23 août 2010

Ad nauseam

Bon alors, là, c'est une série de photos d'un mariage. Avec toutes les scènes habituelles que l'on peut trouver classiquement. Voilà les invités, les amis, certainement la belle famille... Quelques photos d'enfants qui jouent dans le cortège, dans la salle des fêtes, dans le noir de la fête.

C'est quoi déjà l'intitulé exact de la mission: "rechercher toutes les images de nature pédopornographique". Bon, rien pour l'instant, des enfants qui jouent, ça n'est pas "pédopornographique". Même si quand on a l'intitulé de la mission en tête, toute image d'enfant devient suspecte. RAS.

Tiens, un fichier ZIP qui contient des images pornographiques. Un coup de baguette magique pour supprimer le mot de passe. 200 images. Bien. Des jeunes, des vieux, des jeunes filles en socquettes et tresses. Tout cela m'a l'air d'avoir l'âge requis malgré les épilations de rigueurs.

C'est quoi déjà l'intitulé exact de la mission: "rechercher toutes les images de nature pédopornographique". Bon, rien pour l'instant, du porno bien classique. C'est plus trash que "Bonjour Madame", mais rien de "pédopornographique".

Ah, c'est quoi ça? Elle me paraît très jeune cette petite. Ah oui, moins de 15 ans, peut-être bien moins de 10. Elle est en maillot de bain, mais prend des poses très suggestives. Les décors changent, mais c'est toujours elle, et toujours dans des poses très très suggestives. Ah, une autre petite fille! Et une autre encore. Plus de 1000 photos de petites filles dans des décors plus ou moins artistiques. Je suis très mal à l'aise devant mon écran d'ordinateur devant ce pseudo travail artistique de catalogue de mode bizarre.

C'est quoi déjà l'intitulé exact de la mission: "rechercher toutes les images de nature pédopornographique". Bon, rien de réellement "pédopornographique", mais quand même un peu. Je préfère laisser la décision aux enquêteurs. Les photos seront annexées au rapport d'expertise judiciaire.

Je continue l'étude du contenu de ce disque dur qui m'a été remis sous scellé. Je vérifie pour la nième fois que la porte de mon bureau est bien fermée à clef. Et mes trois enfants savent qu'il ne faut pas me déranger. Un dossier complet contenant des milliers d'images d'hommes. De la pornographie homosexuelle. Des images crues, des scènes torrides d'une sexualité que je ne partage pas.

C'est quoi déjà l'intitulé exact de la mission: "rechercher toutes les images de nature pédopornographique". Bon, on ne me demande pas d'informations sur les goûts sexuels de l'utilisateur du disque dur. Toutes les images LGBT sont à classer dans la catégorie normale. RAS donc.

Tiens, je retrouve l'un des messieurs présents sur les photos du mariage. Il se prend en photo dans sa salle de bain. Dans toutes les positions et sous toutes les coutures. Enfin les coutures... Ce doit être l'utilisateur du disque dur. C'est un peu bizarre de garder ce type de photos sur son ordinateur. A son âge.

C'est quoi déjà l'intitulé exact de la mission: "rechercher toutes les images de nature pédopornographique". On ne me demande pas mon avis personnel sur l'attitude "normale" à avoir dans l'intimité de sa salle de bain. RAS.

Un dossier contenant des bandes dessinées pour adulte. Des centaines de BD. Des milliers de pages à regarder. Tiens, il y a des mangas. Euh, des mangas adultes avec des représentations d'enfants en situation pornographique.

C'est quoi déjà l'intitulé exact de la mission: "rechercher toutes les images de nature pédopornographique". La loi punit la représentation d'un mineur présentant un caractère pornographique (source bulletin officiel du ministère de la justice n° 86, 1er avril - 30 juin 2002). Les images sont annexées au rapport d'expertise.

L'analyse continue ainsi, ad nauseam.

Je suis informaticien.
Je suis expert judiciaire inscrit dans cette spécialité.
Le magistrat qui me désigne le sait et me fixe une mission précise, technique.

On ne me demande pas mes opinions en matière de sexe.
On ne me demande pas de faire de la psychologie de comptoir en décidant ce qui est normal ou pas.

Quand j'ai un doute, ou que je me sens mal à l'aise, je ne dois pas me contenter de dire: je mets en annexe, les autres feront le tri. Il faut décider ce qui relève de la mission. Il faut décider ce qui relève de la dénonciation de crime.

