28 août 2013

L'ANSSI et le test Google

Je fais partie des premières générations d'étudiants de lycéens à avoir été autorisées à utiliser une calculatrice électronique au baccalauréat. J'ai donc connu les deux systèmes: la règle à calcul et les tables de logarithmes versus la calculatrice électronique. Autant vous dire que j'ai choisi mon camp immédiatement !

Et pourtant, je me souviens des querelles sans fin opposant les "pour" et les "contre", avec en ligne de mire la disparition des capacités intellectuelles des générations futures. Au passage, si je constate effectivement une baisse des aptitudes au calcul mental de mes étudiants, je me permets de constater une hausse très nette de leurs compétences dans bons nombres de domaines utiles au métier de l'ingénieur (mais j'y reviendrai).

Les professeurs de l'époque ont du s'adapter au monde nouveau qui s'imposait à eux. Ils ont du revoir les problèmes qu'ils donnaient à leurs élèves, parfois depuis plusieurs décennies. En effet, certains problèmes devenaient ridiculement faciles dès lors que l'on disposait de ce magnifique instrument de calcul. J'appelais ces problèmes "les tests calculatrices". Certains professeurs ont mis plus de temps à s'adapter, ce qui m'a permis d'avoir parfois des notes inespérées, en particulier en chimie. Je me souviens de ces vieux professeurs qui nous grommelaient "comment ferez vous pour calculer vos logarithmes si la calculatrice tombe en panne"...

Il faut savoir accepter le progrès, s'adapter et accepter que certaines compétences deviennent obsolètes. L'utilisation des tables de logarithmes en fait partie.

L'accès facile à internet pour tous les étudiants, partout et tout le temps grâce aux téléphones mobiles, a changé la donne pour beaucoup d'enseignants et révolutionne la manière d’appréhender beaucoup de problèmes. Est-il nécessaire d'apprendre par cœur telle ou telle somme d'information quand elle est facilement accessible ? Quel type de savoir faut-il enseigner : la connaissance qu'une information existe, savoir la retrouver ou la connaissance en elle-même ? Chaque professeur répond à ce type de question selon sa pratique et son savoir-faire. Mais cela donne parfois lieu à ce que j'appelle "des tests Google", c'est-à-dire des tests où les réponses se trouvent facilement avec un moteur de recherche.

Je suis personnellement en plein questionnement sur mon devenir professionnel : je fais ma petite crise de la cinquantaine et, malgré un travail que j'aime et qui me propose encore beaucoup de défis, j'ai du mal à admettre que je ne pourrai plus jamais changer d'emploi dans les 15 années à venir, si je ne le fais pas maintenant. Je suis donc en train de répondre à des annonces et de passer des entretiens. Vu mon profil et mon expérience d'expert judiciaire, je recherche un poste dans l'analyse inforensique. Au passage, je remercie les lecteurs de ce blog et tous les twittos qui ont relayé l'information.

Et parmi les milliers centaines dizaines quelques offres sur ce créneau visibles sur le marché, j'ai répondu à une annonce de l'ANSSI. L'Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d'Information regroupe en effet de nombreux spécialistes de l'investigation numérique, dont quelques uns que j'ai pu rencontrer au SSTIC. C'est donc avec une vrai envie de travailler avec ces personnes que je me suis rendu à l'entretien d'embauche qui m'a été proposé.

J'ai accepté de ne pas dévoiler le contenu de cet entretien, aussi je ne vous donnerai pas de détails sur son déroulement, rien sur la confiscation de mes téléphones à l'accueil, je n'aborderai pas la difficulté de trouver l'adresse, ni la climatisation en panne.

Un point m'a néanmoins surpris: les recruteurs m'ont fait passer ce que j'appelle un "test Google". Appelé "test technique", il s'agit d'un long formulaire comportant de nombreuses questions techniques sur tous les aspects de l'inforensique. Toutes les réponses de ce test se trouvent facilement sur Google. Sauf que je n'avais pas accès à internet...

