16 janvier 2012

Emilie 4 ans

Émilie a 4 ans et s'est faite violer plusieurs fois par un ami de son père. Ce que ne savait pas Émilie, c'est que son violeur a pris des photos et filmé la scène. En fait, Émilie, à son âge, ne sait pas grand chose de la vie, si ce n'est qu'elle fait une confiance aveugle à ses parents et aux grandes personnes en général.

Ce que ne savait pas son violeur, c'est que les photos et films qu'il a faits seraient vus sur son ordinateur par un de ses "amis" qui les a vendus ensuite via des forums undergrounds spécialisés dans les images pornographiques "exotiques".

Ce que ne savaient ni Émilie, ni son violeur, c'est que ces scènes feraient le tour du monde en quelques mois, s'ajoutant aux images de ce type dans les compilations pédophiles qui s'échangent sous le manteau, dévoyant les sites de partage et la magnifique liberté d'internet.

Jusqu'à cet ordinateur mis sous scellé et qui se trouve sur mon bureau.

Un ordinateur dont l'officier de police judiciaire m'a raconté la courte histoire: son propriétaire est en prison pour une autre histoire, il a obtenu l'autorisation d'utiliser son ordinateur dans sa cellule, il a visionné plusieurs séries d'images pornographiques en compagnie d'autres compagnons de cellule, dont certaines à caractère pédopornographique. Il a été dénoncé, son ordinateur a été saisi, une procédure ouverte.

J'ai brisé le scellé, procédé à la copie numérique du disque dur, et commencé son analyse inforensique.

J'ai trié toutes les images extraites, et tous les films. J'ai regardé chaque image pour déterminer sa nature. J'ai vu toutes ces jeunes filles d'à peine 10 ans, dénudées, aux sourires tristes, prenant des poses suggestives. Et je t'ai vu, Émilie. Bébé à peine grandi, avec tes yeux confiants, regardant un sexe d'homme trop grand pour toi. J'ai fermé les yeux et pensé à mes trois enfants qui jouent à l'étage... J'ai pensé à mes étudiants vingtenaires qui vivent à cent à l'heure leur jeunesse insouciante. J'ai senti des larmes couler sur mes joues en me disant que, bordel, à mon âge j'étais encore trop sensible. Que je pensais qu'avec le temps, comme les étudiants en médecine, comme les pompiers, comme les policiers, j'allais m'endurcir...

Alors je rouvre les yeux et je continue mon classement. Ton prénom est dans le nom de plusieurs fichiers. Ton âge aussi, et l'histoire de ton viol. Les films sont d'une atrocité sans nom. Je redresse mon esprit vacillant en cherchant dans les métadonnées des fichiers d'éventuelles traces utiles pour les enquêteurs. Je note les dates présumées de création, de modification et de dernier accès.

Je me demande l'âge que tu as aujourd'hui. La vie que tu mènes. Un bonheur est-il possible après un début de vie aussi terrible?
Je ne sais pas.

J'imprime quelques photos pour le rapport.
Il faudra que je pense à prévenir l'opératrice du centre de photocopies où j'ai mes habitudes. Il faudra que je pense à prévenir aussi la greffière à qui je vais remettre mon rapport. A ma question, elle répondra "je ne regarderai pas, je n'arrive pas à m'habituer". Cela m'a rassuré.

A chaque expertise où l'on me demande de rechercher des images et films pédopornographiques, je retrouve ton visage. Presque à chaque fois. Tu es mon "effet Streisand" à moi.

Émilie, je pense encore à toi. Dans mon esprit, tu auras toujours 4 ans. J'espère que dans le tien, tu as tout effacé.

15 commentaires:

  1. Une pensée pour Emilie et toutes les autres victimes...
    Hélas elle n'a sûrement rien effacé mais j'espère qu'elle a le soutien et l'aide nécessaire pour se reconstruire.
    Merci de vos pensées pour elle.

    RépondreSupprimer
  2. Vous venez de me mettre un sacré coup au moral en ce début d'après midi. Je pense à ma petite fille, ma petite Emilie d' 1 an.
    C'est dingue qu'il puisse exister de pareil "Monstre" dans notre monde !! Pauvre monde...

    RépondreSupprimer
  3. Billet très dur, qui je pense est nécessaire pour alléger votre fardeau.
    C'est très bien écrit.

    Juste une coquille : "s'est faite violée" dans la première phrase, il conviendrait de mettre violer.

    RépondreSupprimer
  4. Allé courage !

    J'ai lu MISC cet été où tu parlais déjà de ce genre de difficultés. Je regardais ma fille de 3 ans faire la sieste pendant la lecture, ça m'a fait mal à la poitrine.

    Allé courage !

    Je me suis fait hacké début janvier, l'homme a été arrêté. On ne connait pas encore ses motivations mais il a downloadé une sacrée quantité de photos de ma famille l'enflure (dont ma fille donc). C'est peut-être toi qui examine ses disques durs en ce moment même pour le BEFTI.

    C'est grâce à des gens comme toi qu'on progresse.

    Allé encore courage !

