30 juillet 2013

Les vélos

Dans le cadre des rediffusions estivales, le billet du jour, publié en septembre 2009, décrit une des réalisations (collectives) professionnelles dont je suis le plus fier. Curieusement, ce n'est pas dans le domaine informatique...  

Bonne (re)lecture.

----------------------------

Je me demande parfois si, en matière d'écologie, les efforts individuels ne sont pas vains, surtout quand je fais cinquante mètres pour jeter un papier dans une poubelle alors que le sol est jonché de détritus.

La mode est à l'écologie depuis que le public découvre avec effroi les conséquences de deux siècles de production industrielle. Le milieu de l'enseignement supérieur n'y échappe pas et les écoles d'ingénieurs doivent intégrer cette prise de conscience.

L'intégrer, mais aussi la développer et l'encourager. Car, avec un peu d'idées et la volonté de faire avancer les choses, tout est possible.

Mes étudiants se plaignent souvent de ne pas avoir de places de parking disponibles pour leur voiture le matin quand ils arrivent à l'école (du coup ils se garent n'importe où). Après avoir étudié le problème dans tous les sens, je me suis rendu compte que la solution était ailleurs: encourager l'utilisation du vélo (90% des étudiants habitent à moins de 10mn de l'école).

Je suis donc arrivé un matin au travail avec l'idée suivante: et si on donnait gratuitement un vélo aux étudiants!

L'idée a paru tout d'abord saugrenue, mais mon directeur a tout de suite compris que l'idée était réalisable si l'on s'y mettait à plusieurs, et surtout que cette idée avait un sens: le sens de l'histoire.

Toute la direction s'y est attelée: la com', la recherche, la pédagogie et les finances. Ce travail d'équipe a permis de trouver des financements auprès des collectivités (qui, elles, ont compris depuis longtemps le problème et tentent toutes les solutions), de convaincre des sponsors, d'obtenir des réductions et pour finir, de faire réaliser 200 vélos tous neufs de très bonne qualité à proposer aux nouveaux étudiants.

Des mois d'efforts, de travail et de réunions pour arriver à boucler le projet.

Et enfin, à la rentrée, les vélos ont été distribués aux nouveaux étudiants contre l'engagement d'en prendre soin (les vélos ne leur appartiennent pas mais sont prêtés pour toute la durée de leurs études) et de les utiliser le plus possible. De plus, les étudiants disposent de 50% de réduction sur le forfait "transport public" annuel.

L'opération a tellement bien fonctionné qu'il m'a fallu construire des places de parking à vélos supplémentaires!

Pour le plus grand plaisir de tous.

Une idée simple, quelques bonnes volontés à convaincre, un gros travail d'équipe, des politiques qui suivent et soutiennent le projet, et hop, on change quelques mentalités, on éduque et on progresse.

Je sais, c'est mal, je ne devrais pas en parler sur ce blog, mais je suis très fier d'être à l'origine de ce projet et d'y avoir contribué un petit peu. Je suis très fier également d'appartenir à une équipe qui a su mener le projet à son terme.

Prochaine étape: tri sélectif et cellules photovoltaïques sur le toit. Yes we can.

8 commentaires:

  1. Bonjour,
    Et depuis bientôt quatre ans, comment cela se passe t'il ?
    Les vélos sont ils entretenus, volés, décorés etc.
    Cordialement.
    Samuel

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les vélos vivent la vie de tous les vélos d'étudiants: certains sont volés, beaucoup sont décorés, et les étudiants ont créé une association pour l'entretien (à prix compétitifs).

      Supprimer
  2. Très chouette initiative, belle idée!

    Si l'anecdote n'est pas informatique, elle concerne néanmoins le domaine des bécanes :-)

    RépondreSupprimer
  3. Et les deux étapes suivantes ont-elles été achevées ?
    "Prochaine étape: tri sélectif et cellules photovoltaïques sur le toit."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le tri sélectif est en place, y compris la récupération de piles et des bouchons plastiques.

      Le projet de cellules photovoltaïques n'a pas abouti pour l'instant, mais je ne désespère pas ;-)

      Supprimer
  4. A un moment donné il faut choisir entre l'anonymat d'un pseudo ou la gloire d'une action... Sinon depuis 2009, ça a donné quoi cette expérience ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous confondez pseudonymat et anonymat. Je suis bien placé pour savoir que je suis tout sauf anonyme sur ce blog.

      L'expérience a pris plusieurs formes depuis 2009, mais continue globalement d'avoir le même succès. J'en reste très fier.

      Supprimer
  5. Le photovoltaïque sur le toit, essayez de savoir si la techno a suffisamment progressé pour que leur production sur leur durée de vie dépasse largement leur simple coût énergétique de production recyclage.

    Par ailleurs, gare à l'étanchéité du toit ensuite: Les margoulins travaillant comme des sagouins ont été nombreux au "bon" temps du bonus dopant les chantiers... Les couvreurs, les vrais, se sont frottés les mains!

    RépondreSupprimer

Lectrice, admiratrice, avocate, magistrate, programmeuse, dessinatrice, chère consœur, femmes de tous les pays, lecteur, j'ai toute confiance en vous pour prendre bien soin de vérifier que votre prose est compatible avec les normes orthographiques et grammaticales en vigueur. Et si vous pouviez éviter les propos insultants ou haineux, je vous en serais reconnaissant.
N'hésitez pas à respecter ces quelques règles qui peuvent même s'appliquer en dehors de ce blog.

Les commentaires sur ce blog sont modérés. Votre message apparaîtra sur le blog dès que le modérateur l'aura approuvé. Merci de votre patience.