04 mai 2010

Avenir

Comme vous, je regarde les blogs à travers la fenêtre de mon navigateur. J'utilise un aggrégateur de flux pour être averti de la publication des nouveaux billets, mais aussi, tel un Tarzan numérique, je rebondis de liens en liens et j'explore une petite partie de l'univers Internet.

Et parfois je m'interroge.
Pourquoi est ce que je blogue? Pourquoi lui blogue-t-il? Pourquoi tel site a-t-il fermé? Quelle sera l'évolution d'internet? Quel est le devenir de cette identité numérique "Zythom"?

Je publie sur ce blog des textes sur moi-même. C'est un blog narcissique, même si nulle nymphe Echo ne s'est éprise de moi. Ce blog est de type "journal intime en ligne" où je m'épands sur tous les sujets qui m'intéressent, et où vous me faites l'honneur de venir me lire.

Je n'y ai aucune stratégie marketing, et si beaucoup parmi vous semblent s'intéresser aux billets consacrés à l'expertise judiciaire informatique, j'aime assez bien m'embarquer dans l'écriture d'un billet sur mes souvenirs du service militaire ou sur des questions à deux euros.

Depuis quelques mois je gazouille sur mon compte Twitter où je partage avec qui veut bien les informations que je trouve intéressantes, sans m'être pour autant spécialisé dans un domaine particulier, ce qui doit être horripilant, je le reconnais, pour mes followers.

Ce compte Twitter est un peu redondant avec ma liste de partage Google où je place tous les billets que je trouve intéressants, liste à laquelle sont abonnées 11 personnes aujourd'hui (que je félicite tant il est curieux de s'abonner à une liste de lecture par définition relativement personnelle).

Je constate par moment des arrivées en grand nombre d'internautes envoyés ici par un blogueur influent (merci à Maitre Eolas dont le seul fait d'être présent dans sa blogroll amène 14% du trafic du blog ou qui d'un simple tweet amène ici 1500 personnes).

Je ne sais pas si je mérite votre temps de lecture.

Je me sens comme un simplet parlant debout sur une échelle au milieu d'une place où parfois il y a foule. Je reconnais quelques passants qui reviennent me faire un petit commentaire. De temps en temps, un membre de ma famille ou un étudiant m'interpelle IRL pour discuter d'un billet, pour rire, pour se moquer, pour vivre un petit moment côte à côte. C'est gênant, cela brise un peu la distance du pseudonyme.

Je me demande parfois ce que je dois faire de ce "Zythom" qui a envahi mon temps de cerveau disponible, de cette identité numérique qui me trouble. Faut-il suicider ce pseudo (avec panache) pour éviter de tourner en rond? Que nenni m'ont conseillé mes amis numériques: écrit moins souvent si tu veux, mais écrit de temps en temps quand même. Un blogueur qui s'écarte trop longtemps de ses billets-brouillons finit par ne plus y revenir. J'ai donc réduit mes apparitions à un billet par semaine (à peu près).

J'ai beaucoup de défaut, et l'un des pires, je m'en rends compte petit à petit, est de ne pas être un homme de réseaux. "De toute façon, tu es un ours solitaire", m'a dis ma fille aînée. Elle n'a pas complètement tord. J'ai été élevé dans l'idée que le mérite s'obtient grâce à l'intelligence et au travail. Je n'aime pas le copinage, l'avancement par grenouillage ni la petite tape sur l'épaule. J'ai un sale caractère qui m'a longtemps interdit le travail d'équipe.

J'aime être seul sans ressentir les conséquences de la solitude. Je ne manifeste aucun intérêt pour les relations sociales. Mes loisirs sont solitaires et mon activité professionnelle est très indépendante. C'est presque la définition d'une personne schizoïde...

Alors je me soigne.
Je suis entouré de personnes qui m'aiment tel que je suis, mais je dois sans cesse m'améliorer, voir plus loin que le plaisir présent pour construire un avenir plus intéressant.

Je vais m'intéresser aux relations humaines. Je vais aller serrer des mains que je ne connais pas. Je vais assister aux réunions de ma compagnie d'experts judiciaires, poser des questions aux anciens, rencontrer des avocats, des magistrats, leur fournir ma carte de visite, leur montrer de moi ce qui peut leur servir.

Il faut que j'arrête d'attendre que l'on vienne vers moi.
Il faut que je me remue.

