15 mars 2011

Mâles venus

Nous sommes deux devant la maison. Le temps est maussade, il fait plutôt frisquet dans le vent et le ciel est menaçant. Il est 10 heures du matin.

La petite maison est plutôt proprette avec son jardin et ses belles clôtures toutes neuves. Entourée de terrains vagues, elle n'en paraît que plus jolie dans son isolement, comme une tâche de couleurs dans un univers gris.

J'ai dans ma mallette tout le nécessaire pour une intervention en territoire technique inconnu. Je ne sais même pas combien d'ordinateurs je vais devoir analyser, ni leur âge, ni les systèmes d'exploitation que je vais affronter. Je sais simplement quelles données je dois rechercher, et encore, c'est un peu flou. Une mission floue dans un paysage gris.

L'ordonnance qui me concerne a désigné également un huissier. Chaque métier a ses détracteurs, ses clichés et sa croix à porter. Le métier d'huissier de justice porte, à mon humble avis, un lourd tribut à cette règle. Pourtant, à chaque fois que j'ai eu à travailler avec des huissiers, je n'ai rencontré que des personnes affables, compétentes et plutôt sympathiques.

Les huissiers de justice doivent parfois faire des constatations sur du matériel informatique. Ils se sont très vite formés à la spécificité du domaine, en particulier lors des constats internet à faire après s'être assuré que le cache du navigateur a bien été vidé.

La plupart des huissiers que j'ai rencontré maitrisent très bien l'informatique. Mais parfois, les magistrats souhaitent qu'ils soient assistés d'un informaticien, auquel cas ils désignent un expert judiciaire en informatique. D'où ma présence parfois à leur côté.

L'huissier sonne au portillon. Il y a de la lumière dans la maison. Une voiture est garée devant l'entrée. Tout est calme aux alentours.

Un volet roulant remonte devant la baie vitrée. Le voilage se soulève. Un visage de femme apparaît. Elle nous regarde sans sourire.

L'huissier est vêtu d'un costume sombre, il tient une sacoche à la main. J'ai un grand manteau noir, un costume passe partout, une cravate dont j'ai eu du mal à faire le nœud ce matin. Et ma mallette à la main. Nous sommes deux représentants de la Justice, investis du pouvoir d'investigation. Nous sommes deux hommes en gris observés par une femme derrière une baie vitrée.

Je ne sais pas pourquoi, mais je pense aux Men in Black.

Le voilage retombe.
La porte reste close.
L'huissier sonne une nouvelle fois.
Plus rien ne bouge dans la maison.

"Heu, on fait quoi, là, Maître?".
"Rien, l'ordonnance ne mentionne pas l'emploi de la force publique pour entrer".

Nous avons attendu 10 minutes, sonné plusieurs fois. Puis nous sommes repartis. Deux hommes puissants, la queue entre les jambes...

Deux heures de route, une heure de préparation, un peu de stress face à l'inconnu. Pour rien. Dans la voiture, sur le chemin du retour, je pousse un soupir de soulagement. Je n'aime pas ce type de mission.

5 commentaires:

  1. Question: qu'en est-il de vos honoraires dans ces cas là? Ils sont pleinement payés ? Vous avez un forfait? Pas payé du tout?

    Enfin payé… sous 48mois, s'entend ;)

    RépondreSupprimer
  2. @ook? ook! J'ai beaucoup de mal à faire une note de frais dans ce genre de cas. J'ai l'impression de voler l'Etat. Dans mon souvenir, j'ai facturé le déplacement sur la base des tarifs fiscaux. Et je confirme, la note n'est toujours pas réglée...

    RépondreSupprimer
  3. Deux hommes
    + En gris
    + Avec une malette
    = témoins de jéhovah

    Je n'aurais pas non plus ouvert la porte. La prochaine fois, annoncez qui vous êtes, y'aura peut-être plus de chances qu'on vous ouvre :)

    RépondreSupprimer
  4. @Jhon: Un courrier en recommandé et plusieurs passages n'y ont rien changé. Je pense que le nombre important de procédures en cours ont certainement plus joué que notre tenue...

    RépondreSupprimer
  5. il me semblait qu'un serrurier allait de concert avec un huissier lors des interventions

    RépondreSupprimer

Lectrice, admiratrice, avocate, magistrate, programmeuse, dessinatrice, chère consœur, femmes de tous les pays, lecteur, j'ai toute confiance en vous pour prendre bien soin de vérifier que votre prose est compatible avec les normes orthographiques et grammaticales en vigueur. Et si vous pouviez éviter les propos insultants ou haineux, je vous en serais reconnaissant.
N'hésitez pas à respecter ces quelques règles qui peuvent même s'appliquer en dehors de ce blog.

Les commentaires sur ce blog sont modérés. Votre message apparaîtra sur le blog dès que le modérateur l'aura approuvé. Merci de votre patience.