23 juillet 2013

Le dernier maillon...

Cette année 2013 a jusque là été plutôt chargée, tant du point de vue professionnel, que du point de vue des expertises judiciaires ou de la préparation de la campagne des élections municipales... C'est aussi une bien belle année du côté privé, avec par exemple l'arrivée des 50 ans et la fête que mes amis viennent de m'offrir ;-)

Dans les semaines qui viennent, je vais essayer de profiter de ma petite famille. Je vais donc délaisser un peu ce blog. Mais je sais que vous avez de la lecture avec la parution récente du tome 4, qui permet aux retardataires d'avoir une lecture ciblée de billets sélectionnés. Je remercie au passage tous ceux qui ont acheté ou téléchargé les différents tomes du blog. Cela me fait plaisir de voir que ce modeste blog perso suscite un tel intérêt.

Du coup, je vous ai programmé quelques billets qui sont des rediffusions d'anciens billets du blog auxquels je souhaite donner une seconde chance, en général parce qu'ils ont une place particulière dans mon cœur. Pour repérer rapidement ces rediffusions, je commencerai toujours les billets par "Dans le cadre des rediffusions estivales" ;-)

Dans le cadre des rediffusions estivales, le billet du jour, publié en août 2009, raconte une anecdote judiciaire où j'ai voulu mettre en avant le rôle des petites mains qui forment souvent le cœur des entreprises. C'est un billet pour lequel j'ai une certaine tendresse.

Bonne (re)lecture.

---------------------------------------

Elle venait d'entrer dans la salle, impressionnée par tant de personnes.

La réunion durait depuis plusieurs heures, j'avais écouté toutes les explications fournies par les parties, et je ne comprenais toujours pas pourquoi les deux entreprises en étaient arrivées là.

J'avais surtout compris que le support informatique effectué par la société de service ne s'était pas déroulé correctement et que les deux entreprises étaient maintenant au bord du gouffre, l'une parce qu'elle avait perdu toute ses données et l'autre son plus gros client.

Mais après avoir écouté, dans l'ordre de bienséance hiérarchique, les grands patrons, puis les avocats, les chefs de service et les chefs de projet, je ne comprenais pas ce qui avait fait tout capoter.

On me parlait de milliers d'euros de pertes par jour, de licenciements, de dépôt de bilan. Et moi, je ramenais toujours les débats sur le terrain de l'expertise judiciaire en informatique, rappelant que mes missions n'incluaient pas l'analyse comptable et financière de la situation, mais la recherche des causes techniques (exclusivement).

Bon, j'avais compris dès le début de la réunion que les rapports humains s'étaient vite envenimés dans cette affaire qui aurait peut-être pu se régler plus simplement et plus rapidement si les deux parties avaient usées d'un peu plus de diplomatie...

Enfin quoi, un serveur ne tombe pas en panne en même temps que son système de sauvegarde: disques durs en miroir (RAID1), sauvegardes quotidiennes complètes avec rotation sur trois bandes, archivage d'une bande chaque semaine hors site.

La société de service me décrit un système de sécurité des données infaillibles, et un suivi des procédures avec traçabilité, etc. "Nous sommes certifiés ISO machin, vous comprenez, notre société est au dessus de tout soupçon, nous n'employons que des personnes compétentes, suivant des formations régulièrement, nous avons mis en place un système de télésurveillance avec prise de contrôle à distance qui nous permet de faire des interventions en un temps record..." m'a expliqué de long en large le patron de la SSII.

"Nous payons très cher un service support qui n'a pas été capable d'empêcher ce désastre..." Me dit le patron de l'entreprise, entre deux invectives, au milieu de reproches divers sans rapport avec l'affaire qui nous concerne.

Nous avions passé en revu l'accès distant du support via internet, les fiches ISO machin d'intervention des techniciens, les rapports, les dossiers techniques, les courriers recommandés.

Moi, je voulais voir la personne qui avait appelé le support...

Elle venait d'entrer dans la salle, impressionnée par tant de personnes.
Je lui pose les questions d'usage: prénom, nom et intitulé de la fonction au sein de l'entreprise. Dans un silence à la tension palpable, elle me raconte sa version de cette journée noire.

Elle: "Comme d'habitude, avant de partir déjeuner, j'ai mis la bande dans le serveur et lancé la sauvegarde. Je sais que c'est une opération importante alors je la fais toujours avec précautions. Mon chef m'a dit que les bandes étaient très chères."

