24 juin 2010

L'expert judiciaire ou le collaborateur biodégradable

Comme indiqué dans ce billet, je souhaite aborder quelques aspects de l'activité d'expert judiciaire qui me semblent discutables, et cela avant d'être aigri par une radiation éventuelle.

La procédure d'inscription sur les listes d'experts judiciaires est longue et répond à un processus obscur. Vous ne savez pas bien qui analyse votre demande, qui juge de vos compétences et finalement vous ne savez même pas pourquoi votre candidature est acceptée ou refusée. A mon avis, beaucoup de personnes qui ont des compétences techniques qui pourraient aider la justice ne se font pas connaitre, et d'autre part, la considération du système envers "ses" experts est bien médiocre en ce qu'elle ne leur assure pas beaucoup de protections.

Il se trouve que je viens de recevoir le numéro 90 de la revue à laquelle tout expert devrait être abonné: "Revue Experts - Revue de l'expertise" et je me régale de l'article rédigé par mon confrère Gérard Rousseau. Je vous en livre ici quelques extraits savoureux.
Titre: l'expert judiciaire ou le collaborateur biodégradable.

[...] L'expert n'appartient à aucun corps judiciaire. Chargé de donner un avis (et seulement un) sur une question technique, il est, parce que sa technique est étrangère au droit, un étranger. Il appartient à une autre race: nous sommes à la limite de l'apartheid. On n'hésitera donc pas à lui retirer ses papiers voire à l'expulser - le radier avec sanctions à l'appui.

[...] L'expert est en première ligne lorsque l'issue du procès est fondée sur des constatations techniques. Certes, il ne donne qu'un avis, que le juge n'est pas tenu de suivre, mais on peut raisonnablement penser que cet avis aura une importance certaine. Il fera donc l'objet de toutes les attentions de la part des conseils. Si ceux-ci perçoivent une orientation dans une direction qui ne leur convient pas, il fera l'objet de menaces plus ou moins larvées, voire de moyens procéduraux: demande de remplacement, de récusation, de soupçons quant à son impartialité.

[...] La liste [des experts] n'est autre qu'un annuaire... Mais cet instrument d'information est un pur produit du "régime de l'absurdie": tout y est conçu avec grand soin à l'envers de la logique la plus élémentaire, dans l'inscription autant que dans l'appréciation de la compétence. [...] La procédure d'inscription sur une liste, "bureaucratique et routinière" (Laurence Dumoulin, sociologue), imaginée par le législateur est imbécile ou diabolique:
- imbécile car la politique d'inscription est telle que le nombre de techniciens inscrits diminue dans des proportions insoupçonnées, ce qui amènera, devant l'évolution de la complexité technique, les juridictions à faire appel à des non inscrits;
- diabolique car ceux qui ont obtenu leur inscription à l'issue d'un parcours du combattant sont enfermés dans une nasse dont ils n'ont pas conscience.

[...] Il faudra comprendre comment les compétences [de l'expert] sont définies et appréciées par des incompétents.

[...]La procédure [d'inscription] instituée, comme toute bonne réforme à la française, n'apporte rien de plus au niveau de la compétence. Qui peut croire que deux ans d'inscription [probatoire] permettront à celui qui postule pour les cinq ans de prouver son expérience dans sa spécialité? Il est parfaitement possible qu'il n'ait pas été désigné comme expert. L'aurait-il été, quand bien même? Pour déposer un rapport le délai de deux ans dans lequel s'inclut le temps de l'appréciation (par qui et qui en rend compte à qui?) est totalement inepte.

Les incompétents notoires pour apprécier la compétence des techniciens se sont maintenus et ont même renforcé leur présence par un rideau de fumée procédurale qui ne fait aucune illusion.

[...] On ne s'étonnera pas que l'expert - donc la qualité de la justice et le respect du justiciable - en soient lourdement affectés. L'expert abusé, comment le justiciable ne le serait-il pas?

Merci M. Rousseau, je n'aurais pas mieux écrit.
Rubrique "Critiques" donc.

22 juin 2010

66 ans

C'est vrai que c'est difficile. Beaucoup plus difficile que je n'aurais pu l'imaginer. Mais j'ai encore quelques forces, et il faut que je profite des quelques moments de lucidité dont je dispose pour témoigner.

