16 janvier 2015

La liberté d'expression s'use quand on ne s'en sert pas

Il m'est difficile de reprendre le chemin de l'écriture après les événements de la semaine dernière.

Après plusieurs heures de sidération, j'ai participé dans ma ville à la marche blanche spontanée du mercredi 7 janvier, alors que les terroristes courraient toujours. Puis j'ai discuté avec mes enfants des événements pour m'assurer qu'ils en comprenaient bien les enjeux et l'importance. Ils m'ont rassuré sur ce point - je suis très fier d'eux.

Puis les jours ont passé, les meurtriers ont été cernés puis abattus (justice ne sera pas faite), un grand élan d'émotion a eu lieu le dimanche suivant. Et si mes yeux soupçonneux y ont vu le début d'une grande récupération politique de tous bords, j'ai ressenti cet élan collectif.

Avec émotion.

J'ai conscience d'être dans un pays où l'on a le droit de s'exprimer. J'utilise avec gourmandise cette liberté. J'ai également conscience que, dès lors que l'on prend la parole de manière publique, un certain nombre de personnes entendent bien vous empêcher de parler, ou limiter votre liberté d'expression. Je l'ai vécu à ma modeste échelle lors de l'Affaire Zythom quand quelqu'un a cherché à faire fermer ce blog. J'ai mal vécu les convocations devant la justice et devant ma compagnie d'experts judiciaires, réunie en session disciplinaire. 

Alors, quand des personnes m'informent avoir été fortement conseillées par leur président de compagnie d'experts judiciaires, de ne pas bloguer, même sous pseudonyme, et de ne pas évoquer leurs expertises judiciaires, je me dis que dans l'univers de l'expertise, beaucoup de monde a encore des progrès à faire. Je suis abonné à de nombreux blogs de médecins qui racontent leurs expériences, leurs anecdotes, leurs passions. Des magistrats, des avocats, des policiers font de même. Pourquoi pas les experts judiciaires ?

Ce blog n'est même pas un blog dédié à l'expertise judiciaire. C'est un blog personnel où je parle essentiellement des événements qui rythment ma petite vie. Rien d'encombrant, de palpitant, de choquant ou de révolutionnaire. Rien de gênant. Quand on n'aime pas, il suffit d'un clic pour aller voir ailleurs.

Je me doute bien que cela en agace quelques uns de voir mon petit blog apparaître avant leur site web dans certains résultats sur les moteurs de recherche. Mais je n'empêche personne de publier des billets, de faire des retours d'expérience, de partager des rapports d'étonnement. Il faut encourager les gens à utiliser cette liberté d'expression, dans le respect des lois qui l'encadrent.

La liberté d'expression s'use quand on ne s'en sert pas.

Et pour celles et ceux qui hésitent à se lancer, je rappelle, comme je l'indiquais il y a un mois, dans le billet intitulé "Il n'existe rien de constant", qu'il vous suffit de me raconter, avec vos mots, votre anecdote en rapport avec une expertise judiciaire informatique et de me l'envoyer via ma page contact. Je rédigerai à ma façon votre histoire, en la modifiant et en l'adaptant à mes mots et mon style. Les billets en question commenceront par "L'histoire c'est X, l'écriture c'est moi". 

Je reprends ainsi l'idée de Baptiste Beaulieu, blogueur talentueux, et je vais essayer d'en être à la hauteur. On verra bien.




3 commentaires:

  1. Salute,

    En parlant de liberté d'expression, je voulais te remercier car c'est grâce à toi que j'ai découvert le syndrome de l'imposteur et que j'ai écrit dessus : http://www.laurent-napias.com/post/2014/10/29/le-syndrome-de-limposteur

    Tcho !

    RépondreSupprimer
  2. J'approuve totalement votre argumentaire. Et si vous faisiez, justement comme Baptiste Beaulieu et rassembliez votre prose dans un chouette livre? Vous feriez quelques heureux. L'article informatique, c'est bien, l'odeur de l'encre d'imprimerie...J'adoooore, On adore !

    RépondreSupprimer

Lectrice, admiratrice, avocate, magistrate, programmeuse, dessinatrice, chère consœur, femmes de tous les pays, lecteur, j'ai toute confiance en vous pour prendre bien soin de vérifier que votre prose est compatible avec les normes orthographiques et grammaticales en vigueur. Et si vous pouviez éviter les propos insultants ou haineux, je vous en serais reconnaissant.
N'hésitez pas à respecter ces quelques règles qui peuvent même s'appliquer en dehors de ce blog.

Les commentaires sur ce blog sont modérés. Votre message apparaîtra sur le blog dès que le modérateur l'aura approuvé. Merci de votre patience.