Le problème est que je travaille depuis de nombreuses années avec un accès internet (depuis 1990 en fait), et que j'ai pris l'habitude d'intégrer cet outil dans ma manière de travailler. A cinquante ans, je n'apprends plus par cœur les paramètres des commandes UNIX que je n'utilise que de temps en temps. Je n'apprends plus par cœur les définitions des concepts que je manipule. Lorsque j'ai besoin de construire une expression rationnelle, je le fais avec l'aide d'internet. Quand j'ai un doute sur l'orthographe d'un mot, je le googlise.

Bref, j'utilise internet comme une gigantesque encyclopédie. Et de la même manière qu'avec la calculatrice, j'ai oublié la manière de "calculer les logarithmes avec les tables", j'ai placé un certain nombre de mes connaissances "dans le nuage"... Pas toutes bien sur, mais celles qu'il me semble inutile d'encombrer mon esprit. Pareillement, je ne retiens aucun numéro de téléphone ni rendez-vous: une partie de ma vie est dans mon téléphone...

Je sais, c'est mal pour exercer sa mémoire. J'ai longtemps un peu lutté contre cette fainéantise, mais mon naturel a pris le dessus. Pourquoi faire cet effort, quand tant d'autres efforts sont à faire !

Ce qui fait que je me suis trouvé ridicule à ne pas savoir répondre à certaines questions du formulaire ANSSI, telle que "quelle est la différence entre un processus et un thread". Ne riez pas.

Pourtant, je suis persuadé que la mesure des connaissances, que ce soit pour évaluer un étudiant ou un candidat à l'embauche, doit être autre chose qu'un "test Google". J'aurais préféré qu'on ai un peu plus confiance en ma capacité à apprendre, à m'adapter. J'aurais préféré qu'on regarde un peu plus mon parcours, mes réalisations, mes succès et mes échecs.

J'aurais préféré qu'on ne me dise pas "bossez un peu plus l'inforensique des systèmes live et revenez dans deux ans". Même si c'est vrai.

Dans deux ans, j'aurai des lunettes Google et je réussirai tous les tests Google!
Dans deux ans, j'aurai peut-être réussi à travailler avec les meilleurs de l'ANSSI!
Mais dans deux ans, j'aurai 52 ans.

xkcd "Tar" http://xkcd.com/1168/

21 août 2013

Les défis des potes

Comme beaucoup de personnes, j'ai perdu des proches à cause de la maladie. J'ai ainsi perdu ma tante, ma grand-mère et ma belle sœur, toutes les trois mortes d'un cancer. J'aimais ces personnes et elles me manquent beaucoup.

Avec un groupe d'amis, nous nous retrouvons, depuis plus de vingt ans, pour faire la fête, des randonnées, des activités sportives et des visites, dans différentes régions de France. Les enfants de chacun sont venus grossir la troupe, ce qui fait qu'il n'est pas rare qu'on soit une quarantaine de personnes à hurler chanter, danser, boire et s'amuser dans un gîte loué pour l'occasion. Et comme les enfants deviennent enfin grands, nous allons même pouvoir enfin reprendre nos chansons paillardes...

Et depuis que l'une d'entre nous est partie, mangée par le crabe, nous lui dédions toutes nos activités sportives, en général sous la forme d'un défi.

Le prochain défi, ce sont les 24h du Mans vélo...

Notre première participation à cette épreuve d'endurance de 24h remonte à l'année dernière. J'en avais parlé dans ce billet. D'ailleurs, quand je relis le billet, je me demande pourquoi j'ai accepté de recommencer... même si je l'avais inscrit comme résolution n°6 pour l'année 2013 !

Évidemment, comme l'année dernière, je n'ai rien fait comme préparation physique. Je continue simplement à faire mon trajet quotidien boulot-dodo en vélo, ce qui me paraît nettement insuffisant. J'ai beau faire de l'aviron de temps en temps, mon objectif d'un IMC à 25 est loin d'être atteint et s'est même éloigné assez fortement pendant ces dernières vacances. Et je me suis fait un tour de rein pas plus tard que samedi dernier en déménageant ma grande fifille...

C'est mal parti.

