17 février 2011

Dirdir, expert traductrice interprète

Je reçois aujourd'hui sur mon blog, une invitée d'une partie du monde de l'expertise judiciaire que je ne connais pas beaucoup, mais que les avocats rencontrent régulièrement, et souvent dans des circonstances dramatiques: l'expert traducteur interprète.

Extrait de la revue "Experts":
"L’expert traducteur-interprète est un expert judiciaire. Comme tel, il doit avoir un certain niveau de formation juridique, bien qu’il ne soit pas essentiellement un juriste. Le droit régit la vie des peuples, et le traducteur est celui qui connaît cette vie des peuples, où le droit s’incarne. Le traducteur n’est pas expert dans une branche déterminée, même si certains se sont spécialisés en droit, en médecine ou en mécanique. Le traducteur est un généraliste dans les matières qu’il traduit et un spécialiste en langue. Sa formation permanente comme auxiliaire de justice est double : dans sa spécialité, la langue, et là, elle échappe au contrôle des magistrats, et dans le domaine juridique, et là, elle requiert les orientations de ces derniers."
Dirdir, puisque ce sera son pseudonyme sur ce blog[1], est un expert judiciaire[2] tout juste inscrit sur la liste probatoire de deux ans. Elle nous fait part de ses premières impressions.



Par Dirdir:

Je comprends immédiatement que nous sommes les parents pauvres de l’expertise judiciaire. Dès le jour de la prestation de serment, je vois bien, comment ne pas en être frappée, que nous ne sommes pas comme les autres. Il est aisé de nous distinguer: nous sommes des femmes, nous sommes jeunes, nous appartenons visiblement à la classe moyenne, et nous sommes souvent des étrangères. Les autres? Hommes blancs, 50 ans, costumes bien coupés. Des hommes d’affaires, des hommes de pouvoir. Je me sens minable, mal habillée, pourtant je suis belle, je suis élégante, mais tout me renvoie au fait que je n’appartiens pas au même monde.

Une fois rentrée chez moi, je me documente. Statistiques: les traducteurs interprètes sont les plus mal payés de tous les experts. Résumé d’un article de sociologie: des experts marginaux à l’activité invisible et dévalorisée. Chroniques de la revue Expert: les conditions de travail sont difficiles, on n’est jamais informé du contenu des affaires sur lesquelles on doit travailler.

Lors des formations, nous suivons un cycle commun à tous les experts en période probatoire, les interventions ne nous concernent quasiment pas. C’est intéressant, on y apprend maintes choses, mais cela ne nous concerne pas. Les anecdotes ne nous concernent pas. Le principe du contradictoire ne nous concerne pas. La rédaction d’un rapport d’expertise ne nous concerne pas. La manière dont on doit s’exprimer si on est appelé à la barre aux assises ne nous concerne pas. Nous, ce qu’on aimerait savoir, ce sont plutôt des choses comme: si un terme juridique n’a pas d’équivalent parfait, comment on le traduit, est-ce qu’on a le droit de mettre une note de bas de page? De quelle manière peut-on se préparer efficacement aux séances d’interprétation? Ainsi que: comment remplir un mémoire de frais, à qui l’envoyer, quels sont les délais de paiement. Pourtant, et c’est tout le paradoxe, nous représentons un pourcentage non négligeable des experts probatoires. Je le sais, je connais les chiffres.

Je commande mes cachets. C’est un grand plaisir, mes cachets, mes beaux cachets, ne le dites à personne, mais je passe ma journée à tamponner des feuilles de brouillon, juste pour voir l’effet que cela me fait, expert traductrice interprète, avec mon nom et mon prénom, mon adresse, ma cour d’appel. La nuit du nouvel an, c’est encore plus idiot, au moment de lever ma coupe de champagne pour trinquer, je m’écrie, ça y est, je suis officiellement expert judiciaire. Car je suis si fière, si fière d’avoir été nommée expert, c’est un vieux rêve que de travailler pour la justice, j’ai toujours adoré le droit, le monde judiciaire, c’est tellement important la justice, qu’y a-t-il de plus important que la justice?

