27 mai 2013

Lettre à mes 16 ans

Salut à toi, Zythom.

Je suis ton futur toi, ton toi plus vieux. J'ai 49 ans.
Je sais, c'est vieux, surtout quand on a que 16 ans...
Bon, je ne voudrais pas spoiler ton avenir (regarde dans le dictionnaire Harrap's ça veux dire, le volume Anglais -> Français), mais je reviens vers toi pour te rassurer et te donner quelques conseils.

16 ans, c'est super, mais la suite c'est pas mal non plus. Tu vas voir, ça va même aller en s'améliorant. Pour le lycée, ne change rien. Continue de marcher dans le système, de sourire aux profs, même aux casse-couilles.

J'aime bien ton idée de "plutôt que de faire exploser le système en s'y opposant, il vaut mieux essayer de s'y adapter et de le changer de l'intérieur". Ça ne marche pas, mais au moins ça permet d'éviter de s'en prendre plein la tronche, et de rester marqué.

A propos de marques, les boutons d'acnés, n'y touche pas trop, tu en auras jusqu'à la fin de tes jours. That's life. 

Les filles, c'est super. Soit patient et ne change rien. Les filles aiment les voyous, mais les femmes aiment les mecs bien. La moto, c'est cool: change juste de casque, parce que l'intégral sur une 125, c'est un peu trop. Mais bon.

Le club d'informatique que tu as créé avec deux potes à lunettes (ne te moque JAMAIS des mecs à lunettes, tu comprends, JAMAIS), c'est super. Continue à jouer avec l'IBM 5100 qu'un parent d'élève vous a prêté. Travaille tes algorithmes, fais fonctionner tes méninges. Par contre, arrête de trop d'occuper à faire rentrer tout ça dans la mémoire de ta TI57, la mémoire, c'est le truc qui va exploser à ne plus savoir quoi en faire. Travaille sur papier et voit GRAND. Genre une mémoire quasi infinie.

Pour ton avenir professionnel, continue à t'inquiéter. Tu deviendras le plus grand procrastinateur de l'univers, mais à chaque fois que tu en auras besoin, tu passeras le cap. Sache quand même que tu vas en baver dur pendant quelques années, mais qu'après tu ne comprendras même pas pourquoi on te paye tellement tu aimeras ton métier. Tu verras même que parfois on ne te payera pas, ou mal. Et tu t'en ficheras, enfin presque.

Côté famille, soit cool. Les études, c'est bien. Ceux qui autour de toi s'éclatent en boite tous les week-ends au lieu de bosser leur bac vont galérer pas mal ensuite. Toi, tu vas ramer pendant cinq ans, mais après tu vas t'éclater pendant 50 ans. Un bon truc, ce serait de convaincre tout ce petit monde de mettre un peu d'argent dans une petite société américaine toute jeune et toute petite, située à Albuquerque. Genre 1000 Francs par tête de pipe. Fais moi confiance.

Un truc moche quand même: la clope. Si tu peux arrêter tout de suite, ça t'évitera quelques tensions par la suite. Et quoique tu en penses, on ne trouvera pas de solution pour le cancer "quand tu en auras besoin". Ça, c'est tout faux. Et parles-en à tes proches aussi...

Arrête aussi le baby et les flippers. Ça mène à rien. De toutes façons, tu seras jamais très bon et c'est pas dans tes moyens. Par contre, continue les jeux d'arcade: Pac-Man et Space Invaders. Tu te feras un peu moins éclater après à CoD. A propos, je te signale qu'il y a une position dans Pac-Man où les fantômes ne peuvent pas venir t'éclater. Et si tu pouvais mettre de côté la console Pong, plutôt que ta TI57, ça me fera plaisir 30 ans plus tard en déballant les vieux cartons...

Ah, et concernant Wattrelos, ne te bile pas, tu n'y feras pas de vieux os. Mais tu arriveras à regretter le Nord, si si. Si, je te dis ! Du brun !

Allez courage.
Je te laisse, j'ai mon moi de 70 ans qui m'envoie un holo.

-----------------------------------------------------------
Merci à Pingoo pour l'idée et le titre.

