27 avril 2012

Dans mon coeur

Au début des années 1990, j'étais jeune Maître de Conférences fraichement diplômé d'un doctorat en intelligence artificielle. Je poursuivais mes travaux de recherches dans le domaine des réseaux de neurones, tout en encadrant des étudiants ingénieurs et des stagiaires.

Stéphane était étudiant en IUT et devait effectuer un stage pour obtenir son diplôme. Nous passions des heures à discuter des problèmes informatiques liés à son sujet de stage et à mes travaux de recherche. Il a découvert dans mon laboratoire que l'informatique pouvait être pour lui un sujet passionnant. Son stage a été un succès car il y avait mis du cœur et s'était impliqué sans compter les heures. A la fin de son stage, nous avons fait un petit pot pour lui montrer que nous avions su apprécier sa gentillesse et son implication.

Je n'ai pas pu assister à sa soutenance de stage, car il s'était donné la mort.

De son suicide, il laissait à ses parents une lettre d'explication où il faisait part de son dégout de la vie. Ses parents m'ont contacté car un passage de cette lettre m'était adressé: il disait que les meilleurs moments de sa courte vie avait été son stage avec moi. J'en ai encore des larmes aux yeux en écrivant ce billet à sa mémoire.

Il aurait fêté aujourd'hui son anniversaire.
Bon anniversaire Stéphane, tu es toujours dans mon cœur et tu as toujours vingt ans.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Lectrice, admiratrice, avocate, magistrate, programmeuse, dessinatrice, chère consœur, femmes de tous les pays, lecteur, j'ai toute confiance en vous pour prendre bien soin de vérifier que votre prose est compatible avec les normes orthographiques et grammaticales en vigueur. Et si vous pouviez éviter les propos insultants ou haineux, je vous en serais reconnaissant.
N'hésitez pas à respecter ces quelques règles qui peuvent même s'appliquer en dehors de ce blog.

Les commentaires sur ce blog sont modérés. Votre message apparaîtra sur le blog dès que le modérateur l'aura approuvé. Merci de votre patience.