23 mars 2011

L'arrivée des beaux jours

Faire son service militaire, c'est aussi faire connaissance avec des opinions nouvelles, en particulier dans le domaine de la capilliculture. C'est arriver tous différents, et devenir tous identiques. L'égalité républicaine de la longueur du cheveux.

Et cette longueur égalitaire s'obtient avec un instrument d'une simplicité militaire: le sabot. Il s'agit d'un élément de plastique que l'on ajoute à la tondeuse électrique et qui permet de garantir, pour peu que l'on sache s'en servir, une longueur constante de cheveux. Il y a donc plusieurs sabots, chacun correspondant à une longueur désirée: sabot de 2, de 4, de 6, etc. J'ai très vite compris que les numéros correspondaient à une mesure de longueur en millimètre.

Dans ma caserne, ils utilisaient le sabot de 4mm. C'est peu. Très peu.

Remontons de quelques jours en arrière. J'avais reçu ma convocation m'indiquant qu'après moultes reports en raison de mes études, la patrie souhaitait qu'enfin je me présente tel jour à telle heure en gare de Lille, muni d'un minimum d'effets personnels et de la présente convocation, pour un voyage gratuit vers l'Allemagne. Ledit voyage a duré quand même 12h, notre train militaire s'arrêtant en chemin dans à peu près toutes les arrières gares, loin du public, afin que personne ne soit blessé par les objets passant par les fenêtres (en majorité des cannettes de bière, qui à l'époque étaient essentiellement en verre). Je précise également qu'il n'y avait que des appelés du contingent dans notre (très) vieux train, avec des membres de la police militaire quelque peu débordés par cette jeunesse enthousiaste.

Une fois arrivé à la caserne, nous fûmes briefés par les gradés, répartis dans les chambrés et autorisés à dormir un peu.

Le cycle de sommeil a vite été perturbé par un réveil à 5h du matin par des gradés nous demandant (de manière très sonore) de descendre nous mettre en tas en rang en groupe afin d'écouter le programme de la journée: distribution du paquetage, apprentissage de la marche au pas et passage chez le coiffeur.

Pour une raison que j'ignore, nous n'avons pas pu passer chez le coiffeur le premier jour, mais le troisième jour. Ce qui fait que pendant trois jours, la caserne a hébergé plus d'une centaine de jeunes hommes aux longueurs de cheveux très diverses. Cela a, semble-t-il, choqué de nombreuses huiles, au point donc que le troisième jour, une armada d'appelés s'est occupée de nous.

Nous voici donc encore en file indienne dans les couloirs de la caserne, attendant notre tour sans trop savoir à quelle sauce nous allions être mangé. Les militaires ont le chic pour créer des situations où l'on attend derrière une porte à travers laquelle filtre une certain nombre de bruits effrayants, et où les suppliciés sortent par une autre porte.

J'entre à mon tour, avec trois autres condamnés.

Quatre fauteuils nous attendent. Le sol est jonché de cheveux. Je réponds poliment aux blagues qui fusent des appelés-apprentis-coiffeurs. Je prends place dans l'un des fauteuils. Dans le fauteuil d'à côté, l'appelé a la longue chevelure des adeptes du heavy metal. Il sera ma chance en focalisant toute l'hilarité haineuse des coupeurs de tifs. Ils lui "dessineront" quelques signes cabalistiques indiens avec la tondeuse électrique.

Je suis ressorti avec le crâne rasé à 4mm.

De retour dans nos chambrés, impossible de nous reconnaître les uns les autres. Le lendemain matin, lorsque les cris des gradés nous tiraient du lit et que je me trainais jusqu'à la salle de bain commune, un réflexe m'avait fait prendre mon peigne dans ma trousse de toilette. Je regardais tristement dans la glace ce visage étranger avec la main levée pour se coiffer. L'ombre d'un sourire l'a éclairé: je n'aurais plus besoin de me coiffer pendant plusieurs semaines. Dans un coin de la salle de bain, un appelé pleurait en silence. Je reconnus mon voisin de torture adepte du métal lourd.

Dans la cour, le lieutenant nous a dit:
"Transmetteurs, avec l'arrivée des beaux jours, un vent frais vous rafraichira la tête".
Une phrase creuse dont seuls certains ont le secret.

C'était la fin de ma coupe à la Beatles.
Et maintenant, avec le recul, je sais que c'était la fin d'une période de ma vie.
Une période importante qu'on appelle la jeunesse.

