06 août 2013

Un petit week-end

Dans le cadre des rediffusions estivales, le billet du jour, publié en septembre 2009, raconte une anecdote terrible que j'ai vécue lors d'une expertise judiciaire. J'en ai encore des frissons.

Bonne (re)lecture et bon courage.

-----------------------------

Elle est vêtue de vêtements chatoyants et court sur une route de terre. Plusieurs personnes courent avec elle. La vidéo n'est pas de très bonne qualité. On ne distingue pas bien ce que ces personnes tiennent à la main.

Le vidéaste zoome maladroitement.

Optiquement la femme s'approche de moi, simple téléspectateur sur mon écran d'ordinateur, et je constate que les personnes qui courent avec elle sont des hommes, munis de machettes, qui courent après elle.

L'un d'eux la rattrape et lui plante la machette dans le crane.

Les yeux de la femme sont exorbités alors qu'elle hurle en tombant. La vidéo n'a pas de son mais son cri me saute au yeux. L'homme itère son geste et lui fait éclater le crane.

Des morceaux de cervelle s'éparpillent sur la piste, alors que les derniers poursuivants arrivent à sa hauteur.

Ils rient.

Et moi, malgré mes dix années d'expérience comme expert judiciaire, je pleure.

Cette séquence, je viens de la subir en visionnant le contenu d'un disque dur mis sous scellé. Comme d'habitude, le magistrat m'a missionné pour analyser le disque dur à la recherche d'images et de films pédopornographiques. Et comme d'habitude, je visionne un nombre important d'images et de films, parmi lesquels se trouve un nombre important d'images et de films pornographiques, parmi lesquels peuvent se trouver cachés un certain nombre d'images et de films pédopornographiques... et ce film tourné probablement pendant les massacres du Rwanda.

Et je dois visionner chaque film pour remplir ma mission correctement.

Ceux qui pensent que la violence présente à la télévision ou au cinéma banalise la violence réelle se trompent. Je regarde avec frissons "Le silence des agneaux", "Hannibal", "Alien" ou tout autre slasher movie. Mais tout est faux. "C'est du cinéma". Même quand c'est tiré d'un fait réel, le spectateur sait qu'il assiste à une mise en scène.

Mais quand on "sent" que c'est vrai, que les images sont réelles, c'est très différent. On assiste à la mort violente d'une personne et on n'y est pas préparé. Peut-on s'y préparer d'ailleurs? Même les 20 premières minutes de "Il faut sauver le soldat Ryan" ne m'ont pas préparé à ça. Et pourtant elles m'ont secoué.

J'ai survolé très rapidement le reste de la vidéo pour m'assurer qu'aucune scène pédopornographique n'avait été insérée au milieu de ces scènes de massacres. Il n'y en avait aucune. Je n'en ai pas trouvé d'ailleurs sur ce disque dur. Juste de la pornographie. Et cette vidéo de massacres dans un fichier portant un nom de film pornographique.

Mais cette scène restera gravée dans mon esprit.

La France ne peut accueillir toute la misère du monde, mais elle doit savoir en prendre fidèlement sa part. J'ai eu ma part pour ce week-end.

C'était juste un petit week-end pour un petit expert judiciaire de province.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Lectrice, admiratrice, avocate, magistrate, programmeuse, dessinatrice, chère consœur, femmes de tous les pays, lecteur, j'ai toute confiance en vous pour prendre bien soin de vérifier que votre prose est compatible avec les normes orthographiques et grammaticales en vigueur. Et si vous pouviez éviter les propos insultants ou haineux, je vous en serais reconnaissant.
N'hésitez pas à respecter ces quelques règles qui peuvent même s'appliquer en dehors de ce blog.

Les commentaires sur ce blog sont modérés. Votre message apparaîtra sur le blog dès que le modérateur l'aura approuvé. Merci de votre patience.