22 janvier 2012

Message de service

Pour répondre à plusieurs personnes qui me questionnent à propos de ce blog, j'ai créé une page FAQ en haut du blog, que j'alimenterai au fur et à mesure que le besoin s'en fera sentir.

Par ailleurs, j'entreprends, essentiellement pour mes parents qui n'ont pas d'ordinateur, un travail d'autopublication similaire à celui que j'avais entrepris en 2007. Je vais faire une sélection de billets déjà publiés que je vais cette fois commenter à la façon d'Asimov (en moins talentueux évidemment).

En 2007, j'avais publié mon livre aux éditions Lulu.com. J'ai comme objectif cette fois d'y mettre en place également le téléchargement gratuit d'une version pdf pour ceux qui seraient intéressés.

On verra le temps que j'arrive à consacrer à ce petit projet, mes parents étant très sensibles à la grammaire et à l'orthographe...

16 janvier 2012

Emilie 4 ans

Émilie a 4 ans et s'est faite violer plusieurs fois par un ami de son père. Ce que ne savait pas Émilie, c'est que son violeur a pris des photos et filmé la scène. En fait, Émilie, à son âge, ne sait pas grand chose de la vie, si ce n'est qu'elle fait une confiance aveugle à ses parents et aux grandes personnes en général.

Ce que ne savait pas son violeur, c'est que les photos et films qu'il a faits seraient vus sur son ordinateur par un de ses "amis" qui les a vendus ensuite via des forums undergrounds spécialisés dans les images pornographiques "exotiques".

Ce que ne savaient ni Émilie, ni son violeur, c'est que ces scènes feraient le tour du monde en quelques mois, s'ajoutant aux images de ce type dans les compilations pédophiles qui s'échangent sous le manteau, dévoyant les sites de partage et la magnifique liberté d'internet.

Jusqu'à cet ordinateur mis sous scellé et qui se trouve sur mon bureau.

Un ordinateur dont l'officier de police judiciaire m'a raconté la courte histoire: son propriétaire est en prison pour une autre histoire, il a obtenu l'autorisation d'utiliser son ordinateur dans sa cellule, il a visionné plusieurs séries d'images pornographiques en compagnie d'autres compagnons de cellule, dont certaines à caractère pédopornographique. Il a été dénoncé, son ordinateur a été saisi, une procédure ouverte.

J'ai brisé le scellé, procédé à la copie numérique du disque dur, et commencé son analyse inforensique.

J'ai trié toutes les images extraites, et tous les films. J'ai regardé chaque image pour déterminer sa nature. J'ai vu toutes ces jeunes filles d'à peine 10 ans, dénudées, aux sourires tristes, prenant des poses suggestives. Et je t'ai vu, Émilie. Bébé à peine grandi, avec tes yeux confiants, regardant un sexe d'homme trop grand pour toi. J'ai fermé les yeux et pensé à mes trois enfants qui jouent à l'étage... J'ai pensé à mes étudiants vingtenaires qui vivent à cent à l'heure leur jeunesse insouciante. J'ai senti des larmes couler sur mes joues en me disant que, bordel, à mon âge j'étais encore trop sensible. Que je pensais qu'avec le temps, comme les étudiants en médecine, comme les pompiers, comme les policiers, j'allais m'endurcir...

Alors je rouvre les yeux et je continue mon classement. Ton prénom est dans le nom de plusieurs fichiers. Ton âge aussi, et l'histoire de ton viol. Les films sont d'une atrocité sans nom. Je redresse mon esprit vacillant en cherchant dans les métadonnées des fichiers d'éventuelles traces utiles pour les enquêteurs. Je note les dates présumées de création, de modification et de dernier accès.

Je me demande l'âge que tu as aujourd'hui. La vie que tu mènes. Un bonheur est-il possible après un début de vie aussi terrible?
Je ne sais pas.

J'imprime quelques photos pour le rapport.
Il faudra que je pense à prévenir l'opératrice du centre de photocopies où j'ai mes habitudes. Il faudra que je pense à prévenir aussi la greffière à qui je vais remettre mon rapport. A ma question, elle répondra "je ne regarderai pas, je n'arrive pas à m'habituer". Cela m'a rassuré.

