24 décembre 2012

Le fantôme d'Heilbronn

Dans le cadre des rediffusions hivernales, le billet d'aujourd'hui, publié le 15 avril 2009, sous l'intitulé "La femme sans visage", rappelle aux enquêteurs, et aux experts de tout poil, qu'il faut rester modeste sur ces certitudes, et étudier toutes les pistes, pas uniquement là où il y a de la lumière. Un réflexe bien connu des développeurs...

----------------------------------------------------------


Il y a des affaires sur lesquelles je suis content de ne pas avoir travaillé. Mais si l'on apprend toujours de ses erreurs, il est possible d'apprendre de celles des autres.

Lieselotte Schlenger aimait les chats, les enfants et la pâtisserie. Le 23 mai 1993, elle a mis des gâteaux au citron dans le four, mais n'a pas pu en profiter: son voisin l'a retrouvée morte étranglée avec la corde qui servait à tenir un bouquet de fleurs. C'était la première victime d'un meurtrier en série. L'ADN recueillit sur une tasse de thé allait permettre de découvrir qu'il s'agissait d'une femme et de la suivre à la trace pendant 15 ans sans pouvoir l'arrêter. Faute de pouvoir mettre un nom sur un visage, la police allemande allait l'appeler "la femme sans visage".

Et la tueuse a recommencé, et plusieurs fois. Son ADN a été trouvé sur les lieux d'une triple exécution dans laquelle elle semble être impliquée. Son ADN intervient également dans une affaire de meurtre en 2001 dans la cité universitaire de Fribourg.

Un antiquaire de 61 ans a été retrouvé étranglé, cette fois avec une ficelle de jardin. L'ADN de la meurtrière a été retrouvé sur lui, sur des objets de son magasin, sur la poignée de la porte et sur le petit panneau "fermé" de la porte d'entrée. Le montant du vol a été estimé à 230 euros.

Certains meurtres ont des similitudes: petits montants volés, modus operandi, etc. Mais d'autres sortent du lot et semblent montrer que l'assassin est capable de modifier son comportement criminel. En effet, de nombreux cambriolages sont à mettre à son actif, et à chaque fois en ne laissant que quelques empreintes épithéliales.

Après le cambriolage d'un magasin, le chef de la police avait déclaré "C'est un travail de professionnel: elle n'a laissé aucune empreinte, à part le tout petit fragment de peau qui a permis de la reconnaître".

Enfin, de la reconnaître... Elle reste toujours inconnue, et conserve son surnom de "femme sans visage".

En mai 2005, l'étau se resserre. Un gitan tire au revolver sur son frère. Des traces d'ADN de la femme sans visage sont retrouvés sur l'une des balles. La police passe un message à la télévision pour obtenir des indices. En vain.

Mais ce qui a poussé les policiers à intensifier leur recherche, c'est que la femme sans visage est la seule suspecte dans le meurtre de sang froid d'une policière de 22 ans, sur un parking de la ville de Heilbronn. Cette policière participait à une opération d'infiltration avec un collègue dans une affaire de trafic de médicaments quand deux personnes sont montées à l'arrière de leur voiture pour leur tirer une balle dans la tête à bout portant. La policière est morte sur le coup mais son collègue, qui a survécu miraculeusement, ne se souvient de rien.

Il y a eu en tout plus de trente cambriolages et hold-up en plus des meurtres. Plus de 800 femmes suspectes ont été interrogées dans le cadre des enquêtes, mais aucune n'avait un ADN qui correspondait.

Pendant toute la durée de la traque, la police allemande a mis les moyens: plus de 18 millions d'euros. Mais sans pouvoir mettre la main sur la tueuse.

L'attribution de ces meurtres en une seule et même personne se révélera, en mars 2009, être une erreur de police scientifique due à une contamination du matériel de prélèvement. Les traces d'ADN retrouvées correspondaient en fait à l'ADN d'une femme travaillant à l'emballage du matériel de prélèvement dans l'entreprise fournisseuse (vous savez, les sortes de gros cotons tiges...).

Même Calleigh Duquesne s'y serait laissée prendre.

Mais certainement pas Lilly, et encore moins Greg!

--------------------------
Sources:
Francesoir
Alsapresse
theage.com.au
Bild.de
Wikipedia

Source photo Megaportail

1 commentaire:

  1. Et alors...?

    les femmes tueuses en série ne recourent que rarement à des procédés violents pour faire passer leurs victimes de vie à trépas. Elles préfèrent le poison.

    Souvenons-nous de C.M. aide-soignante qui a zigouillé des dizaines de malades avec un cocktail médicamenteux.

    RépondreSupprimer

Lectrice, admiratrice, avocate, magistrate, programmeuse, dessinatrice, chère consœur, femmes de tous les pays, lecteur, j'ai toute confiance en vous pour prendre bien soin de vérifier que votre prose est compatible avec les normes orthographiques et grammaticales en vigueur. Et si vous pouviez éviter les propos insultants ou haineux, je vous en serais reconnaissant.
N'hésitez pas à respecter ces quelques règles qui peuvent même s'appliquer en dehors de ce blog.

Les commentaires sur ce blog sont modérés. Votre message apparaîtra sur le blog dès que le modérateur l'aura approuvé. Merci de votre patience.