Demain c'est promis.
Aujourd'hui j'ai piscine blog.

5 commentaires:

  1. Une liste de partage bien souvent intéressante.
    Des billets dans beaucoup de domaine, oui, mais on fait le tri sur ceux qui nous intéressent ou pas.
    Je parlais ici de cette liste, mais c'est aussi vrai pour les vôtres. Certains nous intéresseront plus que d'autres... Même si j'ai tendance à tout lire, ayant pour le moment le temps.
    Je rejoins l'avis de ces autres que vous avez évoqué.
    Continuez à écrire. Peut être moins, mais continuez. Il serait dommage de perdre des textes intéressants comme ceux que vous nous offrez.
    En particulier sur l'expertise informatique il est vrai, mais pas seulement.
    Un lecteur qui lit, mais commente peu.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Zythom,

    Les choses ne sont pas binaires. Pourquoi suicider Zythom, sauf si bien sûr il vous ennuie? Nous, comme le dit Beldom, on fait le tri. On ne vous fait pas l'honneur de vous lire, on vient car ce que vous avez à dire nous parle. Et pour rendre votre propos agréable à lire, vous nous faites l'honneur d'y passer du temps. Je crois que l'on s'y retrouve, vous et nous, de cette façon.

    De même sur Twitter: le fait que vous parliez de choses et d'autres n'est pas insupportable, au contraire: c'est un peu la part réelle de ce Zythom numérique, celle qui le relie à son marionnettiste. Après, on lit tout ou pas, on clique sur les liens proposés ou pas, c'est selon. Personnellement je trouve ça chouette. J'aurais cliqué sur "unfollow" depuis longtemps sinon.

    Bref, sans chercher à vous influencer (1- je n'ai sans doute pas ce pouvoir, et 2- ça fait plusieurs fois que vous parlez de ce sujet, c'est donc qu'il vous travaille), je voulais juste vous faire ce retour.

    A bientôt (enfin, si jamais vous le décidez ainsi !)

    RépondreSupprimer
  3. heu, c'est pas le 1er janvier, les bonnes résolutions ? (ou le 1er avril, parfois...)
    faites gaffe quand même à ne pas serrer les mauvaises mains, bien que refuser une poignée de main peut engendrer les foudres présidentielles...

    RépondreSupprimer
  4. Et ben, quel post inattendu.J'ai appris un nouveau schizoïde ! Tu te demande pourquoi tu écrit, moi je vais te dire pourquoi je te lis.
    Nombreux blog sont d'origine de gars du commerce et de la pub (et ses dérivées), des légions d'arrogants et de nombrilistes.Mais toi tu fait partie d'un certaine catégorie de personne à qui le grand public (moi) n'a jamais accès ( gens du droit,professeur/chercheur,etc..). Alors il est toujours intéressante de connaitre se qui se passe dans la tête de ces personnes.Bizarrement, la phrase "Je vais m'intéresser aux relations humaines" m'a fait froid dans le dos, c'est une phrase que Dexter pourrait dire B).On est comme on est.Si tu veux changer, tu va être en contact de personnes qui vont te décevoir parceque normalement tu ne les aurai jamais rencontrés.

    RépondreSupprimer
  5. Salut Zythom,

    je viens juste de t'envoyer un mail qui traitait de ma situation particulière. Dans ce billet tu évoques la tienne, je me permets donc de répondre.
    Schizoïde ? Tu tiens un blog ! Si les relations sociales te paraissent complexes, elles ne t'en sont pas moins nécessaires...Peut être te paraissent-elles lourdes dans la vie quotidienne, tu ressens néanmoins le besoin de les exprimer, de manière plus ou moins anonyme, sur ton blog...

    RépondreSupprimer

Lectrice, admiratrice, avocate, magistrate, programmeuse, dessinatrice, chère consœur, femmes de tous les pays, lecteur, j'ai toute confiance en vous pour prendre bien soin de vérifier que votre prose est compatible avec les normes orthographiques et grammaticales en vigueur. Et si vous pouviez éviter les propos insultants ou haineux, je vous en serais reconnaissant.
N'hésitez pas à respecter ces quelques règles qui peuvent même s'appliquer en dehors de ce blog.

Les commentaires sur ce blog sont modérés. Votre message apparaîtra sur le blog dès que le modérateur l'aura approuvé. Merci de votre patience.