A chaque expertise où l'on me demande de rechercher des images et films pédopornographiques, je retrouve ton visage. Presque à chaque fois. Tu es mon "effet Streisand" à moi.

Émilie, je pense encore à toi. Dans mon esprit, tu auras toujours 4 ans. J'espère que dans le tien, tu as tout effacé.

10 janvier 2012

Comment devenir expert judiciaire

Je reçois un courrier assez important concernant cette question, et je renvoie toujours à un billet du 1er janvier 2009. Curieusement, ce billet est toujours d'actualité et je vais me contenter de le réécrire, parce que vous le valez bien ;-)

Le premier point à bien comprendre est qu'expert judiciaire n'est pas une profession, à l'exception peut-être des experts traducteurs interprètes qui semblent impliqués à plein temps (et plus). Pour la grande majorité des experts judiciaires, il s'agit d'une activité annexe et il n'est pas rare qu'un expert judiciaire ne soit désigné qu'une ou deux fois par an, voire moins. Comme les frais engagés et les honoraires sont en général payés avec deux années de retard (ou plus), vous comprendrez qu'il ne faut pas compter sur cela pour payer les logiciels d'analyses inforensiques derniers cris dont vous rêvez, ni les formations obligatoires demandées pour rester inscrit sur la liste des experts judiciaires...

Vous devez donc avoir un vrai métier, une profession qui remplit le réfrigérateur et vous permet de rester propre. De toutes façons, c'est votre vrai métier qui intéresse les magistrats, pour les compétences qu'il vous apporte, et pour l'accès aux éventuels moyens qu'il vous assure.

Les experts judiciaires sont des professionnels habilités chargés de donner aux juges un avis technique sur des faits afin d’apporter des éclaircissements sur une affaire. Ce sont des spécialistes de disciplines très variées (médecine, architecture, gemmologie, économie et finance, etc.). Leurs avis ne s'imposent pas aux juges qui restent libres.

Ensuite, devenir expert judiciaire, c'est très simple: il vous suffit de déposer un dossier avant le 1er mars de chaque année au procureur de la République. Votre dossier va suivre tout un parcours, et s'il est accepté, vous verrez votre nom inscrit sur une liste gérée par votre Cour d'Appel. L'inscription sur cette liste fait de vous un expert judiciaire. Bravo cher confrère ou chère consœur.

Reprenons au ralenti:
- quel dossier?
- quel procureur?
- quel parcours suit le dossier?
- quelles conditions devez-vous remplir?
- quelle bouteille ouvrir en cas d'inscription?

Le dossier.
Le dossier de demande d'inscription sur la liste des experts judiciaires doit comprendre toutes les précisions utiles permettant de juger de la qualité de votre candidature, notamment les renseignements suivants :
1° Indication de la ou des rubriques ainsi que de la ou des spécialités dans lesquelles l'inscription est demandée. Vous trouverez la nomenclature des branches, rubriques et spécialités dans ce document pdf.
2° Indication des titres ou diplômes du demandeur, de ses travaux scientifiques, techniques et professionnels, des différentes fonctions qu'il a remplies et de la nature de toutes les activités professionnelles qu'il exerce avec, le cas échéant, l'indication du nom et de l'adresse de ses employeurs. En terme plus simple, ressortez votre CV et mettez le à jour.
3° Justification de la qualification du demandeur dans sa spécialité. Vous avez des lettres de recommandation, des courriers de vos pairs qui admirent vos compétences, c'est le moment de les sortir de leurs cadres et d'en faire une photocopie.
4° Le cas échéant, indication des moyens et des installations dont le candidat peut disposer. Vous travaillez dans une université et avez accès aux superordinateurs, vous êtes copain avec le technicien qui gère le microscope électronique du laboratoire, vous connaissez la tata du gardien du Grand collisionneur de hadrons du CERN, et vous pouvez utiliser ces installations, si possible gratuitement, alors c'est le moment de le signaler par écrit. L'institution judiciaire est si mal pourvue en budget par les politiques en charge des affaires...