Pourtant, j'attends avec impatience ce week-end qui promet d'être infernal.
Parce que c'est chouette de retrouver ses amis et sa famille.
Parce qu'il faut se lancer des défis de temps en temps.
Parce qu'il faut manger-bouger.
Parce qu'on a la chance de pouvoir le faire.

Ce week-end, je vais donner mon maximum en pensant à mes douleurs et en maudissant mes amis. Je vais faire 87,885 km, soit 21 tours du circuit Bugatti, en 4 séries (5+5+5+6, oui notre coach pense que je vais être meilleurs sur la dernière série!) en relais dans une équipe de huit personnes. Je vais faire fonctionner certains des 650 muscles dont je ne soupçonne pas encore l’existence. Je vais haïr cette selle incompatible avec mon postérieur douillet. Je vais anathématiser les vélocipédistes et abominer l'objet de leur adoration.

Mais surtout, je penserai à toi Manu.

20 août 2013

Explorations

Dans le cadre des rediffusions estivales, le billet du jour, publié en septembre 2009, évoque un souvenir personnel très fort. La puissance de la jeunesse sans doute ;-) Il clôt également cette série de rediffusion estivale.

Bonne (re)lecture.

------------------------------

Cela fait 20 jours que nous explorons une zone d'environ 80 km2 autour de notre camp de base. Nous sommes huit, nous sommes jeunes, nous sommes en Crête.

On devient un jour spéléologue, mais on le reste toute sa vie.

L'expédition de spéléologie est prévue pour durer un mois, ayant obtenu les autorisations nécessaires auprès de la fédération spéléologique de Grèce relativement facilement car cela fait maintenant plusieurs années que mon club vient dans ce coin de Crête.

Nous sommes en pleine montagne, loin, très loin des plages surpeuplées de touristes. Un berger nous a prêté sa bergerie de montagne située près d'un point d'eau. C'est un luxe pour nous de pouvoir dormir au chaud car les nuits sont fraîches à cette altitude.

Depuis le début de notre expédition, nous avons découvert et exploré deux ou trois nouveaux gouffres chaque jour, à des profondeurs comprises entre 10m et 100m. L'entrée de chaque gouffre est répertoriée sur nos cartes qui commencent à ressembler à un beau ciel étoilé.

Deux ans auparavant j'avais participé à la découverte du plus grand gouffre de Grèce de l'époque[1] en effectuant ma 1ère grande première. L'année suivante avait été consacrée à son exploration jusqu'à un siphon que nous avons exploré sur 10m (à 473m sous la surface).

Cette année, nous cherchons à contourner ce siphon pour poursuivre l'exploration.

Et depuis le début de l'expédition, nous tombons sur des impasses. Mais à chaque exploration, nos cœurs battent pendant des heures avec l'espoir de tomber sur une grosse galerie souterraine qui nous emmènerait tel le métro de la Pierre Saint Martin à des centaines de mètres sous terre... Nous cherchons dans le gouffre principal, mais aussi à l'extérieur dans un rayon de 5km.

Ce 20e jour, avec un camarade, nous trouvons à 3h de marche du camp une petite ouverture de 30 cm entre deux rochers qui semble prometteuse. Avec une torche improvisée, je regarde à travers le passage et aperçois une salle obscure.

Nous nous équipons fébrilement en troquant nos chaussures de marche et nos shorts contre des bottes et des combinaisons chaudes par 35°C à l'ombre...

Nous nous faufilons dans la fissure et explorons la salle. Celle-ci fait 20m sur 5m avec un plafond culminant à 4m. Très proche de la surface, elle est sèche et chaude. Mais au fond, l'eau a creusé une petite fissure à la verticale d'un puits que je sonde à la louche en lançant une pierre: plutôt profond!

Problème: la fissure est plutôt franchement étroite.

Pendant une heure, mon ami et moi allons taper avec nos marteaux pour tenter d'élargir un bout de la fissure, tout en étant attaché solidement pour éviter de tomber dans le puits si par hasard un bloc se détachait brutalement.

Finalement, au bout d'une heure, nous pouvons passer la tête à travers la fissure. Et selon l'adage bien connu des spéléologues, si la tête passe, on peut faire passer le corps!

