27 avril 2011

In memoriam

Lors de ma courte carrière de Maitre de Conférences, un de mes étudiants m'a invité à son enterrement.

C'est aujourd'hui l'anniversaire de son triste geste.

Je pense à toi, Stéphane.

22 avril 2011

Le respect des anciens


C'est peut-être l'approche de la cinquantaine qui commence à me faire prendre conscience que je ne suis plus le jeune homme d'(avant) hier.

A 15 ans, j'avais fait le calcul de l'âge que j'allais avoir en l'an 2000: 36 ans! Cela me paraissait à la fois lointain et déjà un âge respectable.

Maintenant que j'ai bientôt 48 ans, j'ai réalisé que :
- le 19 janvier 2038, j'aurai 74 ans, et serai peut-être à la retraite quand on m’appellera pour sauver le monde.
- le 28 juillet 2061 (Odyssée trois), j'aurai presque 98 ans et un beau télescope (en cuivre) avec systèmes d'optique adaptative.

Mais bon, comme je dois mourir le 15 mai 2037, j'espère que vous penserez à moi ces jours là, avec un peu du respect dû aux anciens. Surtout si je tombe en pleine analyse d'un vieil ordinateur neuronal des années 20 (autant dire au champ d'honneur;).

Un billet du vendredi, court et nawak, pour le plaisir de partager une belle œuvre de street art (image cliquable).

21 avril 2011

L'insolence des riches

Quand j'ai vu le Président de la République Nicolas Sarkozy inviter ses amis du premier cercle dans un grand restaurant le soir de son élection, quand j'ai vu la Garde des Sceaux Rachida Dati s'habiller des plus belles parures de haute couture, quand j'ai vu les décisions politiques, Dadvsi, Hadopi, Loppsi, prises au nom des intérêts des plus riches, j'ai compris qu'une partie du monde politique travaillait pour maintenir les acquis de quelques uns. Et si possible, pour en profiter soit même un peu, voire beaucoup.

J'ai ouvert les yeux me diront les plus clairvoyants.

Pourtant, en travaillant chaque semaine dans le conseil municipal ou dans différentes commissions d'une commune de 5000 habitants, je peux constater qu'à l'échelon le plus bas, l'enrichissement personnel n'est pas un objectif recherché des élus consacrant tout leur temps à la gestion des dossiers communaux.

La signification principale du "Pouvoir" à ce niveau semble être le pouvoir de décider ce qui est bon pour la commune.

La semaine dernière, il s'est passé un évènement peu banal dans la vie du conseil municipal: une partie des habitants d'un quartier est venu protester d'une décision (ancienne) du conseil municipal de créer près de leur lotissement une zone artisanale.

Les faits: nous constatons que de nombreux artisans sont installés sur la commune, mais travaillent chez eux. Le coût des terrain en lotissement privé est de 250 €/m², alors que dans une zone artisanale, il serait de 80 €/m². Les camionnettes des différents artisans ont du mal à se garer, leurs fournisseurs aussi. Le conseil municipal, après étude d'aménagement effectuée par un bureau spécialisé, a donc voté à l'unanimité la création d'une zone artisanale à un endroit idéalement situé par rapport aux accès routiers. Publicité de cette décision a été faite à travers plusieurs organes de communication (site internet et revue municipale).

La réaction: le terrain, actuellement non constructible, appartient à une riche famille qui comptait bien revendre celui-ci par petites parcelles dès qu'il serait classé constructible. Le bénéfice d'un classement en zone artisanale est donc pour eux bien moins intéressant. Dès lors, une pétition a été organisée pour diaboliser les artisans qui devenaient alors des fauteurs de trouble, des personnes bruyantes et surtout, pour instiller la croyance que la zone artisanale allait faire baisser la valeur des biens immobiliers voisins.

Une précision: ma commune voit le prix de ses terrains augmenter de 10% chaque année depuis 10 ans, ce qui entraine le doublement de leur valeur en 7 ans! Même les terrains situés sous les lignes EDF à très haute tension sont vendus en quelques jours au prix fort! Alors, la proximité d'une zone artisanale...

