23 juillet 2012

La sonnette d'alarme

Dans le cadre des rediffusions estivales, je vous propose une anecdote d'expertise privée. Je l'ai publié ici-même en septembre 2008, et, étant moi-même responsable informatique, elle me poursuit encore régulièrement dans mes cauchemars.

---------------------------------------------------

Cette anecdote est 100% véridique et est publiée avec l'accord du responsable informatique concerné.

PRÉAMBULE

Je suis parfois appelé dans le cadre d'expertise privée. Je n'aime pas particulièrement cela, dans la mesure où j'ai fait le choix de servir la justice (relire le serment de l'expert judiciaire en tête de ce blog) plutôt que de mettre en place une activité d'indépendant pourtant beaucoup plus lucrative. Être inscrit sur la liste des experts judiciaires, cela donne beaucoup de responsabilités (et de soucis), des honoraires payés parfois à 400 jours et des soirées à trier de tristes images.

Mais c'est aussi une certaine visibilité pour les personnes souhaitant faire appel aux services d'un informaticien compétent à l'esprit indépendant (au sens "donnant son avis en son honneur et en sa conscience"). C'est pourquoi quelques personnes choisissent de faire appel à mes services parce qu'ils ont vu mon nom sur la liste des experts judiciaires. En général, je refuse poliment, en expliquant que je travaille exclusivement avec les magistrats ou les OPJ.

Dans le cas présent, mon interlocuteur m'a expliqué qu'il était face à un problème incroyable sur lequel tout le monde séchait. C'était donc "mission impossible" et cela m'a intrigué.

FIN DE PRÉAMBULE

Le système informatique de l'entreprise Diaspar[1] présente un dysfonctionnement dont personne n'a pour l'instant trouvé la cause. La panne appartient à la plus terrible des catégories: panne aléatoire non reproductible.

A mon arrivée sur les lieux, mandé par le Directeur de Diaspar, je rencontre le responsable informatique, M. Alvin, qui me décrit le tableau suivant:

"Nous avons tout vérifié: le câblage, les actifs, les branchements. Nos différents fournisseurs sont intervenus à tous les niveaux. Le réseau a été audité, ausculté, monitoré. Nous avons dessiné le diagramme d'Ishikawa. Nous avons utilisé les cinq pourquoi. Rien n'y fait, le problème est toujours là. Le système fonctionne normalement et paf, les serveurs sont injoignables. Notre seule solution est de rebooter les hubs..."

A la mention de "hub", je dresse l'oreille. Après vérification, le cœur de réseau de l'entreprise est assez ancien: ethernet 10 Mb/s non commuté. Bienvenu dans le monde réel.

Je passe la matinée à étudier les vérifications effectuées par les différentes personnes intervenues avant moi.

M. Alvin m'invite à déjeuner (c'est l'avantage des expertises privées[2]). Pendant le déjeuner, je pose quelques questions sur le réseau et son historique. M. Alvin m'apprend alors quelque chose d'intéressant. Le câblage est utilisé par trois systèmes distincts: informatique, téléphonie et vidéosurveillance. Chaque système est indépendant avec ses propres serveurs: serveur informatique pour l'un, PABX pour l'autre et régie vidéo pour le dernier. Un câble réseau dans l'entreprise est donc affecté (exclusivement) à l'un de ces trois réseaux. Cette affectation est décidée à l'aide d'une "rallonge" dans une armoire de câblage (on parle alors de jarretière de brassage, qui a dit que les techniciens n'étaient pas poètes[3])...).

Je me dis que je tiens quelque chose: n'y aurait-il pas eu confusion dans une armoire de brassage? Une caméra ne serait-elle pas branchée sur le réseau informatique? Hélas, M. Alvin n'étant pas né de la dernière pluie, il avait déjà pensé à ce cas de figure et fait vérifier l'intégralité des armoires de brassage.

Je m'accroche néanmoins à cette idée et par la force de l'expérience, pose la question suivante: n'y aurait-il pas eu des modifications d'affectation de pièces, un bureau transformé en atelier par exemple?

M. Alvin réfléchit et m'indique que l'ancien bureau du contremaître a effectivement été transformé en atelier lors de l'agrandissement de la zone de production. Mais à quoi bon, toutes les prises ont été débrassées, testées et réaffectées, puis vérifiées...

