30 septembre 2014

Yelena

Encore une expertise où je regarde, encore et encore, des photos de petites filles violées. Je les trie par thème de torture, par catégorie d'âge supposé, par poses pornographiques.

Et il y a cette petite fille qui revient souvent. Je l'ai appelé Yéléna.

Le décor est sordide : des pièces sombres à l’ameublement minimaliste, avec des papiers peints d'un autre temps. Les fenêtres sont sales, le matelas du lit est bosselé, les meubles abîmés. Parfois sur les photos, j'aperçois un texte en alphabet cyrillique qui me fait imaginer que tu es peut-être russe, ou bulgare, ou serbe, enfin slave quoi. D'où le prénom que je t'ai donné, Yéléna.

Depuis le temps que je trie ce type de photos, d'une expertise judiciaire à une autre, je t'ai croisée plusieurs fois, toi et ton regard triste au sourire forcé. Dans le meilleur des cas, tu es en mini bikini moulant, prenant des poses de strip clubs. Dans les pires, tu manipules des sexes d'hommes bien trop grands pour ton corps.

Et ces photos tournent, tournent, reviennent et repartent, d'un serveur à un autre, détournant cette magnifique liberté d'échange offerte par internet. Et plutôt que de lutter plus efficacement contre les tortionnaires, les politiciens prennent le prétexte de la présence de tes photos pour restreindre les libertés de tous au profit d'un petit nombre, avec des lois scélérates.

Mais de tout cela, tu n'en as cure, et je le comprends.
Le flicage d'internet, c'est en ton nom, mais ce n'est pas pour toi.

Mon rôle se limite à découvrir la trace de la présence de tes photos et films sur le disque dur d'un internaute, qui sera ensuite probablement condamné pour possession d'images pédopornographiques. Je sais aussi que des policiers traquent les pédophiles, les réseaux assouvissant leurs penchants, ceux qui prennent les photos, ceux qui vendent les corps de fillettes de ton âge. Avec un certain succès. Le droit à l'oubli, ce n'est pas pour toi.

Lors de mes premières missions en recherche d'images pédopornographiques, j'étais un jeune papa découvrant les joies et l'amour de ses enfants. La vision de ces photos et de ces films me touchait profondément. J'ai souvent raconté sur ce blog ces moments douloureux, parce que pour moi, c'était une façon d'évacuer toute l'horreur que je ressentais.

J'ai souvent pleuré en silence devant mon écran.

Je serrais plus fort mes enfants le soir en les couchant, et je ne pouvais pas m'empêcher de penser à toi, de temps en temps. Qu'es-tu devenu ? Quel âge as-tu maintenant ? As-tu survécu à cette enfance infernale ?

Bien sur, je ne le saurai jamais.

Je continue à apporter mon aide aux enquêteurs, je fais ma petite part du labeur, avec un constat qui me fait peur : aujourd'hui, quand je regarde tes photos, Yéléna, je ne ressens plus rien. Je ne pleure plus devant mon écran. Je me suis endurci, insensibilisé. Je les trie par thème de torture, par catégorie d'âge supposé, par poses pornographiques.

Et il y a cette petite fille qui revient souvent. Je t'ai appelé Yéléna.

Cela signifie, en russe, "éclat du soleil".

--------------------------------------------------
Source photo @thereaIbanksy

7 commentaires:

  1. There is always hope

    Yéléna (quel beau nom !) peut au moins empêcher que d'autres gamines et gamins subissent les mêmes traitements de celui qui sera effectivement condamner.

    There is always hope !

    RépondreSupprimer
  2. Dur article, pour conter une réalité malheureusement trop vrai. J'ai trouvé un témoignage d'une jeune fille agressé étant jeune, et je me suis dit que cela pouvait intéressé certains lecteur d'avoir l'autre point de vue. Attention c'est choquant et bien plus dur que cet article. Le lien : http://unmug.tumblr.com/post/98357939282/trop-de-sang-dans-un-corps

    RépondreSupprimer
  3. Si ça se trouve, certains pervers sont devenus experts judiciaires exprès afin d'avoir une excuse pour mater ce genre d'images.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Surement réaliste car le réel rejoint trop souvent la fiction voir le dépasse

      Supprimer
  4. Insensible, et en même temps, vous en prenez conscience en lui donnant un nom et en venant raconter son histoire imaginaire. Merci. Pascal

    RépondreSupprimer
  5. Je ne pense pas que ce soit de l'insensibilité sinon vous ne prendriez pas la peine d'écrire ceci, tout comme boulesdefourrure ne pleure pas lorsqu'il est améné à euthanasier un animal, mais désire partager son expérience sur son blog. L'écriture est sans doute une forme de catharsis, partager son fardeau permet de répartir la charge. Philip K Dick se demandait si l'écrivain vivait lorsqu'un lecteur quelque part dans le monde lisait son oeuvre. Chez moi, pendant que je lisais votre billet, il y avait une petite fille innocente qui était là et qui disait "Merci Zythom".

    RépondreSupprimer

Lectrice, admiratrice, avocate, magistrate, programmeuse, dessinatrice, chère consœur, femmes de tous les pays, lecteur, j'ai toute confiance en vous pour prendre bien soin de vérifier que votre prose est compatible avec les normes orthographiques et grammaticales en vigueur. Et si vous pouviez éviter les propos insultants ou haineux, je vous en serais reconnaissant.
N'hésitez pas à respecter ces quelques règles qui peuvent même s'appliquer en dehors de ce blog.

Les commentaires sur ce blog sont modérés. Votre message apparaîtra sur le blog dès que le modérateur l'aura approuvé. Merci de votre patience.