16 mai 2013

Un hacker expert judiciaire

Aussi loin que je puisse remonter le fil de mes souvenirs, j'ai toujours été un hacker. Un hacker de l'ombre, anonyme et discret. Mais toute mon énergie est tournée vers le hacking, en particulier informatique.

Quels sont mes hacks favoris? J'aime bien démonter les systèmes pour comprendre comment ils fonctionnent. Je viole systématiquement les garanties de tous les matériels que j'achète, uniquement pour voir l'agencement intérieur et comprendre le fonctionnement du produit. J'admire souvent l'intelligence des ingénieurs et des techniciens qui ont réussi à mettre au point tel sous système particulièrement astucieux. Je remplace parfois une pièce par une autre, plus performante, pour rendre le produit plus efficace, mieux adapté. J'en reçois une joie intense quand cela fonctionne.

C'est un état d'esprit très pratique quand on est expert judiciaire, c'est-à-dire inscrit sur une liste de référence auprès de sa Cour d'Appel de rattachement. Quand les magistrats me confient un scellé, ils n'imaginent pas nécessairement les trésors de savoir faire qu'il faut pour pouvoir les démonter correctement sans connaître a priori le modèle, pour éviter tous les pièges parfois tendus par les fabriquants (vous savez, LA vis cachée sous une étiquette sous la batterie...). Je fabrique parfois mes propres outils (par exemple un tournevis à partir d'une brosse à dent) pour ne pas abîmer les plastiques des machines qui me sont confiées (on n'attaque pas le démontage d'un Mac au burin et au marteau!).

Je suis un hacker car j'aime comprendre le fonctionnement interne d'un système informatique, que ce soit un ordinateur, un ensemble d'ordinateurs ou un réseau informatique.

J'aime bien détourner l'usage initial d'un objet, pour le transformer, l'adapter ou le recycler. Oh, ce n'est jamais extraordinaire, car je n'ai pas l'âme, l'intelligence ou la patience d'un inventeur. Mes créations sont banales aux yeux des spécialistes, mais elles sont uniques à mes propres yeux.

Je construis un NAS avec une vieille carte mère, des adaptateurs SATA, des disques durs et une vieille unité centrale. Je remplace le processeur par un moins consommateur d'énergie. Je supprime le ventilateur, tout en underclockant le processeur dans le BIOS, pour baisser le bruit de fonctionnement.

Je transforme une salle de TP informatique en cluster de calcul, le temps d'une après-midi, en bootant sur un liveCD. J'y affiche en temps réel le calcul d'une image de synthèse en utilisant une version parallélisée de PovRay. Chaque machine calcule 1/20e de l'image et l'ordinateur du prof (le 21e pc de la salle) assemble en direct le résultat des calculs. C'est magique. La salle est hackée.

Je démonte un disque dur externe USB pour en récupérer la carte et pouvoir ainsi transformer rapidement n'importe quel disque dur interne en disque externe. Le boîtier est hacké. Je bricole une alimentation de télévision pour l'utiliser sur un ordinateur portable dont le chargeur est en panne. L'alim est hackée. Je récupère toutes les vis, tous les câbles, tous les adaptateurs de mes vieux ordinateurs, parce que cela peut toujours servir (et d'ailleurs, cela me sert souvent). Les vis sont hackées. Euh, là non en fait...

Cela fait-il de moi un Hacker, intronisé parmi les plus grands Hackers internationaux? Non, bien sur. Je suis un tout petit hacker de province.

Certains diront même que je ne suis pas un vrai hacker. Car un vrai hacker est un rebelle qui ne peut pas être expert judiciaire. A ceux là, je rappelle que tout le monde peut bidouiller. Alors, pourquoi pas un expert judiciaire?

Et pour mes enfants, je suis le plus grand hacker expert judiciaire du monde!
Doublé d'un côté un peu nerd et Otaku...

-------------------------------------
PS: Dans ce billet, j'utilise évidemment la définition initiale (et normale) du mot "hacker", c'est-à-dire (via Wikipédia): "Un hacker est quelqu'un qui aime comprendre le fonctionnement d'un mécanisme, afin de pouvoir le bidouiller pour le détourner de son fonctionnement originel. Appliqué à l'informatique, un hacker sait où et comment bidouiller un programme ou matériel électronique pour effectuer des tâches autres que celles prévues par ses concepteurs."