Le reste, c'est la vie privée.
Et parfois, c'est dur de faire les choix, quand on sait qu'on peut briser une vie.

Mais briser la vie de qui? Celle de l'utilisateur du disque dur? Celle de sa prochaine victime s'il y en a une? La mienne?

------------------------------------
Image tirée du site officiel de la série télévisée Cold Case.

18 août 2010

Promotion 2015

C'est déjà l'effervescence dans mes équipes, bien que la mi-août soit à peine franchie. Il faut mettre l'école en ordre de bataille pour accueillir les étudiants, les nouveaux aussi bien que les anciens. Il y a des salles à reconfigurer, 75 ordinateurs à installer pour remplacer ceux devenus obsolètes, la sécurité à vérifier et toutes les améliorations à faire pour progresser dans la qualité (technique) de l'enseignement en tenant compte de toutes les remarques faites tout au long de l'année.

Il y a les commandes à faire, les commandes en retard, les demandes de dernière minute, les urgences imprévues. Il faut créer les comptes des nouveaux arrivants, les listes de diffusion, les groupes de TD et de TP...

Tiens, à propos des nouveaux, c'est quoi déjà le nom de la nouveau promo? La promotion 2015. Bien, et ils sont nés en quelle année ceux-là? En 1992?

1992, c'est l'année de mon doctorat...

Alors, je vais me prêter ici à un exercice classique, mais permettant de se remettre les idées en place:

Les étudiants qui ont 18 ans aujourd'hui et qui vont entrer dans l'école d'ingénieurs où je travaille (école en 5 ans sans classe prépa intégrée) sont nés l'année de la signature du traité de Maastricht également appelé traité de l’Union européenne. Cette Union comptait alors 12 pays membres.

C'est en 1992 que le nombre de domaines internets a franchi la barre du million (120 millions aujourd'hui). Il y a alors 26 sites web "raisonnablement fiables" dans le monde. Les navigateurs s'appellent Erwise et ViolaWWW. C'est aussi l'année de la naissance de NCSA Mosaïc, le premier navigateur web populaire.

Microsoft sort son Windows 3.1 (et Windows for Workgroups) se caractérisant par l'abandon du mode réel et la présence par défaut d'une police TrueType ainsi que de plusieurs polices utiles préinstallées.

Apple utilise encore une pomme colorée comme logo et étend sa famille Macintosh avec la gamme Performa.

1992 est aussi l'année du décès de John George Kemeny, mathématicien américain qui a développé le langage de programmation BASIC et de l'arrêt de la fabrication du ZX Spectrum.

Les étudiants de la promotion 2015 avaient deux ans lors de la découverte de la grotte Chauvet en Ardèche, trois ans quand le système GPS a été complètement opérationnel et cinq ans lorsque le robot Pathfinder se posa sur Mars. Ils avaient six ans lors de la sortie de Windows 98, soit l'âge que j'avais quand j'ai regardé l'homme marcher sur la lune pour la première fois.

Ils avaient neuf ans lors des attentats du 11 septembre 2001.

Purs produits de la génération Y, ils ne savent pas ce que c'est qu'une cassette audio ou un walkman. Pour eux, MP3 c'est un baladeur numérique, pas un format de fichier, un portable, c'est un téléphone et le minitel, le truc que mamie garde sur un napperon dans un coin. Ils n'ont jamais vu un cadran téléphonique rotatif et une cabine téléphonique, c'est un endroit (rare) pour appeler au sec avec son portable.

Ils ne savent pas ce que c'est qu'un monoski...

Maintenant que vous avez tous pris un petit coup de vieux, je vous rassure un peu: ils n'ont pas encore appris les joies des pointeurs de structures de pointeurs, ils n'ont pas encore compris qu'une probabilité nulle ne signifie pas nécessairement que l’évènement est impossible, ne connaissent pas encore les points d’Young-Weierstrass ni la norme ISO 9001...

Ils n'ont pas encore eu le temps de graver "i <3 u" dans le bois des tablettes des amphis.

Mais ils sont jeunes... eux.

17 août 2010

Le rempart

J'ai revu récemment le film "Des hommes d'honneur" avec Jack Nicholson et Tom Cruise. Il y a à la fin du film une scène d'anthologie où le personnage joué par Jack Nicholson craque et parle "vrai". Je n'ai pas résisté à l'envie de détourner cette scène sur un sujet qui m'est "cher". Extrait:
Nous vivons dans un monde qui a des murs, et ces murs doivent être gardés par des hommes en arme. Qui va s'en charger? Vous?

