30 décembre 2012

Le morpion du jour des trois jours

Dans le cadre des rediffusions hivernales, le billet d'aujourd'hui a été publié le 22 juin 2009 et était le premier de ma rubrique "Service militaire". J'ai été assez surpris du succès de cette rubrique, surtout auprès des plus jeunes de mes lecteurs, si j'en juge par les commentaires. Bonne (re)lecture ;-)

------------------------------------

J'ai conscience que beaucoup de lecteurs de ce blog viennent pour y lire des anecdotes sur le monde de l'expertise judiciaire. C'est mal connaitre l'"esprit" de ce blog: j'y confie tout ce qui me passe par la tête ou presque et entre autre chose des anecdotes pour ma famille et mes amis. J'ai décidé d'inaugurer une nouvelle rubrique dans la catégorie "privée": des anecdotes sur mon service militaire. A petite dose.

Je n'ai jamais vraiment aimé l'armée, mais j'ai toujours trouvé qu'elle représentait un mal nécessaire, un passage obligatoire qu'il fallait prendre du meilleur côté possible. Évidemment, maintenant que le service militaire n'est plus obligatoire, cela fait un peu "vieux papi". Mais il fut un temps pas si lointain où pour tous les garçons qui atteignaient 18 ans, la question militaire devenait incontournable.

Les trois jours
Dans mon lycée, les pires légendes couraient sur ces fameux trois jours de casernement: les lits étaient sales, les douches collectives malodorantes, il fallait se lever à cinq heures du matin pour passer son temps à attendre...

Déjà, la plupart du temps, les trois jours n'en duraient qu'un seul. En tout cas, ce fut le cas de tout ceux qui m'accompagnaient. Arrivés le matin, nous avons commencé par des tests de logique: une heure à cocher des cases en courant contre la montre. Mes amis redoublant m'avaient prévenu: tu ne finiras pas le questionnaire. Il faut essayer de répondre juste au maximum de questions.

On nous a fait ensuite patienter une heure le temps pour les appelés de procéder à la correction.

Munis de nos résultats, nous voici en train de poursuivre le parcours fléché vers étape suivante: la visite médicale.

Je ne suis pas quelqu'un qui fait les premiers pas quand je ne connais personne. J'étais donc un peu isolé parmi la dizaine de petits groupes qui s'étaient formés alentour. Un gars plutôt rondouillard s'approche de moi et me demande si je sais où il faut aller pour la suite. Je lui réponds qu'il suffit de suivre les énormes flèches et de lire les indications. Pas rassuré pour autant, il me demande la note que j'ai obtenu aux tests. Je lui réponds discrètement: j'ai eu 20. Il me regarde avec des yeux tous ronds: quoi! A ben ça alors. Moi j'ai eu 7 et j'aurais voulu travailler comme cuisinier. Ils m'ont dit qu'il fallait avoir au moins 10 pour s'engager.

Je compatis avec lui. Il me suivra toute la journée, se méfiant des flèches et des indications, préférant suivre mon 20 plutôt que son bon sens à lui. Je ne sais s'il a eu raison.

La visite médicale est un grand classique. Nous voici dix alignés face à un mur sur lequel sont accrochés dix urinoirs. Au commandement, nous avançons avec notre flacon de verre vide pour le remplir. Quelques minutes ensuite, nous nous reculons avec notre verre de liquide chaud à la main. Sauf mon camarade d'infortune qui, tout rouge, annonce d'une petite voix qu'il n'a plus envie, ayant cédé à un besoin naturel quelques instants avant la visite médicale. L'appelé de service lui explique qu'il doit pouvoir fournir quelques gouttes en se forçant un peu... Ce qu'il fera avec grandes difficultés et moultes soupirs.

Puis vient l'examen de l'acuité visuelle. Nous sommes en file indienne. Je suis juste derrière mon camarade cuisinier. Lorsque le médecin lui demande de se cacher l'œil droit, je le vois mettre sa main sur l'œil droit et appuyer fortement dessus tout en lisant les lignes de caractères. Quand le médecin lui demande de faire la même chose avec l'autre œil, son œil droit était devenu incapable de lire quoi que ce soit... Le médecin haussa les épaules et cria: suivant! Je prie bien garde à placer ma main devant mon œil. On apprend toujours des erreurs d'autrui.

Tous les futurs appelés ayant eu au dessus de 15 aux tests de logique devaient passer un autre test que j'attendais avec impatience: le test de morse. Nous allions passer une heure à nous entrainer à apprendre à reconnaitre trois lettres, I N et T[*]. L'entrainement consistait à suivre les indications fournies dans les hauts parleurs par une bande magnétique. Chaque époque a ses NTICE. Passé l'heure d'entrainement, l'épreuve proprement dite commençait. Mes amis m'avaient prévenu: la grille des réponses comportait des groupes de cinq lettres à remplir. Les hauts parleurs allaient passer les sons morses à un rythme initial très lent, puis accélérer sensiblement jusqu'à soutenir un rythme tellement rapide qu'il était impossible pour un débutant de le soutenir. Le truc consistait alors à sauter les groupes de cinq lettres non reconnues et d'essayer de grappiller des points en saisissant au vol quelques groupes de lettres. Résultat: 20 :)

C'est probablement pour cela que j'ai ensuite effectué mon mois de classes dans les transmissions. Cela ne peut pas être un hasard...

PS: Je n'ai jamais su ce qu'était devenu mon camarade morpion du jour des trois jours. S'il me lit ici, qu'il sache que si j'avais l'air sur de moi, j'étais également un peu perdu. J'espère qu'il a trouvé le bonheur qu'il méritait.

