08 septembre 2014

1er saut PAC

J'ai peur que ce blog ne devienne trop sérieux, trop lié à mes activités "professionnelles"... Je souhaite que cela reste un petit blog perso sans prétention. Je vais donc revenir sur ce qui a été pour moi LA découverte de cet été : le parachutisme.

Ce billet fait donc suite au billet "Premier saut J-20" et à celui "Septième ciel", dans une nouvelle rubrique "Parachutisme".

Depuis longtemps, je souhaitais tenter l'expérience de sports "à risque" avant d'avoir atteint un âge ou un état physique qui m'en empêcherait. J'ai pratiqué pendant de nombreuses années la spéléologie, sport qui associe condition physique, explorations et analyses scientifiques des sous-sols (j'en ai souvent parlé ici). Je garde précieusement mon matériel, mais mes mousquetons me servent plutôt maintenant à accrocher mon hamac plus que les cordes statiques...

Je ne désespère pas de tester un jour le saut à l'élastique, le parapente et le vol à voile ! Mais cet été, j'ai testé pour vous le saut en parachute, la faute à mon 50e anniversaire (passé depuis un an, mais j'ai un peu procrastiné...).

Il y a deux façons de tester le parachutisme : le saut en tandem (on dit aussi baptême), ou la Progression Assistée en Chute (ou méthode PAC). Le saut en tandem est la façon la plus simple de découvrir la chute libre, puis le vol sous voile. L'ensemble du saut est pris en charge par le moniteur, laissant le passager profiter pleinement de ces instants exceptionnels. Vous êtes accroché au moniteur comme un sac, et vous n'avez rien d'autre à faire que de crier regarder et profiter du spectacle. Même la sortie de l'avion est gérée par le moniteur.

Dans le cas d'une formation PAC, le moniteur vous apprend à gérer toutes les phases du saut, et ensuite, c'est à vous de prendre les commandes... Voyons d'un peu plus près pourquoi cela fonctionne en toute sécurité.

Je suis arrivé le premier jour à l'aérodrome ne sachant pas trop comment tout cela allait se passer. En tant que spéléologue (et responsable technique), je suis très attaché à la sécurité. J'étais donc en observation sur ce point et très exigeant. Après tout, c'est ma vie que je confie à des inconnus.

Une fois les formalités d'inscription effectuées (certificat médical obligatoire), nous avons été accueillis par les moniteurs du club qui nous ont présenté le déroulement de la journée. Nous étions 12 stagiaires, âgés de 16 ans à 51 ans (oui, c'était moi le doyen), tous en bonne forme physique (sauf moi qui avait un peu peur pour le poids, le dos et les oreilles...). Il faut faire moins de 90 kg, et la balance du matin indiquait 89,9 à jeun tout nu (mais avec les deux pieds sur la balance), rapport aux vacances bien arrosées reposantes.

La matinée et l'après-midi ont été consacrées à des cours pendant lesquels on nous a appris entre autre chose la position à prendre à la sortie de l'avion (accroupi, un genou au sol, les mains sur l'autre genou), puis en chute libre (à plat ventre, bien cambré), la communication par geste, le geste d'ouverture du parachute, la trajectoire à suivre sous voile (après ouverture du parachute), les commandes et, bien sur, l'attitude à avoir en cas de problème... Une bonne moitié d'entre nous avait déjà sauté en tandem, l'autre moitié jamais. Je faisais partie des newbies intégraux.

Le temps plutôt maussade de cet été ne nous a pas permis d'effectuer notre premier saut dès le premier jour... Mais dès le lendemain, je pouvais monter dans l'avion !

Le premier saut PAC est particulier : chaque stagiaire est accompagné lors du saut par DEUX moniteurs. Lors de tous les autres sauts, un seul moniteur suffira à nous guider dans notre progression, mais lors du premier saut, personne ne peut vraiment savoir comment se comporter, se stabiliser, se maîtriser, se gérer, etc. La présence de deux personnes, une de chaque côté, est très rassurante.

Sur la vidéo qui suit, vous allez pouvoir voir les images brutes de la caméra d'un de mes moniteurs. Je suis dans le 2e groupe à sortir de l'avion, ce qui m'a permis de voir un peu comment cela se passait. J'ai une très seyante combinaison orange prêtée par le club. Je n'ai pas de stress particulier, toute mon attention est prise par l'enregistrement de mes sensations : "souviens toi de ce moment là, c'est la première fois !", me dis-je.

Le bruit dans l'avion est assez fort, et nous sommes tous serrés comme des sardines. Il y a trois stagiaires PAC, chacun accompagné de ses deux moniteurs, soit neuf personnes, auxquelles il faut ajouter le pilote. La porte est ouverte lorsque l'on atteint la hauteur de 4200m. Le premier groupe saute. Je les regarde avec concentration. Je suis surpris de ne pas avoir peur. Je jubile plutôt. Le moniteur me demande de me mettre en place, main sur le genou. J'obtempère. Je regarde en bas. Le moniteur me corrige : regarde loin devant. J'obéis. Il compte trois et GO. Je m'élance sans effort, soutenu étroitement par les deux moniteurs.