Je suis investi de responsabilités qui sont pour vous totalement insondables. Vous pleurez Santiago le P2P et vous maudissez les Marines HADOPI.

C'est un luxe que vous vous offrez. Vous avez le luxe d'ignorer ce que moi je sais trop bien. La mort de Santiago du P2P, bien que tragique, a probablement sauvé des vies. Et mon existence, bien que grotesque et incompréhensible pour vous, sauve des vies.

Vous ne voulez pas la vérité parce qu'au tréfonds de votre vie frileuse de tout petit bourgeois vous ME voulez sur ce mur, vous avez besoin de moi sur ce mur.

Notre devise c'est "Honneur Code Loyauté" "SACEM SCAM SCPP". Pour nous ces mots sont la poutre maitresse d'une vie passée à défendre des bastions. Chez vous ces mots finissent en gag.

Je n'ai ni le temps ni le désir de m'expliquer devant un homme qui peut se lever et dormir sous la couverture d'une liberté que moi je protège et qui critiquera après coup ma façon de la protéger.

J'aurai préféré que vous me disiez merci et que vous passiez votre chemin ou alors je vous suggère de prendre une arme et de vous mettre en sentinelle postée.

Jack Nicholson, dans "Des Hommes d'Honneur".

Alors "Code rouge" ?

16 août 2010

L'expert et l'avocat dans le procès pénal

Les rapports entre l'expert judiciaire et les avocats sont parfois complexes. Mais j'ai la chance d'avoir épousé une avocate, ce qui me permet d'avoir un décodage particulièrement efficace des us et coutumes de cette partie des gens de robe.

Pour illustrer le sujet, je laisse à votre appréciation plusieurs passages extraits de l'excellent mémoire de Philippe THOMAS "L'expert et l'avocat dans le procès pénal".
L'avocat doit défendre les intérêts des personnes qu'il représente, dans l'expertise son rôle appuie ou combat les conclusions d'une expertise, son objectif n'est pas de rechercher une quelconque vérité mais d'obtenir l'adhésion même momentanée du juge dans son argumentation qui sera reprise dans la motivation d'une décision.
Il s'agit ici d'une stratégie de la règle du contradictoire où un rapport de force s'engage contre «l'adversaire», car le magistrat jouit d'une liberté d'action dans la présentation du rapport d'expertise qu'il peut évaluer, rejeter ou entériner avant d'en faire ou non la source de sa décision.
Le recours à l'expert est un recours à «la personne qualifiée», à «l'homme de l'art», c'est le technicien, le comptable, l'artiste, le médecin etc. qui accepte de mettre son savoir au service de la Justice.

[...]

Le principe du contradictoire et de la contre-expertise sont par conséquent indispensables tout particulièrement dans les sciences humaines et les sciences appliquées plus favorables à l'interprétation subjective.
L'avocat ne doit donc pas sous-estimer la force d'un rapport d'expertise défavorable pour son client et doit agir en conséquence, notamment en cas de non-respect de la procédure, où quand la qualité du rapport d'expert est de mauvaise qualité, plein d'erreurs où entaché d'un vice de forme.

[...]

Les limites du débat contradictoire dépendent de la bonne ou de la mauvaise interprétation d'une expertise, la multiplication des techniques scientifiques peuvent nous conduire à envisager un nouveau métier de personnes capables de comprendre et traduire le même langage que l'expert judiciaire en jouant un rôle d'interface entre les parties en présence.
C'est devant cette évolution que selon toute vraisemblance, les avocats spécialisés supplanteront les avocats généralistes.
Mais dans sa culture, l'avocat français admet difficilement son incompétence dans un domaine en particulier, cela concerne plus les avocats généralistes et ce mode de pensée est appuyé par les centres de formation des avocats qui demandent une connaissance générale du droit processuel, cette position explique que la défense d'une partie peut être mal représentée si elle se situe en dehors du débat technique à l'instruction et à l'audience.
Le risque du hors-jeu est donc permanent quand des difficultés de compréhension apparaissent, ce qui engage la responsabilité professionnelle de l'avocat. Il est utile de rappeler à ce propos que l'avocat qui a prêté serment de probité a moins d'excuses pour le transgresser qu'un simple justiciable.
L'avocat qui cause un préjudice à son client peut être envisagé sous différentes hypothèses, il n'a pas été diligent, il a été négligent, inconséquent, absent ou franchement malhonnête et une procédure qui aurait pu être gagnée se retrouve perdue.