Entrer dans une société secrète. Je suis sûre que tout le monde le pense, il y a cette jouissance, oui cette jouissance à faire désormais partie d’un cercle particulier. Quelque chose d’exclusif, où on ne pénètre pas comme cela. Je balaie de mon esprit le fait que les critères de sélection sont opaques, que si ça se trouve, je n’ai pas du tout été choisie pour mes diplômes, mes compétences, mes expériences, je balaie tout cela et je me raconte en toute mauvaise foi une belle histoire, si je suis expert ce n’est pas par hasard, c’est que je le mérite, la sélection est rude et j’ai été élue, regardez comme je brille de mille feux. Et je le reconnais, je le confesse, la carte de visite, la signature à la fin des courriels, la mention sur le CV, je me suis précipitée sur tous ces gadgets, j’ai marqué expert judiciaire partout où je le pouvais.

Je croyais bêtement qu’on était un peu égaux, entre experts. Que j’étais autant expert judiciaire que les autres. Mais non. Nous sommes une catégorie à part, c’est l’évidence même, ne serait-ce parce que, précisément, nous ne produisons pas à proprement parler des expertises. Certes, nous aidons les magistrats, nous les éclairons en leur permettant de comprendre une langue qu’ils ne maîtrisent pas. Cependant nous ne donnons pas notre avis. Nous ne disons pas, très chère Cour je crois bien que cette maison s’est effondrée à cause des galeries creusées par les lapins nains qui se sont échappés de l’animalerie du coin de la rue. Nous n’écrivons pas, il me semble qu’au regard de l’état actuel des connaissances scientifiques, le mis en examen est un brin schizophrène étant donné qu’il se prend pour le général de Gaulle. En vérité, il est difficile de trouver une activité qui soit plus éloignée de l’action de donner son avis que l’interprétation ou la traduction. Ce qu’on nous demande, c’est d’être fidèles. Tout le texte, rien que le texte. Surtout pour les prestations assermentées. Rien à voir avec un avis d’expert.

Au demeurant, même notre titre n’est pas clair. Quand je dis aux gens, je suis devenue expert judiciaire, ils me regardent avec des yeux ronds. Si je dis expert traductrice interprète, ils comprennent au moins que ça doit avoir un vague lien avec les langues étrangères, mais pour autant, il ne leur viendrait pas à l’idée de me solliciter pour une traduction certifiée conforme à l’original. Non, ce qui parle aux gens, c’est traducteur assermenté, interprète assermenté. Là, oui, tout le monde voit parfaitement. Celui qu’il faut appeler pour la traduction d’un acte de naissance, et qui va faire payer très cher son coup de tampon. Celui qu’il faut solliciter pour l’interprétation à la mairie, quand on épouse un étranger ou une étrangère.

Il y a des pays où les traducteurs interprètes au service de la justice ne font pas partie du corps des experts. Je me demande parfois si ce ne serait pas mieux.

Je veux dire: plus juste.

-------------------------------------

[1] Elle m'assure qu'il s'agit d'une coïncidence, mais je n'ai pas pu m'empêcher de penser au Dirdir de Jack Vance. Saint Asimov est avec nous.

[2] C'est Dirdir qui m'a fait remarquer que "expert judiciaire" n'existe qu'au masculin, et qu'il ne faut pas dire "experte judiciaire". Je trouve cela dommage, mais je m'incline devant sa recommandation. Je milite pourtant pour la féminisation de tous les mots, même quand cela peut paraître ridicule d'un premier abord. Bon, je sors du sujet là.

14 février 2011

Le grand nettoyage

La propreté, c'est important. Mais à l'armée, la propreté, c'est TRÈS important. Tout est sujet à nettoyage: les armes, la cour balayée par le vent, les chambrées balayées par nos pieds, les vêtements, avec un petit plus pour les chaussures, les douches, les camions, etc. On nettoyait même les balais.

Mon séjour "à la dure" n'ayant duré qu'un petit mois, autrefois appelé le mois "des classes", je ne peux prétendre avoir nettoyé tout ce qui pouvait se trouver sur la base. Mais j'ai pratiqué pas mal.