Tout a commencé pour moi quand j'ai été retenu comme finaliste lors des sélections pour l'expédition Mars 2020. La compétition était rude et personne n'aurait misé sur moi à cause de mes 56 ans. Pourtant j'ai été retenu dans le groupe des 10 finalistes de ce grand projet européen.

Lorsque nous avons été réunis pour le choix final, personne ne s'attendait à l'annonce qui allait nous être faite ce jour là: pour rattraper son retard immense sur les américains, et compte tenu de la compétition acharnée entre les deux blocs, l'Europe avait décidé que l'expédition vers Mars serait un vol sans retour pour une seule personne.

200 jours de vol spatial, un "atterrissage" sur Mars et une vie à terminer seul sur place.

Nous étions dix sélectionnés, il ne pouvait y avoir qu'un seul volontaire pour cette émigration... Nous avions un mois pour nous décider et donner notre réponse, mais dans ma tête, c'était déjà oui.

Les médias ont relaté dans les moindres détails tous les aspects de la mission: le vol et mes déboires avec les éruptions solaires imprévues, le choc de la redécouverte de la pesanteur. J'en ai aussi déjà raconté une partie ici même.

Le choix de mon mode de vie avait choqué beaucoup de terriens. Comment peut-on abandonner le ciel bleu de la Terre pour venir s'installer seul sur Mars au fond d'un gouffre de 1000 mètres de profondeur?

Mais surtout, comment expliquer l'abandon de sa famille sur Terre?

Maintenant que dix années ont passée, et que mes forces diminuent ainsi que ma raison, je prends le temps de regarder en arrière et de chercher des réponses.

Ma famille d'abord. Seules les personnes qui aiment vraiment peuvent comprendre que j'aime toujours ma famille et qu'elle m'aime aussi. La distance n'a pas tué notre amour et la séparation des corps n'a pas empêché les liens de perdurer. Point final. C'est déjà assez difficile de se parler devant plusieurs milliards de personnes. Heureusement, nous avons nos réunions hebdomadaires via notre réseau privé personnel.

La mission s'est révélée passionnante. Explorations, consolidations du camp de base, choix du camp de profondeur, aménagements, montage de la station. Tout le monde a pu suivre en direct (ou presque) avec effroi mon auto-opération des dents (j'avais pourtant été opéré de presque tout pour éviter ce genre de situation). Mais j'ai fait bien rire la Terre avec ma phrase lors de la dégustation de mon premier plat issu de mes plantations martiennes "un petit plat pour un homme, un plat de géant pour l'humanité". Pour quelqu'un qui n'avait pas la main verte, mes travaux nourrissent maintenant un milliard de personnes.

Ce qui est plus difficile à vivre, c'est la maladie. Une détresse psychologique réactionnelle. Après toutes ces années passées sous terre, après tout ce temps à craindre la panne majeure définitive, à boire la glace accumulée en quantité quasi inépuisable au fond de ce gouffre. Mais au moins, cela me changeait des longues nuits à regarder aux tréfonds de l'âme humaine lors de mes expertises judiciaires informatiques, dans une vie antérieure. Pourtant, l'esprit a fini par craquer, et je n'ai maintenant que quelques heures de lucidité par jour avant de sombrer dans une léthargie contemplative. Dix ans, c'est très long.

Il s'en est passé des choses sur la Terre pendant dix ans. Il y en a eu des crises économiques, financières, politiques, écologiques et guerrières. Il a même été question plusieurs fois d'interrompre l'envoi des cargos automatiques qui alimentent en matériaux la station que je prépare pour les suivants.

Je sais depuis quelques jours, comme vous, qu'ils ne viendrons pas avant vingt ans pour des raisons budgétaires et politiques.
Je leur laisserai un petit mot.

21 juin 2010

Digne et loyal magistrat

Lors d'un repas entre juristes où je tenais le rôle d'accompagnant, la conversation volait d'un sujet brulant à un autre, toujours sur l'actualité juridique, qu'elle soit internationale, nationale, locale ou même personnelle.

Et moi, j'écoutais attentivement ces dames (l'autre homme de la soirée était le maitre de maison et préparait le repas en cuisine). Ces sujets me fascinent toujours et je posais de temps en temps une question de néophyte pour rester dans la conversation qui me passionnait.

Je connaissais de vue toutes les femmes présentes, avocates et collègues de mon épouse, sauf une. Cette dernière était plutôt silencieuse et intervenait avec parcimonie dans la conversation.