Ayant gagné à la courte paille, j'ai l'honneur de passer le premier. Il me faut un bon quart d'heure pour forcer le passage et me retrouver suspendu dans le vide sur une corde de 30m épaisse comme mon index.

Je commence à descendre tout doucement, en expliquant ce que je vois à mon camarade:
- "c'est beau"...
- "ça brille beaucoup"...
- "il y a un filet d'eau qui court sur la paroi"...
- "le puits s'élargit maintenant sur plus de cinq mètres"...
- "je ne vois toujours pas le fond"...
- "ça y est. Je suis sur le noeud de fin de corde! Toujours pas de fond!"
- "je ne peux pas m'approcher d'une paroi. Je raboute la corde suivante!"

Je n'aime pas trop cet exercice qui consiste à attacher une corde supplémentaire à la corde sur laquelle je me trouve. Il faut en effet réaliser un nœud particulier que mon descendeur ne pourra pas franchir. Il me faudra donc exécuter "un passage de noeud" en plein puits. Toujours sans voir le fond!

- "je suis sur la 2e corde! Je continue!"
- "je suis au fond! Le puits doit faire 60m!!"
- "ça continue!"
- "il y a une galerie de 10m qui donne sur un autre puits!!!"
- "ça souffle fort!!"

Je sonde le puits avec ma frontale électrique: profondeur estimée=20m. Je suis seul, pas question de continuer sans mon équipier. Je remonte.

Sachant que la tête du premier puits est difficile à franchir, je crie à mon équipier que je souhaite d'abord vérifier que je peux ressortir avant qu'il ne me rejoigne.

Je remonte donc le puits de 60m avec mes poignées-bloqueurs et mon bloqueur de pied. Le passage de nœud est plus facile à la remontée.

Arrivé en haut du puits, je regarde la fissure que je dois refranchir à la verticale.

Je vais tout tenter pendant une heure!
Pendant une heure, je vais torturer mon corps pour qu'il repasse cette fissure que j'ai franchie à l'aller! Pendant une heure, je vais sentir la panique monter en moi par vagues successives. Impossible de repasser!

La pesanteur qui m'avait aidé à l'aller me gêne au retour. Le vide de 60m sous moi me sert les tripes et les parois sont trop loin pour que j'y prenne appui. Je suis coincé au plafond du puits!

La gorge serrée par la peur, je demande à mon camarade d'aller chercher du secours.

Avant cela, il me propose une solution alternative: redescendre le puits pour me mettre à l'abri pour qu'il puisse essayer d'élargir la fissure à coups de marteau.

Je redescends et me mets à l'abri dans la galerie. Je baisse la luminosité de la flamme de mon casque à acétylène. Je vérifie que ma lampe de secours électrique fonctionne. Je m'assois sur mon sac pour éviter l'hypothermie car je crains que l'attente ne soit longue.

Je commence à entendre les coups de marteau de mon collègue.
Je commence à entendre le bruit des pierres qui ricochent sur le fond du puits.
Je commence à me calmer.
J'en profite pour topographier les lieux au topofil (mesureur à fil perdu) et au compas/clinomètre Sunnto.

Après une demi-heure de martelage, mon camarade me crie qu'il pense avoir élargi la fissure. Je me déshabille au maximum et me retrouve en sous-combinaison. Je laisse toutes mes affaires dans mon sac accroché en bout de corde.

Je remonte.

Arrivé à la fissure, je me précipite dans le passage. Je me contorsionne pendant quelques minutes. Mon baudrier se coince. Impossible de le débloquer, mes bras sont déjà passés et ma tête aussi. Mon camarade se faufile jusqu'à moi et arrive à me décrocher de l'aspérité. Un dernier effort et me voilà passé. Je suis livide. Lui aussi.

Je remonte la corde avec mon sac au bout. Je le vide à travers l'étroiture car il est trop gros pour passer.

Nous sortons dehors. Il fait nuit. Les autres s'inquiètent mais la consigne est de ne donner l'alerte que le lendemain midi. Nous rentrons à la lueur de nos lampes. Je suis exténué.