Le subconscient (de Murphy) faisant son travail, je réattaque sur le sujet lors de la visite de l'entreprise, l'après-midi. Face à l'ancien bureau transformé en atelier, je pose quelques questions au contremaître.

Zythom: "Y a-t-il eu des modifications apportées sur le câblage dans votre bureau?"

Le contremaître: "Ben, ya bien la sonnette du téléphone."

Zythom: "La sonnette?"

Le contremaître: "Oui. Comme j'entendais pas le téléphone sonner quand je travaillais dans l'atelier adjacent, j'ai fait ajouter une sonnette dans l'atelier reliée à mon téléphone. La preuve, regardez, elle est toujours là. Mais elle sert plus parce que j'ai changé de bureau et que j'ai un téléphone portable."


Sur le mur de l'atelier trônait toujours une grosse sonnette en forme de cloche.

En suivant les fils de la sonnette j'aboutis à l'ancienne prise de téléphone. Et sur cette prise se trouve maintenant branché un ordinateur de contrôle d'une machine outils.

Avec l'accord de M. Alvin, je démonte la prise et nous découvrons un superbe branchement (avec dominos) de la sonnette sur le réseau informatique...

Dès que les échanges informatiques du réseau atteignaient une valeur critique, la self de la sonnette interagissait avec le système et flanquait la pagaille.

J'ai toujours regretté de ne pas avoir demandé au contremaître si la sonnette sonnait de temps en temps.
Mais je suppose que non...

----------------
[1] Diaspar est le nom de la Cité éternelle du roman "La Cité et les Astres" de Sir Arthur Charles Clarke. Le héros s'appelle Alvin.

[2] Dans le cadre des expertises judiciaires contradictoires, il est interdit de manger avec l'une des parties. Vous pouvez manger avec toutes les parties, mais en général, elles ne souhaitent pas se trouver autour d'une table de restaurant et partager un moment de convivialité... Avec les avocats, ce serait parfaitement possible, mais en général leurs clients ne comprennent pas qu'ils puissent se parler IRL. Donc, c'est sandwich en solitaire.

[3] Et bien sûr, honi soit qui mal y pense.

7 commentaires:

  1. Bonjour, et merci pour cette croustillante anecdote.

    Si je peux me permettre, il y a une faute "informaticien compétant" => "informaticien compétent"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est corrigé. Merci de l'avoir signalé !

      Supprimer
  2. Oui, on aime les anecdoctes de Zythom !!!

    RépondreSupprimer
  3. J'adore ces anecdotes... Encore :-)

    PS : si je peux me permettre, il existe un gadget que j'adore, sur le blog de Maitre Mô, ce sont les infobulles qui apparaissent au survol de l'hyperlien des notes de pied de page... Transposable ici ? Ce serait un régal :-)

    RépondreSupprimer
  4. Analyse très impressionnante ! (comme quoi le modèle OSI et la vérification du câble ont encore du bon).
    J'avoue par contre être consterné par le fait qu'une entreprise ait assez d'argent pour passer plusieurs jours sur ce problème (on parle même d'audit), mais pas assez pour remplacer des hubs (!) 10 Mbs (!)...
    Merci pour votre blog, des plus passionnants !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est que l'histoire est maintenant assez ancienne... Cette entreprise est maintenant équipée de switchs gigabits.

      Supprimer
  5. Puisqu'on parle anecdote amusante ... Dernièrement, le disjoncteur de la maison disjonctait sans raison.
    Après plusieurs vérifications des câblages, prises et interrupteurs, rien n'expliquait la panne. Puis un petit détail a retenu mon attention : un petit bout de queue dépassait d'une gaine... En ouvrant la gaine, la panne était enfin trouvée : une petite souris avait eu la mauvaise idée de se glisser dans la gaine électrique et avait grignoté les fils causant un court-circuit !

    RépondreSupprimer

Lectrice, admiratrice, avocate, magistrate, programmeuse, dessinatrice, chère consœur, femmes de tous les pays, lecteur, j'ai toute confiance en vous pour prendre bien soin de vérifier que votre prose est compatible avec les normes orthographiques et grammaticales en vigueur. Et si vous pouviez éviter les propos insultants ou haineux, je vous en serais reconnaissant.
N'hésitez pas à respecter ces quelques règles qui peuvent même s'appliquer en dehors de ce blog.

Les commentaires sur ce blog sont modérés. Votre message apparaîtra sur le blog dès que le modérateur l'aura approuvé. Merci de votre patience.