Lorsque le thème des rapports avocats-magistrats est (naturellement) abordé, je me rends compte avec stupeur que la jeune femme inconnue de moi est une magistrate. A partir de ce moment là, je n'ai pas pu m'empêcher de la bombarder de questions tant ma curiosité est grande sur le sujet (c'était avant de lire avec assiduité le blog de Maitre Eolas).

A sa grande surprise d'ailleurs, puisqu'elle a reconnu qu'en général, lorsqu'elle annonçait sa profession dans un diner, cela avait plutôt tendance à refroidir les convives et à faire glisser la discussion vers des horizons moins dangereux.

Dangereux de discuter avec un magistrat?

J'ai au contraire gardé de cette conversation le souvenir d'un métier passionnant exercé par des personnes brillantes. Bien sur, j'étais fasciné par le pouvoir de cette personne, mais aussi par son humanité et sa solitude.

J'en profite pour rappeler ici le serment des magistrats: "Je jure de bien et fidèlement remplir mes fonctions, de garder religieusement le secret des délibérations et de me conduire en tout comme un digne et loyal magistrat".

Alors, en rappelant que c'est l'objectif principal de mon anonymat que de pouvoir le faire sans arrière pensée, je voudrais rendre un hommage simple à toute la profession des magistrats.

Pour tout le travail effectué sans compter les heures.

Pour la complexité des lois créées par les gouvernements et députés successifs. Pour leurs fréquentes modifications aussi (quand je pense que je me plains parfois de la rapidité d'évolution de l'informatique).

Pour la difficulté croissante de l'exercice de leur profession.

Parce qu'il est très difficile d'exercer un métier qu'il est de bon ton aujourd'hui de critiquer vertement.

Alors que notre démocratie a besoin de ces magistrats.

16 juin 2010

RPVA

J'ai longuement hésité avant de me risquer sur le sujet brulant du Réseau Privé Virtuel des Avocats (RPVA), surtout sous la forme d'un billet de blog, là où il faudrait sans aucun doute une étude beaucoup plus poussée. D'ailleurs, j'attends avec impatience la publication sur le sujet du rapport de mon confrère Nathan Hattab, expert près la Cour d'appel de Paris et près les Cours Administratives d'Appel de Paris et de Versailles. Si par malheur j'avais raté sa publication, qu'un internaute bienveillant m'adresse le bon lien. [EDIT du 17/06/2010 Comme indiqué en commentaire, le rapport est disponible ici]

Que les avocats dont les nerfs sont à vifs sur le sujet me pardonnent par avance.

Qu'est-ce que le Réseau Privé Virtuel des Avocats?
Pour ce que j'en sais, l'histoire démarre en 2005 avec la signature d'une convention entre le ministère de la Justice et le Conseil National des Barreaux. Cette convention "fixe les modalités et les conditions de consultation et d’échanges électroniques de documents et données relatifs aux affaires civiles et pénales traitées par les juridictions, entre les tribunaux de grande instance et les avocats."

Sans vouloir résumer le document, l'idée est de faciliter le suivi des affaires et l'échanges d'informations entre les magistrats, les personnels des greffes et les avocats. Entendre par faciliter: réduction des délais de traitement, allégement des temps de saisie, circulation en temps réel de l'information, gains de temps dans la transmission des dossiers et diminution des déplacements.

Avec comme arrière pensée évidente, une baisse des coûts.

Tiens, c'est drôle, j'ai l'impression d'avoir déjà entendu cela. Comment dit-on déjà en informatique? Ah oui, dématérialisation de l'information. LE zéro papier quoi. Bon, c'est vrai que le concept a déjà fait couler beaucoup d'encre (je n'ai pas pu m'empêcher...). La carte Vitale, la carte bancaire ou l'achat en ligne sont des exemples de dématérialisations.

Une solution technique est mise au point pour permettre de sécuriser les échanges dans les règles de l'art de la cryptographie (confidentialité, authenticité et intégrité). RPVA est né. Cette offre s'appuie sur une solution physique sous la forme d'un boitier de la société NAVISTA à raccorder directement sur le routeur ADSL du cabinet de l'avocat. L'avocat s'authentifie ensuite avec sa clef USB cryptographique personnelle sur le site web e-barreau.fr qui n'est accessible que par ce VPN.