Il faut dire que mon père et mes oncles avaient bercés mon enfance de toutes ces petites anecdotes qui faisaient le lien entre les adultes de sexe masculin après les repas dominicaux. J'étais donc préparé à tous les coups foireux qui allaient m'être proposés. Et cela n'a pas loupé.

M'étant fait remarquer par mon obéissance butée, je savais qu'il me faudrait assurer plus que les autres chacune des "missions" qui allaient m'être confiées, en tant que "chef" de chambre.

Les gradés nous avaient informés qu'une inspection des chambres allait être faite en fin d'après-midi, et que nous avions trois heures pour nettoyer nos chambrées en profondeur. Ma "mission" donc, était de faire en sorte que l'inspecteur n'arrive pas à trouver de poussière dans la chambre. J'ai réuni mes camarades de chambrée (nous étions 10 par chambre) et leur ai expliqué mon plan.

Nous avons donc commencé par le B.A.BA: rangement des lits (draps au carré) et nettoyage du sol.

Puis nous avons vidé nos placards et lavé l'intérieur de ceux-ci avant d'y remettre toutes nos affaires pliées et bien rangées. Le dessus des armoires a également été soigneusement dépoussiéré, ainsi que l'arrière et le dessous.

Nous avons démonté les pommeaux des têtes de lit pour y enlever les mégots laissés par nos prédécesseurs.

Nous avons essuyé le dessus des plinthes.

Nous avons nettoyé le dessous des chaises.

Nous avons nettoyé le dessus des plafonniers d'éclairage.
Nous en avons démonté les néons pour les tourner et en enlever la poussière.

Nous avons démontés les fenêtres pour en nettoyer les bordures intérieures et extérieures, et regraisser les gonds avec de la graisse propre.

J'ai pris un mouchoir pour nettoyer l'intérieur des prises électriques de la chambre...

Les lits et armoires ont été déplacés pour refaire le nettoyage du sol.

Et pour finir, nous avons éteint les lumières de la chambre pour nettoyer le dessus de l'interrupteur.

C'est donc avec un plaisir de fin gourmet que j'ai pu voir le sergent entrer dans la chambre pour l'inspection. Nous étions tous au garde à vous aux pieds de nos lits. Il avait mis ses gants blancs.

Il a passé un doigt sur une armoire.
Il a vérifié le bord intérieur de la fenêtre.
Il a vérifié le dessus des plinthes.
Il a sorti son mouchoir et vérifié l'intérieur d'une prise électrique.
Il s'est tourné vers le lieutenant et a dit "euh, cette chambre est propre mon lieutenant!"

Le lieutenant a pris son béret et l'a lancé sur le sol à travers toute la pièce. En le ramassant, il m'a fait constater que le feutre noir avait collecté quelques poussières et a dit "Sergent, cette chambre est sale! Faites le nécessaire!".

J'ai nettoyé les douches avec une brosse à dent.
Mais dans les yeux du sergent, j'ai vu briller une petite lueur d'admiration.

----------------------
Image cliquable

12 février 2011

Penser à tout

On ne peut pas penser à tout. Le plan B peut être défaillant, le plan C aussi. On peut imaginer que les utilisateurs vont réagir comme cela, on peut penser prévoir tous les évènements possibles. Mais dans la réalité...

Un jour, pour changer un peu la routine de l'exercice d'évacuation incendie de l'école où je travaille, j'ai eu l'idée de pimenter celui-ci avec des fumigènes... Pour corser un peu le problème, j'ai déclenché les fumigènes dans le hall de l'école, où tous les étudiants ont l'habitude de se réunir pendant les pauses de la journée. Je précise que les fumigènes étaient placés dans un local technique pour simuler un feu d'armoire électrique.

Et j'ai observé le déroulement de l'exercice.

Au bout de 10s, la fumée a envahi le hall et a été détectée par le système de sécurité incendie. Notre système a une temporisation de 2mn avant le déclenchement des sirènes d'évacuation (c'est interdit depuis par la règlementation, mais pourtant bien pratique pour éviter les fausses alertes). Dès le début de la détection, les téléphones de l'équipe sécurité se mettent à sonner. Je les vois commencer à s'agiter. Quelques étudiants qui passaient par là par hasard s'approchent du local technique avec un extincteur. Je les remercie et leur explique qu'il s'agit d'un exercice. Je suis fier d'eux.

