15 novembre 2014

La dématérialisation des échanges

La revue "Experts" a eu la bonne idée de mettre en ligne, accessible à tous, un compte rendu d'une table ronde consacrée à la dématérialisation des échanges en expertise judiciaire.

L'article est lisible ici.

Quelques extraits :
« Opalexe est une usine à gaz, très compliquée et déstructurée. » L'assertion ne vient pas de la concurrence, mais de l'avocat Me Lebon, qui présentait le désormais très consensuel RPVA (Réseau privé virtuel des avocats). « Opalexe est un premier pas, mais doit être amélioré en simplicité. Il doit pouvoir se greffer au système existant, le RPVJ (Réseau privé virtuel de la justice) ».

« Depuis des années on nous demande à la CEACAP de ne pas parler de notre plate-forme à l'extérieur. Pour ne pas faire concurrence à Opalexe, dont on devait attendre qu'il accomplisse le travail. Ne voyant rien venir de probant, nous avons décidé de nous lancer », introduit Patrick Jeandot, président de la CEACAP, avant de présenter l'outil dématérialiseur [NdZ: NetExplorer] de sa compagnie, « d'une grande simplicité. »

« Les cartes à puce que vous [NdZ: la CNCEJ] nous proposez font déjà partie du siècle dernier. »

L'avocat Me Lebon tranche de son côté plutôt « contre » les deux systèmes, parlant de solutions existantes bien plus simples que ces plates-formes. Une messagerie électronique sécurisée ne suffirait-elle pas ? « Si vous arrivez déjà à cela, ce serait énorme. À être trop ambitieux, on prend le risque d'échouer. Un espace de travail collaboratif qui convienne à tous demeure très compliqué à construire. Vos plates-formes forcent tout le monde à penser de la même façon. »

Pour ma part, je penche pour l'utilisation coordonnée du logiciel GPG déjà accessible à tous, et l'organisation de key signing parties.

Outre l'aspect convivial (des key signing parties), le fait que ces outils soient éprouvés, gratuits, utilisables dans tous les environnements informatiques, par tous (experts, magistrats, parties, etc.) et sur toutes les messageries existantes, me fait penser qu'un pas important serait franchi en toute simplicité. La formation pourrait être effectuée par les associations ou les entreprises ayant misées sur ce type d'outils... ou par les experts judiciaires en informatique ;-)

La création d'une paire de clefs publique/privée et sa gestion (révocation, protection, échange...) devraient être enseignées dès le collège. Nos échanges électroniques - et notre vie privée - en serait grandement sécurisés.

1 commentaire:

  1. Un simple coup d'oeil à l'implémentation de SSL chez Opalexe est quand même très inquiétant : https://www.ssllabs.com/ssltest/analyze.html?d=ese.certeurope.fr , et ca fait se poser des questions sur leur utilisation de crypto un peu poussée pour des données sensibles... L'outil de la CEACAP est bien plus correct de ce point de vue : https://www.ssllabs.com/ssltest/analyze.html?d=expertisepartage.fr . Après, ca veut pas forcément dire grand chose sur le reste de leurs outils.

    RépondreSupprimer

Lectrice, admiratrice, avocate, magistrate, programmeuse, dessinatrice, chère consœur, femmes de tous les pays, lecteur, j'ai toute confiance en vous pour prendre bien soin de vérifier que votre prose est compatible avec les normes orthographiques et grammaticales en vigueur. Et si vous pouviez éviter les propos insultants ou haineux, je vous en serais reconnaissant.
N'hésitez pas à respecter ces quelques règles qui peuvent même s'appliquer en dehors de ce blog.

Les commentaires sur ce blog sont modérés. Votre message apparaîtra sur le blog dès que le modérateur l'aura approuvé. Merci de votre patience.