    RépondreSupprimer
  5. Un bien bel hommage pour cette fillette qui va désormais aussi hanter mon esprit. Un témoignage aussi raconté de manière très forte, avec un seul bémol: "un sexe d'homme trop grand pour toi"? Au-delà de toute considération anatomique, le sexe n'a pas sa place sous le regard d'une petite de 4 ans. A laquelle j'adresse une pensée chaleureuse

    RépondreSupprimer
  6. @Julien et M. l'Expert : concernant la coquille, je pense qu'il vaudrait mieux écrire "a été violée" plutôt que "s'est faite violer". En effet, la seconde proposition est une tournure active qui suggère qu'Émilie a choisi d'être violée, provoquant un contresens...

    RépondreSupprimer
  7. D'autres ont dit déjà l'horreur et l'émotion que suscite ce récit. Je n'y reviens pas. Trop dur, trop éprouvant.

    En revanche, je suis étonné qu'un détenu ait pu faire entrer en prison un PC dont le disque dur avait des contenus illicites sans qu'on s'en rende compte.

    Il me semble que le courrier le plus intime des prisonniers est soumis à la censure.

    Comment expliquer qu'une simple feuille de papier ne puisse (en principe) entrer ou sortir de la prison (sauf le courrier avec l'avocat) sans être examinée, et qu'on puisse faire entrer un disque dur de plusieurs centaines de Gigas sans que personne en examine le contenu ?

    RépondreSupprimer
  8. @J. Briet: N'oubliez pas qu'une clef USB reste très discrète et peut contenir plusieurs Go de données tout en étant facile à introduire en milieu carcéral (il y a bien des téléphones mobiles).

    RépondreSupprimer
  9. Toujours et encore : Merci, vous nous etes indispensable, a tous, ne l'oubliez pas.

    RépondreSupprimer
  10. Sans parler des cartes-mémoire. Quand on considère le rapport capacité/volume d'une carte Micro-SDHC à 32 GO...

    Sinon, sur le fait que vous ne vous y habituiez pas... J'imagine que c'est dur à vivre, mais d'un autre côté, c'est pas plus mal, non ? Vous aimeriez vous, blasé vis-à-vis de ce genre d'affaire ?

    Vous avez ma sympathie, et mes encouragements. Mais je vous interdis de considérer que le fait que vous ne vous y fassiez pas est une faiblesse.

    (Je suis Schmorgluck, et je poste anonymement parce que l'inscription par OpenID ne fonctionne pas)

    RépondreSupprimer
  11. Que le sentiment d'être utile pour combattre ce fléau, et qui vous honore, vous donne la force et le courage de continuer votre travail.

    Même si cela est pénible, il faut garder le souvenir d'Emilie pour avoir encore plus d'efficacité pour traquer les monstres de l'internet.

    Ma petite fille de 18 mois vient de se réveiller de sa sieste. Je l'ai serrée très fort dans mes bas en pensant à Emilie.

    RépondreSupprimer
  12. Bouleversant....
    Manon13 m'avait déjà émue, et même si je vous plains fortement, quelque chose en moi est "heureux" que vous puissiez voir ces terribles images car c'est signe que la lutte contre ces créatures (peut on encore les appeler 'hommes') est bien présente même si les peines sont quelques fois un peu trop légère...

    RépondreSupprimer
  13. On ne peut que prier devant cela. Moi je suis croyant et je sais que Dieu est juste. Il réconfortera Emilie et punira les malfaiteurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Désolé mais je ne crois pas en dieu, s'il existait et faisait preuve de la miséricorde qu'on lui prête, il n'aurait pas rendu possible le calvaire de cette pauvre enfant.

      En tant qu'êtres humains, nous devons assumer nos responsabilités.

      Je n'attends pas qu'un dieu fasse ce que je n'ose faire moi même.

      Combien de "Bons Chrétiens" j'ai vu passer dans la rue sans intervenir devant une femme molestée par son mari, devant un SDF inconscient gisant sur le trottoir ?

      Non c'est à chacun d'entre nous d'agir !

      C'est à chacun d'entre nous de réconforter les cœurs meurtris, de soigner les blessés et de protéger les enfants.

      C'est aussi à nous de punir les "créatures" capables de tels crimes et c'est encore à nous de faire en sorte que cela n'arrive plus...

      ...non, plus jamais !

      Supprimer
  14. grand cœur pour Emilie,que dieu effaceras tout ces mauvais souvenirs.

    RépondreSupprimer

Lectrice, admiratrice, avocate, magistrate, programmeuse, dessinatrice, chère consœur, femmes de tous les pays, lecteur, j'ai toute confiance en vous pour prendre bien soin de vérifier que votre prose est compatible avec les normes orthographiques et grammaticales en vigueur. Et si vous pouviez éviter les propos insultants ou haineux, je vous en serais reconnaissant.
N'hésitez pas à respecter ces quelques règles qui peuvent même s'appliquer en dehors de ce blog.

Les commentaires sur ce blog sont modérés. Votre message apparaîtra sur le blog dès que le modérateur l'aura approuvé. Merci de votre patience.