14 mai 2013

Expérience sur l'anonymat

Lorsque j'ai décidé d'ouvrir ce blog en 2006, j'ai pris comme pseudonyme "Zythom" car je voulais séparer mes activités IRL et numérique. Je considérais l'utilisation d'un pseudonyme comme allant de soi dans l'univers numérique.

Dès que j'ai commencé à avoir des lecteurs, je me suis trouvé devant le problème classique de la modération ou pas des commentaires. Après avoir hésité un peu, j'ai fait le choix de modérer les commentaires pour garder le contrôle du contenu du blog. Ce faisant, je sais que mon statut juridique est plus risqué, puisque j'autorise la publication du commentaire. Mais c'est mon choix et je l'assume jusqu'à présent.

Pour compenser un peu, parmi les différents paramètres de la configuration du blog, j'ai choisi d'autoriser la soumission de commentaires anonymes. Cela me semble logique, même si cela encourage quelques personnes à abuser de cette possibilité.

Mais je souhaitais pouvoir aller plus loin dans l'anonymat que je pouvais offrir à mes éventuels correspondants, aussi, en juin 2010, j'ai ajouté à la page contact de mon blog un formulaire PrivacyBox permettant à tout internaute qui le désire de me contacter d'une manière complètement anonyme, sans que je ne puisse avoir de moyens de connaître son identité réelle. Les messages que je reçois via ce formulaire sont de plus automatiquement chiffrés avec ma clef publique OpenPGP.

Maintenant que le service de PrivacyBox va fermer, il est temps pour moi de faire un petit bilan de cette expérience.

Donner la possibilité à des personnes de vous écrire sans contrainte d'identité lève un certain nombre de barrières: la parole est plus libre, plus directe. Des choses peuvent être dites sans fard, sans le verni de la politesse et la retenue de l'éducation. J'ai ainsi reçu des courriers d'encouragements et de soutiens de personnes qui souhaitaient rester anonymes.

J'ai aussi reçu des messages d'insultes, de menaces, de critiques...

Mais j'ai également reçu par ce biais des messages qui m'ont interloqué. Je me souviens en particulier de cette personne qui m'expliquait ses penchants pour les jeunes enfants et qui était tombé sur mon blog parce que j'y parle (souvent) de mes dossiers de recherches d'images pédopornographiques. Cette personne me livrait ses tourments et m'expliquait comment elle surmontait le passage à l'acte en consommant des ouvrages interdits en France mais autorisés au Japon (des mangas spécialisés dans les dessins pornographiques mettant en scène des enfants). J'ai reçu en quelques jours plusieurs messages très crus de sa part sur le sujet, sans pouvoir y répondre puisque la personne n'a pas souhaité me laisser le moyen de la contacter, et pour cause.

J'ai reçu également quelques demandes pour des interventions dans des dossiers, des questions sur le piratage, sur les techniques de contournement ou sur les moyens mis en œuvre par la Justice pour lutter contre telle ou telle fraude. J'y ai répondu dans la mesure de mes capacités et lorsque l'utilisateur me laissait une adresse email pour cela.

J'ai reçu en tout une centaine de messages.
J'ai ainsi été spectateur d'une liberté totale d'expression, sans inhibition.
J'en ai appris beaucoup sur la nature humaine.
J'en ai appris aussi sur moi-même, sur mes propres rouages.
J'ai mené cette expérience pour aller jusqu'au bout de l'anonymat.
Je suis désolé que le service de PrivacyBox ferme.

En tout cas, j'ai eu moins peur en lisant ces emails anonymes, qu'en lisant les commentaires que l'on trouve sous les articles de certains journaux en ligne...

05 mai 2013

Stockage

La semaine dernière, j'ai reçu un ordinateur sous scellé à fin d'analyse. Pour une fois, il ne s'agit pas de recherche d'images pédopornographiques, mais de retrouver des conversations électroniques.

J'ouvre le scellé, et en extrait le disque dur pour analyse. Le disque dur fait 3To...