La discussion: la montée de la peur est similaire à l'effet larsen en sonorisation électronique. Une quarantaine de personnes sont donc venues plus ou moins remontées perturber le dernier conseil municipal. Le maire les a reçus, dans la salle des mariages, et a écouté leurs doléances. Il a ensuite expliqué la décision du conseil municipal et présenté les différentes options qui s'offraient à nous pour le terrain concerné: création d'une zone artisanale, création d'une aire d'accueil des gens du voyage (grand silence dans la salle) ou création d'une zone boisée.

La décision: celle-ci reste encore du ressort du conseil municipal qui peut parfaitement maintenir sa décision antérieure. Ce qui est amusant, c'est que l'ensemble des personnes présentes, à une exception près, était très enthousiaste à l'idée d'une zone arborée. La seule personne qui semblait très réticente, était celle qui avait compris que le prix d'une zone boisée est (pour lui) d'environ 10 €/m². C'est à cela que j'ai reconnu le propriétaire du terrain.

L'insolence des riches affronte parfois le pouvoir des pauvres.

-------------------------------------
L'image, cliquable pour l'avoir en grand, est une excellente publicité Bentley. Je suis presque sur que, comme toute publicité, elle ciblait bien son public... Soyons positifs, et voyons-y un très bon second degré.

14 avril 2011

Les mentors




Je parle souvent ici de mes souvenirs, des faits de mon passé qui m'ont marqué. Conformément à la ligne éditoriale de ce blog, les anecdotes sont égocentrées et tirées de ma propre expérience.

Pourtant, je ne suis que ce que mes maîtres ont fait de moi. Je suis un nain posté sur les épaules de géants.

Quels sont ces géants?

- Mes parents, bien sur, qui m'ont élevé (au sens propre et figuré);

- Ma sœur, qui m'a soutenu, en particulier pendant les années noires des classes préparatoires;

- Ma femme, qui a éveillé ma conscience morale (et pas que), en particulier lors de nos discussions sur la peine de mort;

- Mes professeurs, de la crèche au doctorat, et en particulier LP qui m'a appris à désapprendre au début de mes années de recherche;

- Les spéléologues JYP et AJ qui ont partagé avec patience et passion leurs connaissances sportives et intellectuelles abyssales;

- Les élus que je côtoie une fois par semaine et qui consacrent (eux) beaucoup (plus) de temps à régler les problèmes de la vie de notre collectivité;

- Les experts judiciaires, et en particulier ceux (et ils sont nombreux) qui offrent, plus qu'ils ne monnayent, leur savoir-faire à la justice;

- Les auteurs de SF, Asimov, Clark, van Vogt, Herbert, Dick, Lovecraft, Bradbury, Pohl, Heinlein, Simak, Sturgeon, Haldeman, Laumer et les autres, qui peuplent mes soirées et mes rêves d'explorations spatiales et temporelles;

- Les blogueurs, et en particulier Maître Eolas, qui m'ont encouragé, pris sous leurs ailes, et conseillé quand certains ne me voulaient pas que du bien;

- Les étudiants qui, par leur travail, leurs exigences et leur enthousiasme, font que tous les matins, j'ai hâte d'être au boulot;

- Mes enfants, qui me montrent presque tous les jours que l'on peut apprendre à ses aînés;

Et puis bien sur, il y a vous, chère lectrice et cher lecteur, qui me faites l'honneur de venir encore ici, sur ce petit coin d'internet alors qu'il y a tant de chose à voir ailleurs.

Je suis la somme de toutes les expériences que vous m'avez apportées.

Merci encore à tous.

05 avril 2011

GPS

Nous utilisons de plus en plus d'appareils qui tracent nos déplacements, en toute connaissance de cause, mais parfois aussi à notre insu.

J'ai découvert récemment dans un article que certains systèmes GPS d'information de trafic routier utilisent le fait que, même en veille, nos téléphones mobiles se signalent aux bornes du réseau. Une accumulation anormale de téléphones sur une route signifie donc un bouchon, information que l'on peut relayer aux abonnés à ces systèmes d'alertes routières. Sans le savoir, vous contribuez au fonctionnement de ces systèmes.