11 commentaires:

  1. Ainsi c'est cela que vous a inspiré l'image que vous aviez trouvé ?
    Il y a des moments où je suis heureux de ne pas avoir fait de service militaire.
    Même si cela pouvait apporter quelque chose, me faire raser et obéir est un peu trop pour moi ^^

    RépondreSupprimer
  2. "me faire raser et obéir est un peu trop pour moi" est un peu réducteur quand même : le service militaire avait quand même un rôle social en mélangeant des personnes issus de mileu différent. De mémoire, il y avait aussi une (relative) solidarité.
    Et aussi culturel : tout une panoplie de jeu pour boire :D

    RépondreSupprimer
  3. c'est un passage nécessaire vers un but qui nous dépasse, la défense de valeurs communes ,malheureusement de nos jours on a les cheveux longs, beaucoup de droits et bien peu de devoirs

    RépondreSupprimer
  4. @ deny : on a toujours autant de devoirs... mais on ne veut plus les accomplir...

    RépondreSupprimer
  5. J'ai la chance d'avoir hérité des cheveux de mon père, qui à 66 ans, a encore une sacrée tignasse désormais bien grise.

    Bizarrement, chevelu hard-rocker depuis l'adolescence, je me suis coupé les tifs de moi-même, près de 10 ans après avoir commencé à me les laisser pousser, pour ne pas rester esclave de mes habitudes.

    Bon, je me suis pas rasé la tête non plus, reconnaissons-le. Mais j'ai abandonné plus de 40 centimètres aux ciseaux de mon gentil coiffeur hongkongais.

    Quelques années plus tard ...ils ont entièrement repoussé. Décidément, mes cheveux et moi c'[est une histoire de "pousse-toi de la que je m'y mette." ^^

    RépondreSupprimer
  6. @deny: Les devoirs en sois ne sont que l'exercise du pouvoir de l'Etat. Rien de bon. Ce n'est que quand les devoirs protegent les droits des autres qu'ils deviennent une bonne chose.

    RépondreSupprimer
  7. Moi j'avais demandé sans sabot. Hou les coups de soleil dans le cou. Mais quel bonheur de se laver la tête avec un gant de toilette.

    RépondreSupprimer
  8. @Deny : c'est un passage nécessaire vers un but qui nous dépasse, la défense de valeurs communes...

    comme boire, fumer, et glander

    ;->

    RépondreSupprimer
  9. Cher Zythom,

    Le service militaire semble avoir marqué votre vie de manière profonde et indélébile.

    A vous lire, j'ai la vague impression de déceler de vos sentiments une certaine nostalgie, et tout particulièrement lorsque vous dîtes :
    "Et maintenant, avec le recul, je sais que c'était la fin d'une période de ma vie.
    Une période importante qu'on appelle la jeunesse. "
    Ainsi, permettez moi de vous demander :
    Croyez-vous que vous avez eu besoin de faire votre service militaire pour devenir un homme ?

    RépondreSupprimer
  10. @JohanH Comme tout le monde, j'ai été marqué par de nombreux évènements, en bien ou en mal, tout au long de ma vie. Le service militaire en fait parti.

    Ce n'est pas le service militaire qui m'a fait grandir, c'est la somme de toutes ses expériences marquantes.

    Je considère que je ne suis pas encore complètement devenu un homme, si tant est que je le devienne complètement un jour.

    Il reste encore un peu d'innocence, de naïveté et d'adolescence en moi. Et j'espère que cela durera.

    Le service militaire n'a pas fait de moi un homme. Il s'est déroulé à un moment charnière de ma vie.

    RépondreSupprimer
  11. Un retour à la tondeuse s'opère souvent au delà de la quarantaine... Pas vraiment par nostalgie, mais par la nécéssité d'un dégarnissement qui déséquilibre si vite la chevelure que l'on se dit que tout ratiboiser toutes le 3/4 semaines est un moindre mal!

    Mais ça n'empêche pas de continuer à aimer les beaux jours et les jupes qui raccourcissent: Comme on dit, "il n'y a jamais beaucoup de végétation au sommet des volcans"...

    RépondreSupprimer

Lectrice, admiratrice, avocate, magistrate, programmeuse, dessinatrice, chère consœur, femmes de tous les pays, lecteur, j'ai toute confiance en vous pour prendre bien soin de vérifier que votre prose est compatible avec les normes orthographiques et grammaticales en vigueur. Et si vous pouviez éviter les propos insultants ou haineux, je vous en serais reconnaissant.
N'hésitez pas à respecter ces quelques règles qui peuvent même s'appliquer en dehors de ce blog.

Les commentaires sur ce blog sont modérés. Votre message apparaîtra sur le blog dès que le modérateur l'aura approuvé. Merci de votre patience.