Problèmes: Sans compter les frais d'installation et de mise en service, le coût d'abonnement était de 55 euros HT par mois en plus de l'abonnement ADSL. Il a été réduit aujourd'hui à 32 euros HT par mois. Je trouve que c'est un peu cher pour un service de sécurisation de ses échanges électroniques. De plus, le système ne semble pas faciliter la mobilité. Enfin, je n'ai pas connaissance d'un système de mise à jour distant des firmwares des boitiers (ce qui ne veut pas dire qu'il n'existe pas).

Une autre solution?
Sans vouloir jouer les donneurs de leçons, surtout quand on n'a pas tous les éléments du cahier des charges, il est néanmoins rassurant de constater que bon nombre d'avocats se sont interrogés sur l'intérêt d'un tel système, surtout que parmi eux nombreux sont ceux qui connaissent déjà des systèmes de communication avec chiffrage efficaces, performants et peu couteux.

A mon avis, ce sont les postulats initiaux de cette histoire qu'il faut repenser, avec (comme souvent) une solution en tête: faut-il nécessairement un réseau privé virtuel pour relier l'ensemble des cabinets d'avocat aux tribunaux? L'utilisation des outils de messagerie actuel ne pouvait-elle pas suffire dès lors qu'il existe des systèmes cryptographiques très efficaces assurant confidentialité, authenticité et intégrité?

Par exemple, GPG avec ses clefs publiques/privées et des serveurs de clefs existent depuis de nombreuses années.

L'Etat et le Conseil National des Barreaux ne pouvaient-ils pas s'appuyer sur des systèmes open sources éprouvés? Est-il si difficile d'imaginer en France plusieurs serveurs de clefs publiques permettant à tous les citoyens (et donc les avocats, les greffiers, les magistrats, mais aussi les huissiers, les notaires, les experts judiciaires et tous les intervenants occasionnels de la Justice) d'accéder à un système de communication sécurisé déjà existant et gratuit?

La raison souvent invoquée semble être la difficulté technique rendant ce genre de solution impraticable. N'est-ce pas prendre les gens pour des imbéciles? Je croise régulièrement des avocats parfaitement à l'aise avec les concepts techniques, et en particulier ceux de l'informatique. Ne pensez-vous pas qu'ils seront prêts à apprendre à manipuler ceux de clefs publiques/privées?

Le coût? Ne pensez-vous pas que tout l'argent investi dans le développement d'un boitier propriétaire qui deviendra rapidement obsolète n'aurait pas été plus utile dans, par exemple, l'amélioration des plugins GPG opensource pour Outlook, Thunderbird, GMail etc? En s'appuyant, par exemple, sur une SSII spécialisée justement dans les solutions open source. Ne pensez-vous pas qu'au lieu de payer 32 euros HT pendant x années, un cabinet d'avocat n'aurait pas eu intérêt à faire travailler une fois un informaticien pour la configuration de son système d'information (et en plus, beaucoup de gros cabinets confient déjà la gestion de leur parc à une SSII).

Et effectivement cela aurait profité à tout le monde.
On aurait pu sécuriser tous nos échanges.
Ceux des avocats, des magistrats, des experts, mais aussi de tous les citoyens qui le souhaitent.

Les allemands l'ont bien compris, eux qui proposent déjà des outils permettant de communiquer en toute sécurité.

------------------------------------------------
Sources:
heftmanavocat.com
precisement.org (1) et precisement.org (2)
e-barreau.fr
afai.asso.fr
cnb.avocat.fr

14 juin 2010

La balle magique

Le service militaire était l'occasion pour les jeunes appelés de s'exercer au tir. Enfin quand je dis s'exercer, je n'ai eu droit qu'à trois balles lors d'une unique séance de tir. Le coût sans doute, mais surtout la peur (justifiée) qu'avait l'encadrement de ces séances.

Nous avions répété moultes fois le maniement des armes, le MAS 49 (démontage, nettoyage, graissage, remontage) et le FA-MAS. Nous avions suivi les cours définissant la hausse et le guidon[1], et expliquant les principes de la visée, c'est-à-dire la superposition de la "ligne de mire"[2] et de la "ligne de visée"[3]. Nous avions déterminé quel était notre œil directeur[4].

Il est par ailleurs fascinant de constater que plusieurs d'entre nous avaient les plus grandes difficultés à maitriser l'alignement de l'œil directeur, de la hausse, du guidon et de l'objet visé...