Moi: "Comment saviez-vous que c'était la bonne bande à placer dans le boîtier?"

Elle: "Les bandes sont numérotées et je dois mettre la bande correspondant au numéro du jour."

Moi: "Pouvez-vous préciser? J'avais cru comprendre qu'il n'y avait que trois bandes."

Elle: "Oui, mais la bande numéro 3 a été mise de côté par le comptable après la clôture des comptes. Il m'a dit de mettre la bande numéro 1 les jours impairs et la bande numéro 2 les jours pairs. J'ai trouvé cela astucieux, car avant, je devais à chaque fois noter dans un cahier le numéro de la bande utilisée."

Moi: "Montrez-moi ce cahier, s'il vous plaît. Donc depuis huit mois les sauvegardes ne se faisaient que sur deux bandes. Pouvez-vous me dire ce qui c'est passé à votre retour de pause déjeuner?"

Elle: "Les assistants m'ont appelé pour me dire que leurs terminaux ne fonctionnaient plus et pour me demander de redémarrer le serveur. J'y suis allé et j'ai vu que l'écran était tout bleu avec des inscriptions que je n'ai pas comprises. Avant de redémarrer le serveur, j'ai appelé le support. Le technicien m'a dit que cela arrivait de temps en temps et qu'il fallait que je redémarre le serveur. Je lui ai dit que la sauvegarde ne s'était pas terminée correctement. Il m'a dit de la relancer."

Moi: "Vous avez utilisé la même bande?"

Elle: "Oui. C'est d'ailleurs ce que m'a demandé le technicien lorsque je l'ai rappelé une heure plus tard pour lui dire que de nouveau plus rien ne fonctionnait et que la sauvegarde s'était encore mal terminée. Il m'a alors indiqué que la bande devait être défectueuse et que c'est ça qui devait "planter" le serveur. Il m'a alors recommandé d'utiliser une autre bande. C'est pour cela que j'ai mis la bande n°2 alors que ce n'était pas le bon jour."

Moi: "Vous n'avez pas de bandes neuves?"

Elle: "On ne m'en a pas donné et j'ai cru que c'était parce qu'elles coûtaient cher."

Moi: "Mais, quand votre chef vous a dit qu'elles avaient de la valeur, ne voulait-il pas dire cela à cause des données qui étaient stockées dessus?"

Elle: "Ce n'est pas ce que j'ai compris. On m'a dit qu'elles étaient chères..."

Moi: "Mais en mettant la deuxième bande, ne vous êtes-vous pas dit que si elle venait également à être effacée, il n'y aurait plus de sauvegarde?"

Elle: "Non, je n'ai fait que suivre les indications du support..."

Je l'ai regardé sortir de la salle et j'ai eu une pensée émue pour les gens qui sont les derniers maillons de la chaîne de commandement, les petites mains. Ce sont souvent elles qui ont les plus grandes responsabilités in fine.

Mais je n'ai pas oublié l'ensemble des décideurs:
- un disque dur en miroir sans remontée d'alertes et sans surveillance. Résultat: depuis plusieurs mois, l'un des deux disques était en panne. Il ne restait plus qu'à attendre la panne du deuxième, ce qui venait d'arriver pendant le stress généré par la sauvegarde.
- une mauvaise formation des employés concernant le système de sauvegarde (et le coût des bandes en regard du coût de la perte des données). Ils n'avaient pas conscience que lorsqu'une sauvegarde démarre, elle écrase les données précédentes. Si elle est interrompue brutalement, la bande est inexploitable. Deux bandes inexploitables à cause d'un disque en train de tomber en panne et toutes les données sont perdues...
- une prise de contrôle à distance inopérante en cas d'écran bleu qui aurait du déclencher la venue en urgence d'un technicien.
- la décision du support de sacrifier une deuxième bande de sauvegarde sans s'être renseigné sur l'existence d'une autre bande de sauvegarde récente et en état.
- la décision de retirer une bande du jeu de trois sans prévenir le support, surtout quand cela annule la sauvegarde hebdomadaire avec déport hors site.
- l'absence totale d'exercice de restauration de données et de tests des bandes utilisées.
- la situation de quasi abandon du serveur du point de vue physique avec traces de serpillière sur la carcasse posée à même le sol et sur la multiprise parafoudre...

