29 novembre 2011

Les soutenances

Travailler dans une école d'ingénieurs, c'est être éternellement en contact avec une population qui a toujours le même âge: entre 18 et 25 ans. C'est aussi avoir à faire à des activités qui reviennent de manière cyclique.

Il en va ainsi des soutenances de stages.

Nos étudiants sont particulièrement bien formés à cet exercice. Non seulement l'école a mis en place un programme important de formation humaine, mais les étudiants doivent très souvent se confronter à la présentation orale de leurs travaux. J'aurais tellement aimé avoir été formé de la même manière, ce qui m'aurait évité cette voix chevrotante...

Je les envie donc quand ils arrivent à se mettre en valeur, sans excès, dans cet exercice délicat qu'est la prise de parole en public, face à un jury. Certains grâce à de petites fiches qu'ils tiennent au creux de leur main, d'autres par un entrainement intensif coaché par leurs camarades, et tous guidés par leurs professeurs. Cela me renvoie à ma piteuse solution de soutenance de thèse où j'avais écrit sur le cadre cartonné de mes transparents l'intégralité des deux heures de discours que j'ai infligé à mes amis et ma famille (le jury avait l'habitude)...

Parfois la soutenance a lieu par visioconférence. En effet, j'ai mis en place un système professionnel (IP ou RNIS) permettant à l'étudiant effectuant son stage loin de l'école d'avoir à éviter d'y revenir uniquement pour sa soutenance, sachant que souvent une embauche est en jeu à la fin du stage (ou un peu de vacances sur place avant le grand saut dans la vie active).

Mais les conditions sont strictes: des essais doivent être faits 3 semaines avant la date de soutenance, les outils techniques utilisés doivent être parfaitement compatibles avec notre système de visioconférence H323/H320, l'image et le son doivent être de qualité suffisante pour le confort du Jury (éclairage, qualité du micro, bande passante...) et l'on doit voir avant tout l'étudiant plutôt que ses visuels (visuels qui doivent être adressés quelques heures avant la soutenance au jury). Exit donc les outils tels que Skype ou MSN, webcam et portable sur les genoux, qui font pourtant les délices de certaines soirées estudiantines (et pas que).

Je suis toujours ému de voir un étudiant faire sa soutenance en direct d'un pays lointain où le jour ne s'est pas encore levé alors que nous sommes en plein après-midi. J'ai toujours un petit mot gentil lors de l'établissement de la connexion, pour essayer d'enlever un peu de stress, et j'aime bien la petite discussion que l'on peut avoir en tête à tête en fin de soutenance après que le jury soit parti, quand le stress a disparu depuis longtemps et que l’adrénaline coule toujours. J'y découvre à chaque fois l'aboutissement de cinq longues années d'études, la transformation d'un ancien lycéen en jeune adulte et les efforts récompensés des enseignants et de l'étudiant.

Parfois, la technique est difficile à maitriser. L'étudiant doit savoir parler clairement, avoir une gestuelle adaptée, gérer ses visuels, parfois faire la démonstration d'un logiciel ou d'un appareil, gérer son stress, la pression. A cela s'ajoute donc une caméra, un micro, un jury présent sur une télévision. Il faut s'adresser à chacun, paraître détendu, compétent, maîtriser son sujet, parler au nom d'un travail d'équipe tout en se mettant soi même subtilement en valeur... Il faut répondre aux questions, il faut être à l'aise dans ces vêtements "du dimanche" soudain trop serrés, il faut s'éponger le front avec élégance.

Parfois la visioconférence est coupée. Il faut remettre en marche le système, reprendre le fil de l'exposé. Parfois, c'est l'image qui se fige, moment de désarroi pour l'étudiant comme pour le jury. Lorsque la visio se fait depuis le bout du monde dans un pays où les réseaux sont saturés, tout le monde comprend. Mais lorsqu'elle se fait depuis un pays développé, voire depuis une région française toute proche, les regards se tournent vers moi avec un zeste d'impatience: "Ah, la technique, toujours des problèmes..."

Mais le fil rompu est toujours renoué, les téléphones sonnent, le contact est repris, les systèmes se synchronisent de nouveau et tout repart comme par magie.

En fin de journée, les étudiants sont contents que l'épreuve soit passée, les jurys satisfaits de la prestation de leurs étudiants, et les techniciens lessivés d'avoir soutenu le système parfois à bout de bras et à coup de plans B.

C'est tout cela qui me fait aimer les soutenances.
Mieux qu'un aboutissement, la fin d'un cycle.
Pour eux, et pour moi.

8 commentaires:

  1. Je dois avouer que lorsque je repense aux soutenances, j'ai un petit pincement au cœur.
    Maintenant je suis très surpris par 2 heures de soutenance pour un doctorat. Pour ma soutenance, je n'avais que 45' pour défendre ma thèse. Et sous le stress ce jour là, j'en ai mis 40'.

    RépondreSupprimer
  2. @Sanjuro: C'était une autre époque, dans un système qui n'existe plus, celui des assistants professeurs ;-)

    RépondreSupprimer
  3. C'est vrai qu'après une soutenance de fin d'étude, on se sent changé, comme si une page était définitivement tournée ( bon c'est un peu le cas ).

    PS: sur mobile le fond du site est blanc :/ ( je préfère le noir :) )

    RépondreSupprimer
  4. Par curiosité si ce n'est ni Skype, ni MSN,quelle est la solution utilisée par vos étudiants et vous ??

    RépondreSupprimer
  5. @Gui: Nous avons un système Aethra et un autre de marque Polycom. Les deux donnent pleine satisfaction.
    Par contre, j'envisage de plus en plus un système compatible SIP.

    RépondreSupprimer
  6. Et moi je repense à ma soutenance sans vidéo-projecteur à écrire à la craie sur le tableau le plan de mon exposé... (surtout quand on écrit mal)
    A part éviter les bullet points, c'était la honte assurée :)

    RépondreSupprimer
  7. Très joli billet, ça fait plaisir de vous relire :)

    RépondreSupprimer
  8. Je pense aux responsables de mon Master qui penses à la vidéo soutenance.
    Vu les moyens technique que cela semble demander, et le peu de moyens que nous arrivons à obtenir en général, j'ai le sourire aux lèvre quand à leur ambition.
    Très intéressant post

    RépondreSupprimer

Lectrice, admiratrice, avocate, magistrate, programmeuse, dessinatrice, chère consœur, femmes de tous les pays, lecteur, j'ai toute confiance en vous pour prendre bien soin de vérifier que votre prose est compatible avec les normes orthographiques et grammaticales en vigueur. Et si vous pouviez éviter les propos insultants ou haineux, je vous en serais reconnaissant.
N'hésitez pas à respecter ces quelques règles qui peuvent même s'appliquer en dehors de ce blog.

Les commentaires sur ce blog sont modérés. Votre message apparaîtra sur le blog dès que le modérateur l'aura approuvé. Merci de votre patience.