27 mars 2013

Game of gones

Ce dimanche, mon fils fêtait son anniversaire avec ses copains. Il nous avait demandé si nous acceptions de les emmener tous dans une salle de jeux portant le doux nom de "laser game évolution".

Les parents organisant des anniversaires connaissent l'énergie dégagée par la réunion de 9 enfants de 11 ans et les dégâts pouvant en résulter. J'ai le plus grand respect pour les instituteurs, dont le métier et le savoir faire consistent à empêcher d'atteindre le point de fusion thermonucléaire d'un groupe pouvant aller jusqu'à 30 composants plus ou moins stables.

J'ai donc étudié avec la plus grande attention la requête de mon petit dernier.
Mmmmmm, laser game, qu'est-ce que c'est que ça...
Waaaouuuu, un jeu où l'on enferme les monstres gamins drôles gones dans une pièce et où ils peuvent courir partout en se tirant dessus, mais ça a l'air géniaaal !
Et en plus, on se tire dessus avec des pistolets lasers...
Mon rêve !Il faut que j'y participe aussi !

Et nous voilà donc tous réunis, mes 9 compagnons de jeu et moi, sous le regard un peu embarrassé attendri de mon épouse pour accomplir un rêve d'enfance : un combat au laser... Certes, loin du mythique sabre laser qui a nourri mon adolescence (encore que j'étais plus intéressé par Z6PO et R2D2), mais suffisamment près de mon univers mental mélangeant Halo, Call of Duty et autres jeux où l'on trouve des rayons de la mort, des armes Tesla et autres Wunderwaffen.

La préparation est très simple: une vidéo nous indique comment ajuster le harnais sur lequel se trouvent les cibles lumineuses et les règles de combat. On utilise le pistolet laser pour viser l'une des 9 cibles du harnais d'un des adversaires (il y a deux couleurs de joueurs, les rouges et les bleus), si l'on "touche" on gagne 100 points et l'adversaire visé en perd 50. En cas de "tir ami" chacun perd 50 points. On ne doit pas "tuer" quelqu'un dans les escaliers. Si l'on se fait tuer en hauteur, il faut redescendre. On ne doit pas masquer ses cibles. Quand on s'est fait toucher, les lumières sont éteintes pendant 8 secondes avant de pouvoir rejouer. On ne doit pas s'affronter à une distance inférieur à un mètre. Un peu de fumée dans la pièce permet de visualiser les rayons lasers sur toute leur longueur. Les parties durent 20 mn, et à ma grande surprise, les 9 gones avec lesquels j'ai joué ont parfaitement respecté ces règles.

La stratégie que j'ai choisie s'est avérée plutôt gagnante: il vaut mieux être très mobile et bouger sans arrêt, mort ou vivant, pour rencontrer le plus de cibles possibles. Sniper de temps en temps peut être amusant, surtout assisté d'un spotter. Mais on est vite repéré et encerclé.

Le jeu en équipe est assez difficile à faire comprendre à des enfants de 11 ans. J'ai donc opté pour la stratégie du mouvement brownien : chacun court de son côté dans tous les sens et vise la couleur adverse... En fait, je n'en ai parlé à personne et la stratégie s'est mise en place toute seule ;-) Je reconnais qu'il y a eu un peu de confusion lors de la deuxième partie quand les équipes ont été modifiées et qu'un certain nombre d'entre nous ont changé de couleur: il a fallu comprendre qu'il fallait tirer sur une autre couleur que lors de la partie précédente, ce qui, dans un jeu où les tirs réflexes ont une priorité importante, a valu quelques tirs amis malencontreux.

Le décor est assez bien fait: la pièce est dans la pénombre, on se déplace dans un labyrinthe sans réelle possibilité de se cacher. L'une des parties s'est déroulée dans une pièce où se trouvait une voiture sans porte ni coffre ni toit. Les gones ont adoré! Il y a des tours permettant de se placer au dessus de la mêlée, mais l'on est vite repéré avec toutes les lumières que l'on a sur soi. 

J'ai beaucoup aimé les deux parties que j'ai faites. Un grand dadais de 49 ans qui court partout au milieu de neuf gones, ça ne passe pas vraiment inaperçu...

Un dernier détail: on joue à ce jeu comme on surfe sur internet, sous pseudonyme. Mon fils a choisi "Dark Vador". En bon père, j'ai donc choisi "Luke"... La prochaine fois, je serai Muad'Dib, ou Ripley, ou T800, ou Dave.

A moins que pour ce "game of gones", je ne choisisse Jon Snow...

--------------------------------------------------
Source image: nowhereelse.fr

1 commentaire:

  1. De mon temps, cela s'appelait un "laser quest". A 15 ans ou à 30, je ne suis jamais sorti de ce genre d'endroit avec un cheveu sec.

    Je me permets de poursuivre la métaphore filée autour de l’œuvre de Martin, de mon côté je suis plutôt "Game of Gooks" : http://www.quandletigrelit.fr/liconographie-de-tigre-san-game-of-thrones/

    RépondreSupprimer

Lectrice, admiratrice, avocate, magistrate, programmeuse, dessinatrice, chère consœur, femmes de tous les pays, lecteur, j'ai toute confiance en vous pour prendre bien soin de vérifier que votre prose est compatible avec les normes orthographiques et grammaticales en vigueur. Et si vous pouviez éviter les propos insultants ou haineux, je vous en serais reconnaissant.
N'hésitez pas à respecter ces quelques règles qui peuvent même s'appliquer en dehors de ce blog.

Les commentaires sur ce blog sont modérés. Votre message apparaîtra sur le blog dès que le modérateur l'aura approuvé. Merci de votre patience.