Bon, c'est normal, les capacités des disques durs vont en augmentant, mais après vérification, je ne dispose pas de disques durs suffisamment grands, et mon NAS personnel est presque plein. Comment faire une copie pour analyse, sachant qu'il me faut facilement le double de la taille du disque d'origine: pour l'image bit à bit, pour le fonctionnement en VM et pour toutes les données extraites ?

Sachant que le budget de la Justice, déjà exsangue, n'est pas prévu pour m'offrir un joli NAS, et que tout le monde compte sur mon travail d'analyse, rapide, fiable et PAS CHER... il me faut trouver une solution.

Twitter étant mon ami, je lance un tweet SOS à ceux qui me suivent sur le compte @Zythom. Et me voilà en train de tester plusieurs outils gratuits dont je vais un peu vous parler aujourd'hui.

Tout d'abord, il se trouve que je dispose d'un nombre invraisemblable de carcasses d'ordinateurs qui remplissent mon bureau, entre vieilles cartes mères et webcams-qui-ne-marchent-que-sous-XP. J'ai donc cherché dans le lot un vieux PC avec une carte mère acceptant les disques durs SATA. Me voici avec un NEC "Pentium 4" datant du temps où l'on nommait les PC du même nom que leur processeur.

Une fois la poussière priée d'aller sur les objets alentours, je pars en chasse d'un clavier et d'une souris PS2, d'un écran fonctionnel, d'un cordon d'alimentation et d'un câble réseau catégorie 5e au moins.

En regardant bien la carte mère de cette vieille machine, je compte 4 ports SATA et deux ports IDE. Je fouille alors dans mon stock de disques durs dédiés aux expertises, et j'en extrais un vieux disque dur IDE de 40 Go, deux disques SATA de 3To et un disque tout neuf de 4To.

Me voici prêt à tenter de construire un NAS avec ça.

Les followers qui ne dormaient pas au moment où j'ai posé ma question m'ont proposé les produits suivants:
- Nexenta Community Edition
- XPEnology
- OpenMediaVault
- OpenFiler
- FreeNAS et
- NAS4Free

J'ai testé ces produits avec la machine que j'avais assemblée de bric et de broc. Voici mes constatations, et je demande aussitôt aux passionnés de ces produits de me pardonner mon test simpliste (je ne suis pas un labo de tests non plus!):
- Nexenta CE n'a pas reconnu mes disques durs;
- XPEnology n'a pas fonctionné de manière stable malgré tous mes efforts (je dispose déjà de deux NAS Synology, un vieux DS209j et un DS713+ flambant neuf, donc j'étais motivé);
- OpenMediaVault n'a pas réussi à faire booter ma machine;
- OpenFiler n'a pas reconnu mon disque dur de 4To lors de la configuration SoftRAID;

Le développement de FreeNAS ayant été repris par une société commerciale, j'ai directement testé NAS4Free qui est la suite du développement du code originel de FreeNAS. NAS4Free a reconnu l'ensemble de ma configuration, aucun message d'erreur n'est apparu lors de la constitution du RAID0 qui a aggloméré tous mes disques durs (sauf celui de 40Go qui sert uniquement pour le système au démarrage).

Mon choix s'est donc arrêté sur  NAS4Free.

J'ai donc maintenant un NAS de capacité 10 To 9 To qui me permet de mener à bien la mission d'expertise qui m'a été confiée. L'accès aux disques est rapide, l'incorporation dans mon réseau privé très simple, le partage des données entre machines Linux ou Windows est simple à paramétrer. Bref, une solution que je recommande à tout ceux qui ont un besoin rapide de stockage pour pas trop cher.

Seuls inconvénients: la consommation et le bruit, légèrement supérieurs à ceux de mon NAS perso Synology DS713+ sur lequel s'appuie toute la famille.

Mais si le dernier reste allumé en permanence toute l'année, le NAS4Free ne reste allumé que le temps d'une expertise, c'est-à-dire... quelques nuits ;-)

Ma prochaine étape sera de faire l'achat que quelques cartes PCI multiports SATA pour augmenter la capacité de mon NAS improvisé. Je dois pouvoir atteindre les 16 disques durs de 4To, soit 64To!

Ensuite, pour passer à 180To, je testerai le pod de stockage Backblaze que Korben m'a fait découvrir.

De quoi voir venir ;-)

--------------------------------------------------------------------------
Source image: inpic.ru