Ce n'est pas mon cas. J'ai vécu toute mon enfance dans une école primaire qui possédait un stand de tir dans la cour de récréation[5]. Et, par ailleurs, je fais parti des enfants ayant eu une longue expérience de la carabine "à patates"...

Bref, nous voici donc en colonne par quatre, attendant notre tour de nous allonger par terre en position dite du "tir couché", plus facile pour la visée, mais surtout moins dangereux pour l'encadrement. Bien entendu, le neuneu de la troupe a réussi à vouloir se lever pour indiquer que son arme s'était enrayée... avant de se prendre deux sergents et un caporal sur le dos, du moins à ce que j'ai pu entreapercevoir, occupé que j'étais avec le reste de la troupe à me plaquer au sol (ce qui n'est pas facile quand on est sur quatre colonnes...)

Cet incident réglé, nous avons repris la séance de tir. On nous remet religieusement nos trois balles (impressionnantes quand même) de FA-MAS, on prend la suite de nos quatre camarades précédents. Il faut placer les trois balles dans le chargeur, le chargeur dans le fusil d'assaut puis s'allonger et attendre le signal d'ouverture du feu. Tout le monde est très nerveux autour de nous.

Je suis allongé. Je vois distinctement la cible située à 50m. Je retire le cran de sureté de mon FA-MAS en plaçant mon sélecteur de tir sur le mode "coup par coup" (et non pas le mode rafale!). Je retiens ma respiration comme on nous l'a appris pour ne pas bouger et j'appuie doucement sur la queue de détente. BANG. J'expire, j'inspire, je retiens mon souffle, je vise, j'appuie doucement, BANG. J'expire, je transpire, j'inspire, je retiens mon souffle, je vise, j'appuie doucement, BANG. C'est fini. Je suis trop loin pour voir les impacts sur la cible. J'attends que mes trois autres camarades aient fini. Je me lève. Je cherche mes trois étuis sans lesquels je suis bon pour une bonne corvée. J'en trouve trois que je ramène à l'officier en charge de la séance de tir. L'encadrement souffle, pour l'instant personne ne s'est blessé.

Me voici en route par un chemin protégé pour aller chercher ma cible et connaitre mon score. Le but étant, non pas d'atteindre le centre de la cible, mais d'effectuer un tir groupé, le score est calculé de la façon suivante: les trois impacts forment un triangle, chaque côté est mesuré, le score est la somme des longueurs des trois côtés. Plus le score est petit, plus vos trois tirs sont groupés. Le meilleur tireur est celui qui a le score le plus petit. Ceux qui ratent la cible n'ont pas de score.

Ma cible n'a que deux trous...
Le caporal qui gère les cibles se moque de moi: "Ben alors, transmetteur Zythom, on n'a pas les yeux en face des trous! Ça m'étonne de vous!"
Moi: "Vous êtes sur caporal? J'ai fait trois tirs identiques. Je suis sur d'avoir mis mes trois balles dans la cible!"

Nous vérifions tous les deux de très près la cible: l'un des trous est très légèrement ovale, et en y regardant de très près, on constate qu'il s'agit de deux trous tellement proches qu'ils n'en forment plus qu'un. L'une des balles est passée à travers de trou de la précédente... Mon triangle est presque plat. J'ai eu le score le plus petit de la troupe.

J'en ai encore la larme à l'œil :)

Au final, une seule personne s'est blessée pendant cette séance de tir: brulure à la joue par un étui qui s'est éjecté du mauvais côté (le FA-MAS peut être configuré pour gaucher ou pour droitier, le tout étant de ne pas se tromper).

Mon euphorie a été de courte durée. Le soir, je passais la serpillère dans le bureau des sous-officiers parce qu'un de mes camarades de chambrée avait mal fait son lit (j'étais chef de chambrée, donc punissable à merci).

--------------------
Bibliographie sur les techniques de tir: http://www.astircreil.com/Techniques de tir.htm

[1] Les organes de l'arme permettant la visée sont: la hausse située en arrière du canon et le guidon placé à son extrémité avant.
[2] Ligne de mire: droite allant du centre de la hausse au guidon.
[3] Ligne de visée: droite théorique allant de l’œil du tireur au point visé en passant par les instruments de visée.
[4] Au niveau de la vision, un œil domine l'autre: c'est l'œil directeur. Pour le connaître, pointez un doigt, les deux yeux ouverts, sur une cible et fermez successivement un œil puis l'autre. L'œil appelé directeur est celui qui laisse votre doigt pointé sur la cible.
[5] Véridique. Mais le stand de tir était bien entendu fermé à clef et réservé à un club de carabine à plomb.