A M+2mn, les sirènes se mettent en route. Elles sont assourdissantes. Comme il pleut dehors, tous les étudiants choisissent de passer par le hall, au lieu de sortir par les issus de secours. Une partie non négligeable passent tous près de l'incendie en toussant pour rejoindre le lieu de regroupement. Les autres font demi tour et accélèrent le pas en voyant la fumée. Certains veulent rester dans les salles "parce qu'il pleut". Les enseignants appliquent les consignes et forcent les récalcitrants à sortir.

M+4mn, tout l'établissement est évacué, la pluie s'arrête, beaucoup de monde est présent au point de regroupement. L'appel est en cours par les enseignants. Mon équipe de sécurité incendie inspecte tout l'établissement pour s'assurer que tout le monde est sorti.

Je repère quelques étudiantes qui sortent des toilettes. Je les presse de rejoindre l'extérieur. Je visite les salles informatiques. Je repère un étudiant avec son casque de musique sur la tête en train de travailler dans une salle en libre service. Le responsable de zone me dit qu'il est sur que la salle était vide. L'étudiant me confirme être en train de se connecter et qu'il vient d'arriver pour travailler. Il n'a pas entendu les sirènes. Je suis sceptique. Je l'envoie vers le point de regroupement.

Un responsable de zone m'informe que des étudiants souhaitent rentrer dans leur salle de cours pour prendre leurs affaires car ils veulent aller manger. Nous sommes à M+6mn et l'incendie est toujours en cours. Je n'imaginais même pas que l'on puisse penser à rentrer dans un bâtiment en feu pour une telle raison.

M+7mn, je déclare la fin de l'alerte à l'ensemble des personnes regroupées. C'est à ce moment là que les pompiers sont arrivés, prévenus par téléphone par plusieurs personnes qui ont vraiment cru à un incendie.

Les pompiers ont été très gentils et ont trouvé mon idée originale et sympathique. Ils m'ont simplement demandé de les appeler avant pour les prévenir de l'exercice.

On ne peut pas penser à tout.

J'ai depuis modifié mon cours de présentation des consignes incendie, renforcé les contrôles post-évacuation. Je préviens toujours les pompiers lors des exercices. Et j'essaye d'imaginer tous les cas de figures possibles.

Il faut penser à tout.

08 février 2011

Une sortie d'initiation

La pratique de la spéléologie dans le club qui m'a formé était un mélange d'exploration, de formation à la pratique, de formation à l'encadrement et d'éveil à l'intérêt scientifique de cette discipline.

Une fois passés les premiers niveaux de la pratique, j'ai donc très vite été incité à devenir encadrant, c'est-à-dire à passer le diplôme d'initiateur. A cette époque, vous aviez déjà 3 niveaux de diplômes spéléos: "initiateur", celui qui peut emmener des débutants dans des cavités adaptées (en particulier sans grand puits), le "moniteur", celui qui savait tout sur tout en plus d'être un sportif accompli, et enfin "l'instructeur", le demi-dieu de la spéléologie.

Je n'ai jamais dépassé le niveau "initiateur", préférant me spécialiser dans la manipulation des explosifs pour servir à quelque chose dans l'équipe de spéléo-secours de mon département.

J'ai donc encadré plusieurs sorties spéléos emmenant des débutants du club, très nombreux chaque année. L'une de ses sorties restera dans ma mémoire.

La préparation d'une sortie spéléo est très minutieuse, surtout quand on doit parcourir des centaines de kilomètres pour pratiquer ce sport. On regrette très vite d'avoir oublié une corde indispensable, entrainant l'annulation frustrante de la suite de l'exploration. Il faut connaître la topographie du gouffre choisi, regrouper les cordes appropriées, et tout le matériel pour les accrocher aux parois, répartir tout cela dans des sacs, organiser les repas, prévoir le gîte adapté, regrouper les voitures, vérifier les assurances, faire les répétitions des gestes techniques minimaux de manipulation du matériel de descente et de remontée, vérifier les harnais, les casques, les lampes à acétylène, les lampes électriques de secours, prévoir les réserves de carbure de calcium, etc.

