l'homme mange au moins deux fois par jour, et choses semblables. Mais un homme qui ne pense qu'à manger et à gagner, cela est rare; c'est une sorte de monstre. Et pareillement, celui qui ne pense qu'à étendre ses affaires, et à ajouter des millions à des millions est une sorte de monstre. Quant aux opérations intellectuelles que suppose cette manie d'acquérir, elles sont tellement communes et faciles que personne ne les jugera au-dessus de soi. Où donc courent les hommes dès qu'ils sont assurés de leur pâtée? Ils courent au stade, et ils acclament un homme fort, un homme agile, un homme courageux; ce sont des valeurs qui ne s'achètent point, des valeurs estimées bien plus haut que l'argent. Ou bien ils vont au concert, et crient de tout leur cœur et casseraient les banquettes en l'honneur de quelque artiste; et certes ils savent que le plus riche des hommes ne peut s'offrir cette gloire. Quant aux puissances de pur esprit, nul ne les méconnait; nul ne les mesure aux millions. Personne ne demande si Einstein est bien riche."
Alain (Propos I - la Pléiade - Gallimard 1956)

5 commentaires:

  1. Toujours intéressant, juste un détail:
    s/compétant/compétent

    RépondreSupprimer
  2. @Anonyme: Merci, c'est corrigé!

    RépondreSupprimer
  3. La citation d'Alain vient fort à propos en ces temps de "progliosation" ... :-))

    RépondreSupprimer
  4. Cher Zythom,
    comme vous en parlez dans votre billet, la curiosité me titille : comment réalisez vous une analyse de volumes raid5 et de partitions cryptées ?
    Comment sont équipés les ordinateurs dont vous avez fait l'acquisition pour vos expertises ?

    Cordialement, Sam.

    P.S: Votre blog est une véritable mine d'informations, merci de passez tant de temps à maintenir ce blog en vie !

    RépondreSupprimer
  5. @Sam: Concernant le RAID5, j'ai trois cartes (SCSI, SATA et IDE) mais en général, j'arrive à faire l'analyse directement sur le matériel d'origine. J'utilise pour cela des logiciels spécialisés dans le traitement inforensique des RAID.

    Pour les partitions chiffrées, la méthode dite "du bottin" reste la plus efficace: sur la tête du propriétaire pour récupérer le mot de passe et/ou le système de chiffrage:). Sinon, les mots de passe des comptes locaux, de messageries, d'accès internet ou de chat sont à tester également (il est rare que quelqu'un utilise 50 mots de passe différents). Et en général, il suffit de lire les emails pour tomber sur un ou plusieurs mots de passe renvoyés en clair par des sites indélicats.

    RépondreSupprimer

Lectrice, admiratrice, avocate, magistrate, programmeuse, dessinatrice, chère consœur, femmes de tous les pays, lecteur, j'ai toute confiance en vous pour prendre bien soin de vérifier que votre prose est compatible avec les normes orthographiques et grammaticales en vigueur. Et si vous pouviez éviter les propos insultants ou haineux, je vous en serais reconnaissant.
N'hésitez pas à respecter ces quelques règles qui peuvent même s'appliquer en dehors de ce blog.

Les commentaires sur ce blog sont modérés. Votre message apparaîtra sur le blog dès que le modérateur l'aura approuvé. Merci de votre patience.