26 décembre 2012

Les mots d'après l'oeil

Dans le cadre des rediffusions hivernales, le billet d'aujourd'hui a été publié le 29 avril 2009, sous l'intitulé "Plasticité synaptique", le titre étant d'ailleurs un clin d’œil à mon autre moi qui travaillait sur sa thèse sur les réseaux de neurones... Je suis encore aujourd'hui tiraillé par ce problème de réforme de ce que j'ai appris étant jeune. Ce n'est pas un bon signe. Pas plus d'ailleurs le fait que Blogger ne gère toujours pas mieux l'espace insécable.

Le titre de cette re-publication est extrait d'une citation d'Ambrose Bierce: "L'orthographe est une science qui consiste à écrire les mots d'après l'œil et non d'après l'oreille."

----------------------------------------------------

Travailler dans le domaine informatique demande un effort particulier d'apprentissage permanent. Les technologies évoluent vite, ce que vous teniez pour acquis une année devient obsolète l'année suivante, etc.

C'est particulièrement flagrant quand je retravaille mon cours d'introduction à l'informatique, notamment la partie où j'insiste lourdement sur les ordres de grandeur, comme par exemple les caractéristiques d'un PC d'aujourd'hui.

Les méthodes informatiques évoluent, les langages informatiques "nouvelle génération" poussent les anciens, pourtant toujours en activité (et souvent pour longtemps).

Celui qui travaille dans ce domaine, qu'il soit développeur, journaliste, chercheur ou expert, DOIT être une personne capable de faire évoluer ses connaissances et ses gouts.

Mais cette souplesse doit pouvoir être mise à profit dans tous les domaines et parfois avec un effort que je ne soupçonnais pas.

S'il m'est facile d'écouter de la musique avec mes enfants, d'en apprécier la découverte et de voir mes gouts continuer à s'élargir malgré mon statut de "vieux" auprès des moins de 20 ans, il m'est plus difficile d'évoluer dans le domaine de l'orthographe.

Et pourtant, avec ce blog, j'ai pris la décision depuis plusieurs mois, d'essayer d'appliquer la réforme orthographique de 1990. Celle-ci fait référence dans l'Éducation Nationale depuis l'été 2008: sources
ICI page 37 dans la marge "L’orthographe révisée est la référence." et
LA page 2 "Pour l’enseignement de la langue française, le professeur tient compte des rectifications de l’orthographe proposées par le Rapport du Conseil supérieur de la langue française, approuvées par l’Académie française".

Et c'est difficile.

Autant j'ai réussi à me débarrasser des accents circonflexes qui ont disparu d'à peu près tous les "i" et les "u":
on écrit désormais mu (comme déjà su, tu, vu, lu), plait (comme déjà tait, fait), piqure, surpiqure (comme déjà morsure) traine, traitre, et leurs dérivés (comme déjà gaine, haine, faine), et ambigument, assidument, congrument, continument, crument, dument, goulument, incongrument, indument, nument (comme déjà absolument, éperdument, ingénument, résolument).

"Cher Maître" devient donc "Cher Maitre"...

Autant également, je ne m'en sors pas trop mal avec les singuliers et les pluriels des mots empruntés (ils ont un singulier et un pluriel maintenant réguliers): un scénario, des scénarios; un jazzman, des jazzmans; un maximum, des maximums; un média, des médias, etc. On choisit comme forme du singulier la forme la plus fréquente, même s’il s’agit d’un pluriel dans l’autre langue. (Exception cependant, comme il est normal en français, les mots terminés par s, x et z restent invariables (exemples: un boss, des boss; un kibboutz, des kibboutz; un box, des box).

Mais j'ai plus de mal avec les traits d'union dans les nombres. On doit en effet écrire maintenant "elle a vingt-quatre ans, cet ouvrage date de l’année quatre-vingt-neuf, elle a cent-deux ans, cette maison a deux-cents ans, il lit les pages cent-trente-deux et deux-cent-soixante-et-onze, l'état lui doit sept-cent-mille-trois-cent-vingt-et-un euros."

Et j'ai beaucoup de mal avec le participe passé du verbe "laisser" suivi d’un infinitif qui est rendu invariable: on doit écrire maintenant "elle s’est laissé mourir; elle s’est laissé séduire; je les ai laissé partir; la maison qu’elle a laissé saccager."

Mais s'il y a un truc sur lequel je ne cèderai pas, c'est (sur ce blog) sur l'absence d'espace devant les signes ":" ";" "!" et "?". Je ne supporte pas que la mise en page automatique du navigateur poussent ces caractères à l'orphelinat en début de ligne. Et ne me parlez pas du caractère "espace insécable", l'éditeur de ce blog l'élimine lors d'une réédition de billet.

Et puis, considérez cela comme ma signature personnelle (dixit un expert judiciaire dans un débat sur mon identité réelle^^).

Alors, lorsque vous trouvez une faute sur ce blog, il s'agit soit d'une modification de la réforme de 1990 que vous ne connaissez pas, soit d'une faute de frappe, soit d'une faute volontaire, soit d'un manque de plasticité synaptique de ma part.

Maintenant, je peux aussi militer pour le retour à l'écriture d'avant la réforme de 1835: Ma foi, je connois le françois & les savans, les dents de mes parens, &c.

Non mais.

-----------------------
Source photo Megaportail

3 commentaires:

  1. Dans quelle catégorie doit-on ranger "L'ADN recueillit" que j'ai recueilli dans votre billet du 24 décembre ?
    ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Le lien qui pointe vers la réforme est HS :
    "La page demandée "/langue/orthographe/plan.html" n’a pas pu être trouvée."

    Quelqu'un a un lien à jour ?

    RépondreSupprimer
  3. L'instit de ma fille en CE2 lui a rayé sur un des ses cahiers l'écriture des nombres avec des tiret entre chaque mot.
    L'instit voulant des tirets comme avant la réforme de 90 et non pas entre tous les mots.
    Pourtant, c'est ainsi que ma fille avait appris en CE1 dans la même école, avec une jeune instit il est vrai :-)

    Je n'ai pas osé faire un mot à la maîtresse pour lui demander de bien vouloir appliquer les textes du B.O. enjoignant les instits d'enseigner l'orthographe réformée.
    Avec le recul je me dis que j'aurais dû : comment expliquer à un gamin que selon les correcteurs de la copie, il faut changer sa façon d'écrire !

    RépondreSupprimer

Lectrice, admiratrice, avocate, magistrate, programmeuse, dessinatrice, chère consœur, femmes de tous les pays, lecteur, j'ai toute confiance en vous pour prendre bien soin de vérifier que votre prose est compatible avec les normes orthographiques et grammaticales en vigueur. Et si vous pouviez éviter les propos insultants ou haineux, je vous en serais reconnaissant.
N'hésitez pas à respecter ces quelques règles qui peuvent même s'appliquer en dehors de ce blog.

Les commentaires sur ce blog sont modérés. Votre message apparaîtra sur le blog dès que le modérateur l'aura approuvé. Merci de votre patience.