Dans le cadre d'une affaire de grand banditisme, une expertise judiciaire a été ordonnée sur le système GPS d'une des voitures saisies. Voici son histoire.

Certaines voitures haut de gamme disposent d'un système GPS intégré. Il s'agit ici d'un GPS comprenant un disque dur. Les OPJ ayant placé ce disque dur sous scellé, me voici avec une analyse hors du commun. Je contacte le magistrat en charge du dossier. Celui-ci me rassure, il dispose de suffisamment d'éléments. L'expertise est demandée en complément, au cas où... Me voici donc avec un disque dur à analyser, mais sans le mode d'emploi détaillé, si je puis dire.

Mon premier réflexe est de procéder à une copie bit à bit du disque dur, en utilisant les outils qui me servent pour mes autres expertises judiciaires: bloqueur d'écriture, création d'une image numérique fidèle (tenant compte des éventuels secteurs défectueux du disque) et analyse de celle-ci. Seulement voilà, le disque dur est formaté avec un format propriétaire inconnu par mes outils d'analyse. Pas d'analyse possible à mon niveau... et aucune information exploitable pour l'instant.

Démarre alors une après-midi de coups de téléphone. Tout d'abord à l'OPJ pour qu'il me donne plus de détails sur la marque et le modèle du GPS. Des coups de fils au distributeur français, au sous traitant allemand, au distributeur "Europe". Après moultes musiques d'attente, de rappel à cause de réunions, de filtres de secrétaireries, j'arrive au sésame de tout expert judiciaire (comme de toute personne appelant à l'aide un support): une personne compétente techniquement au bout du fil.

Après plusieurs jours de négociations, d'explications, d'échanges d'emails, nous convenons de la procédure suivante: j'amènerai moi-même à la structure technique parisienne le disque dur pour qu'il soit analysé en ma présence via une procédure interne spéciale propre au constructeur. Sous le sceau de la confidentialité.

Le jour J, me voici dans un petit local de banlieue, accueilli par un technicien attentif. Je lui explique les conditions dans lesquelles je souhaite que soit effectuée l'opération, je lui fournis mon bloqueur d'écritures et le disque dur. Il place le tout dans un système d'analyse propriétaire qui effectue la lecture complète des données du disque dur. Il m'explique que le GPS embarqué effectue environ une mesure par seconde et la stocke sur le disque dur considéré comme une bande sans fin. Je ressors de là avec un fichier Excel contenant toutes les mesures (et bien sur le disque dur remis sous scellé).

Me voici de retour chez moi avec un ensemble de coordonnées GPS codées en dégrés décimaux WGS84 (World Geodetic System 1984) et un ensemble de conseils précieux fournis par le technicien "faites bien attention lors de la conversion si vous comptez utiliser des cartes pour y placer les points".

C'est effectivement assez délicat de passer de celles-ci à mes habituelles coordonnées LAMBERT (utilisées en spéléo avec les cartes IGN d'état major) au format sexagésimal (base 60).

J'ai donc eu l'idée d'utiliser Google Earth qui utilise une projection cylindrique simple avec un plan de référence WGS84 pour sa base d'images. J'ai ainsi pu placer les points de mon fichier Excel sur une carte (après moultes essais, je dois l'avouer). Et étudier les déplacements de la voiture concernée. Et ses arrêts longues durées à certaines adresses. Adresses qui se sont révélées être celles de présumés complices, soi-disant inconnus de l'utilisateur de la voiture.

Comme Google Earth n'est pas un logiciel d'expertise (lire les conditions d'utilisation) et ne garantit pas l'exactitude des reports de points, j'ai effectué plusieurs vérifications avec mes cartes IGN pour m'assurer que je ne commettais par d'erreur. J'ai rendu un rapport complet expliquant ma méthode et les adresses des points d'arrêt relevés. Le magistrat au téléphone avait l'air content de mon travail. Malheureusement je ne connais pas les suites données au dossier, étant "expulsé" de la procédure dès le dépôt de mon rapport.

Mais depuis, je ne regarde plus mon téléphone ni mon Tomtom de la même manière...