10 juin 2010

Justice fiction

Nous sommes en 2020, je prépare mon dossier de renouvellement pour rester inscrit sur la liste des experts judiciaires. Le temps a passé depuis l'année 1999 où j'ai été désigné pour la première fois, à 35 ans, pour mener à bien une expertise judiciaire.

Le temps a passé.

La Justice s'est modernisée, comme tout le monde d'ailleurs, mais parfois dans la douleur. J'ai été contacté ce matin sur mon téléviseur 3D Très Haute définition par l'Avocat-Juge qui souhaitait s'entretenir avec moi d'un dossier qu'il souhaite me confier. C'est vrai qu'en 10 ans, la grande profession du droit s'est fortement imposée, avec Avocats-Juges, Avocats-Greffiers, Avocats-Huissiers, Avocats-Avoués, Avocats-Conseils, Avocats-Notaires, etc.

La grande crise financière de l'Etat est passée par là. Nous sommes en 2020, et vous le savez bien, nos salaires d'aujourd'hui valent la moitié de ceux d'il y a dix ans, lorsque l'on compte en pouvoir d'achat.

Mais je reste optimiste, même si mes enfants continuent leurs études, ayant moins de trente-cinq ans, ils ne peuvent espérer trouver de travail avant l'âge mur. J'ai toujours la santé, ce qui est un avantage puisque je compte bien travailler au delà de l'âge légal de départ à la retraite qui cette année est de 67 ans. Après tout, je n'ai que 57 ans.

Je l'aime bien mon Avocat-Juge, et je crois que c'est réciproque. Nous ne nous sommes jamais rencontrés autrement que par visioconférence, son Avocate-Greffière, lui et moi, puisque la loi lui interdit de se déplacer à titre professionnel. Je crois d'ailleurs savoir qu'il n'a jamais rencontré non plus son Avocate-Greffière.

Je le soupçonne de m'apprécier, non parce que je le dépanne un peu avec son système de visioconférence, mais plutôt parce que je suis un des derniers experts judiciaires à travailler gratuitement. Il faut dire que je n'avais guère eu le choix lors de ma dernière demande de renouvellement, puisque maintenant quasiment tous les experts sont Avocats-Experts. Je reste un peu atypique uniquement parce que je suis marié avec une Avocate, et que je travaille un peu à l'ancienne, par passion plus que par nécessité. Je l'ai déjà bien fait rire avec mes notes manuscrites sur papier.

La grande privatisation de la Justice n'a pas été sans douleur: le Réseau Privé des Avocats (RPVA) en est à sa septième version et ne fonctionne toujours pas, les échanges électroniques entre les différents intervenants dans un dossier sont donc toujours délicats. Alors, avec mon Avocat-Juge, nous échangeons à travers un des nombreux systèmes proxy-VPN qui se sont mis en place depuis une décennie, grâce à (ou à cause de) la loi Hadopi III. Ces systèmes fonctionnement plutôt bien, avec un niveau de chiffrage très sur, ce qui m'incline à penser qu'ils auraient du être choisi par la grande profession des Avocats pour leur RPVA. Ils sont d'ailleurs maintenus gratuitement par une communauté d'internautes anonymes activistes de la liberté d'échanges.

Il faut dire que les lois sur la propriété intellectuelle ont été particulièrement durcies tout au long des années 2010 et les différents internets (l'internet chinois, l'internet indien, l'internet européen et l'internet américain) ont été obligés d'imposer des décisions à leurs opérateurs privés pour réguler tout le trafic crypté. Mais s'était sans compter sur la nature humaine et ses trésors d'imagination. Enfin vous connaissez la chanson. Mais l'internet africain plus jeune et dynamique est resté une terre d'échanges et d'hébergement.

Nous sommes en 2020 et mon Avocat-Juge voudrait savoir si j'ai les outils nécessaires pour procéder à l'analyse d'un iPad 8G+ qui aurait servi dans une affaire où des enfants de maternelle s'échangent des photos d'eux-même nus ou singeant des postures pornographiques. Devant ma réponse affirmative, il a pris un petit air gêné pour ajouter: "j'ai fait saisir par les Gendarmes-Policiers tout un ensemble de supports, dont de vieilles galettes plastiques." Pas de problème, lui ai-je répondu, vous savez que je conserve en état tout mes vieux appareils: lecteurs des anciens blu-rays et même des lecteurs de DVD et cédéroms. J'ai d'ailleurs un décapeur de galettes plastiques qui me permet d'effacer les rayures fréquentes sur ce type de support.