Il y avait beaucoup de choses à dire sur le respect de l'état de l'art par les deux entreprises. Il y a de nombreuses fois où je n'envie pas le juge qui doit trancher. Je me contente de rester un simple technicien de l'informatique.

Mais j'ai encore aujourd'hui une pensée pour le dernier maillon de la chaîne, celui à qui on dit d'appuyer sur le bouton et qui fait tout exploser...

-----------------------
Source image xkcd

8 commentaires:

  1. Merci pour ce billet extraordinaire que j'avais manqué.

    Krka

    RépondreSupprimer
  2. Quand j'entend quelqu'un dire que son entreprise est ISO-quoi-que-ce-soit, je me dis immediatement que si ils sont en train de me dire des betises inutiles, c'est qu'ils me cachent quelque chose d'important.

    RépondreSupprimer
  3. Article intéressant. Je serais assez curieux de connaître la rédaction d'une telle mission d'expertise.
    Par ailleurs, vous indiquez ne pas envier le juge qui va devoir trancher... Cependant, j'ai souvent l'impression - dans d'autres domaines similaires - que l'Expert tranche et que le juge suit.
    Il est rare qu'un rapport d'expertise soit désavoué.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le principe est que chacun est expert dans son domaine: le magistrat en Droit, et l'expert judiciaire en technique. Le juge ne "suit" pas un expert judiciaire, il intègre son rapport dans la procédure et rend une décision de justice.

      Supprimer
    2. Je n'ai que fort tardivement pris connaissance de votre réponse pour le moins jésuistique. dans la seconde partie de votre derniere phrase est irréfutable... c'est le droit positif. N'empêche que dans la pratique civile, la réalité est selon moi beaucoup moins clair. Les experts proposent souvent des partages de responabilité quantifiés que le juge suit le plus souvent. La séparation droit et technique est très floue. Par exemple lorsque l'Expert doit interpeéter des contrats, des avenants, établir des comptes, etc. Aussi, il me.semble que loin d'intégrer un rapport à une procédure avec un regard critique, les magistrats se contentent souvent de suivre leur expert. Si bien que le pouvoir de ces derniers dépasse parfois ce qu'ils imaginent. Il n'est d'ailleurs pas.systématique, loin de là, qu'ils aient connaissance de la décision prise par un tgi ou un ta sur la base de leurs travaux...

      Supprimer
    3. Pratique civile:
      L'expert répond aux questions du juge dans un pré-rapport qu'il soumet aux parties.
      Les avocats des parties critiquent le pré-rapport en émettant des dires.
      L'expert répond aux dires dans son rapport final.
      L'expert dépose son rapport et est dessaisi de l'affaire.
      Les avocats critiquent le rapport final pendant la suite de la procédure.
      Si les critiques semblent justifiées au magistrat il ordonne une contre-expertise.
      Le magistrat rend un jugement qui l'engage lui seul, sur la base des informations dont il dispose, dont les réponses de l'expert à ses questions, et éventuellement celles de la contre-expertise.
      Si le magistrat suit l'avis de l'expert, c'est qu'il estime que l'expert donne un bon avis.

      Supprimer
  4. Parfaitement d'accord. La décision finale n'engage pas l'Expert. Toutefois, il est exceptionnel qu'un rapport soit invalidé... sauf erreur très manifeste dans le déroulement de l'expertise tel qu'unanque flagrant de valeur probatoire de certains éléments factuels ou un non respect criant du contradictoire. C'est en cela - et en cela seulement - que je voulais souligner l'importance croissante du role des Experts judiciaires qui, d'un point de vue purement pragmatique, s'ils ne rendent pas la justice, laissent plus que présager par leurs conclusions des décisions qui seront finalement rendues.
    En tout cas, je vous remercie pour cet échange.

    RépondreSupprimer

Lectrice, admiratrice, avocate, magistrate, programmeuse, dessinatrice, chère consœur, femmes de tous les pays, lecteur, j'ai toute confiance en vous pour prendre bien soin de vérifier que votre prose est compatible avec les normes orthographiques et grammaticales en vigueur. Et si vous pouviez éviter les propos insultants ou haineux, je vous en serais reconnaissant.
N'hésitez pas à respecter ces quelques règles qui peuvent même s'appliquer en dehors de ce blog.

Les commentaires sur ce blog sont modérés. Votre message apparaîtra sur le blog dès que le modérateur l'aura approuvé. Merci de votre patience.