Le bruit change de nature. Le vent relatif lié à la vitesse horizontale de l'avion nous fait partir en biais, comme expliqué lors de la formation de la veille. La vitesse de chute augmente rapidement. Je suis stable, et pour cause : les deux moniteurs me tiennent fermement. Je prends la position (enfin presque), et souhaite ABSOLUMENT regarder en bas. Le moniteur qui filme corrige la position de ma tête (deux fois ;-). La chute s'effectue en toute sécurité.

L'exercice consiste à faire une "poignée témoin", c'est-à-dire à chercher sous le parachute la poignée qui permettra son ouverture. Exercice réussi (à 53"). Il faut ensuite vérifier sa hauteur en regardant l'altimètre, que je regarde comme on regarde une montre (à 1'11") ! Les deux moniteurs passent le temps en "discutant" derrière mon dos, tout en me surveillant.

A 1700m, après 43s de chute libre (soit une moyenne de 209 km/h !), je mets la main sur la poignée d'ouverture et j'attends "je ne sais quel signal" ! Le moniteur saisit ma main et déclenche l'ouverture (1'15"). La voile s'ouvre correctement, ouf. Ce sera l'unique fois où mon parachute se sera ouvert avec autant de douceur.

Dès l'ouverture, mes deux moniteurs me laissent gérer et s'offre un petit rab de chute libre. Vous pouvez apprécier sur la vidéo une prise de vue "en piqué", suivie d'une ouverture de voile et d'un panoramique sur Royan et son bord de mer.


1er saut PAC

La vidéo ne montre pas les 6mn de vol sous voile dans le silence, le plaisir de commander un parachute qui est, en fait, une voile rectangulaire parfaitement maniable par un débutant, ni l'atterrissage sur les fesses ! Toute cette phase s'effectue sous les ordres d'un moniteur au sol qui vous guide par radio (chaque stagiaire dispose d'une oreillette). Sécurité absolue.

Si le parachute ne s'ouvre pas, la voile de secours s'ouvrira toute seule à 800m. Si le parachute s'ouvre mais mal, j'ai appris la veille à le libérer et à ouvrir la voile de secours, procédure révisée dans l'avion. Sécurité, sécurité !

Les sensations de chute n'ont rien à voir avec tout ce que j'ai pu ressentir auparavant, en particulier dans les parcs d'attraction : aucune nausée, pas d'estomac qui remonte ou autre sensation désagréable. Cela ressemble plus aux sensations que l'on peut ressentir quand on met son bras par la fenêtre à 130 km/h en voiture et que l'on joue avec l'air...

Avec une seule envie dès l'atterrissage : ressauter !

---------------------------
Crédit image : darkroastedblend.com

5 commentaires:

  1. J'en suis aujourd'hui à mon 315ème saut, et le plaisir reste intact !
    Je suivrai ta progression avec attention :-)

    RépondreSupprimer
  2. Un post qui donne envie de s'y mettre... déjà que je bavais sur les précédents... arf, bientôt mon deuxième tandem, on verra si je franchis le pas...

    En tout cas mon premier tandem n'avais pas laissé mon estomac indifférent : impossible d'avaler quoi que ce soit le midi même... faut croire que l'on n'est pas tous fait pareil...

    RépondreSupprimer
  3. Toujours très prenant de lire tes posts. Si le saut à l'élastique t’intéresse, je te conseille le site du viaduc de la Souleuvre en Normandie.
    Il y a plusieurs activités à sensations présentes. J'y pratique le saut depuis plusieurs années et j'ai toujours la même poussée d’adrénaline avant chaque poussée sur la planche ;).
    Si jamais cela devait intéresser, n'hésites pas à me solliciter, je serai enchanté de faire ta connaissance IRL et de partager cette expérience.

    Bonne continuation.

    RépondreSupprimer
  4. Le vol à voile, c'est fabuleux aussi. Mais c'est sans doute la moins physique des 4 activités évoquées, à garder pour les "vieux" jours :-)

    RépondreSupprimer
  5. Y'a pas que la PAC y'a la TRAD aussi comme formation ;)

    RépondreSupprimer

Lectrice, admiratrice, avocate, magistrate, programmeuse, dessinatrice, chère consœur, femmes de tous les pays, lecteur, j'ai toute confiance en vous pour prendre bien soin de vérifier que votre prose est compatible avec les normes orthographiques et grammaticales en vigueur. Et si vous pouviez éviter les propos insultants ou haineux, je vous en serais reconnaissant.
N'hésitez pas à respecter ces quelques règles qui peuvent même s'appliquer en dehors de ce blog.

Les commentaires sur ce blog sont modérés. Votre message apparaîtra sur le blog dès que le modérateur l'aura approuvé. Merci de votre patience.