Il m'a quand même demandé si je pouvais me déplacer physiquement pour aller les chercher à la Cour d'Appel, seul bâtiment laissé à disposition pour le stockage des scellés. Je lui ai rappelé le prix du carburant extrait du goudron des anciennes routes et les travaux sur les pistes actuelles. Nous sommes tombés d'accord et il m'a adressé une délégation de paiement sur son compte palmaire.

Nous sommes en 2020 et le fonctionnement de la Justice est particulièrement canalisé par les assurances, en tout cas depuis que les procès sont devenus entièrement payants. Le nombre d'affaire a chuté dramatiquement. J'écris "dramatiquement" puisque, comme vous le savez, le nombre de crimes non traités a grimpé dans les mêmes proportions. En tout cas, c'est ce que me dit mon policier privé personnel qui me donne des chiffres très différents de ceux du gouvernement.

En tout cas, l'Avocat-Juge m'a donné un délai de trois mois pour faire mon rapport. Il y a des choses qui ne changent pas malgré le temps qui passe.

Et il sait que je respecterai le délai.

PS: J'ai écris ce billet sans utiliser les mots clefs interdits par les règles principales de filtrage sur les différents internets. Si votre navigateur (certifié par le gouvernement) ne permet pas de lire ce billet, merci de me le signaler avec le formulaire de contact anonyme que vous trouverez en haut à droite sur le blog.

07 juin 2010

Perquisition

Il est huit heures du matin. Les policiers frappent à la porte d'un pavillon. Je les accompagne.

J'ai prêté serment d'apporter mon concours à la Justice. Mais je suis dans mes petits souliers: je participe à une perquisition chez un particulier, et je dois dire que je n'aime pas ça.

Une femme nous ouvre la porte en peignoir. Un policier lui explique la procédure pendant que ses collègues entrent en silence. L'action est calme et nous sommes loin des clichés des séries TV. Une fois la maison explorée, les policiers m'invitent à entrer pour effectuer ma mission: le juge m'a demandé d'analyser les différents appareils informatiques présents dans la maison.

Il s'agit d'une affaire de trafic portant sur plusieurs centaines de milliers d'euros.

Depuis une semaine, je me prépare tous les soirs en essayant d'imaginer tous les cas techniques devant lesquels je peux tomber. J'ai un sac contenant un boot cd DEFT, des tournevis de toutes tailles et de toutes formes, stylos et bloc notes, un dictaphone numérique, un ordinateur portable avec carte réseau gigabit et disque de grosse capacité pour la prise d'image en direct, une lampe électrique, un bouchon 50 ohms et un connecteur en T, le live CD d'Ophcrack, un câble réseau, un prolongateur et un câble croisé, une boite de DVD à graver (et quelques disquettes formatées, cela sert encore...), une bouteille d'eau et un paquet de biscuits. Grâce aux lecteurs de ce blog, j'ai ajouté un appareil photo, un GPS, du ruban adhésif toilé et résistant, des élastiques de toutes tailles, des trombones, un clavier souple ne craignant pas l'humidité avec la connectique qui va bien, un tabouret en toile, des vis, patafix et colliers, une tour sur roulette avec carte SATA et quelques disques vierges de rechange, un ventilateur pour les disques, une petite imprimante, toute la connectique pour les organiseurs (Palms, Blackberry, iphone, etc.), des étiquettes/pastilles de couleur, des stylos et des feutres, un petit switch 10/100/1000, un câble série, un câble USB, une nappe IDE, une nappe SATA et des adaptateurs USB, SATA, IDE...

Pour l'instant, je tiens à la main une petite mallette avec mes principaux outils: bloc note, stylo et boot cd. Le reste est dans ma voiture. La maitresse de maison nous explique que son mari est en voyage d'affaire et ses enfants chez leur grand-mère. Elle est seule chez elle. J'ai un sentiment de malaise face au viol de sa vie privée. Décidément, je ne suis pas fait pour ce type d'intervention. L'OPJ sent mon désarroi et le met sur le compte de l'inexpérience. Il m'emmène au bureau de la maison où trône un ordinateur au milieu d'un paquet de disques durs extractibles. Mon travail commence.