Le club disposait d'un vieux combi Volkswagen que j'ai été amené à conduire souvent et qui nous permettait de partir à 8 avec tout le matériel spéléo et nos sacs persos en payant un tarif réduit aux péages (véhicule famille nombreuse).

Le gouffre sélectionné pour cette sortie n'avait qu'un seul puits, situé dès l'entrée. Ce puits faisait 10m et démarrait une cavité assez jolie par son cheminement souterrain bien que très fréquentée parce qu'accessible pour l'initiation.

Quand nous sommes arrivés à l'entrée du gouffre, il y avait déjà plusieurs équipes présentes sous terre, chacune ayant installé ses propres cordes. Je m'empresse de procéder moi-même à la mise en place de notre matériel (sous celui des autres équipes) et descend le premier pour assurer la sécurité des débutants depuis le bas du puits.

Je laisse donc mon camarade initiateur s'occuper de la sécurité en haut du puits, pour que chaque débutant soit placé sur la corde sans danger de chute. Chaque sortie doit être encadrée par au moins deux diplômés pour assurer la sécurité: l'un s'occupe du haut du puits, l'autre tient solidement la corde depuis le bas, pour assurer la descente en douceur du débutant. C'est cette tâche que j'avais choisie.

Je vois donc défiler, lentement mais surement, tout mon groupe, jusqu'à cette petite brune aux cheveux longs.

La descente sur corde en spéléologie nécessite l'emploi d'un appareil très simple à deux poulies fixes, tel que décrit ici sur Wikipédia. La corde fait un demi-huit entre les deux poulies, et la gestion des frottements (les poulies sont fixes) permet au spéléologue de maitriser sa vitesse de descente. En cas de problème (perte de conscience, panique ou lâché de corde), la personne située en bas tire sur la corde et arrive à stopper la personne avant qu'elle n'acquière une vitesse de chute trop grande.

La consigne pour les cheveux très longs est de bien les attacher pour éviter qu'ils ne se prennent dans le descendeur et ne se coincent entre la corde et les poulies.

Las, mon camarade en charge de la surveillance du haut du puits était très vigilant sur la bonne mise en place de la corde dans le descendeur, moins sur les problèmes potentiels des longs cheveux. Et ce qui devait arriver arriva: à mi chemin du puits, une grosse poignée de cheveux s'est prise dans le descendeur, stoppant nette la descente de la jolie brune dans un hurlement de douleur assourdissant.

Tout le poids de cette jeune fille reposait sur une partie de son cuir chevelu qu'il tentait d'arracher... Plus je tirais sur la corde pour m'assurer qu'elle ne descendrait pas d'un seul coup, risquant de se briser les os à mes pieds, plus elle hurlait de douleur. J'étais bloqué en bas.

Mon camarade du haut ne pouvait pas descendre sur la corde déjà occupée (c'est une technique délicate qu'il ne maitrisait pas) et restait tétanisé par les hurlements qui remplissaient tout le puits. Je ne pouvais pas bouger de mon poste car les cheveux (ou le cuir chevelu) risquaient de rompre à tout moment et la malheureuse n'était plus en état de gérer sa descente en douceur. Tout le monde était pétrifié.

Après quelques longues secondes d'hésitation, j'ai appelé un débutant qui me semblait plus dégourdi que les autres. Je l'ai regardé dans les yeux et lui ai expliqué ce que j'attendais de lui: qu'il tienne solidement la corde en y mettant tout son poids malgré les hurlements. La vie de notre camarade en dépendait. Après m'être assuré qu'il avait compris et s'était mis en position adéquate, je suis monté sur les cordes mis en place par les autres équipes qui nous avaient précédées.

Je me souviens de cette remontée de quelques mètres seulement qui m'a semblé prendre des heures.

Arrivé à la hauteur de l'infortunée chevelue, ma première pensée a été de lui couper les cheveux avec la flamme de ma lampe à acétylène. Un éclair d'intelligence m'a fait réaliser que l'ensemble de sa chevelure risquait de prendre feu. Je la rassurais comme je pouvais, elle alternait gémissements et hurlements, supplications et appel à l'aide.