En annexe à cette demande, il peut être judicieux de joindre un extrait du casier judiciaire et une copie certifiée conforme des diplômes présentés à l'appui de la demande, ainsi que les travaux déjà effectués dans les spécialités concernées. Soyez quand même synthétique, je ne suis pas sûr qu'une copie papier de votre thèse de 200 pages soit la bienvenue.

Un coup de téléphone à sa cour d'appel peut être utile pour savoir s'il faut des documents complémentaires (photos, etc.)

Le procureur de la République.
Une fois votre dossier de demande fin prêt, vous devez l'adresser avant le 1er mars au procureur de la République près le tribunal de grande instance dans le ressort duquel vous exercez votre activité professionnelle ou possédez votre résidence ou, pour les demandes d'inscription dans la rubrique traduction, au procureur de la République près le tribunal de grande instance du siège de la cour d'appel.

Nous sommes dans la 2e décennie du 3e millénaire, donc le courrier d'accompagnement du dossier pourra être imprimé à partir d'un traitement de texte, surtout si vous avez une écriture illisible. N'oubliez pas quand même de le signer d'une belle encre bleue (éviter le rouge ou le vert, trop originaux, et le noir pour différencier la photocopie de l'original). En vrai, tout le monde se fout de la couleur de la signature, mais n'oubliez pas de signer, sinon cela fait tache (et la vache à une tache qui tache est moins bien que la vache sans tache qui tache).

Vous ne connaissez pas l'adresse du tribunal d'instance auquel écrire? Pas de panique, le site du ministère de la justice devrait être à jour et vous aider. Lien ici.

Mon conseil personnalisé: à partir d'aujourd'hui, envoyez tous vos courriers postaux ayant un lien avec votre (future) activité d'expert judiciaire, en recommandé avec avis de réception et faites en sorte que le postier dont vous dépendez devienne votre meilleur ami. Vous enverrez donc votre dossier de candidature en recommandé avec avis de réception (et conserverez le récépissé d'envoi et celui de réception dans un dossier ad hoc).

Le parcours de votre dossier de demande.
Le procureur de la République instruit la demande d'inscription initiale: il va vérifier que vous remplissez les conditions requises (voir plus loin) et recueillir tous les renseignements possibles sur vos mérites. Je ne connais pas bien le travail réalisé, mais je pense qu'il y a ce que l'on appelle une enquête de bonne moralité. Dans mon cas, un policier est venu directement à mon domicile, et comme j'étais absent (j'étais au travail), il a discuté avec ma femme pour obtenir tous les renseignements possibles sur mon parcours... C'était une autre époque, un autre siècle, un autre millénaire, avant que la police ne dispose de 80 fichiers.

Ensuite, au cours de la deuxième semaine du mois de septembre, le procureur de la République transmet les candidatures au procureur général qui saisit le premier président de la cour d'appel aux fins d'examen par l'assemblée générale des magistrats du siège de la cour d'appel.

Ce qu'il se passe à chaque étape fait parti des grands mystères de la création.

Les conditions à remplir.
1° N'avoir pas été l'auteur de faits contraires à l'honneur, à la probité et aux bonnes mœurs.
2° N'avoir pas été l'auteur de faits ayant donné lieu à une sanction disciplinaire ou administrative de destitution, radiation, révocation, de retrait d'agrément ou d'autorisation.
3° N'avoir pas été frappé de faillite personnelle ou d'une autre sanction en application du titre II du livre VI du code de commerce.
4° Exercer ou avoir exercé pendant un temps suffisant une profession ou une activité en rapport avec sa spécialité.
5° Exercer ou avoir exercé cette profession ou cette activité dans des conditions conférant une qualification suffisante.
6° N'exercer aucune activité incompatible avec l'indépendance nécessaire à l'exercice de missions judiciaires d'expertise.
7° Être âgé de moins de soixante-dix ans.
8° Pour les candidats à l'inscription sur une liste dressée par une cour d'appel, dans une rubrique autre que la traduction, exercer son activité professionnelle principale dans le ressort de cette cour ou, pour ceux qui n'exercent plus d'activité professionnelle, y avoir sa résidence.