J'explique à l'OPJ ma procédure de prise d'images. Il tique un peu quand je lui annonce mon estimation des durées. Bien sur, si j'avais été invité au briefing de la veille, j'aurais pu expliquer tout cela...

J'installe tout mon petit matériel dans un coin de la pièce, à même le sol. Je démonte les différents disques durs et les place dans ma "tour infernale" (mon PC d'investigation). J'ai l'impression que les policiers me regardent en pensant au professeur Tournesol.

Pendant les deux heures qui vont suivre, je vais étudier tous les papiers découverts par les policiers pour voir s'ils peuvent contenir des éléments de nature à me faciliter l'analyse inforensique des disques durs. Mais je ne trouve rien. La corbeille à papier est également vide IRL. Le monde moderne.

Les policiers s'ennuient un peu, quand finalement j'arrive à booter la première image dans une machine virtuelle VMware. L'un d'entre eux me dit en souriant: "finalement, deux heures pour démarrer un PC, c'est un peu comme chez moi". Je ne me laisse pas déconcentrer et pars à la recherche de tous les indices possibles.

Les mots de passe Windows sont vite découverts avec Ophcrack. L'historique internet me fournit une liste de sites visités, ainsi que plusieurs pseudos (en clair dans les url). Les historiques MSN me donnent plusieurs emails et identités numériques. J'explore les différents outils de messagerie installés: Outlook Express, Thunderbird, surtout les emails de création de comptes avec envoi de mots de passe. Je conserve tout cela précieusement car tout ceci me donne l'impression que le propriétaire du PC change régulièrement de pseudo.

La liste des mots de passe utilisés me donne une petite idée de la stratégie de choix de l'utilisateur: un mélange avec les prénoms de ses enfants et des dates qui s'avèreront être les dates du jour de création des comptes.

J'effectue une petite recherche des fichiers de grosses tailles qui met en évidence trois fichiers de 4 Go sans extension. Je tente le coup avec l'application TrueCrypt contenue dans ma clef USB "LiberKey". J'essaye les différents mots de passe trouvés précédemment et l'un d'entre eux marche sur un fichier, deux autres sur l'un des fichiers restants. Cela signifie donc qu'un utilisateur du PC connait TrueCrypt et l'utilise pour chiffrer des données dans un fichier protégé par le système à double détente de TrueCrypt. Mais il me manque encore quelques mots de passe.

Parmi les outils de mémorisation des mots de passe, le navigateur est le plus utilisé. Je lance le navigateur installé et vérifie dans les options appropriées la liste des mots de passe mémorisés en association avec différents comptes internet.

Je note tous les login/mot de passe des comptes. Je vérifie avec l'OPJ que mon ordre de mission m'autorise à me connecter sur les comptes internets. Un coup de fil au magistrat lève les doutes. Je fais consigner la démarche sur le PV. Je choisis en premier lieu le webmail le plus fréquemment utilisé. J'y découvre une quantité d'emails que je récupère avec le Thunderbird de ma clef USB. Et bien entendu, parmi ces emails, un certain nombre d'emails contenant des mots de passe.

Ce travail s'effectue en parallèle de la prise d'image des autres disques qui sont montés au fur et à mesure sous forme de machines virtuelles. Mais le travail initial permet d'accéder plus rapidement aux espaces DATA intéressant les OPJ. Une fois franchis l'obstacle du chiffrage et des mots de passe, l'outil essentiel est une recherche Windows avec les mots clefs fournis par les OPJ. J'ai une certaine préférence pour SearchMyFiles de chez NirSoft.

La perquisition se termine en fin d'après-midi. J'imprime tous les documents découverts. Je range mon matériel. Je rappelle à l'OPJ que ma mission se poursuivra le week-end suivant avec des analyses plus longues, en particulier des zones non allouées des disques durs. Suivra ensuite la rédaction du rapport et l'impression des annexes. Comme pour une fois, ce dossier ne contient pas d'images pédopornographiques, je vais pouvoir externaliser l'impression pour faire baisser les coûts.

En sortant de la maison, je présente mes excuses à la propriétaire.
Elle est en colère et me répond durement.
Je revois encore aujourd'hui la rage de son regard.
Je la comprend.