Deux jours plus tard, nous repartons à cinq pour explorer la suite du gouffre. Nous n'avons jamais réussi à en retrouver l'entrée.

Heureusement que mon copain n'était pas allé chercher les secours!

Mes mesures topographiques montreront après calculs que j'avais atteint la côte de -80m avec arrêt sur un puits estimé à 20m.

J'ai toujours pensé depuis que la suite de ce gouffre nous aurait conduit vers la rivière souterraine que nous cherchions.

On ne l'a jamais trouvée.

----------------------
[1] Les spéléos du groupe Catamaran de Montbéliard ont atteint depuis la profondeur de -1208 mètres au gouffre Gorgothakas, offrant ainsi à la Grèce son premier "moins mille". Bien au delà des possibilités de mon club d'étudiants.

13 août 2013

Les experts peuvent se tromper...

Dans le cadre des rediffusions estivales, le billet du jour, publié en septembre 2009, rappelle que la justice est humaine, et la science aussi.

Bonne (re)lecture.

--------------------------------------

J'ai lu attentivement l'article de Jean-Marc Manach dans InternetActu qui s'intitule "Quand les experts se trompent", article repris par ailleurs dans Le Monde.fr.

Je dois dire que j'ai déjà écrit quelques mots timides sur le sujet dans ma rubrique "erreurs judiciaires", souvent sur des points de détails ou sur des affaires lointaines, afin d'éviter de trop attirer les foudres de mes confrères experts judiciaires, tout au moins ceux qui voient ce blog d'un mauvais œil.

Mais depuis "l'affaire Zythom", je dois dire également que je me sens plus libre d'exprimer ce que je pense, dès lors que je n'enfreins aucune loi de la République. Enfin, du fait que je n'appartiens activement à aucun réseau d'experts judiciaires, je dois rappeler que mes écrits ne reflètent que ma seule opinion, et non celle de l'ensemble des experts judiciaires.

Je peux donc dire que l'article est excellent et qu'il me sert d'excuse pour un petit rappel sur le sujet.

Les experts peuvent se tromper pour de multiples raisons.

Dans mon billet sur la femme sans visage, je relate une enquête policière détruite par des relevés ADN souillés dès l'usine de fabrication. Les affaires Fourré, Dupas, Martin, Bernard, Castro, Goujon sont là pour nous rappeler que les experts judiciaires n'ont pas toujours brillé par leur infaillibilité.

Même les meilleurs d'entre nous doivent se rappeler que la science évolue au cours du temps. L'expert judiciaire Tardieu ne s'était jamais trompé. Il a seulement subi les ignorances de la science.

En matière informatique, avec les formidables avancées techniques où tout semble possible, les erreurs potentielles sont nombreuses. Il suffit pour s'en convaincre de lire par exemple les débats sur la loi Hadopi (je n'en parle pas ici).

Moi-même, je suis passé pas loin d'une erreur judiciaire...

Les experts se trompent parfois, mais il y a plusieurs parades à cela. Contre expertise, collège d'experts et bien entendu les experts-conseils.

Je parle assez peu (pour l'instant) de mon activité d'expert-conseil sur ce blog et pour cause, je consacre actuellement toutes mes forces à l'expertise judiciaire classique. Mais il m'arrive d'être contacté par un avocat qui souhaite être conseillé sur un dossier par un expert technique. On parle alors d'expertise privée.

Je l'aide alors à analyser un pré-rapport d'expertise "du point de vue technique", à rédiger des dires techniques en pointant ce qui m’apparaît comme des imprécisions techniques (ou des erreurs). Ou alors je l'assiste comme "expert privé" lors d'une procédure d'expertise menée par un expert judiciaire.

Et pour éviter toute suspicion d'entente avec un confrère, je n'accepte que des dossiers situés hors de ma Cour d'Appel.

Mais tout cela coûte de l'argent (malgré mes honoraires très bas - pub) et est difficilement supportable par le citoyen lambda. Encore moins par le budget de la justice. Même dans mon cas où je travaille uniquement à distance par échanges GPG pour éviter les frais et honoraires de déplacements.

