17 décembre 2012

La dormeuse du quai

Je suis un ancien quai en pierre, qui borde un plan d'eau. Je regarde cette étudiante se reposer devant moi. J'en ai vu passer des personnes depuis des siècles, depuis qu'un groupe d'homme m'a assemblé pierre après pierre. Des jeunes, des vieux, des râleurs, des travailleurs, le soir, le matin...

J'en ai vu des histoires se dérouler devant mes yeux de pierre. Des histoires de cœurs, des histoires de pleurs, des histoires de joies et des histoires de peines. Cette étudiante se repose contre moi et médite. Elle riait si fort en arrivant que je croyais qu'elle était accompagnée. J'ai compris à sa démarche sur mon dos de roche que l'alcool rendait ses pas mal assurés et forçait sa joie.

Ce matin, j'ai entendu des chiens aboyer, tirant sur leurs laisses en reniflant mes pavés usés par la pluie et par les badauds. Mais les chiens n'ont pas dérangé ma petite étudiante. Elle a l'air si jeune, prête à croquer sa vie pleine d'avenir. Pourtant, elle a l'air triste, le regard hésitant. Autrefois fréquentés par une multitude de professionnels, mes pavés se languissent de cette époque glorieuse où les charrettes se bousculaient, chargées de marchandises.

Maintenant, le temps passe lentement et peu de monde vient dans ce coin de la ville. Ma petite étudiante est tranquille et personne ne la voit où elle s'est réfugiée. Des vacanciers passent en pestant. Un groupe de plongeurs les regardent trébucher sur mes pavés disjoints. Ils s'approchent de ma petite étudiante qui rêvasse. Ils l'ont vue.

Aujourd'hui, l'étudiante est partie. C'est une foule qui s'est réunie et qui réchauffe mes pierres ruisselantes. Un grand nombre de personnes, étudiants, professeurs et anonymes, se pressent à l'endroit que les chiens marquaient de leurs cris joyeux. Tous se sont réunis pour jeter des fleurs à l'attention de la petite étudiante restée deux jours à mes côtés.

Elle qui riait si fort en tombant dans l'eau.

--------------------------------
Les commentaires sont fermés pour ce billet.
J'ai écris ce texte parce que cela me permet d'exprimer ma détresse. J'ai hésité à le publier, et je me suis dit qu'il empêcherait peut-être un autre drame d'arriver: accompagnez toujours une personne alcoolisée qui rentre chez elle, même si elle rentre à pied, même si ce n'est pas très loin.
Merci de ne pas chercher à savoir qui est cette étudiante: elle est votre fille, votre amie, votre sœur. Elle repose en paix maintenant.