12 mai 2012

Watching you

On me demande souvent ce que je ferais si je devais analyser un disque dur entièrement chiffré, ou un disque effacé en profondeur. Je réponds toujours qu'un expert judiciaire n'est pas un magicien et que "Ad impossibilia nemo tenetur"[1].

Il arrive parfois qu'on puisse surmonter l'impossible.

Jaime Lannister est commercial dans l'entreprise CASTRALROC. Enfin, "était", car Jaime s'est fait licencier pour faute grave. Faute qu'il conteste devant le conseil de prud'hommes. Ceux-ci, étant étymologiquement sages et avisés, font appel à un autre homme sage, avisé, d'expérience, reconnu compétent dans un domaine et pouvant être considéré comme un expert à ce titre, c'est-à-dire un expert judiciaire. Me voici dans la place forte.

J'ai déjà décrit plusieurs fois sur ce blog le déroulement d'une expertise judiciaire contradictoire. Je suis donc assis à une grande table ronde, avec à ma droite les représentants de l'entreprise CASTRALROC et leur avocat, et à ma gauche Jaime et son avocat. Bien qu'ayant lu mon ordonnance de désignation, je demande aux deux parties de me présenter le problème.

CASTRALROC est une entreprise spécialisée dans la fabrication d'armes blanches à double tranchant, connue pour ses modèles Aiguille, Glace, Grande-Griffe et Longclaw. Entreprise de taille modeste, elle n'en dispose pas moins d'un poste de commercial, occupé par Jaime, avec des clauses de confidentialité et de non concurrence.

Il est reproché à Jaime d'avoir contacté à plusieurs reprises, par courrier postal, des entreprises concurrentes et proposé ses services, en mettant en avance son savoir-faire et sa connaissance des techniques utilisées par CASTRALROC. En particulier l'entreprise RINGS fabricant les modèles Andúril, Anglachel, Anguirel, Aranrúth, Dard, Glamdring, Gurthang, Gúthwinë, Hadhafang, Herugrim, Narsil, Orcrist et Ringil.

Jaime nie avoir rédigé de tels courriers, tout en reconnaissance des contacts avec la concurrence, contacts qu'il estime normal dans l'hypothèse d'un changement d'employeur.

Me voici donc, en présence des deux parties, devant l'ordinateur portable utilisé par Jaime dans le cadre de son travail chez CASTRALROC. Ne souhaitant pas prolonger la réunion outre mesure en effectuant devant tout le monde de longues analyses techniques, je propose aux parties de m'autoriser à les effectuer dans mon laboratoire et de revenir présenter les résultats de mes investigations lors d'une deuxième réunion.

De retour chez moi, j'effectue une copie numérique du disque dur et commence son analyse inforensique. Après quelques heures d'investigations, je constate l'absence de courriers coupables. Par contre, je trouve sur le disque dur un logiciel d'effacement de traces: Eraser. Impossible, dans ce cas, de remonter de plus de quelques jours dans la liste des fichiers effacés.

Me voici de nouveau devant les parties, lors de la deuxième réunion d'expertise. Je présente les faits. Jaime explique qu'en raison de la confidentialité des données qu'il manipule, il a pris l'habitude d'effacer efficacement les traces laissées sur son ordinateur. Je prends acte de ses explications, l'utilisation du logiciel Eraser étant parfaitement licite et logique pour qui veut se préserver d'une récupération des fichiers effacés.

Avant de clore la réunion, je demande à visiter le système informatique de l'entreprise. Un classique serveur de fichiers contrôleur de domaine, des postes vassaux clients pour chaque salarié et un photocopieur multifonction dans le couloir. L'entreprise n'a pas de système de sauvegarde centralisé, chacun copiant sur support externe ses propres données. Je ne fais aucune remarque sur la viabilité de la solution.