Enfin, je voudrais rappeler que dans toute affaire terminée par une condamnation erronée, l'un des acteurs, à un moment quelconque, a enfreint une règle essentielle de sa délicate mission. Et directement ou non, l'erreur est née de cette faute. Par penchant, plus souvent par imprudence, langueur d'esprit, désir d'arriver à un résultat ou crainte de laisser un crime impuni, quelqu'un a pris parti contre le prévenu. Dès lors, il l'a tenu coupable. Il n'a pas conçu la possibilité de son innocence, et, pour découvrir la vérité, il a cru qu'il suffisait de chercher des preuves de culpabilité. Les meilleurs s'y laissent aller. Ils croient bien faire, et préparent "des condamnations plus crimineuses que le crime" [Montaigne, Essais, livre III, chap.XII].

C'est terrible à dire, mais la justice est humaine, et la science aussi.

06 août 2013

Un petit week-end

Dans le cadre des rediffusions estivales, le billet du jour, publié en septembre 2009, raconte une anecdote terrible que j'ai vécue lors d'une expertise judiciaire. J'en ai encore des frissons.

Bonne (re)lecture et bon courage.

-----------------------------

Elle est vêtue de vêtements chatoyants et court sur une route de terre. Plusieurs personnes courent avec elle. La vidéo n'est pas de très bonne qualité. On ne distingue pas bien ce que ces personnes tiennent à la main.

Le vidéaste zoome maladroitement.

Optiquement la femme s'approche de moi, simple téléspectateur sur mon écran d'ordinateur, et je constate que les personnes qui courent avec elle sont des hommes, munis de machettes, qui courent après elle.

L'un d'eux la rattrape et lui plante la machette dans le crane.

Les yeux de la femme sont exorbités alors qu'elle hurle en tombant. La vidéo n'a pas de son mais son cri me saute au yeux. L'homme itère son geste et lui fait éclater le crane.

Des morceaux de cervelle s'éparpillent sur la piste, alors que les derniers poursuivants arrivent à sa hauteur.

Ils rient.

Et moi, malgré mes dix années d'expérience comme expert judiciaire, je pleure.

Cette séquence, je viens de la subir en visionnant le contenu d'un disque dur mis sous scellé. Comme d'habitude, le magistrat m'a missionné pour analyser le disque dur à la recherche d'images et de films pédopornographiques. Et comme d'habitude, je visionne un nombre important d'images et de films, parmi lesquels se trouve un nombre important d'images et de films pornographiques, parmi lesquels peuvent se trouver cachés un certain nombre d'images et de films pédopornographiques... et ce film tourné probablement pendant les massacres du Rwanda.

Et je dois visionner chaque film pour remplir ma mission correctement.

Ceux qui pensent que la violence présente à la télévision ou au cinéma banalise la violence réelle se trompent. Je regarde avec frissons "Le silence des agneaux", "Hannibal", "Alien" ou tout autre slasher movie. Mais tout est faux. "C'est du cinéma". Même quand c'est tiré d'un fait réel, le spectateur sait qu'il assiste à une mise en scène.

Mais quand on "sent" que c'est vrai, que les images sont réelles, c'est très différent. On assiste à la mort violente d'une personne et on n'y est pas préparé. Peut-on s'y préparer d'ailleurs? Même les 20 premières minutes de "Il faut sauver le soldat Ryan" ne m'ont pas préparé à ça. Et pourtant elles m'ont secoué.

J'ai survolé très rapidement le reste de la vidéo pour m'assurer qu'aucune scène pédopornographique n'avait été insérée au milieu de ces scènes de massacres. Il n'y en avait aucune. Je n'en ai pas trouvé d'ailleurs sur ce disque dur. Juste de la pornographie. Et cette vidéo de massacres dans un fichier portant un nom de film pornographique.

Mais cette scène restera gravée dans mon esprit.

La France ne peut accueillir toute la misère du monde, mais elle doit savoir en prendre fidèlement sa part. J'ai eu ma part pour ce week-end.

C'était juste un petit week-end pour un petit expert judiciaire de province.