[...]

Il est dommage que le conseil national des barreaux (CNB) ne prenne pas véritablement en considération l'importante évolution de la situation.
Le CNB estimait en 2008 que «La complexité croissante du droit, de la procédure et des contentieux, impose une technicité accrue des avocats. En outre, la réponse aux besoins de notre clientèle, qui réclame toujours plus de compétences, rend nécessaire l'accession du plus grand nombre à une ou plusieurs spécialités.»
Mais dans la réalité l'avocat reste seul pour se remettre en question et redéfinir son rôle dans la représentation d'une partie. Nous prendrons par exemple, l'avocat spécialiste en finances, dans la réglementation bancaire avec à l'appui de sa formation juridique une seconde formation d'économiste.
Peut-il apprécier avec justesse les conclusions d'une analyse chimique ou de la configuration architecturale d'un logiciel ou bien de la différence qui existe entre l'ADN nucléaire et l'ADN mitochondrial?
C'est pourquoi l'avocat s'attachera à comprendre les tenants et aboutissants d'une expertise et veiller à une description intelligible du rapport qui éclaire les zones favorables aux intérêts du client.

[...]

Si le rapport contient des inexactitudes et/ou des conclusions préjudiciables pour le mis en cause ou la partie civile, l'avocat doit soumettre à l'expert des questions pertinentes et utiles aux intérêts de la partie qu'il représente.

[...]

L'avocat doit bien connaître le rapport d'expertise avant de reprendre les points qui posent un problème à son client, il peut s'agir de contradictions entre le rapport et les conclusions, d'un procédé expertal décrié, d'erreur de calcul, ou d'interprétations qui sont personnelles.
Il s'agit aussi de préparer la plaidoirie finale et d'essayer de redimensionner un rapport en adaptant un vocabulaire plus accessible dans un sens plus favorable à la partie que l'avocat représente.

[...]

Il s'agit pour l'avocat de déterminer la crédibilité d'une expertise qui apparaît comme un élément de preuve, ainsi lorsque cette dernière acquière une valeur préjudiciable à son client, l'avocat doit viser la légitimité de l'expertise et exposer les risques de la dénaturation.

[...]

Si les dépositions des témoins à l'audience sont en contradiction avec les conclusions de l'expert, le Président demande alors aux experts, au ministère public, à la défense et s'il y a lieu à la partie civile, de présenter leurs observations.
Les tribunaux ou les Cours peuvent alors décider, soit de passer outre le témoignage qui viendrait contredire une expertise, soit de décider le renvoi du jugement à une date ultérieure ainsi toute mesure complémentaire d'expertise pourra être demandée.
Lorsque l'accusation repose sur l'expertise, l'affaire est renvoyée pour un complément d'expertise, cependant le budget du ministère de la Justice et l'encombrement des tribunaux ne favorisent pas ce genre de décision.
Sans renvoi, l'avocat doit se débrouiller avec ce qu'il a, c'est à dire un rapport d'expertise contredit par les témoignages, l'habilité du plaideur doit seconder habilement la parfaite connaissance du rapport d'expertise.

[...]

La souveraineté des Juges ne garantit pas l'équité dans un procès, c'est donc à l'avocat de veiller au principe du contradictoire, c'est ainsi qu'il soumettra ses conclusions qui oblige le juge à une réponse tant sur la forme que sur le fond.

Le mémoire est consultable dans son intégralité ici "Philippe THOMAS "L'expert et l'avocat dans le procès pénal".

11 août 2010

USA 2010

Trois semaines de vacances de rêve, enfin pour ceux qui aiment la randonnée...

Cela fait maintenant plusieurs fois que ma tribu décide de partir aux Etats-Unis pour visiter les parcs nationaux en camping sous tentes. Et quand je dis tribu, je veux dire quatre adultes et sept enfants de 8 à 19 ans (la majorité alcoolique est encore à 21 ans là-bas), le tout reparti dans deux grosses voitures de 2 tonnes (louées pour 3 semaines pour 800 euros!) et dans quatre tentes Quechua ultra légères (c'est comme ça que nous reconnaissions facilement les français là-bas;).