-----------------------------
[*] INT, c'était également le nom d'une grande école d'ingénieurs: l'Institut National des Télécommunications. Un hasard??

4 commentaires:

  1. Je chipotte, mais l'INT n'existe plus. je fais parti de la première promo après le changement de nom. résultat: je suis diplomé de Télécom Sud Paris (je ne sais jamais s'il faut mettre les accents)

    RépondreSupprimer
  2. Eu plus de chance ? Pour les récalcitrants devant les urinoirs... Il y avait quelques WC afin de se concentrer plus tranquillement...
    Injustice de la vie... J'ai vu un conscrit pleurer n'ayant pas atteint la note minimale pour passer les tests d'élèves officiers de réserve... Alors que je les ai passés sans soucis... Et sans en "profiter".

    RépondreSupprimer
  3. Heureusement, j'ai évité le service militaire,
    En raison de ma dyslexie,
    Sans parler du fait que le test de morse, aucune possibilité, même avec QI 142.

    RépondreSupprimer
  4. Vu que c'est un blog informatique... et que l'on parle 3 jours... Occasion d'allumer la radio à la station ma vie, épisode :
    "J'ai passé les "3 jours" avec la version Jeux Video .."

    Suite aux tests medicaux, direction pour les évaluations intellectuelles:

    Chacun une cabine, un ecran, 10 touches numérotées de 1 à 0 (en passant par les autres chiffres :p)

    Test d'intelligence:
    Premiere question de souvenir... "êtes vous un homme ou une femme..."
    Grosse latence du terminal (ou stress allongeant les secondes ?)...
    Je me suis dit l'écran est tactile version SNCF (ouha !)
    ... nan...
    J'imagine 1:Homme, 2: femme
    Je n'aurais pas du ...
    Je tape 1 à cet instant s'affiche le choix multiple
    -> "Mauvaise réponse... vous êtes un homme"
    Premiere lecon: à l'armée on imagine pas... et les initiatives ne sont pas forcément bien vu...
    Après je me suis ultra appliqué en me souvenant de la leçon de l'uniforme qui nous avait accueili : "Y en a qui ont voulu jouer aux malins...ben ils se les peles actuellement à Bitch !" (je les passais ces trois jours dans le Sud...J'ai supposé que Bitch devait être quelque part où la chaleur du soleil n'etait qu'un concept...)

    Test de ??? ... jeux video version 8bits
    - Un labyrinthe avec chemin facilement identifiable,
    - un petit triangle comme vaisseau (de souvenir),
    - deux manettes (haut-bas d'une main, gauche droite l'autre)
    - deux pédales (pour la suite de l'histoire)
    - un chrono :D

    Question: etes vous familier avec les ordinateurs (1- jamais touché, 2- occasionnellement, ... ) => 1 ... ;) (école scientifique... mais on met toutes ses chances de son coté)

    Et le jeu commence...
    Au debut je faisais attention à ne pas toucher les mur, sinon explosion
    Mais au deuxieme crash je me suis appercu qu'il n'y avait pas de pénalité au crash (le vaisseau apparait à l'endroit du crash, pas de pénalité de temps)
    ... hehehe ... plus de virage à négocier :D
    Puis apres pas mal de niveaux ... nouvelles consigne
    Son grave (pas le aigu) => pedale droite
    Signalement grosse ampoule (à droite je crois) => pédale gauche
    ...Et c'est reparti...
    et puis changement de consignes régulierement...
    Debut de la mal au crane, mains humides, odeur de sueur dans la cabine fermée... mais à fond dans le defis :D

    Fin du test de jeu video... remise d'un dossier papier...
    Direction dernier debreef...
    Attente en ligne devant bureau fermé, grande porte blanche...(Même pas penser a lire le dossier à la reflexion...le stress)
    Bonjour, hum (lecture du dossier)... prepa militaire ? nan ? plus d'1m80 ... humm ... vous serez dans l'artillerie (mon souvenir)...
    Au revoir !

    Au final, monsieur le président Chirac permettra un surcis d'un an pour ceux qui ont un CDI apres leur diplome... puis surcis supplémentaire d'un an... puis disparition ... pas d'artillerie et de compréhension du determinisme militaire pour que j'arrive dans l'artillerie.

    Lors de mes 3 jours, j'ai eu aussi affaire à une personne qui suivait la consigne "suivez les fleches vertes" à la lettre...
    Et qui finissait toujours dans la coure centrale (signalétique des sorties de secours).
    Il semblait de bonne foi (vu qu'ensuite ils nous suivait) et l'ambiance intellectuellement stimulante de la garnison ainsi que le stress omnipresent de ces "3 jours" devaient effectivement faire partie de l'équation...(a moins que cela ne soit la biere à ~1 francs disponible dans le foyer...)


    RépondreSupprimer

Lectrice, admiratrice, avocate, magistrate, programmeuse, dessinatrice, chère consœur, femmes de tous les pays, lecteur, j'ai toute confiance en vous pour prendre bien soin de vérifier que votre prose est compatible avec les normes orthographiques et grammaticales en vigueur. Et si vous pouviez éviter les propos insultants ou haineux, je vous en serais reconnaissant.
N'hésitez pas à respecter ces quelques règles qui peuvent même s'appliquer en dehors de ce blog.

Les commentaires sur ce blog sont modérés. Votre message apparaîtra sur le blog dès que le modérateur l'aura approuvé. Merci de votre patience.