24 juin 2013

Fujiyo LAPUCE 1748-1792

Au détour d'une promenade dans le charmant petit village de Moncrabeau, en pleine Gascogne et à 35 km d'Agen, je suis tombé sur cette plaque à la mémoire de Fujiyo LAPUCE :
Bien peu de gens connaissent Fujiyo LAPUCE et pourtant son influence a été très importante sur son temps (1748-1792). Même encore à présent les schémas directeurs informatiques des grandes multinationales s'appuient sur les fondements politico-macro-économiques qu'il avait mis en exergue de son vivant.

C'est lui qui, au reçu de son relevé de taxe sur la gabelle, avait dit et écrit (1772) cette phrase qui reste encore d'actualité "ça, c'est tout faux, c'est encore l'informatique qui débloque".

Qui de nos jours n'a pas entendu cette judicieuse remarque passée à la postérité!

Né de père et de mère inconnus, il a été trouvé, un beau matin d'août 1748 devant l'entrée du relais des postes de Moncrabeau. Agé de quelques jours, il n'était pas tatoué et n'avait pour toute fortune que son linge de coprs marqué de son prénom en grec "FUJIYO". L'utilisation de cette langue laisse à penser que ses parents étaient soit des érudits soit des émigrés venus pour le ramassage des prunes.

Élevé par le receveur de l'époque, le sieur LAPUCE qui lui donna son nom, il passa une petite enfance heureuse à Moncrabeau. Il fit des études brillantes chez les jésuites de Nérac où il fut remarqué par le Comte de Pomarède qui l'emmène à Versailles et le présente à la cour en juin 1769.

Passionné de serrurerie, le Roi Louis lui passa commande d'une serrure de sécurité informatisée dont le fonctionnement ne serait connu que de lui seul. Fujiyo se mit au travail et trois mois plus tard proposa au Roi une serrure codée mue par l'électricité statique (très abondante à l'époque). Pour actionner le mécanisme, il fallait frotter treize fois un bâtonnet d'ambre sur un pourpoint de soie et introduire le bâtonnet dans un réceptacle aménagé à cet effet. L'électricité accumulée attirait un cliquet de métal qui débloquait le penne et permettait l'ouverture.

Le Roi fut enthousiasmé et, après avoir fait jurer le secret à Fujiyo, fit installer immédiatement la serrure sur la porte d'accès à la chambre de la Reine Marie-Antoinette. En récompense, le souverain signa une ordonnance conférant à Fujiyo LAPUCE le titre inaliénable "d'informaticien du Roi" (14 juillet 1774).


Le secret du système d'ouverture, découvert dans les archives de la Reine défunte, nu fut dévoilé que 5 ans après la mort de Fujiyo LAPUCE, en 1797, par Camille Desmoulins à la tribune de l'Assemblée Nationale.
Vous trouverez dans le même village, le crâne d'Henri IV enfant (voir photo ci-après, réalisée par votre serviteur).

Cliquez sur l'image pour l'agrandir


N'hésitez pas à aller visiter Moncrabeau ;-)

4 commentaires:

  1. What the fuuu... 0_o

    RépondreSupprimer
  2. Le plan d'accès est-il digne de confiance, du coup? :)

    RépondreSupprimer
  3. tres interessant , l 'astuce avec de l electricite statique , avant d'un rien les gens fiasant des miracles et mtn , on a tou , mais il ya toujours des personnes qui arrivent a dejouer ce qu on inventent.

    RépondreSupprimer
  4. Hum..... Camille Desmoulins est mort en 1794.

    RépondreSupprimer

Lectrice, admiratrice, avocate, magistrate, programmeuse, dessinatrice, chère consœur, femmes de tous les pays, lecteur, j'ai toute confiance en vous pour prendre bien soin de vérifier que votre prose est compatible avec les normes orthographiques et grammaticales en vigueur. Et si vous pouviez éviter les propos insultants ou haineux, je vous en serais reconnaissant.
N'hésitez pas à respecter ces quelques règles qui peuvent même s'appliquer en dehors de ce blog.

Les commentaires sur ce blog sont modérés. Votre message apparaîtra sur le blog dès que le modérateur l'aura approuvé. Merci de votre patience.