Voici le programme effectué, si vous souhaitez utiliser les services de la compagnie Zythom-Tour:
- Atterrissage à Phoenix (Arizona). 1ère nuit dans un hôtel grand luxe qui brade ses chambres l'été (pour cause de chaleur: 46°C à l'ombre - 85$ la nuit pour une chambre de six)
- 1er jour: Montezuma Castle National Monument et Wupatki National Monument. Camping.
- 2e jour: Sunset Crater Volcano National Monument. Arrivée à Grand Canyon National Park et repérage de la randonnée du lendemain. Camping à Desert View.
- 3e jour: Descente à pied dans le Grand Canyon en suivant le chemin de randonnée "Bright Angel" jusqu'à "plateau Point", soit 1000 m de dénivelé sous 40°C. Chacun de nous porte deux bouteilles d'eau que nous remplissons à chaque point d'eau sur le parcours. Par bonheur, nous avons effectué la remontée sous un orage bien rafraichissant.
- 4e jour: Navajo National Monument. Le camping prévu est plein, le plan B est jugé trop sommaire, le plan C est une maison dans le motel San Juan (avec douches et baignade dans la rivière;)
- 5e jour: Monument Valley Navajo Tribal Park (en voiture). Camping Sand Island (avec pétroglyphes).
- 6e jour: Visite de "Valley of The Gods", puis de Hovenweep National Monument. Camping Morefield (avec douches gratuites).
- 7e jour: Visite de Mesa Verde National Park.
- 8e jour: Anasazi Heritage Center museum. Camping Squaw Flat.
- 9e jour: Randonnée de 20 km dans Canyonlands National Park à partir de "Elephant Hill" jusqu'à Druid Arch avec retour à pied au camping. Le soir, nous dévorons nos S'mores bien méritées...
- 10e jour: Pétroglyphes de Newspaper Rock State Historic Monument, puis visite de Arches National Park (rando de 5 km pour voir Delicate Arch au coucher du soleil). Camping.
- 11e jour: Retour à Canyonlands pour voir "Island in the sky" et la Green River. Fin de journée à "Arches" pour une petite rando dans "Devil's Garden". Hôtel à Moab.
- 12e jour: Capitol Reef National Park. Randonnée "Old Wagon Trail" (2h). Camping Fruita.
- 13e jour: Grosse journée randonnée dans Capitol Reef: Cohab Canyon, Frying Pan (la bien nommée), Cassidy Arch et Grand Wash. Au retour, baignade sous une cascade et visite des pétroglyphes Frémont et d'une école mormone.
- 14e jour: Kodachrome Basin State Park. Deux randos: "Grand Parade" et "Shakespeare Arch". Camping du parc.
- 15e jour: "Scenic Drive" de Bryce Canyon National Park. Randonnée "touristique" dans le parc. Camping Sunset.
- 16e jour: Le "clou" du voyage, une randonnée en backpacking dans Bryce Canyon pour dormir dans un background campground. Nous sommes seuls dans la nature sauvage. Il faut transporter sa nourriture, son couchage, sa tente et tous ses déchets. Départ de "Bryce Point" sous les yeux amusés des américains qui prennent en photos les plus petits enfants (8 et 9,5 ans) avec leurs sacs à dos. Camping à "Yellow Creek Group Site" après 6,5 km.
- 17e jour: Retour de back campground avec une rando de 14 km chargés comme des mules. Il faut en plus porter son eau (pour 11!) car il n'y a pas de point d'eau. Sortie du canyon par "Whiteman Connecting Trail". Cette randonnée est mon plus beau cadeau d'anniversaire pour mes 2F ans... Camping à Red Canyon Campground.
- 18e jour: Retour dans la masse touristique à Zion National Park avec randonnée en tong sur "Emerald Pool", "Riverside Walk" et "Weeping Rock". Camping Watchman.
- 19e jour: Grosse randonnée dans Zion: Angels Landing (attention au vertige!) et West Rim Trail jusqu'à "Cabin Spring".
- 20e jour: Pipe Spring National Monument. Retour à Grand Canyon, mais côté North Rim. Coucher de soleil sur Grand Canyon à observer à "Cape Royal". Camping Kebab National Forest.
- 21e jour: Retour vers Phoenix, arrêt à Navajo Bridge. Hôtel à Phoenix.
Et voilà. Le tout pour 3900 km en voiture.
De retour en France, nous avons tous dormi 16h d'affilé.
Et j'ai encore les jambes douloureuses d'avoir autant marché.
Mais cela en valait vraiment la peine, surtout avec les enfants.
Il ne me reste plus qu'à trier les 3400 photos prises par nos quatre appareils numériques.

------------------------
La photo illustrant ce billet est pour une fois de votre serviteur et représente des pétroglyphes de Wallpaper Rock dont un me fait penser à un satellite artificiel moderne...