22 juin 2010

66 ans

C'est vrai que c'est difficile. Beaucoup plus difficile que je n'aurais pu l'imaginer. Mais j'ai encore quelques forces, et il faut que je profite des quelques moments de lucidité dont je dispose pour témoigner.

Tout a commencé pour moi quand j'ai été retenu comme finaliste lors des sélections pour l'expédition Mars 2020. La compétition était rude et personne n'aurait misé sur moi à cause de mes 56 ans. Pourtant j'ai été retenu dans le groupe des 10 finalistes de ce grand projet européen.

Lorsque nous avons été réunis pour le choix final, personne ne s'attendait à l'annonce qui allait nous être faite ce jour là: pour rattraper son retard immense sur les américains, et compte tenu de la compétition acharnée entre les deux blocs, l'Europe avait décidé que l'expédition vers Mars serait un vol sans retour pour une seule personne.

200 jours de vol spatial, un "atterrissage" sur Mars et une vie à terminer seul sur place.

Nous étions dix sélectionnés, il ne pouvait y avoir qu'un seul volontaire pour cette émigration... Nous avions un mois pour nous décider et donner notre réponse, mais dans ma tête, c'était déjà oui.

Les médias ont relaté dans les moindres détails tous les aspects de la mission: le vol et mes déboires avec les éruptions solaires imprévues, le choc de la redécouverte de la pesanteur. J'en ai aussi déjà raconté une partie ici même.

Le choix de mon mode de vie avait choqué beaucoup de terriens. Comment peut-on abandonner le ciel bleu de la Terre pour venir s'installer seul sur Mars au fond d'un gouffre de 1000 mètres de profondeur?

Mais surtout, comment expliquer l'abandon de sa famille sur Terre?

Maintenant que dix années ont passée, et que mes forces diminuent ainsi que ma raison, je prends le temps de regarder en arrière et de chercher des réponses.

Ma famille d'abord. Seules les personnes qui aiment vraiment peuvent comprendre que j'aime toujours ma famille et qu'elle m'aime aussi. La distance n'a pas tué notre amour et la séparation des corps n'a pas empêché les liens de perdurer. Point final. C'est déjà assez difficile de se parler devant plusieurs milliards de personnes. Heureusement, nous avons nos réunions hebdomadaires via notre réseau privé personnel.

La mission s'est révélée passionnante. Explorations, consolidations du camp de base, choix du camp de profondeur, aménagements, montage de la station. Tout le monde a pu suivre en direct (ou presque) avec effroi mon auto-opération des dents (j'avais pourtant été opéré de presque tout pour éviter ce genre de situation). Mais j'ai fait bien rire la Terre avec ma phrase lors de la dégustation de mon premier plat issu de mes plantations martiennes "un petit plat pour un homme, un plat de géant pour l'humanité". Pour quelqu'un qui n'avait pas la main verte, mes travaux nourrissent maintenant un milliard de personnes.

Ce qui est plus difficile à vivre, c'est la maladie. Une détresse psychologique réactionnelle. Après toutes ces années passées sous terre, après tout ce temps à craindre la panne majeure définitive, à boire la glace accumulée en quantité quasi inépuisable au fond de ce gouffre. Mais au moins, cela me changeait des longues nuits à regarder aux tréfonds de l'âme humaine lors de mes expertises judiciaires informatiques, dans une vie antérieure. Pourtant, l'esprit a fini par craquer, et je n'ai maintenant que quelques heures de lucidité par jour avant de sombrer dans une léthargie contemplative. Dix ans, c'est très long.

Il s'en est passé des choses sur la Terre pendant dix ans. Il y en a eu des crises économiques, financières, politiques, écologiques et guerrières. Il a même été question plusieurs fois d'interrompre l'envoi des cargos automatiques qui alimentent en matériaux la station que je prépare pour les suivants.

Je sais depuis quelques jours, comme vous, qu'ils ne viendrons pas avant vingt ans pour des raisons budgétaires et politiques.
Je leur laisserai un petit mot.

7 commentaires:

  1. D'ou vient cette image?
    C'est le lever de soleil sur Mars?

    RépondreSupprimer
  2. Mince, on ne vous a pas prévenu !...
    Depuis que vous êtes parti sur Mars, il y a 10 ans, les russes et les chinois (pas les américains qui n'avaient pas le budget) ont créé une base spatiale sur le versant opposé de mars sur lequel vous êtes installé.

    Bon, en principe ce sont plus des bases militaires que civiles, mais s'il vous manque quelque chose, du sucre ou du café, ou simplement pour discuter, je pense que vous pouvez aller les voir.
    (je vous envoie leurs coordonnées téléphoniques par mail perso)

    RépondreSupprimer
  3. @Kevin: C'est un coucher de soleil sur Mars.

    @Anonyme: Je me disais aussi, toute cette musique militaire sur les ondes...

    RépondreSupprimer
  4. Tant que vous restez sur la liste des experts....

    RépondreSupprimer
  5. ça me rappelle curieusement le film "Moon" que je vous recommende fortement

    RépondreSupprimer
  6. Finalement c'est vous le "Rocket Man" que chante Elton John.

    Au passage, excellent blog que je suis depuis plusieurs années.

    RépondreSupprimer
  7. @David: Une chanson inspirée d'une nouvelle de Bradbury assez tragique...

    Merci pour le compliment qui fait toujours plaisir :)

    RépondreSupprimer

Lectrice, admiratrice, avocate, magistrate, programmeuse, dessinatrice, chère consœur, femmes de tous les pays, lecteur, j'ai toute confiance en vous pour prendre bien soin de vérifier que votre prose est compatible avec les normes orthographiques et grammaticales en vigueur. Et si vous pouviez éviter les propos insultants ou haineux, je vous en serais reconnaissant.
N'hésitez pas à respecter ces quelques règles qui peuvent même s'appliquer en dehors de ce blog.

Les commentaires sur ce blog sont modérés. Votre message apparaîtra sur le blog dès que le modérateur l'aura approuvé. Merci de votre patience.