Vous ne devez pas être déçu de ne pas être inscrit dès la première demande. Le nombre d'experts retenus tient à des facteurs indépendant des candidats, comme l'évolution du nombre d'expertises, le nombre d'experts dans une discipline, les orientations générales de la Chancellerie ou encore à d'autres facteurs relatifs à l'institution judiciaire. Seuls les magistrats pourraient indiquer quels sont les critères qui tiennent aux candidats eux-mêmes. Au vu des pièces demandées, on peut toutefois estimer que les magistrats examinent la compétence, l'expérience, la notoriété, la disponibilité, l'indépendance et les moyens de remplir les missions que présentent les candidats. Un conseil: après un refus, ne pas hésiter à représenter sa candidature l'année suivante, surtout si l'on peut faire valoir des éléments nouveaux.

Bouteille à ouvrir après inscription.
Un bon champagne fera l'affaire ;-)
Pour autant, l'inscription n'est pas un un diplôme supplémentaire, mais une activité supplémentaire, parfois lourde, voire dangereuse pour la psyché dans certaines expertises en matière criminelle.

Les "experts cartes de visite" et autres businessmen sont très mal vus par les magistrats et rapidement mis hors circuit.

Si votre demande est acceptée, vous serez convoqué pour prêter serment. C'est aussi le bon moment pour contacter une compagnie d'experts pour parler formations, procédures, assurance, et pour comprendre également dans quel guêpier vous êtes tombé avant de contacter les impôts, l'URSAFF et autres joyeusetés à qui vous allez expliquer votre activité (et comment ils doivent la gérer).

Mais tout cela est une autre histoire, et concernant la bouteille, n'attendez pas la clôture de votre premier dossier.

-----------------------------
Image: Allégorie de la Justice

Références bibliographiques:
- Décret n°2004-1463 du 23 décembre 2004 relatif aux experts judiciaires.
- Site de la Cour de Cassation consacré aux experts judiciaires.
- Site du Ministère de la Justice et des Libertés.

05 janvier 2012

Marcel 70 ans

Marcel a 70 ans et s'est acheté un PC. Un beau PC tout neuf qu'il a acheté auprès du marchand au coin de la rue. Mais Marcel n'est pas content, car au bout de trois mois son PC ne marche plus.

Alors Marcel a contacté le marchand qui lui a dit de lui amener son PC. Après l'avoir gardé deux semaines, le marchand lui a rendu en lui disant qu'il ne pouvait rien faire, que le PC n'était pas réparable à moins de changer tous les composants importants, qu'il avait du prendre une surtension liée à la foudre, qu'il aurait fallu le brancher sur une prise parafoudre...

Et Marcel, il a l'impression de se faire avoir, et ça, Marcel, il n'aime pas.

J'ai beau expliquer à Marcel qu'il ne faut pas qu'il me raconte tout ça, pas tout de suite, car le marchand n'est pas encore arrivé. Marcel ne m'écoute pas, il en a gros sur le cœur, alors il parle et me raconte son histoire. Je vois bien que Marcel est en colère, je vois bien qu'il ne m'écoute pas quand je lui explique que la procédure étant contradictoire, nous ne devons pas commencer tant que toutes les parties convoquées ne sont pas arrivées. Je cherche du regard un appui de son avocat, mais celui-ci m'indique d'un haussement d'épaule son impuissance à canaliser son client.

Marcel a 70 ans, nous sommes chez lui dans son salon, assis sur le canapé, son avocat et moi. Marcel nous a servi un café et des petits gâteaux. L'intérieur de la maison est propre et bien rangé. Il y a une petite odeur de cuisine et j'essaye de deviner le plat qu'il s'est préparé à midi. Pour détourner la conversation, je lui demande ce qu'il s'est cuisiné. Un peu surpris, il me répond et m'explique que son épouse est morte depuis cinq ans et me raconte sa vie de veuf. Le changement de sujet lui a fait du bien, il semble se détendre.