Dans l'entreprise où je travaille, les photocopieurs multifonctions sont loués à une société qui en assure l'entretien et la maintenance. Il se trouve que, chez nous, la configuration de certains photocopieurs multifonctions doit être faite de manière approfondie, car ils sont utilisés à la fois par le personnel de l'école et par les étudiants. J'ai donc dû me plonger, avec la société de maintenance, dans le paramétrage avancé de plusieurs modèles. C'est très bavard, un photocopieur multifonction. Cela garde trace de beaucoup d'informations: date d'impression, nom du document, nom du compte ayant demandé l'impression, nombre d'exemplaires...

Je demande donc à voir le photocopieur multifonction du couloir. Je parcours quelques menus dans la configuration et découvre le paramétrage suivant: tous les documents imprimés sont disponibles sur le disque dur du photocopieur multifonction. Il est possible de les parcourir et de demander leur réimpression... C'est ainsi que devant les yeux médusés des parties, j'ai pu retrouver tous les documents imprimés par Jaime, et en particulier les courriers adressés à l'entreprise RINGS. Après quelques manipulations, ils étaient de nouveau imprimés. J'ai eu une petite pensée pour mon moi d'il y a quelques années.

Vous qui imprimez les 200 exemplaires du carnet de chant de la chorale de vos enfants, le pdf érotique que vous avez téléchargé chez vous, ou vos cinq exemplaires du rapport d'expertise et ses annexes, sur l'imprimante du boulot, je suis sûr que vous allez y réfléchir à deux fois maintenant.

Jaime s'est alors tourné vers moi, et m'a dit: "valar morghulis", ce qui, dans langue de l'antique Valyria, signifie "Tout homme doit mourir".

Je lui ai répondu: "Big printer is watching you".

-----------------------------------
[1] A l'impossible nul n'est tenu

2 commentaires:

  1. Ha ha ha.
    J'ai eu du mal à me concentrer sur l'histoire elle-même.
    Je parcoure votre blog dans le sens anti-chronologique depuis hier soir et suis ravi que vous ayez pris le temps de remettre en ligne les billets perdus lors de l'enfantillade (oui je crée des mots nouveaux, sinon je mets trop de temps à retrouver les bons) du mois du juin.

    C'est ironique car j'en suis à ma première re-lecture des bouquins (1h-1h30 de bus par jour, avec iPad). J'ai mis en pause la re-lecture mieux pouvoir ingérer au plus vite le plus de billets possibles lors de mes trajets quotidiens. Et voilà que je tombe sur ce pauvre Jaime Lannister!
    J'espère que le/la juge aura tenu compte du fait qu'il n'a pas fait ça pour l'argent mais bien par amour de sa soeur jumelle manipulatrice.
    On sait tous que Jaime c'est pas un si méchant gars au fond...

    Tout ça pour dire, gardez vos vieux billets, ils prennent certes la poussière avec le temps mais vos nouveaux lecteurs seront toujours ravis d'avoir de la matière à lire dans le bus en allant au boulot le matin, même plusieurs jours après avoir découvert votre Blog.

    Salutations,

    No One

    RépondreSupprimer
  2. Je relève néanmoins deux approximations dans votre récit :
    1. La réponse à Valar Morghulis est bien entendu "valar dohaeris" et non pas "Big printer is watching you" on l'entend trop souvent.
    2. L'entreprise qui distribue Ice, Needle, Longclaw et d'autres répliques n'est pas CASTRALROC mais ValyrianSteel.com

    J'espère profondément que ces éclaircissements aideront les lecteurs non-experts en informatique.

    :)

    RépondreSupprimer

Lectrice, admiratrice, avocate, magistrate, programmeuse, dessinatrice, chère consœur, femmes de tous les pays, lecteur, j'ai toute confiance en vous pour prendre bien soin de vérifier que votre prose est compatible avec les normes orthographiques et grammaticales en vigueur. Et si vous pouviez éviter les propos insultants ou haineux, je vous en serais reconnaissant.
N'hésitez pas à respecter ces quelques règles qui peuvent même s'appliquer en dehors de ce blog.

Les commentaires sur ce blog sont modérés. Votre message apparaîtra sur le blog dès que le modérateur l'aura approuvé. Merci de votre patience.