19 février 2015

Lettre de motivation

Madame, Monsieur,

Expert judiciaire depuis janvier 1999, j’ai travaillé depuis 16 ans sur un total de 81 affaires judiciaires. Sur chacune d’entre elles, j’ai donné le meilleur de moi-même, tant du point de vue technique, que du point de vue du respect des délais. J’ai travaillé à l’instruction sur des analyses de scellés informatiques, souvent en matière de recherches d’images et de vidéos pédopornographiques. J’ai également travaillé pour les tribunaux de commerce, dans des litiges typiques des dossiers informatiques : le triangle entreprise/SSII/éditeur, qui demande du savoir-faire en réunion d’expertise afin de permettre à tout le monde de s’exprimer, tout en répondant clairement aux questions posées par le magistrat. J’ai travaillé aux prud’hommes dans des litiges employeur/employé. J’ai assisté des huissiers de justice et des officiers de police judiciaire dans leurs enquêtes. A chaque fois, j’ai eu à cœur de mettre mes connaissances et mon expérience au service des magistrats et de la justice.


Je dois cette longévité également à mon épouse, avocate au barreau de [Belle province], qui m’a conseillé sur les aspects juridiques parfois délicats de certaines expertises. Elle m’a guidé pour éviter les embûches, et ses connaissances juridiques sans cesse renouvelées me permettent de rester informé des dernières avancées du droit. Je crois beaucoup au couple juriste/expert comme garantie de la qualité des rapports d’expertises et du respect des procédures.


En février 2014, j’ai créé le cabinet d’expertises informatiques [Ma petite entreprise], afin de mettre mon expérience technique au service des avocats. Mon indépendance reconnue et mes compétences en analyse critique des rapports d’expertises informatiques font le succès de ce cabinet.


Enseignant-chercheur en intelligence artificielle, puis enseignant en informatique, et maintenant directeur informatique et technique dans une grande école d’ingénieurs à [Belle province], j’aime le contact avec les élèves-ingénieurs et le travail pédagogique de la transmission du savoir. J’essaie de rester clair dans les concepts que j’enseigne, tout en restant rigoureux dans l’approche scientifique.


Conseiller municipal délégué au développement numérique de ma commune de 5500 habitants, je suis depuis sept ans au service de la collectivité et de mes concitoyens. Je travaille sur tous les dossiers numériques avec l’objectif de faciliter la communication entre les élus et les citoyens, tout en respectant des contraintes budgétaires strictes.


En 2015, j’ai eu l’honneur d’être accepté sur la première liste des experts près la Cour Administrative d’Appel de [Grosse province].


Enfin, je tiens depuis 2006 un journal en ligne sur internet (un blog) sur lequel je partage mon expérience des expertises judiciaires, avec l’accord de ma compagnie pluridisciplinaire d’experts judiciaires. Cette activité, à laquelle se prêtent avec bonheur de nombreux avocats et magistrats, me permet d’échanger avec un public curieux du fonctionnement de la justice.


Être inscrit sur la liste des experts près la Cour de Cassation, c’est pouvoir proposer ses connaissances et son expérience au niveau national au service de la justice. C’est pourquoi, je sollicite, Madame, Monsieur, votre soutien dans ma démarche et l’acceptation de mon inscription sur cette liste.


Je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de mes salutations distinguées.


----------------------------------------
Courrier envoyé ce jour avec mon dossier de demande d'inscription sur la prestigieuse liste des experts judiciaires près la Cour de Cassation.
Pas facile de faire du marketing personnel, mais "qui ne tente rien, n'a rien".
Je croise les doigts en priant Isidore de Séville.

----------------------------------------
Image: Justitia, déesse du panthéon romain, statue érigée à Francfort.
Source image : Wikimédia, auteur de la photo Mylius

7 commentaires:

  1. Belle lettre. Je regrette juste l'invocation d'Isidore de Séville, particulièrement ces temps-ci.

    RépondreSupprimer
  2. Tout à fait... "Son épiscopat fut marqué par de dures persécutions anti-juives et des conversions forcées."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que Zythom avait plutôt en tête une autre facette : "Pendant son ministère, il a le souci constant de la formation et de l'éducation des clercs et institue les écoles épiscopales sévillanes. Puisant dans la très riche bibliothèque de Séville et s'appuyant sur une équipe importante de copistes, il compile une somme énorme de connaissances visant à doter la nouvelle église catholique de solides fondations intellectuelles." (source Wikipédia)...

      Allez, revenons au sujet, la lettre de motivation. Moi, j'aimerai bien recevoir des profils aussi riches dans les candidatures que je lis...

      Supprimer
  3. Enfin si vous lisez l'article vous verrez que ce n'est pas Isidore qui est à l'origine de ces persécutions, mais le roi.

    De plus, particulièrement ces temps-ci, je ne suis pas sûr qu'il soit pertinent d'aller chercher la petite bête dans le plus anodin des traits d'humour : Zythom invoque le saint patron des informaticiens, ça ne va pas plus loin. Les diverses manifestations antisémites de ces derniers jours sont bien sûr insupportable, mais il est je pense particulièrement mal vu d'y répondre par une inquisition mal à propos sur des détails qui n'ont manifestement rien à voir avec ces actes.

    Sinon la lettre est chouette, ce serait surprenant que tu ne sois pas pris :)

    RépondreSupprimer
  4. Le lettre est bien écrite...
    mais tant de marketing personnel (chef d'entreprise, enseignant, directeur informatique, membre d'un conseil municipal, blogueur), ça ne pourrait pas faire peur à quelqu'un qui pourrait vous rajouter un 'mandat' ?
    Après tout, les journées ne font que 24h... ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout est dans la gestion du temps et des priorités. Dans mon cas, 90% de mon temps est pris par mon employeur et ma famille. Pour le reste, il y a certains soirs, certains week-ends et des jours de congés payés posés. J'ai encore de la marge.

      Supprimer

Lectrice, admiratrice, avocate, magistrate, programmeuse, dessinatrice, chère consœur, femmes de tous les pays, lecteur, j'ai toute confiance en vous pour prendre bien soin de vérifier que votre prose est compatible avec les normes orthographiques et grammaticales en vigueur. Et si vous pouviez éviter les propos insultants ou haineux, je vous en serais reconnaissant.
N'hésitez pas à respecter ces quelques règles qui peuvent même s'appliquer en dehors de ce blog.

Les commentaires sur ce blog sont modérés. Votre message apparaîtra sur le blog dès que le modérateur l'aura approuvé. Merci de votre patience.