Je regarde ma montre et constate que le marchand a une demi-heure de retard. J'ai pourtant été clair sur la convocation envoyée en recommandé avec avis de réception. J'abandonne Marcel et son avocat en leur demandant de m'excuser et je téléphone au marchand. Celui-ci me répond qu'il n'a pas que cela à faire et voudrait savoir qui va payer son déplacement... Je prends alors ma voix la plus glaciale possible et lui explique que la réunion d'expertise ayant été régulièrement convoquée, celle-ci se tiendra même en l'absence d'une des parties et qu'il prend le risque de ne pas voir ses éventuelles explications prises en compte. Je lui rappelle enfin qu'il est probable que l'ensemble des frais d'expertise soit à sa charge si le magistrat en décide ainsi. Et que le compteur tourne depuis déjà une demi-heure...

Cinq minutes après, le marchand est dans la place, seul, ayant estimé inutile de se faire accompagner par un avocat. La réunion d'expertise peut enfin commencer.

Le marchand prend toute l'affaire de très haut et commence à dénigrer l'avocat de Marcel. Celui-ci ne se laisse pas faire et explique au marchand quelques aspects intéressants de la loi en matière commerciale. Je les laisse s'expliquer un peu en regardant Marcel. Celui-ci s'est assis dans un fauteuil et regarde la scène avec un petit sourire. Il a sur ses genoux un dossier contenant toutes les pièces qu'il a rassemblées.

Une fois que le marchand s'est fait calmer par l'avocat de Marcel, je reprends la parole et explique que je souhaite entendre successivement chaque partie dans le calme, explique mon rôle auprès du tribunal et énonce les missions qu'il m'a données. Je passe la parole à Marcel qui semble ravit de recommencer à tout m'expliquer: l'achat du PC auprès du marchand, l'achat d'une prise parafoudre sur les conseils de son fils, facture à l'appui avec date antérieure à celle de l'achat du PC, sa découverte de l'informatique sur son nouveau matériel, avec l'aide de son fils, la panne inexpliquée au bout de trois mois et le refus du marchand de faire jouer la garantie après avoir gardé le matériel deux semaines.

Marcel s'exprime avec des mots simples. Il est en colère mais sa voix ne tremble pas. Son avocat a sa main posée sur son bras. Il a probablement à peu près l'âge de son fils. Le marchand est debout dans un coin de la pièce et a du mal à garder son calme. Une fois que Marcel a terminé, je passe le bâton de parole au marchand.

Celui-ci explique que la carte mère a subit un choc électrique dû à une surtension qui n'est pas couverte par la garantie, que son équipe et lui ont déjà passé beaucoup de temps sur ce dépannage, un temps supérieur à la valeur marchande du produit.

En présence des deux parties, j'ouvre l'unité centrale du PC et constate l'absence de traces visibles de surtension. Je constate la présence d'une multiprise parafoudre sur laquelle est branchée l'alimentation de l'unité centrale ainsi que l'écran de l'ordinateur. Je constate que l'écran fonctionne correctement en le branchant sur mon PC de test que j'ai amené dans mon coffre de voiture. J'y branche dessus à titre de vérification le disque dur du PC de Marcel, le lecteur DVD et l'alimentation. Tous ces éléments fonctionnent correctement. Après plusieurs tests, je constate que seule la carte mère est défectueuse.

Pendant tout ce temps, Marcel observe avec intérêt mes manipulations. Je le vois même prendre des notes de mes explications, ainsi qu'une photo.

"C'est pour mon fils" m'explique-t-il.

Dans mon rapport, j'indique au magistrat que la cause de la panne est un défaut sur la carte mère, défaut d'origine inconnue, apparu pendant la période de garantie. J'indique la date approximative de la panne, basée sur l'analyse du disque dur, sur les déclarations de Marcel et le dépôt du PC chez le marchand pour réparation. Je joins au rapport un extrait des analyses d'ERDF des impacts de foudre sur la période concernée sur son réseau de distribution, montrant qu'aucune fluctuation n'a eu lieu à cette date.

Un an et demi après, j'ai appelé le greffe du tribunal pour essayer de connaître la décision du tribunal. La greffière m'a répondu: "remise en état de l'ordinateur concernant le dommage matériel, paiement des honoraires d'avocat et des frais d'expertise, et enfin un dommage moral au titre du préjudice d'agrément, le tout entièrement à la charge du marchand".

Aujourd'hui Marcel est mort, mais je suis sûr qu'avant de disparaître, il ne s'est surement pas laissé faire.