J'ai alors retiré mon casque. Comme un moniteur du club me l'avait enseigné, j'avais toujours, glissés dans mon casque, une couverture de survie, la liste des question à poser en cas d'accident, un petit carnet et un crayon pour prendre des notes, une boite d'allumettes et un tout petit couteau.

En enlevant délicatement mes gros gants, j'ai saisi mon couteau avec précaution pour ne pas qu'il ne m'échappe, je l'ai déplié, et j'ai commencé à découper les cheveux pris dans le descendeur en expliquant à voix haute ce que je faisais. Sa tête a fini par se relever. J'ai pris la corde, demandé à l'assureur du bas de relâcher la tension, et j'ai fais un nœud autour du descendeur pour empêcher sa descente.

Je l'ai prise dans mes bras pour qu'elle pleure de toute son âme.

Au bout de quelques minutes, j'ai remplacé mon équipement de remontée par celui de descente, j'ai retiré le nœud de son descendeur et du mien, et nous avons commencé la descente sur nos cordes respectives, elle étant blottie contre moi, et moi tenant les deux cordes dans mes mains.

La descente s'est faite dans un silence rendu impressionnant par le vacarme précédent.

Il nous a fallu une heure pour repartir. Le cuir chevelu de la jeune fille avait gonflé d'une manière alarmante. Nous sommes remontés côte à côte sur deux cordes. Nous avons pris le temps nécessaire. Elle est restée allongée dans la voiture pendant tout le trajet vers l'hôpital.

Elle n'a pas poursuivi la pratique de la spéléologie.
Depuis, nous vérifions pour chaque fille et chaque garçon qu'aucun cheveu ne dépasse.
Et nous avons tous un petit couteau dans notre casque.

04 février 2011

Never forget

L'ordinateur est devant moi, encore dans son emballage plastique transparent. L'étiquette du scellé contient une information qui m'effraie déjà: une date préhistorique.

Je regarde cette machine avec un brin de nostalgie: il s'agit d'une marque aujourd'hui disparue, datant de l'époque où l'on parlait de machines "compatibles IBM pc". Le processeur est fièrement indiqué sur une étiquette en façade: Intel 286. Je me frotte les yeux.

Je brise le scellé, et j'ouvre l'unité centrale de l'ordinateur. Comme souvent, l'intérieur est très sale, d'une poussière pâteuse brunâtre de mauvais augure. Je regarde les différentes nappes de connexion, et je me demande comment je vais bien pouvoir relier tout cela à mon matériel d'analyse...

Quelques jours auparavant, j'avais reçu un coup de fil d'un magistrat me demandant si j'acceptais une mission d'analyse de contenu de disque dur concernant un dossier dans lequel l'ordinateur avait été mis sous scellé vingt ans auparavant. Une histoire criminelle concernant un mineur. La date de prescription approchant, un nouvel élément invitait le magistrat à réouvrir ce dossier et à demander une expertise sur un point précis à chercher sur l'ordinateur.

Un PC de 20 ans...

J'ai donc commencé par prendre des photos de toutes les étapes du démontage, en particulier du nettoyage, jusqu'à pouvoir extraire le disque dur de l'ordinateur. Je pose celui-ci sur mon bureau et déchiffre les inscriptions de l'étiquette: capacité du disque dur: 40 Mo... avec connecteurs SCSI 1ère génération.

Par acquis de conscience, je branche le vieil ordinateur nettoyé et sans disque pour voir, et bien sur: rien. Ni Bios, ni lueur d'espoir de lire quoique ce soit sur l'écran (vert, non je plaisante, VGA).

Problème: je ne dispose pas de bloqueur d'écriture au format SCSI pour lire ce vieux disque dur sans risque de le modifier.

Là, je me suis dit: c'est quand même bien de travailler dans une école d'ingénieurs ET d'être conservateur. Dès le lendemain, je fouillais dans mes archives professionnelles affectueusement dénommées "mon musée" pour dénicher tout ce qui ressemblait de près ou de loin à des nappes SCSI, des cartes SCSI, des bouchons SCSI, des câbles SCSI, des lecteurs DAT SCSI et même des disques durs SCSI...