04 janvier 2012

Stats 2011

Tenir un blog, c'est aussi aller de temps en temps regarder les statistiques de consultations, c'est-à-dire les traces que vous laissez lorsque vous me faites l'honneur de venir par ici.

Seulement voilà, aucun outil n'existe pour établir des données véritablement fiables, ce qui constitue souvent un casse tête pour les dircoms et leurs webmasters.

Pour ma part, j'utilise Google Analytics depuis l'ouverture de ce blog et cela m'amuse de savoir que mes lecteurs de 2011 utilisent à plus de 58% Firefox, devant Chrome (17%) et IE (12%).

Pour avoir une petite idée de la volumétrie, Google Analytics m'indique que pour l'année 2011, le blog a reçu 135 351 visites contre 126 040 en 2010 et 103 767 en 2009.

Mais comme vous revenez plusieurs fois sur le blog, je trouve le paramètre "visiteurs uniques" plus pertinent (pour ce qu'il vaut réellement...):
53 694 en 2011
56 061 en 2010
42 514 en 2009

Mais si vous revenez, c'est qu'un nouveau billet est annoncé par votre agrégateur de flux RSS, un tweet ou un de vos cercles Google+ (à moins que vous soyez simplement plusieurs derrière un proxy a venir lire le même billet). C'est pourquoi, je trouve que l'indicateur le plus pertinent est le nombre de visiteurs uniques divisé par le nombre de billets à l'année:
53 694 visiteurs uniques en 2011 pour 50 billets, soit 1073 lecteurs
56 061 en 2010 / 60 billets, soit 934 lecteurs
42 514 en 2009 / 112 billets, soit 380 lecteurs
27 471 en 2008 / 146 billets, soit 188 lecteurs
17 687 en 2007 / 200 billets, soit 88 lecteurs et
876 en 2006 / 52 billets, soit 16 lecteurs.

Bien sur, ces chiffres sont très approximatifs, car un nouveau lecteur peut très bien lire plusieurs billets en une seule visite, ou comme je l'ai dit, plusieurs lecteurs se cacher derrière une seule adresse IP. Ma famille, mes amis, ma sœur, mes cousins et leurs amis ont très bien pu mettre en place une stratégie de clics à partir de plusieurs ordinateurs/téléphones/tablettes depuis chez eux ou depuis leurs employeurs pour faire augmenter les stats de ce blog, pensant me faire plaisir.

En 2011, vous étiez dans 130 pays, ce qui ne lasse pas de me faire voyager virtuellement dans des contrées où je n'irai probablement jamais.

Ceux qui viennent ici en passant par un moteur de recherche, ont très majoritairement tapé dans celui-ci le mot clef "Zythom" (7982), en 2e position vient "expert judiciaire informatique" (365) puis "devenir expert judiciaire" (254), ce qui me gène un peu pour quelqu'un qui parle pas mal de son service militaire ou de ses souvenirs d'enfance ;-) Vous êtes quand même 109 à atterrir ici après avoir tapé "images pedophiles", 108 pour "image pédophile", 85 "image pedophile", 74 "image pedophilie", 71 "images pédophiles" et 5 "nudisme et pédophilie"... Je ne juge pas ces visiteurs, car je pense à la citation suivante: "Je me suis jeté dans la boue plus d’un demi-million de fois. Cela permet-il d’en déduire quoi que ce soit sur mon état mental?" Sepp Maier (gardien de but allemand).

Si vous êtes venus ici après avoir cliqué sur un lien ailleurs que dans un moteur de recherche (ou dans vos marques-pages), vous êtes, en 2011:
- 16076 en provenance de maitre-eolas.fr
- 1908 via boulesdefourrure.fr
- 1375 via sid.rstack.org
- 1234 via sebsauvage.net
- 969 via maitremo.fr
- 542 via laplumedaliocha.wordpress.com et
- 530 via standblog.org
Que tous ces grands blogueurs en soient remerciés. On dit parfois que le blogueur est un loup pour le blogueur, mais ce n'est pas nécessairement vrai.

Vous êtes 66% sous Windows, 17% sous Linux et 12% sous Mac. Seuls 1,3% d'entre vous ont la chance de me lire sur fond blanc sur iPhone...

Et n'oubliez pas, alors que 2012 sera l'année des sondages, "Les statistiques, c'est comme le bikini. Ce qu'elles révèlent est suggestif. Ce qu'elles dissimulent est essentiel." (Aaron Levenstein)

To do is to be (Platon)
To be is to do (Marx)
Doo be doo be doo (Frank Sinatra).

03 janvier 2012

2011 est mort, vive 2012




En relisant mon billet de l'année dernière, je me rends compte qu'il est toujours valable concernant les différents bilans sur mon activité d'expert judiciaire et mes vies professionnelle, publique et personnelle. La vie continue, et une année est passée dont j'ai relaté certains évènements ici même.



Il me faut par contre faire le point sur ma liste de résolutions 2011:
- être toujours vivant, si possible en bon état [ok, ça, c'est bon]
- arriver à obtenir le paiement des expertises judiciaires effectuées (deux ans de retard) [OUI, le solde m'a été réglé juste avant Noël !!]
- acquérir une paire de lunette vidéo 3D [raté, mais j'ai toujours bon espoir d'une baisse des coûts avec l'arrivée des TV 3D]
- arriver à faire fonctionner cette $#%µ& régulation de chauffage au boulot [raté, mais le propriétaire a prévu des travaux au budget 2012...]
- faire évoluer les serveurs web du boulot [YES, outre un gros projet d'évolution de notre ERP, un projet Extranet a démarré en 2011 et se poursuivra sur 2012]
- faire un peu plus de sport et plus régulièrement [OUI, vélo tous les jours + aviron une fois par semaine]
- m'intéresser de plus près aux outils des Pentesters [raté, là aussi, c'est un métier. Par contre, je suis invité en 2012 à une manifestation importante sur la sécurité, j'en parlerai ici même]
- assister au moins une fois à une Berryer [encore raté]
- postuler pour une inscription sur la liste de la Cour de Cassation [raté]
- suivre plus de formations techniques, en particulier auprès des pentesters [raté]
- approcher quelques experts judiciaires pour leurs soutirer des billets invités [OK, mais seule une personne a accepté]
- me préparer à devenir expert judiciaire "prestataire de services" [ok ;-]
- mettre en place des enquêtes de satisfaction clients auprès des étudiants [raté]
- encourager le personnel de l'établissement à venir en vélo plutôt qu'en voiture [OUI: construction d'un garage à vélo en 2011]
- venir moi-même en vélo [Ok, cf billet ici]
- acheter un vélo [Yes]
- migrer le système d'information de mes trois sites de production [Ok pour 2]
- suivre de près la rénovation de l'école primaire de ma commune [Ok, chantier démarré et suivi de près]
- finir l'implantation de l'aire d'accueil des gens du voyage et les accueillir [raté, recours de la commune voisine :(]
- dire et montrer l'amour que je porte à mes proches et être réellement présent dans les difficultés. C'est un peu simplet, mais la vie a aussi besoin de choses simples [Ok, mais pas assez à mon goût]

Si j'ai bien compté, cela fait 12 résolutions réalisées pour 8 toujours dans les tuyaux... Finalement, l'année 2011 n'a pas été si mal de ce point de vue ;-)

Comme il faut toujours aller de l'avant, je complète avec les résolutions suivantes:
- mettre à jour et étoffer l'offre de conférences sur l'expertise judiciaire (et revoir mes tarifs ;-) que je propose aux lycées, aux universités et aux grandes écoles;
- passer (et rester!) sous la barre mythique des 25 pour mon IMC...
- apprendre à déléguer efficacement pour mettre en valeur mes collaborateurs et les faire progresser;
- maintenir avec plaisir le rythme de 4 à 5 billets par mois;
- continuer à répondre présent aux magistrats qui me le demandent;
- manger un fruit par jour...

Je sens que 2012 va être une belle année.

Bonne année à tous! Qu'elle vous apporte joie et bonheur.
Et parce que j'aime bien pasticher Margot Motin:
un quintal de Chantilly Powa dans ta face!
Poutoux-poutoux-coeur-paillettes-et-bonne-année
:)