De retour à la maison avec mon petit matériel, je me mets en tête de brancher le vieux disque dur sur une machine fonctionnelle. Ma vieille carte contrôleur SCSI étant au format EISA, je trouve dans mon stock de vieux PC une machine à bus éponyme. Je ressors aussi une carte réseau 10Mb/s au même format de bus pour brancher tout mon petit monde à mon réseau actuel. Je précise aux vieux qui me lisent, que j'aurais pu tout aussi bien monter un réseau BNC 10BASE2 avec des résistances de terminaison \O/

J'allume mon vieux 486, je règle le BIOS, je règle les interruptions avec des cavaliers sur les différentes cartes contrôleurs ajoutées. Je branche un vieux disque dur SCSI retrouvé dans mon musée, je branche un vieux lecteur cédérom SCSI récupéré sur une ancienne station de travail (une SGI O2) et je boote sur une (très) vieille distribution linux capable de reconnaître tout mon petit matériel. Instant magique que celui où les différents tests défilent sur l'écran au démarrage. Après plusieurs essais de différentes configuration, me voici avec une machine capable de lire un disque dur SCSI sans écrire dessus. Je précise que cette préparation m'aura pris deux week-ends...

Je fais un test avant/après en calculant les hash SHA1 avant et après prise d'image de mon disque dur de test. Les résultats m'indiquent que le disque dur n'a pas été modifié.

C'est risqué, mais je pense que cela suffira. Je branche le disque dur du scellé.

Après un temps objectif d'une vingtaine de minutes et subjectif de plusieurs heures de transpiration, me voici avec une image binaire identique au disque dur d'origine (secteurs défectueux y compris). Je range le disque dur dans son scellé.

Il y a plusieurs façon d'explorer une image de disque dur, j'en ai plusieurs fois parlé sur ce blog: à l'aide de commandes unix basées sur de jolies expressions régulières (tiens, Wikipédia appelle cela des expressions rationnelles, je le note), ou avec un logiciel inforensique du type EnCase, WinHex, FTK, SMART, TCT, TSK, Safeback, FRED, ou X-Ways (par exemple), ou simplement par conversion sous forme de machine virtuelle (avec LiveView par exemple).

Personnellement, j'essaye toujours d'abord la méthode "boot sous forme de machine virtuelle" qui me permet de "sentir" un peu l'organisation de l'ordinateur que j'ai à analyser.

Et voici que je me retrouve avec une machine sous Windows 3.1!
Vous savez, le système d'exploitation de Microsoft avant Windows 7, avant Vista, avant Windows XP, avant Windows Me, avant Windows 2000, avant Windows 98, avant Windows NT4, avant Windows 95, avant Windows 3.11 et avant Windows NT3.1... Pas facile de démarrer une machine virtuelle là dessus. Sans vouloir faire mon papy show, c'était l'époque des instructions HIMEM et EMM386 dans le fichier Config.sys, des Winsock.dll et autres vtcp.386 (bon, maintenant je sais que je fais très papy). Cela fait quand même très bizarre de ne pas avoir de menu contextuel, et pas une seule image JPEG. Et en fin de compte, les outils de recherche sur les contenus de fichiers ne marchaient pas beaucoup moins bien qu'aujourd'hui.

Mais finalement, j'ai pu mener à bien ma mission et rendre mon rapport. Mon seul regret: ne pas avoir parlé de toute la misère technique rencontrée, le magistrat se moquant bien de cet aspect de mon travail.

C'est une des raisons d'être de ce blog :)

01 février 2011

Gérard ROUSSEAU

C'est avec tristesse que j'apprends aujourd'hui le décès de mon confrère Gérard Rousseau, expert judiciaire près la Cour d'Appel de Poitiers, survenu le 31 janvier 2011.

J'étais un lecteur assidu de ses articles dans la revue "Experts", toujours pertinents et percutants.

Que ses proches et sa famille reçoivent ici le témoignage de ma sympathie.